AAC : Noblesses et villes de cour en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles) : la résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à l’époque moderne

Noblesses et villes de cour en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles) : la
résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à
l’époque moderne (colloque à Lunéville, mai 2018)


Sans être un phénomène fondamentalement nouveau, la ville de cour
prend un essor sans précédent dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe
siècles, sous l’effet de la sédentarisation des cours dont elles
deviennent le cadre ordinaire. Lorsqu’ils se sont intéressés aux
relations entre la cour et la ville, les historiens modernistes ont
davantage observé les modalités d’imposition du pouvoir central sur
l’espace urbain, attentifs aux réalisations édilitaires, au
contrôle des institutions urbaines ou encore à l’orchestration des
grandes cérémonies princières. En revanche, les transformations
sociales induites par la présence du souverain et la curialisation de
l’espace urbain demeurent à la marge de la recherche, alors que les
élites nobiliaires sont au cœur même de l’articulation entre cour
et ville. Axés sur la dichotomie Paris-Versailles, souvent érigée en
modèle, les historiens modernistes ont eu tendance à donner une
vision hors sol de l’institution curiale, négligeant la présence
nobiliaire dans la cité. Pourtant, même à Versailles se développe
une ville au sens plein du terme qui accueille une partie de la
noblesse privée de logement au château, quand elle ne demeure pas à
Paris.

Ces élites nobiliaires résultent d’une sédimentation socio-urbaine
progressive car, aux anoblis s’ajoutent une noblesse issue de
l’appareil juridico-administratif sécrété par le renforcement de
l’État central et, bien évidemment, une noblesse féodale
consciente de la nécessité de paraître dans l’entourage du prince.
Les situations varient à l’échelle de l’Europe, en fonction des
chronologies et des configurations politiques, mais la rencontre entre
élites patriciennes et noblesses féodales pour lesquelles la ville
n’a jamais réellement constitué un environnement « naturel » est,
dans tous les cas, à l’origine d’une complexification du paysage
nobiliaire urbain dont les médiévistes ont largement balisé le
terrain théorique. Conserver une éminence sociale au sein de la ville
oblige les élites terriennes à réinvestir un mode de vie urbain à
leur profit ou à adapter des comportements intrinsèques à leur
milieu, autant d’enjeux pour des élites dont le statut social
oscille entre des discours juridiques fermes et des pratiques sociales
et culturelles relativement souples.

Ce colloque voudrait donc analyser tous les ressorts de la conversion
urbaine des élites nobiliaires, considérées dans leur grande
hétérogénéité et montrer de quelle manière elles s’inscrivent
dans le tissu, la matérialité et la culture des villes de cour où
réside un prince souverain, durant les XVIIe et XVIIIe siècles en
Europe.

Si le cœur de l’espace urbain est d’abord sous l’emprise du
prince, la noblesse participe à la construction de l’environnement
architectural – à travers l’édification de demeures – mais aussi
culturel, en suscitant des initiatives artistiques, des lieux de
spectacle et des espaces de sociabilité. Outre la bâtisse qui fait
partie intégrante du mode de vie aristocratique, la recherche des
commodités et le penchant pour la consommation ostentatoire, amplifié
par les exigences de la vie de cour, engendrent des dépenses dont les
effets rejaillissent sur les structures professionnelles et
commerçantes de la ville, sans oublier les investissements dans les
immeubles de rapport, l’industrie du luxe ou, aux antipodes, la
charité qui influe sur l’organisation des institutions de
bienfaisance. Ainsi, la manière dont la richesse du second ordre
irrigue la ville est un thème important de ce colloque.

La dimension économique et financière du rapport du second ordre à
la ville princière invite à revenir sur le positionnement des
autorités centrales et urbaines par rapport à l’ancrage urbain de
la noblesse sur le long terme. Le rôle des pouvoirs publics peut
prendre des formes différentes, selon les époques et les pays :
financement de projets immobiliers, régimes juridiques et/ou fiscaux
particuliers, développement d’infrastructures comme les parcs et les
promenades devenues indispensables au mode de vie aristocratique…
Partant, cette installation de la noblesse au sein de la ville de cour
perturbe non seulement le microcosme urbain, mais modifie aussi
l’aménagement et la représentation de ce cadre de vie. Elle induit
par ailleurs une altération de l’environnement juridique et fiscal
urbain par l’immixtion de régimes privilégiés exogènes,
transposés ou nouveaux, qui peuvent bouleverser les normes régissant
l’espace urbain et les relations entre autorités monarchique et
municipale.

L’urbanité croissante d’élites nobiliaires allochtones suggère
une implantation assumée de leur part mais leurs pratiques
résidentielles amènent à s’interroger sur cette soi-disant
sédentarisation. En effet, la multiplication des fonctions occupées
ou convoitées – curiales, politiques, militaires mais aussi
seigneuriales – impose une ubiquité que seule la multi-résidence peut
résoudre.

Au-delà de la question du choix d’un lieu de vie, ce dernier aspect
permet d’entrevoir la manière dont se conjuguent ces identités
multiples et de repérer les stratégies déployées pour conserver une
distinction sociale consubstantielle à l’ordre. Comment la noblesse
peut-elle continuer à marquer sa différence à l’égard de la
bourgeoisie dès lors qu’elle abandonne un mode de vie rural dont
elle se prévalait ? Selon la même logique, l’urbanité n’aurait-
elle pas contribué à uniformiser un second ordre traversé par des
fractures diverses ? Le cas échéant, peut-on trouver ici des
éléments de réponse au vieux problème de la fusion des élites ? Ou
au contraire, la formation et l’affirmation d’une noblesse de cour
urbanisée ne conduisent-elles pas à une nouvelle hiérarchie,
reléguant de fait toute autre noblesse à un rang inférieur ? Autant
de questions qui permettent de revenir sur l’élaboration
d’identités nobles collectives univoques ou différenciées, sous
l’effet de ce double phénomène de curialisation et
d’urbanisation, et de faire de la ville de cour un observatoire de
ces évolutions.

Quelques axes sont ainsi à privilégier :

–  Identification des noblesses et articulation entre les différents
groupes au sein de la ville de cour.

–  Implantation et insertion urbaines : un processus de
sédentarisation achevé ? Quelles relations la noblesse entretient-
elle avec les institutions urbaines ? Quelles sont les conséquences de
l’introduction d’une économie du privilège sur l’environnement
économique et juridique de l’espace urbain (exemptions fiscales,
immunités juridiques…) ?

–  Supériorité sociale et économique : repère-t-on des pratiques
distinctives (édilité, maîtrise du marché immobilier et locatif,
consommation, sociabilité, mécénat) qui feraient de la noblesse une
nouvelle élite urbaine ?

–  Urbanité et identité nobiliaire : dans quelle mesure et de quelle
manière la ville modifie-t-elle les représentations de l’ordre ?

Contacts :

Éric Hassler (eric.hassler@unistra.fr)

Anne Motta (motta.anne@univ-lorraine.fr

Comité scientifique : Laurent Bourquin, Jean-François Chauvard, Paul
Janssens

Nous serions reconnaissants aux collègues intéressés de nous donner
un accord de principe dès que possible, et de nous envoyer une
proposition de 3000 signes (maximum) pour le 15 octobre 2017.

Très cordialement à tous

Éric Hassler, Anne Motta


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *