Compte rendu : Wim Denslagen, Observations of urban aesthetics, London, Paris and New-York, Ed. Wim Denslagen, Den Haag, 2016, ISBN ebook : 978-80-8759-638-5 (Françoise Hamon)

Wim Denslagen, Observations of urban aesthetics, London, Paris and New-York, Ed. Wim Denslagen, Den Haag, 2016, ISBN ebook : 978-80-8759-638-5 (Françoise Hamon)

 

 

L’auteur de cet essai, inspecteur des Monuments historiques émérite aux Pays–Bas, suit depuis une décennie l’évolution de la sensibilité patrimoniale en Europe et plus largement, dans le monde occidental. Le présent texte, dont il est l’éditeur, analyse la sensibilité à la beauté urbaine à travers les regards portés sur trois cités mythiques dans le temps long. L’ouvrage est divisé en trois parties qui décrivent comment le public (national et étranger) et les spécialistes ont perçu et accueilli les transformations de Londres, Paris et New-York.

Dans son introduction générale, l’auteur observe que la notion de « beauté urbaine », qui semble apparaitre à la Renaissance, n’est pas une évidence. La ville est-elle une machine fonctionnelle ou une œuvre d’art ? Il rappelle les combats menés dans les années 1960 par Jane Jacobs (The Death and life of great american cities, 1961) contre Robert Moses, l’inventeur de l’autoroute urbaine, l’homme qui a détruit les « voisinages ». Puis il évoque les nostalgies exprimées au tournant du XXe siècle (Lost London, 1971 ; Claude Eveno, Paris perdu, 1991 puis Revoir Paris, 2017). Wim Denslagen s’engage sur les traces de Donald Olsen qui publiait en 1986, The city as a work of art. Olsen y étudiait la valeur d’art des villes de Londres, Paris et Vienne. Trente ans plus tard, Denslagen abandonne la Vienne baroque pour New-York et le skyline historique qui constitue sa beauté propre. De Londres, presqu’intégralement incendiée et reconstruite à la fin du XVIIe siècle, il examine les développements du XVIIIe siècle créés par l’architecte de génie John Nash, et comment ils ont été ressentis et représentés. Paris qui n’a été ni incendiée, ni bombardée, dont la croissance a été plus rectiligne et le prestige culturel constant, offre un utile terrain d’analyse pour définir la beauté urbaine et mesurer l’évolution de sa perception.

Dans cette introduction assez polémique, Wim Denslagen observe que dans la capitale française qui se veut depuis des siècles la plus belle ville du monde, le ministère de la Culture n’hésite pas à défigurer dans un site ultra-sensible, un noble édifice construit au siècle précédent. Il fait allusion ici à l’immeuble de la rue des Bons Enfants (Vaudoyer, 1919) que Francis Soler a enveloppé en 2005 d’une résille passablement démodée quinze ans plus tard. Evolution patrimoniale normale a dit la critique, et conforme à la tradition culturelle française du pluralisme et de la rupture avec l’environnement. L’auteur convoque ici Sebastien Loew, Modern architecture in historic cities. Policy, planning and building in contemporary France (1998), d’où il ressort que la préservation est aujourd’hui un concept démodé, éliminé par une stratégie de la rupture, par un refus de la muséification. La beauté urbaine est-elle désormais liée à la vitalité culturelle ? L’auteur développe la notion de « power of place » : le patrimoine évolue selon sa logique propre, selon la force du lieu.

Arrêtons-nous au chapitre consacré à la beauté de Paris et à l’histoire de sa perception dans le temps long par les habitants et les professionnels du voyage. Elle se lit dans les guides qui balisent le parcours de l’auteur. Wim Denslagen note en préalable que les ouvrages les plus récents (ainsi le Guide Bleu) n’évoquent pas le vandalisme de la Commune, dont l’évocation est politiquement incorrecte ; signalons qu’à propos de la destruction des Tuileries, il ne semble pas avoir eu connaissance du projet de sa reconstruction. C’est avec Germain Brice, qui publie en 1713 une célèbre Description de Paris, que l’auteur aborde son histoire de la sensibilité à la beauté urbaine. Dans cette ville resserrée et malsaine, Brice aime surtout les larges perspectives, les grandes ouvertures : le cours la Reine où se dégage la vue sur le dôme des Invalides, sur les collines de Meudon ou Saint-Cloud. Il apprécie aussi les places nouvellement ouvertes : donc un intérêt pour les larges espaces. Pour les commentateurs du second XVIIIe siècle, ce sont les jardins qui semblent constituer la principale beauté de la ville : celui des Tuileries ordonné et peuplé de statues, celui du Luxembourg plus champêtre. La promenade dans ces jardins et sur les quais de la Seine semble le but privilégié du séjour des Anglais comme celui des Parisiens ou des provinciaux en visite. Etape suivante : 1814 et l’invasion des soldats alliés à Paris. La capitale semble terne, en partie désertée par ses habitants. La beauté de la place de la Concorde fait oublier son triste rôle pendant les décennies précédentes. Les voyageurs anglais ou allemands y admirent les nouvelles constructions néo-classiques, les portiques de la Madeleine et du Palais Bourbon. Paris est leur nouvelle Athènes.

Le chapitre qui suit porte sur les projets « d’embellissements », qui depuis la fin du XVIIIe siècle, avec Voltaire et de Wailly, proposent d’améliorer la salubrité et la beauté de la Capitale. Ils aboutissent avec Napoléon III et l’haussmannisme : l’auteur relit les textes, notamment le Paris-Guide de 1867, et rappelle les critiques bien connues du baron. La critique romantique est plus politique qu’esthétique, de Victor Hugo à Victor Fournel. La rigidité des voies est-elle destinée à prévenir les insurrections ou, plus prosaïquement, à permettre d’arriver à l’heure à la gare ? Théophile Gautier est le seul, avec l’ex-communard Jules Vallès, à aimer les boulevards haussmanniens, à en apprécier la vitalité et la mixité sociale. Wim Denslagen qui connait bien l’immense littérature du XIXe siècle dédiée à Paris, rappelle que la réhabilitation d’Haussmann a été engagée d’abord par Pierre Lavedan (1975), poursuivie par Leonardo Benevolo (1980), par Peter Clarck (1984) qui exploitait le regard impressionniste sur la ville, enfin par François Loyer (1987) ; ils ont mis en évidence l’élégance des boulevards, des places en étoile, des squares et des parcs. Une récente exposition au Pavillon de l’Arsenal à démontré comment le système de l’îlot haussmannien favorisait une exceptionnelle densité tout en assurant la salubrité et le confort urbain.

Le dernier épisode est consacré à Walter Benjamin qui a médité dans un Paris blessé par la guerre et la crise économique ; ses chers passages ont-ils été vraiment cultivés par les amateurs de beautés parisiennes ? Après un bref moment de redécouvertes dans les années 1980, ils semblent à nouveau quelque peu oubliés.

Les images proposées par l’auteur, plans anciens et gravures, ne rendent pas bien compte de la beauté que décrivaient des guides peu ou pas illustrés, des espaces ouverts telles les rives de la Seine, les larges perspectives, la composition savante des jardins. Ce qu’aurait sans doute mieux montré les peintures du musée Carnavalet, celles des Parisiens (Raguenet, Debucourt) et surtout celles des anonymes voyageurs hollandais. En revanche, Wim Denslagen propose la succession, sur un siècle, de photos du skyline new-yorkais qui démontre une constante sensibilité à la beauté de ce paysage monumental tel qu’il est vu depuis la mer par les passagers des paquebots.

La bibliographie est classée par chapitres, très abondante tant pour l’introduction générale que pour chacune des trois villes. On regrette quand même qu’elle soit strictement alphabétique, confondant sources imprimées et travaux historiques et critiques. Difficile de s’y retrouver…


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *