Compte rendu: Pierre-Henri Guittoneau, Dans l’ombre de la capitale. Les petites villes sur l’eau et Paris au XVe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2016 (Bibliothèque d’histoire médiévale, 17), 821 p. (Julie Claustre)

Pierre-Henri Guittoneau, Dans l’ombre de la capitale. Les petites villes sur l’eau et Paris au XVe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2016 (Bibliothèque d’histoire médiévale, 17), 821 p. (Julie Claustre)

Le copieux ouvrage de P-H. Guittoneau est tiré de la thèse de doctorat qu’il a soutenue sur les relations entre Paris et les petites villes du bassin de la Seine au XVe siècle. L’auteur y explore les ressorts, tout particulièrement économiques et commerciaux, de la domination parisienne sur ces localités. Il s’agit donc d’une contribution à l’étude d’un réseau urbain régional, le réseau francilien polarisé par la capitale dans une période choisie pour la masse et la diversité de la documentation conservée. Compte tenu des densités démographiques franciliennes médiévales, le sujet est large et l’ouvrage impressionne par l’ampleur de la documentation qui a été brassée (registres d’audience du Parloir aux bourgeois, livres de couleur du Châtelet, minutes notariales, archives des églises parisiennes, registres du Parlement, de la Cour des Aides et de la Chambre du Trésor, dossiers de la Commission des péages). P-H. Guittoneau a ainsi fait de véritables trouvailles archivistiques, comme cette enquête de commodo et incommodo de 1490 sur l’aménagement d’un port par l’abbaye de Saint-Denis à Carrières-sur-Seine. L’exposé des résultats de cette patiente recherche est structuré en quatre parties thématiques nettement délimitées : la première présente le semis urbain francilien médiéval, la deuxième détaille les modalités du contrôle de l’espace fluvial par la prévôté des marchands de Paris, la troisième se focalise sur les échanges marchands entre Paris et les petites villes, la quatrième aborde les relations politiques entre ces villes et la capitale.

Dans la première partie, l’auteur expose précautionneusement les motifs, principalement démographiques, institutionnels et économiques, pour lesquels il retient une liste de dix villes : Mantes, Meulan, Pontoise, Poissy, Saint-Denis, Meaux, Lagny, Etampes, Melun et Corbeil. Il ne s’agit pas de la partie la plus convaincante du livre, d’une part en raison d’une conception, datée, de l’espace comme simple « cadre » des activités humaines qui paraît peu adéquate, d’autre part parce que l’auteur s’est privé de certains travaux d’histoire de la géographie francilienne médiévale qui lui auraient sans doute épargné quelques développements par trop énumératifs : les articles de J. Guérout et Fr. Maillard parus en 1978 dans les Actes du 100e Congrès national des Sociétés Savantes (Paris, 1975),  II. Études sur l’histoire de Paris et de l’Île de France. Enfin, cette première partie ne parvient pas pleinement à justifier le choix des villes fluviales fait par l’auteur : pourquoi avoir écarté d’emblée des agglomérations franciliennes situées à distance des cours d’eau, comme Dammartin-en-Goële, qui était le siège d’une châtellenie et d’une doyenné et un important marché aux grains, ou encore Gonesse, siège de châtellenie, marché et carrefour de voies terrestres ? Il demeure dans le choix de cette dizaine de « petites villes sur l’eau » soit une part d’arbitraire, légitime compte tenu de l’ampleur du sujet mais qu’il convenait d’assumer, soit d’autres justifications, par exemple liées à la place des cours d’eau dans l’espace médiéval, mais qu’il fallait expliciter.

La deuxième partie explore les modalités et les limites de la juridiction exercée par la prévôté des marchands de Paris sur la Seine et ses affluents. Elle livre un commentaire détaillé de l’ordonnance de 1416 sur la prévôté des marchands, complété par des informations tirées de la documentation judiciaire ou comptable. Elle fait ainsi apparaître un espace fluvial intensément occupé où se superposent, s’enchevêtrent et entrent en conflit les droits des seigneurs, du roi et de la hanse parisienne.

Cette dernière doit en permanence défendre et réaffirmer ses privilèges, afin d’assurer l’approvisionnement de la capitale. Ce sont les nécessités de cet approvisionnement qui ouvrent la troisième partie du livre, consacrée aux échanges économiques entre Paris et les petites villes. Déjà étudié par G. Fourquin, J. Favier et plus récemment par B. Descamps s’agissant des bêtes de boucherie, l’approvisionnement parisien excède largement, on le sait, l’espace régional francilien : Normandie, Picardie, Flandre méridionale, pays chartrain, Berry, Bourgogne sont concernés. La part qui revient aux petites villes fluviales dans cet approvisionnement est pourtant essentielle : elle tient aux activités de transport et de batellerie qui s’y développent, en particulier à Corbeil, Melun et Poissy, aux possessions foncières que des Parisiens y détiennent et aux productions locales (grain, vin, pain, bétail, bois, pierre, papier, drap) destinées au marché parisien. Elle se perçoit avec une particulière acuité en temps de troubles militaires lorsqu’elles sont prises pour cibles par les belligérants qui tentent de bloquer les voies du ravitaillement de Paris. Le cas du trafic fluvial à Mantes est bien éclairé par l’auteur grâce à l’exploitation des registres de comptes de cette ville. L’auteur montre ensuite que les liens commerciaux entre Paris et les petites villes fluviales s’inscrivent dans un écheveau de liens personnels et familiaux entre Parisiens et habitants de ces localités.

P-H. Guittoneau aurait sans doute pu s’arrêter là et à cette exploration en profondeur des rapports de domination et d’interdépendance économiques entre Paris et un groupe de localités franciliennes, mais il propose dans une 4e partie une étude de leurs rapports institutionnels et politiques : rapports entre les communautés locales et le roi au travers notamment des séjours royaux, des entrées royales dans ces villes, des échanges de lettres et de messagers en particulier ; rapports entre les villes et les institutions financières et judiciaires de la monarchie.

On l’aura compris, l’ouvrage de P-H. Guittoneau dresse un vaste panorama des relations que Paris entretient avec les villes-relais de son arrière-pays proche au XVe siècle et il offre aux historiens de Paris et de l’Île-de-France non seulement une ample moisson d’informations, grâce à ses index nominum et rerum et à quelques études de cas thématiques sur Mantes, Pontoise ou Étampes, mais aussi la première étude systématique du réseau urbain francilien médiéval. Au regard de l’importance du travail de collecte documentaire effectué et des spécificités de l’objet d’étude, on ne peut que regretter l’insuffisance de l’apparat graphique et surtout cartographique (une seule carte de format réduit, p. 723 !), manifestement sacrifié par l’éditeur.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *