Compte rendu: Werner Eck, La Romanisation de la Germanie, Paris, Editions Errance, 2007, 102 p., 53 fig. (Xavier Lafon)

Werner Eck, La Romanisation de la Germanie, Paris, Editions Errance, 2007, 102 p., 53 fig. (Xavier Lafon)

Il peut paraître étonnant de présenter dans Histoire urbaine le compte-rendu d’un ouvrage consacré à une vaste région, la Germanie, partagée entre deux provinces intégrées à l’Empire romain et une région  demeurée en définitive indépendante, la Germania  Libera !  Ce petit ouvrage est en réalité la transcription, revue et augmentée, de quatre séances de séminaire organisées au Collège de France à l’invitation de Christian Goudineau et John Scheid.  A cette occasion Werner Eck reprend et développe quatre dossiers qu’il avait déjà largement traités dans son monumental ouvrage consacré à la seule ville de Cologne (Köln in römischer Zeit. Geschichte einer Stadt im Rahmen des Imperium Romanum) publié à Cologne en 2004. Historien réputé des institutions romaines c’est donc avec l’œil d’un historien de Rome que Werner Eck aborde cette question de la romanisation à l’aide d’une documentation qui demeure fondamentalement archéologique, où les silences comptent autant que les informations fragmentaires disponibles, et c’est ce regard qui donne tout son sens à ce petit opuscule.

La place occupée dans cette approche par la seule ville de Cologne est par là même essentielle : son territoire civique occupe à lui seul un tiers de la province de Germanie inférieure, et elle en est,  dès le départ, la capitale incontestée.

Le premier chapitre est consacré en effet à la naissance de la ville sous le règne d’Auguste, dans le contexte des campagnes militaires offensives que le premier empereur entend mener pour constituer une nouvelle province, entre Rhin et Ebre. Cette aventure militaire longtemps victorieuse qui s’achève contre toute attente en 9 ap. J.-C. avec la perte, dans la forêt de Teutoburg,  des trois légions confiées à Varus a été accompagnée et parfois précédée par une phase d’urbanisation intense, intégralement prise en charge selon l’auteur par les autorités romaines. Outre la motivation politique, y compris dans ses dimensions économiques, l’exploitation intensive du domaine minier occupe une large part. Pour cela  il fallait quadriller le territoire de petites villes, au caractère militaire très marqué dont un magnifique exemple, celui de Waldgirmes vient d’être publié : sur ce site fortifié de 7 hectares, au milieu de maisons en bois pour l’essentiel, prennent place un forum et une basilique de plan classique, le premier muni en son centre d’une statue équestre en bronze. La chronologie extrêmement resserrée de cette agglomération, nécessairement abandonnée dès 9 apr. J.-C. (Varus) confirme les moyens mis en œuvre à Cologne par les autorités romaines. On ne peut nier que l’on est ici quelque peu à contrecourant des tendances historiographiques actuelles, notamment des archéologues français pour l’étude de la Gaule intérieure où l’on insiste davantage  aujourd’hui sur la lenteur des réalisations et leur prise en charge par les seules autorités locales : reste à savoir si les caractéristiques stratégiques de la zone, l’ampleur du projet de conquête augustéen font de cette région et plus encore de sa capitale, un cas spécifique. Le rapprochement que l’on peut faire entre Cologne et Lyon oblige au moins à poser la question.

Le second dossier est consacré à la conquête du pouvoir impérial par Trajan entre 98 et 100,  brève période pendant laquelle le rôle des légions de Germanie, la politique personnelle de Trajan sont largement réévalués. Mais, en dehors du fait que Trajan, d’après plusieurs chroniques tardives, apprend son adoption par Nerva et donc son accession à l’Empire lorsqu’il séjourne dans la ville de Cologne, « l’histoire urbaine » est dans ce dossier limitée.

Le troisième dossier concerne les capacités économiques et financières de la ville de Cologne et mérite  donc en revanche ici  un examen plus approfondi. L’idée de base, présentée de façon quelque peu générique, est que nous ne disposons que de rares sources pour aborder ces questions : absence quasi  totale de sources littéraires (en dehors de rares inscriptions mentionnant des métiers), ambiguïté de la documentation archéologique qui surévalue la présence de produits comme la céramique et le verre (dont la fabrication est largement attestée à Cologne et dans sa région) et ne donne aucun renseignement sur l’essentiel, à commencer par le bois et les céréales, produits essentiels dans les échanges antiques et post-antiques pour cette région du cours moyen du Rhin. Cette situation paradoxale est connue depuis longtemps de la plupart des archéologues (et pas seulement à  Cologne), et il ne saurait être question de la nier, voire de la sous-estimer. Cependant quelques remarques critiques peuvent être formulées à propos de cette présentation. L’auteur insiste, à juste titre, sur les avantages apportés à la colonie par l’octroi du jus italicum qui dispense ses habitants (citoyens romains) de payer des impôts. Ceci les autorise donc en particulier à vendre avec profit à l’armée l’essentiel de leur production puisqu’ils n’ont pas à la donner, sous une forme ou une autre, au fisc. En revanche, les arguments développés pour montrer la richesse de la ville et de ses habitants sont moins convaincants : le décor des maisons, la qualité des constructions publiques trouvent leur équivalent dans bien d’autres villes des provinces qui ne bénéficient pas de tels avantages. De même le quasi-monopole exercé par les habitants de Cologne comme fournisseurs de blé du nord de la province, incontestablement moins fertile, est en contradiction avec une libre circulation des marchandises qui concerne également au premier chef la Gaule Belgique : celle-ci dispose, parallèlement au Rhin, d’un réseau navigable donc efficace  pour les transports avec la Meuse, l’Escaut, etc., pour ravitailler l’embouchure du Rhin. Enfin, la question de l’arrivée spontanée ou non d’une main d’œuvre spécialisée dans le domaine de la construction et du décor architectural doit être revue : le caractère spontané ou au contraire autoritaire de ces déplacements, leur place dans la politique impériale comme dans le comportement des élites doivent être appréciés de façon plus nuancée, en rapport avec ce que l’on sait des ateliers et de leur hiérarchie depuis Rome, mesurée à partir de l’usage différencié des modèles et des matériaux.

  Le dernier dossier est consacré au développement du christianisme (et accessoirement du judaïsme)  à  Cologne où réside l’évêque Materne que Constantin convoque à Rome pour participer au règlement de la question du donatisme. L’absence de témoignages antérieurs à 313 sur la présence de chrétiens à Cologne a conduit la majorité des historiens à refuser un développement de la nouvelle religion avant l’extrême fin du IIIe siècle. L’argumentation en faveur d’une beaucoup plus grande ancienneté (dès la fin du IIe, sur le modèle de Lyon ?) adoptée par Werner Eck repose fondamentalement sur une analyse différente de «  l’absence de source ». L’auteur met en avant des rapports entretenus  par Constantin pendant son séjour en Gaule, notamment en Arles comme à Cologne, pour, d’une part, confirmer l’ancienneté de ces communautés chrétiennes  et, d’autre part, présenter l’adoption du signe chrétien à la bataille du Ponte Milvio comme le résultat non d’un rêve survenu la veille  du combat mais comme celui de cette longue fréquentation des milieux chrétiens de Gaule.

  Cet ouvrage, incontestablement stimulant montre tout ce que l’on peut tirer d’une documentation souvent indigente pour écrire l’histoire des villes antiques. Mais, outre le fait que cela ne peut concerner fondamentalement que les plus grandes villes qui ont, d’une certaine façon participé à la grande histoire, les limites des résultats attendus dès que l’on veut entrer dans le concret, à commencer par le chiffrage de la population, ses sources de revenus, son origine ethnique, sont évidentes.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *