Compte rendu : Elena Cogato Lanza, Patrizia Bonifazio, Les experts de la reconstruction. Gli Esperti della ricostruzione, Genève, MetisPresses, 2009, 156 p. (Danièle Voldman)

Elena Cogato Lanza, Patrizia Bonifazio, Les experts de la reconstruction. Gli Esperti della ricostruzione, Genève, MetisPresses, 2009, 156 p. (Danièle Voldman)

Ce petit ouvrage collectif trilingue (italien, français, anglais) est issu de l’un des ateliers de la Sixième Conférence de l’Association européenne d’histoire urbaine, tenue à Edimbourg en 2002. Centré sur « Les valeurs de la pratique et de la connaissance dans la construction de la ville d’après la Seconde guerre mondiale », l’atelier, essentiellement composé d’architectes, d’urbanistes et d’historiens de l’architecture, avait mis en avant la position des professionnels dans le processus complexe de la réparation des ruines urbaines de la guerre. Dans une préface substantielle, les directrices de l’ouvrage corrigent quelque peu l’impression pointilliste due à la succession de monographies puisées à travers l’Europe. Elles exposent clairement les trois grandes questions qui structurent le livre : premièrement la guerre a-t-elle contribué à compliquer les processus de construction au moment où se développait la construction de masse ou, paradoxalement, les a-t-elle simplifiées ? Deuxièmement, l’immense effort de construction de la fin des années 1940 et des années 1950 a-t-il contribué à constituer un espace européen, forgé dans une culture technique commune ? Troisièmement, peut-on repérer des liens entre culture du projet et sphère publique ? Ces questionnements, comme le voulait l’atelier, sont sous-tendus par le parti général de donner aux techniciens — les architectes plus que les ingénieurs — le rôle principal, même si l’importance des autres protagonistes, en particulier l’État, n’est pas négligée.

Ainsi de Manchester aux villes grecques, de la Suisse à l’Allemagne de l’Est, de l’Union soviétique à l’Italie, en passant par les villes françaises, c’est tout en pan de l’histoire urbaine européenne qui est examiné à la lumière de la réparation des ruines. Comme souvent dans les ouvrages collectifs, toutes les contributions ne sont pas de la même qualité, certaines – on pense par exemple à la question des grands ensembles français – auraient, du reste, pu ne pas y figurer en raison de leurs imprécisions et approximations. Néanmoins, à la lecture de l’ouvrage, on voit bien comment les mêmes questions ont traversé l’Europe au lendemain de la guerre : quelle serait la nouvelle place des architectes à l’ère de l’urgence, des pénuries financières et de l’énormité des besoins ? Comment choisir entre une reconstruction planifiée, quelles que soient les modalités de cette planification, (France, URSS, Allemagne de l’Est) et une reconstruction libérale (Italie) ? Certains pays, comme la Grèce, après avoir créé un ministère de la Construction au sortir de la guerre, sont revenus à un système moins centralisé dès 1951, il est vrai en grande partie à cause de la faiblesse des structures étatiques et de la force des lobbies de constructeurs privés. D’autres, comme la Suisse, ont en partie repensé la question urbaine à partir de l’agronomie et de la nécessité de pallier l’arrêt des échanges commerciaux avec les belligérants. On pourrait rapprocher, de ce point de vue, l’influence du remembrement agricole français de l’après Guerre de 1914-1918, sur le remembrement urbain de 1945. Autre question européenne : la césure de l’entrée en guerre, assurément politique et militaire, est plus difficile à cerner sur le plan de la vie et de l’aménagement urbains. Ce qui pose, pour la fin du conflit, la question de l’épuration et de la dénazification, abordée de façon plus ou moins explicite par plusieurs contributions, la tendance générale, à travers l’Europe, étant à une relative clémence des épurateurs vis-à-vis des techniciens, de l’urbain en particulier.

La lecture des onze contributions de l’ouvrage ne permet évidemment pas de répondre aux trois questions posées en introduction, mais elle met en lumière au moins trois points essentiels. Les historiens des conflits mettent toujours en avant les avancées technologiques suscitées par les guerres et leur utilisation ultérieure sur le plan civil. De même, il est couramment admis que les trente glorieuses vécues par l’Europe sont dues, en grande partie, à la reconstruction. De ce point de vue, les ravages ont donné un coup de fouet au secteur de la construction. Mais ne pourrait-on pas penser le problème autrement, en imaginant des évolutions urbaines issues de processus moins violents ? Par ailleurs, sur le plan urbain, comme sur le plan politique, l’Europe s’est aussi construite sur les décombres et l’on peut, comme le disent les auteurs, repérer un code qui unit les pratiques à travers tous les pays, au delà de distinctions régionales ou nationales, qu’il ne s’agit pas de sous-estimer. De ce point de vue, oui, « l’unité du voisinage à Manchester, les grands ensembles produits de façon industrielle en France et les quartiers italiens » peuvent être considérés comme européens. Enfin, comme le souligne Bill Luckin dans sa postface, ces analyses, comme l’ensemble du champ de l’histoire urbaine, sont plus à l’aise pour décrypter les questions institutionnelles, culturelles, administratives et professionnelles que pour proposer des études sur les populations concernées, malgré la richesse de l’histoire sociale des villes contemporaines. C’est donc sur un appel à de nouveaux travaux que se conclut l’ouvrage.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *