Compte rendu : Álvaro Solano Fernández-Sordo, De Maliayo a Villaviciosa. Un territorio de la Marina centro-oriental de Asturias en la Edad Media, Fundación José Cardín Fernández, Ayuntamiento de Villaviciosa, Universidad de Oviedo, 2016 (Denis Menjot)

Álvaro Solano Fernández-Sordo, De Maliayo a Villaviciosa. Un territorio de la Marina centro-oriental de Asturias en la Edad Media, Fundación José Cardín Fernández, Ayuntamiento de Villaviciosa, Universidad de Oviedo, 2016, 662 p., 56 p. d’appendices et un cahier d’illustrations en couleur (Denis Menjot)

L’ouvrage, issu de la thèse de doctorat de l’auteur, se présente comme une minutieuse étude de cas dans la ligne des monographies d’autres localités de la côte cantabrique et se situe dans le courant actuel des recherches sur les petites villes médiévales. Il vient combler une lacune dans la production historique régionale qui a privilégié jusqu’alors d’autres thématiques comme l’histoire des monastères, de la noblesse, du monde rural et dans le domaine de l’histoire urbaine, s’est concentré sur Oviedo, la capitale régionale. Pour la première fois, un ouvrage est entièrement consacré à cette ville et zone côtière, très mal connues pour la période médiévale.

Álvaro Solano reconstruit l’histoire de ce territoire de la Marine centro-oriental asturienne, initialement « Terre de Maliayo », qui accéda à la Modernité comme « Puebla et Alfoz de Villaviciosa » après la fondation dans celui-ci d’un noyau urbain à la fin du XIIIe siècle et la mutation du toponyme au milieu du siècle suivant. Ce travail s’inscrit donc dans ce que des historiens français, à la suite de Henri Galinié et Hélène Noizet appellent la « fabrique » de la ville et du territoire. De façon pertinente, l’auteur a choisi un cadre chronologique ample qui s’étend du VIIIe siècle – quand apparaissent les premiers documents – à 1517, date symbolique du débarquement du futur Charles Quint, ce qui lui permet d’analyser et de comprendre l’urbanisation d’un territoire dans le grand mouvement de développement de l’Europe médiévale et en particulier des polas asturiennes, magistralement analysées par le regretté Juan Ignacio Ruiz de la Peña Solar.

Álvaro Solano s’attache à réaliser ce que les historiens ont l’habitude d’appeler une « histoire totale » de la ville et de sa région qu’il développe de façon souvent très descriptive dans un plan chrono-thématique, sans originalité, mais logique et cohérent en trois parties et douze chapitres. La première partie se réduit à une approche historico-géographique du territoire, la deuxième est consacrée à la Terre de Maliayo (VIIIe– XIIIe siècle) et la dernière à la ville neuve et à son territoire (XIIIe-XVIe siècle). Le texte est suivi de quatre annexes fort utiles dont un appendice prosopographique des deux grandes familles de la région, les Quexales et les Bustos et une liste exhaustive de toutes les relations commerciales de la ville selon les comptes du diezmo de la mer du début du XVIe siècle qui dessine son ample zone de chalandise.

Cet ouvrage volumineux est fondé sur un patient et impressionnant travail de recherche documentaire dans de nombreux fonds régionaux et nationaux : Archivo Histórico nacional, Archivo General de Simancas, Real Chancillería de Valladolid, archives des institutions ecclésiastiques et des maisons nobiliaires, et sur des rapports de fouilles archéologiques. L’auteur soumet ses sources, très inégalement réparties dans le temps, plus nombreuses et surtout plus éclairantes sous les Rois Catholiques, à une critique historique minutieuse. Il les exploite par des analyses fines et approfondies qui aboutissent à des conclusions nuancées appuyées sur des tableaux, des graphiques et des cartes qui montre sa maitrise parfaite des nouveaux outils d’analyses statistiques et du SIG qui lui permettent d’étayer ses démonstrations.

La Terre de Maliayo est une zone de fond de vallée d’une ria, peuplée dès l’époque préhistorique et qui connut un premier essor à l’époque romaine avec deux établissements Puelles et Rodiles. Entre le VIIIe et le XIIIe siècle, son développement se poursuit sans aucune originalité mais semble assez important, s’il on en juge par la multiplication des villae et l’apparition de grands domaines aux mains d’une aristocratie de grands propriétaires laics et ecclésiatiques dont le plus important est le monastère cistercien de Santa María de Valdediós fondé au début du XIIIe siècle sous la protection directe du roi Alphonse IX de Léon. L’économie du territoire repose sur la production de céréales, de vin et de fruits, l’exploitation des ressources forestières, l’élevage et la pêche. Sur le plan social, les serfs sont lentement remplacés par des tenanciers libres et les grands propriétaires laics du haut Moyen Âge par un groupe de caballeros dont les moyens d’ascension sociale sont moins le patrimoine que la faveur royale et les charges publiques, comme la famille Quexal qui apparaît comme la plus puissante aux XIIe et XIIIe siècles.

La région va être transformée assez profondément par l’émergence d’une ville nouvelle, Villaviciosa – à traduire non par « ville vicieuse » mais par ville exquise –  fondée à l’initiative du roi Alphonse X en 1270 pour mettre fin à la rivalité entre les familles locales en lutte pour le pouvoir et pour contrôler la zone. Il la dote d’une charte qui définit le cadre administratif et le statut de l’habitant (vecino) et d’un patrimoine immobilier dont l’exploitation était destinée à fournir des ressources financières à la municipalité qui les complétera par la levée d’un impôt direct et non d’une accise perçue sur la consommation comme dans beaucoup d’autres villes. Álvaro Solano analyse la concrétisation de cette fondation, qu’il compare à d’autres dans les royaumes de France, d’Angleterre et du Portugal. Il reconstitue le parcellaire réticulaire, le tracé des murailles, situe les bâtiments représentatifs des fonctions urbaines : l’église, les établissements hospitaliers, les maisons-tours et les palais urbains qui sont la traduction architecturale de l’installation des élites sociales qui aspirent à la noblesse. Il suit les transformations du paysage urbain aux XIVe et XVe siècles marquées surtout par l’apparition de faubourgs. L’économie régionale se transforme avec l’introduction de l’élément urbain qui stimule le développement de l’activité artisanale qui repose principalement sur la métallurgie, favorisée par la présence de minerai de fer, de cours d’eau et de bois, qui alimentent les nombreuses forges tandis que les nombreux troupeaux fournissent la matière première aux peaussiers et aux tanneurs. Ces artisanats en plein essor alimentent les exportations dans une vaste zone qui dépasse très largement les limites des Asturies.

Le gouvernement urbain administre un territoire (alfoz) dont les limites correspondent à celles du territoire du haut Moyen Âge. Il s’est produit un véritable transfert de pouvoir entre la vieille aristocratie rurale et le nouveau conseil urbain dont la fermeture progressive asseoit fermement la domination de quelques familles. Mais jusqu’à la fin du règne des Rois Catholiques, en 1516, Villaviciosa maintient son indépendance au sein du domaine royal sans tomber sous la domination de seigneurs locaux à la différence de bien d’autres localités voisines.

Álvaro Solano Fernández-Sordo met ainsi bien en évidence dans cet ouvrage, l’évolution d’une communauté de la côte centro-orientale des Asturies et les formes d’appropriation, d’exploitation et d’organisation de cet espace ainsi que l’évolution du paysage, du peuplement et de l’économie régionale consécutive à l’introduction de l’élément urbain. Une belle monographie sur une petite ville et son territoire et son évolution pendant un millénaire, bien écrite et accompagnée d’un appareil cartographique et statistique important.

 

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *