Compte rendu: José Antonio Jara Fuente (coord.), Ante su identidad. La ciudad hispánica en la Baja Edad Media, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2013 (Stéphane Péquignot)

José Antonio Jara Fuente (coord.), Ante su identidad. La ciudad hispánica en la Baja Edad Media, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2013 (Stéphane Péquignot)

Cet ouvrage vise à analyser « les facteurs et les processus fondamentaux qui interviennent dans la construction des identités politiques urbaines dans les royaumes péninsulaires au Bas Moyen Âge ». Une introduction parfois quelque peu jargonnante situe l’approche au croisement de l’historiographie consacrée aux villes et du foisonnement actuel des études sur les « identités » et sur les « processus de construction identitaires » dans la péninsule Ibérique médiévale. Trois pistes sont privilégiées : la « domination identitaire » exercée par des groupes sociaux dont les signes d’identité spécifiques doivent être recherchés ; les « présences identitaires tangentielles » – autrement dit les minorités et les dominés impliqués dans des processus de construction d’identités urbaines plus globales ; enfin, la « concurrence des systèmes d’identité ». Onze contributions explorent diverses facettes de cette problématique depuis la fin du XIIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle. Outre la Catalogne, les royaumes du Portugal, de Castille, de Valence et d’Aragon sont représentés. Les échelles d’analyse se caractérisent également par leur diversité, les synthèses sur les villes d’une région côtoyant des études sur des capitales ou sur des entités urbaines plus modestes. A l’aide de sources extrêmement variées – discours tenus aux Cortes par les représentants urbains, privilèges, chroniques, ordonnances, registres du tribunal de l’Inquisition à Valence, livres des conseils urbains lorsqu’ils sont conservés, … –, les articles rassemblés dans ce livre constituent tout d’abord des contributions notoires à l’histoire des villes concernées. Au-delà, en l’absence regrettable de conclusion, quels enseignements retirer de ce volume collectif ?

  En premier lieu, plusieurs études font apparaître la difficulté à saisir de façon positive et précise une « identité urbaine » englobant l’ensemble du corps civique, de l’universitas ou de la population. Dans le cas portugais, A. Millán da Costa s’interroge sur l’éventuel effet créateur joué par l’organisation territoriale de la Couronne dans le développement des identités urbaines. La conscience d’une personnalité juridique de l’universitas est nette, mais l’examen des tombos (livres de communauté) révèle dans le cas de Coruche une origine extérieure à la ville. En déduire l’existence d’une volonté symbolique de préservation mémorielle serait par conséquent erroné. L’identité des communautés territoriales s’avère « mouvante ». Au Portugal toujours, H. Vasconcelos Vilar relève la difficulté à cerner un discours identitaire urbain, même si, comme ailleurs en Occident, les mémoires individuelles et familiales tendent à se mouler de plus en plus dans un cadre urbain. M. Benítez Bolorinos pointe de son côté les singularités des terres issues du royaume de Murcie et rattachées au royaume de Valence en 1304/1305, mais « l’identité hétérogène » ainsi dessinée n’est pas proprement urbaine, au mieux territoriale.

  De fait, le caractère somme toute assez fuyant de l’objet tient souvent au fait que les villes considérées ne sont pas autarciques, mais soumises à des rois et inscrites dans un ordre chrétien. Lorsque Juan Gil de Zamora tresse à la fin du XIIIe siècle les louanges de sa cité dans un exercice de mémoire « identitaire » et orientée, il ne dissocie pas l’amour de la « patria chica » (la petite patrie) de celui de l’Hispania (C. Garcia). C’est dans ce cadre qu’il lutte contre une interprétation étymologique infâmante : d’après la Chronique d’Alphonse III, alors que ce roi était monté sur une colline pour trouver un nom à la ville, un vacher aurait en effet enjoint à l’une de ses vaches noires de quitter le champ de vision royal en criant ¡ça mora ! Le frère mineur préfère attribuer le nom de sa ville à une fusion issue de Zara (fille de Pompée) et de Roma. En étudiant la ville de Saragosse deux siècles plus tard, le regretté J.-P. Barraqué souligne pour sa part combien une autre identité englobante, cette fois-ci aragonaise, « bloque l’épanouissement d’une identité urbaine spécifique, autre que celle de capitale ».

  L’émergence et les processus de consolidation identitaires des élites urbaines prennent dans ce contexte un relief particulier. Pour Burgos, Y. Guerrero Navarrete se limite à montrer une stratégie de reproduction fondée sur la renonciation aux offices par les parents en faveur de leurs descendants, ce qui facilite la consolidation des lignages. J. A. Jara Fuente se risque à une interprétation plus globale et discerne dans la Castille du XVe siècle l’existence d’une « communauté édifiée, dans une certaine mesure, [par l’exemplarité et l’instrumentalisation de la notion de bien commun], depuis le haut, par les dominants, bien que [cela soit accompli] avec le concours des dominés qui acquiescent ». Une observation somme toute comparable vaut pour la Catalogne où, d’après F. Sabaté, les élites urbaines s’efforcent en outre d’assumer la représentation de l’ensemble du territoire. Les murailles facilitent une « identification visuelle » des villes et, l’on recourt abondamment aux différents registres de la communication symbolique pour consolider une « identité sociale » urbaine spécifique : cérémonies et emblèmes sont utilisés à profusion, l’on s’efforce d’embellir les villes – autant d’actes qui doivent légitimer la concentration du pouvoir, masquer les dissensions internes.

  Dans de tels processus, les groupes minoritaires occupent une place ambivalente. Si les représentants d’Évora profèrent aux Cortes portugaises le discours d’une ville essentiellement chrétienne, les registres urbains laissent en revanche transparaître une perception de l’universitas plus englobante, qui concède un espace à des juifs et à des musulmans nombreux (M. F. Lopes de Barros). Enfin, J. A. Barrio Barrio présente de nombreuses pistes de recherches sur la « fabrique » (forja) d’une « communauté de [juifs] conversos » dans le royaume de Valence, une « communauté ambiguë avec une double formation et une expérience de vie culturelle double ». Dans cet article important, l’historien plaide notamment de façon convaincante pour une étude systématique des différentes formes d’organisation des conversos en tant que communauté sociale : appartenances aux confréries, financement de cimetières, concentration géographique dans des quartiers, réseaux caritatifs, etc.

  En étudiant les « identités », urbaines et autres, les historiens actuels de l’Espagne médiévale ont donc, depuis bien longtemps, délaissé les considérations essentialistes sur « l’identité de l’Espagne » ou « l’homme espagnol » léguées par les controverses entre Américo Castro et Claudio Sánchez Albornoz. En refermant le livre, l’on est cependant plus convaincu par les études elles-mêmes que par certains cadres méthodologiques proposés – les préambules « théoriques » de plusieurs articles possédant souvent un lien relativement ténu avec les analyses développées. Au-delà du rôle communément accepté des élites dans la fabrique des sentiments d’appartenance et l’instrumentalisation des signes identitaires, comment expliquer les différences observées entre les différents territoires, les différentes villes ? Entre le Portugal où l’on ne discerne guère de discours urbain identitaire, et la Catalogne, où le phénomène est très net ? S’agit-il d’effets de sources, de la mise en regard d’études portant sur des objets construits selon des modalités différentes, ou bien est-ce imputable à des « facteurs et [à] des processus fondamentaux » divergents ? L’identité est-elle réellement toujours le concept le plus pertinent pour appréhender de façon globale l’histoire des villes ? Sans résoudre ces questions, ce livre aide à les formuler. C’est le signe de son intérêt.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *