Compte rendu: Frédéric Boutoulle, Dany Barraud, Jean-Luc Piat (textes réunis par), Fabrique d’une ville médiévale. Saint-Émilion au Moyen Âge, Aquitania, 2011, 411 p. (Hélène Noizet)

Frédéric Boutoulle, Dany Barraud, Jean-Luc Piat (textes réunis par), Fabrique d’une ville médiévale. Saint-Émilion au Moyen Âge, Aquitania, 2011, 411 p. (Hélène Noizet)

Cet ouvrage collectif correspond à la publication d’un colloque tenu en 2008 à Saint-émilion, et intitulé « Saint-Émilion au Moyen Âge. Fabrique et identité d’une ville médiévale ». Outre l’introduction des coordinateurs de la publication, et la conclusion de B. Cursente, il comprend 15 contributions spécialisées sur l’histoire médiévale de cette agglomération, qui a été la seconde en importance en Bordelais, jusqu’à la fin du XIIIe siècle (fondation de sa concurrente, la bastide Libourne, en 1268). L’ouvrage, de très belle facture, comporte 411 pages de textes incluant de très nombreuses illustrations en couleur, cartographiques et surtout photographiques.

Quatre grands thèmes structurent l’ouvrage :

  1. « D’Ascumbas à Saint-Émilion »  avec 4 articles sur : le contexte tardo-antique (P. Régaldo-Saint Blancard), les lieux d’inhumation de surface et souterrains (les archéologues J.-L. Piat, C. Scuiller et V. Delaugeas), la grande inscription funéraire de Costaulus (par C. Treffort, et par les informaticiens de la plateforme 3D Archéotransfert, R. Vergne et P. Mora, avec la collaboration de F. Boutoulle) ;
  2. « Saint-Émilion et la mémoire canoniale » avec 2 articles sur : le dossier hagiographique de saint Émilion (F. Dolbeau), et sur les documents liturgiques de la collégiale de Saint-Émilion (J.-L. Lemaître) ;
  3. « Mémoire des pierres, langue des formes » avec 5 articles sur : l’étude morphologique du parcellaire (E. Jean-Courret), des analyses d’histoire de l’art concernant trois monuments locaux – soit l’église collégiale (J. Masson), le « Palais Cardinal » (C. Gensbeitel) et la « Tour du Roy » (P. Durand) –, et enfin l’architecture civile du second Moyen Âge (P. Garrigou Grandchamp) ;
  4. « La bourgeoisie de Saint-Émilion, entre jurade et négoce » avec 4 articles sur : la commune de Saint-Émilion dans la première moitié du XIIIe siècle (F. Boutoulle), le vignoble médiéval (S. Lavaud), les relations fluviales avec la Dordogne (S. Faravel) et les relations avec le roi de France après la conquête de 1453 (J.-C. Tölg).

Il faut saluer la variété des approches menées, qui concernent l’histoire de l’art, l’archéologie (notamment du bâti), la morphologie parcellaire, l’épigraphie, l’hagiographie, la philologie, la codicologie, et la visualisation 3D (pour l’épitaphe de Costaulus). Cet ouvrage résulte d’échanges scientifiques nourris, perceptibles notamment à l’évolution des textes suite au colloque lui-même, au cours duquel les spécialistes ont pris connaissance et intégré les résultats des uns et des autres. Cette publication sur Saint-Émilion suit de peu celle de l’Atlas de Bordeaux (2009, coordonné par Sandrine Lavaud et ézéchiel Jean-Courret) dans la collection de l’Atlas des villes historiques de France, attestant ainsi un renouvellement de l’histoire urbaine du Bordelais. Cette dynamique doit justement se poursuivre par la publication, dans ladite collection, d’un volume sur Saint-Émilion, dans la mesure où le matériel historique et archéologique a été largement dépoussiéré par le présent ouvrage.

Le principal apport de ces travaux consiste en effet à reprendre sur des bases neuves la documentation médiévale au fondement de l’histoire de cette agglomération. Le coup de jeune ainsi donné apparaît salutaire tant la bibliographie précédente était difficile d’accès et d’un autre âge. Cette réactualisation des connaissances a permis ainsi de rétablir, de manière plus assurée, la chronologie et les caractéristiques de certains des « monuments » documentaires locaux, tels que les sépultures souterraines (les « catacombes » aménagées dans la roche), l’épitaphe de Costaulus, la Vita de saint Émilion, ou encore nombre de monuments encore visibles comme l’enceinte du XIIe siècle ou la Tour dite « Le Roy ». Cette mise à jour a ainsi fait tomber certains poncifs de l’histoire locale : la chronologie des lieux de culte et des cimetières est reconstruite à partir des fouilles récentes (de 1997 à 2004) ; l’épitaphe, jusque-là improprement appelée d’Aulus et datée de 1014, doit être rapportée à Costaulus et date du milieu du XIIe siècle ; la Vita de saint Émilion perd en historicité ce qu’elle gagne en compréhension ; l’enceinte qui clôture l’agglomération n’est pas une fortification construite par les pouvoirs politiques, mais un continuum bâti faisant office de défense (clôture constituée par les façades des maisons accolées) ; le fonctionnement socio-politique de la commune bénéficie de la relecture de l’acte fondateur de 1199 et de sa confrontation avec d’autres documents de la pratique (censiers de l’abbaye de Sauve-Majeure du début du XIIIe siècle et séries de la chancellerie anglaise des Patent Rolls et des Close Rolls) ; le vignoble qui a fait la fortune de cette agglomération est à l’époque médiévale le vin blanc.

Cet aggiornamento des connaissances se mesure à la présence d’annexes documentaires substantielles, permettant de justifier les nouvelles lectures ici proposées : des pièces inédites du dossier hagiographique et l’inventaire détaillé des maisons des XIIe-XIVe siècle de Saint-Émilion.

Il est donc désormais possible de réintégrer ces différents matériaux dans un nouveau récit géohistorique, centré sur le processus de fabrique urbaine : esquissé par E. Jean-Courret à partir de l’analyse du parcellaire, celui-ci reste à préciser et développer.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *