Compte rendu : Emmanuel Bellanger, Julia Moro, Nogent-sur-Marne cité modèle. Histoire d’une banlieue résidentielle aux XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions La Découverte, 2017 (Isabelle Rabault-Mazières).

Emmanuel Bellanger, Julia Moro, Nogent-sur-Marne cité modèle. Histoire d’une banlieue résidentielle aux XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions La Découverte, 2017 (Isabelle Rabault-Mazières).

« Longtemps, Nogent-sur-Marne n’a pas eu d’histoire ». En dressant ce constat dans la préface du bel ouvrage d’Emmanuel Bellanger, spécialiste des banlieues et des politiques urbaines, et Julia Moro, archiviste au département du Val-de-Marne, Vincent Villette, directeur des affaires culturelles des Archives et du Musée de la ville, met le doigt sur « un angle mort » de l’histoire urbaine. Les historiens ont en effet privilégié les banlieues rouges ; les communes bourgeoises, surtout au XXe siècle, les ont peu intéressés.

Quelle histoire les banlieues résidentielles peuvent-elles avoir ? Dans leurs rues tranquilles où les villas dissimulées dans la végétation, protégées par des murs ou des grilles, attisent la curiosité du promeneur, le temps semble se figer et se refuser à toute histoire. Les auteurs montrent pourtant qu’il n’en est rien. Cette apparente immuabilité est le fruit d’un volontarisme politique et social, comme si pour que rien ne change, il fallait que tout change.

Comment cet ancien village agricole devenu lieu de villégiature bourgeoise mais aussi destination dominicale populaire, grâce aux bords de Marne, et foyer d’implantation d’une importante communauté italienne à la fin du XIXe siècle, celle des Ritals de François Cavanna, est-il devenu en un siècle une commune bourgeoise privilégiée, qui a évité la grande industrie, les grands ensembles, les nouvelles vagues d’immigration ?

Ce n’est pas le hasard qui a permis à Nogent-sur-Marne de devenir une cité résidentielle et bourgeoise contrairement à Champigny-sur-Marne, sa voisine, bastion populaire et communiste[1]. Dans cette évolution, l’action municipale a joué un rôle déterminant. La conquête de la mairie engage le devenir urbain et social de la commune. Emmanuel Bellanger l’a également montré dans le livre qu’il vient de consacrer à Ivry-sur-Seine[2], à lire en regard de celui-ci.

L’histoire débute en 1887, lorsque le quartier du Perreux, issu de lotissements, devient commune indépendante, et se déroule autour de trois personnalités majeures. De la Belle Époque à la Libération se succèdent deux représentants de la notabilité nogentaise. D’abord un instituteur devenu directeur d’école communale et d’école primaire supérieure, le radical-socialiste Émile Brisson (1907-1919), puis son rival qui l’a supplanté, le chartiste érudit Pierre Champion, conservateur se découvrant pétainiste, qui meurt en 1942. Après une période de reconstruction politique, les « années Nungesser » (1959-1995) sont celles de la grande époque de la « capitale  de la banlieue est ». Ce gaulliste, né à Nogent à la différence de ses prédécesseurs, fait de la sous-préfecture du nouveau département du Val-de-Marne, un lieu festif et culturel de renom, grâce à la célèbre Fête du petit vin blanc ou à l’installation du pavillon Baltard.

Le cœur de l’ouvrage est consacré à l’action de ces maires, dont le souci constant est d’embellir la ville, de l’assainir, de la moderniser, d’améliorer les transports tout en limitant leurs nuisances, de refuser la grande usine, de préserver le cadre de vie des habitants et la valeur immobilière de leurs propriétés. Conservatrice dans ses intentions, leur politique municipale sait être modérément sociale. Ainsi, les premiers HBM voient le jour dans l’entre-deux-guerres et la municipalité multiplie par cinq le nombre de HLM entre 1950 et 1990, mais le logement social, relégué en périphérie, reste très inférieur à la moyenne départementale. Roland Nungesser fait de la rénovation du centre-ville délabré une priorité (dans les années 1970 près de 30 % des habitations de la ville sont « inconfortables » ou insalubres). Il refuse pour Nogent les grands ensembles et veille à préserver les anciens quartiers de villas de la densification urbaine. Derrière ces choix, le souci du rayonnement de la ville, l’ambition d’en faire un modèle de banlieue résidentielle. La force des premiers magistrats municipaux tient notamment à l’importance de leurs relations et à leurs responsabilités dans les instances départementales ou nationales. Cette position leur permet d’obtenir des subventions et de financer les améliorations urbaines et les équipements collectifs, sans trop endetter la ville ni alourdir la pression fiscale.

Privilégiant les politiques municipales dans leur analyse, les auteurs accordent une place moins importante aux habitants et à l’espace urbain. Paradoxalement, cette commune bourgeoise est aussi populaire. Jusqu’aux années 1970 voire 1980, la bonne bourgeoisie cohabite avec un peuplement plus modeste d’employés, d’ouvriers, de commerçants ou de petits entrepreneurs. Soulignons qu’il ne s’agit pas d’une spécificité nogentaise. Même dans le très élitiste Parc de Neuilly, ouvriers, artisans et manœuvres forment en 1911 près de 30 % des chefs de ménage masculins, leur poids ayant même progressé en trente ans. C’est dire que les banlieues résidentielles, pendant longtemps, ne sont pas exclusives socialement. À Nogent, c’est la rénovation urbaine qui finit par « chasser » les classes populaires et embourgeoiser les quartiers restaurés. L’ouvrage est richement illustré de photographies, de cartes postales anciennes et d’affiches, mais des cartes précises auraient permis de visualiser l’organisation urbaine et de mieux mettre en évidence l’évolution des différenciations sociales et spatiales.

Pourtant, comme le soulignent les auteurs, cette « coloration populaire » dominante « n’imprègne pas le paysage social et politique » (p. 15). Dès la Belle Époque, la majorité des électeurs élit des représentants attachés à la propriété, d’abord radicaux-socialistes, plus conservateurs à partir de 1919, comme si une partie des milieux populaires faisait corps avec la bourgeoisie pour défendre l’« âme d’un village aéré et proche de la nature » (p. 206). L’allergie au rouge est présente même chez les Italo-Nogentais, nourrissant les bagarres avec les jeunes de Fontenay-sous-Bois dans les années 1930[3]. Pourquoi les contrastes sociaux et culturels entre les amateurs de villégiature bourgeoise, les rentiers installés, les employés travaillant à Paris, ou les ouvriers, n’ont-ils pas eu de traduction politique plus marquée ? Imaginaire de la villégiature versus imaginaire du communisme ? C’est une question importante. L’histoire de Nogent suggère que la population partageait un même attachement à la ville et que ce « patriotisme de clocher », d’une tout autre nature que celui de la banlieue rouge, produisit un climat social et politique fort différent. Il faudrait approfondir la réflexion, en l’élargissant à d’autres banlieues résidentielles, mais c’est un des précieux enseignements de cette monographie.

[1] En 2014, 70 % des foyers nogentais étaient imposables à l’impôt sur le revenu, 48 % seulement à Champigny, le montant moyen payé étant le double à Nogent.

[2] Emmanuel Bellanger, Ivry, banlieue rouge : capitale du communisme français, XXe siècle, Paris, Créaphis éditions, 2017.

[3] Pierre Milza, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Le Nogent des Italiens, Paris, Éditions Autrement, 1995, p. 108-109.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *