Compte rendu : Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 (Janoé Vulbeau)

JanoÉ Vulbeau

 

En finir avec les bidonvilles…

 

Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, 464 p.

Dans le puzzle urbain des années 1960-1970, une pièce importante vient d’être posée avec l’ouvrage de Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Ce livre qui traite de l’éradication de l’habitat bidonville, n’est pas seulement le récit d’une suite de politiques publiques au caractère plus ou moins fructueux, mais dessine une histoire sociale, culturelle et politique d’un habitat considéré comme insupportable dans la France des Trente Glorieuses. Cet ouvrage ouvre également la voie vers une meilleure compréhension du parcours résidentiel de nombreux migrants depuis les taudis à leur arrivée en France vers le logement HLM à partir des années 1970.

Centrée sur deux décennies du milieu des années cinquante au milieu des années soixante-dix, Marie-Claude Blanc-Chaléard s’applique néanmoins à replacer cette « séquence » des bidonvilles au sein de l’histoire longue des taudis. Avant 1945, les mal-logés s’entassent aux frontières de Paris, dans la « zone », qui regroupe au plus fort de son occupation, plus de 40 000 personnes. Un premier constat s’impose après-guerre, si l’habitat insalubre prolifère, accueillant les populations les plus précaires, et en particulier les travailleurs migrants, en revanche, les tentatives pour lutter contre cet habitat sont un échec. Á la fin des années 1950, cette forme particulière de taudis, nommée « bidonvilles », prolifère essentiellement en région parisienne. La perception de cet habitat est alors liée à la situation coloniale. Il concentrerait les franges les plus militantes des partisans de l’indépendance algérienne. Le cadrage de la politique publique visant à éradiquer les bidonvilles est alors singulier, puisqu’il est adossé à des opérations de « pacification » métropolitaine et vise à lutter contre l’influence croissante du Front de Libération Nationale (FLN). C’est principalement la commune de Nanterre qui voit les premières opérations de résorption. Toutefois celles-ci se révèlent insuffisantes à contenir l’accroissement des bidonvilles.

Avec la fin de la guerre d’Algérie et la croissance du bidonville de Champigny-sur-Marne, accueillant des Portugais, leur éradication devient une question de salubrité urbaine et de lutte contre la ségrégation urbaine, compte tenu du fait que les bidonvilles logent essentiellement des immigrés. La première grande loi votée en ce sens est la « loi Debré » en 1964. Celle-ci est d’abord pensée pour les territoires d’Outre-Mer, et en particulier pour l’Ile de la Réunion où Michel Debré est député. Elle permet l’expropriation des propriétaires suite à une déclaration d’utilité publique et l’achat des terrains par les pouvoirs publics. Elle est complétée par la loi Nungesser en 1966 qui définit des périmètres d’expropriation et donne la primauté de l’initiative aux préfets sur celle des communes. Ces différentes loi ne sont pourtant appliquées que sur un seul territoire : celui du bidonville de Champigny-sur-Marne. A l’instar des opérations de rénovation urbaine menées depuis 1958, se dessine à travers cette intervention toute l’ambiguïté de cette politique, faite d’actions brutales pour raser les baraques et d’une volonté de prise en charge « sociale » des habitants du bidonville.

Au début des années 1970, s’ouvre une nouvelle phase dans la lutte contre les bidonvilles avec le vote de la loi de Résorption de l’Habitat Insalubre (RHI), dite « loi Vivien ». L’esprit de Mai 68 est  encore très présent et les groupes « gauchistes » font des immigrés un nouveau ferment révolutionnaire. Ces derniers apparaissent d’ailleurs aux yeux de l’opinion publique comme les laissés-pour-compte de la croissance française et la mort de cinq ouvriers africains en 1970 dans un foyer insalubre d’Aubervilliers provoque une vive indignation. Le gouvernement de Chaban-Delmas, aux yeux de qui les « bidonvilles » contreviennent à l’idée de « nouvelle société », annonce alors la fin de ce type d’habitat avant deux ans. La loi RHI se veut plus efficiente que les précédentes, prenant un caractère explicitement punitif envers les « marchands de sommeil ». Pour les communes et les Sociétés d’Economie Mixte (SEM) chargées de l’éradication des bidonvilles, elle devient un nouveau guichet, après l’assèchement des crédits consacrés à la rénovation urbaine, en prenant notamment en charge l’entièreté des dépenses. Les animateurs de cette loi en sont le Groupe Interministériel Permanent (GIP), dirigé conjointement par Robert Lion, alors directeur de la Construction (1969-1974) et Gui Houïst, premier secrétaire du GIP (1970-1973). Ces deux personnalités marquées par le catholicisme social impriment leur marque aux opérations RHI. Celles-ci avancent rapidement grâce à la mise en place de groupes départementaux de coordination des différents acteurs, animés par le sous-préfet. La France est alors en passe d’éradiquer les bidonvilles sur son territoire. Pourtant les critiques restent vives tant sur la manière dont se déroulent les opérations que sur les relogements des populations étrangères. Les cités de transit, sensées favoriser l’intégration de ces populations, se transforment rapidement en logements de relégation et l’accès au logement HLM se fait via les logements les plus bas de gamme. Par ailleurs, la fuite des classes moyennes du logement HLM s’accompagne d’une stagnation des plus pauvres et une arrivée importante des migrants dans ces logements, accentuant les tensions et stigmatisations xénophobes. Les pouvoirs publics adoptent un discours ambigu, souhaitant favoriser l’accès des immigrés au logement HLM, tout en défendant un « seuil de tolérance », au-delà duquel leur concentration nuirait à leur intégration. Certains analystes de l’époque, à l’image de l’anthropologue Colette Pétonnet, choqués par la violence des procédures d’expulsion et l’inefficacité des relogements, n’hésitent pas de leur côté, à indiquer que malgré leur insalubrité, les bidonvilles se montraient plus respectueux des modes de vie des populations migrantes. Alors que les derniers bidonvilles disparaissaient de la région parisienne au milieu des années 1970 et que s’éteint la mission du GIP, le bilan des opérations RHI est amer et un « sentiment d’inachèvement domine ». L’auteure souligne ce paradoxe : au moment où de nombreux étrangers accèdent à des logements décents, la question de leur présence au sein de l’espace urbain commence à poser problème. C’est ainsi que débute en France, l’association délétère entre population immigrée et banlieues reléguées.

Le livre de Marie-Claude Blanc-Chaléard nous offre ainsi une analyse fine des processus de résorption des bidonvilles, sans faire l’impasse sur le contexte politique et idéologique qui entoure cette lutte contre l’habitat insalubre. Les nombreuses photos, cartes, et articles de presse qui jalonnent le livre aident à mieux restituer l’épaisseur historique de cette période et rendent le livre extrêmement vivant. Cependant, une utilisation raisonnée des concepts de la science politique aurait peut-être permis de mieux éclairer certaines évolutions de l’action publique. Il semblerait important sur ce point que historiens et politistes puissent trouver un vocabulaire commun pour l’étude des politiques publiques. Deux pistes de recherche nous semblent envisageables pour prolonger les travaux de Marie-Claude Blanc-Chaléard. La première serait d’établir une comparaison raisonnée avec la gestion des bidonvilles au sein des villes coloniales. L’auteure rappelle à juste titre que le terme même de « bidonville » désigne depuis les années trente, l’habitat insalubre massé aux portes des villes d’Afrique du Nord. On pourrait ainsi s’intéresser, à l’instar de Françoise De Barros, aux « transferts » et « influences » qu’ont eu la gestion coloniale sur les procédures de résorption des bidonvilles métropolitaines[1]. La question du vécu des habitants serait également à explorer, en lien par exemple avec les travaux récents de Jim House sur l’expérience des bidonvilles à Alger et Casablanca[2]. Une seconde piste de recherche serait de lier cette histoire française de la résorption des bidonvilles avec une histoire nord-américaine et européenne de lutte contre l’habitat insalubre. Comme l’a montré Christopher Klemek, il existe une grande proximité entre les politiques de renouvellement urbain menées à partir du début des années cinquante dans les grandes villes d’Europe (Londres, Berlin) et d’Amérique du Nord (New-York, Philadelphie, Toronto)[3]. Marie-Claude Blanc-Chaléard rapporte dans son livre les propos d’un fonctionnaire qui se targue que grâce à la politique du GIP, la France est en tête des pays européens pour la lutte contre l’habitat insalubre ; preuve que d’autres politiques européennes ont pu susciter un intérêt de la part des fonctionnaires français. Un autre élément de comparaison pourrait porter sur les modes de contestations que provoquent ces politiques. Ainsi, les critiques des actions de slum clearance à New-York, accusées de provoquer un véritable negro removals, rappellent l’agitation gauchiste contre les méthodes d’éradication des bidonvilles décrites par l’auteure dans le livre. Ces différentes pistes de recherche montrent, selon nous, à quel point une étude approfondie était nécessaire sur la question des bidonvilles et que le livre de Marie-Claude Blanc-Chaléard ouvre des portes stimulantes pour de futures recherches.

Alors que de nombreux bidonvilles resurgissent sur nos territoires, cet ouvrage entre également en résonance avec notre actualité. Autre population, autre contexte, ces bidonvilles logent essentiellement des populations roms venues d’Europe de l’Est. En en faisant mention dès l’introduction, l’auteure nous montre que l’historien(ne) n’évolue jamais en vase clos et qu’il est également influencé par la situation contemporaine. Peut-être, peut-on espérer qu’à l’inverse le décideur public, en charge de gérer ces problèmes, aura la capacité de s’informer sur les enjeux du passé pour mieux répondre à ceux du présent ?

[1] De Barros Françoise, « les bidonvilles : entre politiques coloniales et guerre d’Algérie », Métropolitiques, 5 mars 2012, URL : http://www.metropolitiques.eu/Les-bidonvilles-entre-politiques.html consulté le 07/09/2016.

[2] House Jim, « Shantytowns in the City, Algiers and Casablanca as a (Post)Colonial Archive », Francosphère, volume 3, issue 1, 2014.

[3] Klemek Christopher, The Transatlantic Collapse of Urban Renewal. Postwar urbanism from New-York to Berlin, Chicago, University of Chicago Press, 2012.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *