Compte rendu : « Archives et paysage : tendances de la collecte », Colonnes, n° 27, juin 2011, p. 51 à 82, illustrations n. et b., Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2011 (Marie-Hélène Bénetière)

« Archives et paysage : tendances de la collecte », Colonnes, n° 27, juin 2011, p. 51 à 82, illustrations n. et b., Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 2011 (Marie-Hélène Bénetière)

 

 

Archives et documents anciens permettent d’éclairer et de comprendre aussi l’état actuel des parcs et des jardins, éléments consubstantiels et solidaires de la ville. C’est pourquoi le projet des archives de France, sous l’impulsion du Conseil national des parcs et jardins, de recenser les fonds d’archives des paysagistes, entreprises de paysage, pépiniéristes et jardiniers est essentiel. Une enquête a été adressée en juillet 2011 aux archives départementales, municipales, régionales, nationales, archives du monde du travail, Institut français d’architecture et grandes associations spécialisées. Les résultats de cette enquête feront l’objet d’un guide des sources qui doit être mis en ligne en 2012 et publié en 2013.

Un récent numéro du bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture du XXe siècle présente un dossier spécial consacré aux jardins et au paysage dans une suite de courts articles.

Tout d’abord, Georges Farhat introduit la thématique et propose une méthodologie de lecture d’un site, qu’il soit paysage construit, parc ou jardin, en remontant le temps, depuis l’état actuel jusqu’aux documents d’archives. Le site comme sédiment est une grille de lecture du document d’archive au-delà des codes de représentation.

Jean-François Pinchon, à l’aide de documents figurés très intéressants mais hélas non datés, retrace la création de la Grande-Motte et des stations balnéaires de la côte languedocienne entre 1963 et 1982. Architectes, urbanistes et ingénieurs ont travaillé de concert pour aménager et équiper les terrains avant la construction des immeubles et dans un souci de préservation de l’environnement paysager. Le fonds d’archives concernant la Grande-Motte montre comment l’architecte Jean Balladur et le paysagiste Pierre Pillet ont créé une station verte, une « ville-jardin » où le végétal est le composant fondamental des espaces publics.

Simon Texier tente une étude des jardins parisiens contemporains grâce à un récent dépôt d’archives des espaces verts de la Ville de Paris dit « versement Bagatelle » qui permet de mettre en évidence l’importance du rôle de Jean-Claude-Nicolas Forestier pour les parcs et jardins de la capitale.

Bernadette Blanchon pose la question de l’intérêt de la collecte des archives des paysagistes. Ces archives permettent une meilleure connaissance de cette jeune profession, de constituer la mémoire de la discipline, d’étudier les réalisations ainsi que la conception et son processus ; c’est une masse critique nécessaire pour comprendre le projet de paysage. Les paysagistes n’ont pas de conscience historique et leurs pratiques de terrain n’en font pas des « hommes de papier », c’est pourquoi peu d’entre eux comprennent l’intérêt de conserver leurs archives. Elle souhaite qu’une collecte d’archives orales soit également réalisée.

Stéphanie de Courtois, grâce au paysagiste René André, fait état du versement du fonds de l’agence André aux archives départementales des Yvelines. Ce nouveau matériel de travail va permettre d’attribuer et d’identifier les réalisations de ce « fils de » dont l’œuvre est souvent confondue avec celle de son père Édouard André.

Bénédicte Leclerc présente l’important fonds de  l’Entreprise générale de parcs et jardins Toutin-Roussel active à Paris et en Ile-de-France de 1913 à 2006. Cette affaire familiale est représentative d’un siècle d’art des jardins en France grâce à ses réalisations prestigieuses pour des maîtres d’œuvre tels Achille Duchêne ou Jean-Claude-Nicolas Forestier qui ont travaillé pour l’élite de l’aristocratie, de l’industrie, de la finance et de la banque ou des vedettes du music-hall et de la mode. Ces archives nous renseignent sur l’évolution de la commande, la pratique du travail et la main d’œuvre mais aussi sur la sociologie de l’établissement et de sa clientèle.

L’entreprise de paysage et d’horticulture Gélos frères a été active sur la côte basque pendant plus d’un siècle mais ses réalisations les plus significatives datent des années 1920-1930, années charnières pour la constitution des architectures balnéaires liées à la villégiature. Maddalen Narbaïts-Fritschi fait état d’un fonds considérable constitué de 6 176 documents récemment déposé aux archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Le dernier article concerne un jardin de Joseph Marrast conçu pour l’exposition internationale des Arts décoratifs en 1925 dont Jean-Claude-Nicolas Forestier était commissaire. Grâce aux documents conservés au Centre d’architecture du XXe siècle, Isabelle Glais rapproche ce jardin des « vest-pocket park » new-yorkais qui ont eu même largement influencés les « jardins de poche » aménagés à Lyon et dans sa communauté urbaine depuis les années 1990.

Toutes les contributions de ce dossier spécial sont des témoignages fondamentaux pour l’histoire des jardins, discipline récente, car ces archives mettent en évidence l’émergence d’un style au début du XXe siècle qui, même s’il est régulier, n’est pas une simple copie du jardin à la française.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *