Compte rendu : Figurations de la cité. Autour du plan de Sienne au Moyen Âge, envoi de Rome de Jean-Baptiste Hourlier (1930), Académie d’Architecture – 8 novembre -12 décembre 2016, (Guy Burgel)

Une exposition éclairante sur des concepts urbains

 

Figurations de la cité. Autour du plan de Sienne au Moyen Âge, envoi de Rome de Jean-Baptiste Hourlier (1930), Académie d’Architecture – 8 novembre -12 décembre 2016, (Guy Burgel)

Une fois de plus, après la remarquable exposition de 2015 sur le plan de la Région parisienne d’Henri Prost (1932-1934), l’équipe d’animation de l’Académie d’Architecture a su trouver dans l’exceptionnel fonds d’archives de l’Hôtel de Chaulnes, place des Vosges, matière à présenter, l’automne dernier, non seulement de belles illustrations, mais une introduction à un des débats les plus vifs dans la ville contemporaine : le rôle du politique et de l’espace public. Un catalogue fort réussi, publié sous la double responsabilité de l’Académie et de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine (47 pages), pérennise les acquis d’une manifestation toujours trop éphémère.

Il faut ici rendre grâce aux deux commissaires de l’exposition, Jean-Pierre Pénaud et Paul Quintrand, et à sa scénographe, Adeline Rispal, d’avoir relevé le défi d’illustrer parfaitement la double polysémie de termes banalement employés : derrière la « figuration », se cache l’ambiguïté entre la précision et l’objectivité du dessin, dont l’ordinateur démultiplie les potentialités, et la reconstruction d’un récit explicatif ; derrière la « cité », se dissimule la matérialité de l’espace construit (urbs) et l’idée d’un territoire institutionnel (civitas).

Le prétexte en est donné par un exercice obligé qu’un jeune architecte doué, Jean-Baptiste Hourlier, qui allait s’illustrer après la Deuxième Guerre mondiale dans des bâtiments religieux et surtout la reconstruction de Lorient, doit à la Villa Médicis, qui l’a accueilli comme lauréat du Grand Prix de Rome de 1926. En 1930, il s’emploie à représenter, par des vues perspectives admirables et des dessins colorés d’une incroyable précision, la ville de Sienne au XIVe siècle. Il revient sur son dessein, un an plus tard, dans un texte court, mais lumineux, « Sienne au Moyen-Age – Essai de reconstitution » (Salon des Artistes français, Edition Albert Morancé, Paris, 1931). Il n’y prétend pas « avoir présenté une œuvre archéologique, mais tenté de dégager l’essence, l’âme même de l’architecture siennoise ». Près d’un siècle plus tard, avec les armes de l’écriture, l’historien Patrick Boucheron ne fera pas autre chose dans son beau livre, Conjurer la peur – Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images (Paris, Seuil, 2013).

Car l’essentiel n’est-il pas déjà préfiguré dans les planches d’Hourlier ? Ce que l’universitaire décrit avec élégance dans la « fresque du bon gouvernement » de Lorenzetti dans le palais municipal de Sienne (les allégories de la guerre et de la paix de l’époque, la soldatesque brutale, qui pille les richesses de la cité et violente les femmes, la campagne paisible qui entoure la ville où les habitants se promènent), se retrouve dans la présentation de l’homme de l’art, « plus synthèse architecturale du sujet qu’une perspective réelle ». Toute la symbolique s’y donne à voir : la rivalité avec Florence apparaissant minuscule à l’arrière-plan, l’exagération des tours patriciennes presque aussi hautes que le campanile de l’institution communale, la campagne cultivée à l’intérieur de la muraille, en contraste avec une nature hostile, presque sauvage.

 Au-delà de ces images convenues, c’est la forme stable d’un gouvernement politique, démocratique et équitable, de la cité qui est interpellée, menacée alors par les ligues princières et ecclésiastiques, comme aujourd’hui par la montée des inégalités et des communautarismes. Et l’architecte comme l’historien de nous rappeler un principe continu de la conduite des sociétés humaines : ce qui fait un bon gouvernement n’est pas qu’il soit inspiré par Dieu ou une idéologie, ou qu’il soit constitué de personnes d’exception, mais le sentiment commun des citoyens de bien-être et de prospérité.

Face à ce cœur palpitant de l’exposition figuraient en contre-point des « éléments d’actualisation ». Faut-il avouer ici une certaine déception, ou plutôt le sentiment diffus de n’avoir pas été rassasié ? Ce n’est pas faute d’abondance de sujets intéressants et de présence de grandes plumes ? Citons entre autres, Christian de Portzamparc, avec « La mort de la rue au XXe siècle », Philippe Panerai, avec un projet sur « Strasbourg-Kehl : la route du Rhin », Rem Koolhaas, avec la « Ville-Port de Qianhai » (en face d’Hong Kong), ou encore Paola Vigano, avec sa « Métropole horizontale : Bruxelles 2040 ». Les organisateurs ont-ils voulu trop accumuler sur une place forcément restreinte pour chacun ?

Je ne le pense pas. Je crois la difficulté plus profonde qu’une simple distinction d’accrochage. Elle tient d’abord à la différence de style. Tout architecte qu’il est, Hourlier est encore un littéraire, qui écrit dans une langue classique, simple et élégante. Faut-il aujourd’hui, pour faire professionnel ou scientifique, parler pour l’entre-soi ? Mais il est sans doute une raison plus structurelle. Dans la Sienne médiévale, la figuration de l’architecte embrassait d’un seul regard la ville et la cité, les habitants et leur cadre matériel, leurs modes de pensée et leurs moyens d’approvisionnement. Avec la révolution urbaine de la seconde moitié du XXe siècle, du nombre d’habitants et de la dilution périphérique de la ville, l’« architecte-urbaniste » – avec un fort doute personnel sur la légitimité du trait d’union ! – a-t-il bien pris la mesure de l’échelle des processus et des réalités ? On ne figure plus la ville, on en projette des morceaux.

Il reste que la manifestation a dépassé dans ses résultats ces interrogations. Un des premiers acquis réussis, qui n’était pas gagné d’avance eu égard à la nature classique de la collection d’Hourlier, est de replacer les débats sur la représentation de la ville dans les techniques et les thématiques d’aujourd’hui. La composante environnementale (l’eau, le vent, les îlots de chaleur) en fait désormais partie. Et l’introduction des outils numériques marque un progrès incontestable. Une journée d’étude, en marge de l’exposition, organisée sur « L’après Palmyre », avec le concours d’ICOMOS France, a bien montré comment la numérisation des monuments détruits par la folie barbare était œuvre de conservation du patrimoine et introduction à une anastylose nécessaire ou sélective. C’était compléter les analyses éclairantes de l’historien Paul Veyne (Palmyre, l’irremplaçable trésor, Albin Michel, 2015), pour dire que la sauvagerie inculte de l’intégrisme religieux a voulu abattre dans cette oasis du désert syrien, plus encore que les traces physiques du polythéisme ou de l’idolâtrie, le témoignage vivant d’un emporium ouvert à l’échange lointain, matériel et culturel, aux religions et aux langues multiples, aux activités et aux métiers variés.

Finalement, ces « Figurations de la Cité » resteront un grand moment de pédagogie nécessaire de l’apprentissage citoyen de la ville. C’est un mode du « récit urbain » – terme remis au goût du jour -, pour énoncer tout à la fois la compréhension sociale des morphologies architecturales et la vision politique des stratégies. La courte présentation de L’Atlas des Formes urbaines de Marseille (Jean-Lucien Bonillo, René Barruey, Laurent Hodebert) est ainsi remarquable sur le passage de la ville-campagne des XIXe-XXe siècles à la métropole sédimentée actuelle. Représentée ou vécue, une ville est toujours le résultat d’une histoire et d’un projet.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *