Compte rendu: Véronique Dupont et Djallal G. Heuzé (sous la direction de), La Ville en Asie du Sud. Analyse et mise en perspective, Éditions de l’EHESS, Collection Purusartha, Paris, 2007. (Vanessa Caru)

Véronique Dupont et Djallal G. Heuzé (sous la direction de), La Ville en Asie du Sud. Analyse et mise en perspective, Éditions de l’EHESS, Collection Purusartha, Paris, 2007, 435 p. (Vanessa R. Caru)

 

Ce recueil d’articles s’ouvre sur un constat : la société urbaine en Asie du Sud reste minoritaire, même si elle est productrice de villes géantes, comparables aux mégapoles mondiales, qui font l’objet des études de l’ouvrage. Ces très grandes villes se présentent en effet comme révélatrices des mutations sociales que connaît le sous-continent indien. L’émergence des mégapoles constituant un trait marquant de l’urbanisation des sociétés contemporaines, la démarche comparatiste est placée au cœur de l’ouvrage, afin de résoudre la question de l’universalité et de la spécificité du phénomène urbain du sous-continent. Si cette approche méthodologique est désormais classique, elle se traduit dans le recueil par une organisation particulière : à chaque étude de cas d’une ville d’Asie du Sud répond un court article d’un spécialiste d’une autre aire géographique, sur le mode de la discussion.

Les contributions, venues de divers champs disciplinaires, sont regroupées autour de trois grandes thématiques : structure de la ville et recompositions socio-spatiales, tensions sociales et tensions urbaines, restructuration des espaces économiques.

La première partie cherche ainsi à saisir les facteurs créateurs et organisateurs de l’espace urbain. L’étude d’A. Viguier sur les villes tamoules de la période pré-coloniale met en avant les correspondances existant entre les représentations forgées par le pouvoir politique ou religieux des villes et les formes urbaines en Inde du Sud. Correspondance que discute V. Gossaert, depuis le cas chinois, en insistant sur le nécessaire recours à des sources autres qu’ « officielles ». L’article de V. Dupont et d’U. Ramanathan s’attache à un autre acteur des transformations urbaines, la puissance publique, au travers de l’étude du traitement des bidonvilles à Delhi. L’analyse souligne le décalage entre les discours bien intentionnés des politiques et les réalisations, qui relèguent et marginalisent les habitants des bidonvilles. Les auteurs insistent notamment sur le rôle de plus en plus important joué par les cours de justice, qui remettent en cause le droit au logement ou au relogement de ces populations. Alors qu’à Delhi, l’éradication des bidonvilles est justifiée au profit de « l’embellissement » de la ville, H. Rivière d’Arc montre qu’à Sao Paulo cette même notion recouvre des politiques aux inflexions plus sociales, engageant une réflexion sur la circulation de certains concepts d’urbanisme. La contribution d’A. Hollé nous fait aborder un espace urbain en devenir, les quartiers récents périphériques de Katmandou. Cherchant à en saisir les fondements d’organisation et de développement, elle met à jour une combinaison de facteurs, où dominent les potentialités économiques des habitants : conceptions religieuses, influences culturelles diverses des migrants, savoir-faire des ouvriers, etc. L. Coudroy de Lille élargit la perspective à une réflexion d’ordre général sur le rapport entre l’héritage urbain et les nouvelles extensions de la ville. Enfin, le dernier échange de cette section tourne autour de la notion de « village urbain », dont R. de Maximy discute l’usage parfois abusif. M-C. Saglio-Yatzimirsky s’en sert dans le cas de Mumbai pour démontrer le rôle que jouent dans l’intégration urbaine des migrants les liens réels ou imaginés avec le village.

La seconde partie du recueil explore les liens complexes qui unissent la violence et la ville. M. Boivin livre une étude fouillée sur la violence à Karachi, dont il dresse une périodisation et une typologie. Il en analyse les incidences sur l’espace urbain, décrivant les replis communautaires et les processus de ghettoïsation, et sur la société urbaine, puisqu’elle donne lieu à de nouvelles formes de socialisations, essentiellement autour d’ONG. Enfin, il en esquisse une interprétation où les facteurs économiques, et le contexte politique jouent les plus grands rôles. Si l’article de D.G. Heuzé sur Mumbai balaye les différents types de violences de rue, il place au cœur du phénomène, la violence d’Etat. Il retrace depuis la période coloniale l’histoire d’une cité où toutes les politiques de modernisation ou d’urbanisme se sont faites contre les classes populaires, accroissant en retour les tensions, de classe puis communautaires. J-C. Depaule croise ces deux études avec ses propres réflexions sur Beyrouth, en mettant en avant l’idée de fragmentation de l’espace urbain, porteuse de violence.

Le lien fort entre la ville et le développement économique, et plus particulièrement l’industrie, fait l’objet de la troisième partie. L’article de L. Kennedy analyse les conséquences spatiales des politiques régionales de développement industriel, depuis la libéralisation de 1991. Dans le cas de Chennai et d’Hyderabad, elle démontre qu’elles ont conduit à une aggravation marquée de la polarisation des activités dans les grands centres urbains. Phénomène que C. Azaïs retrouve au Brésil, s’interrogeant sur les risques sociaux engendrés par cette situation. C’est l’échelle locale qui est privilégiée dans l’article de G. De Ponte sur Kanpur. L’auteure montre comment la désindustrialisation et le développement massif de la précarisation du travail ont modifié en profondeur les espaces de la ville mais aussi sa représentation politique. Ce qui évoque en retour à P. Haeringer une réflexion sur l’économie endogène des villes.

Combinant approche spatiale et approche sociale, ces contributions abordent donc les enjeux actuels de la ville d’Asie du Sud. On peut néanmoins questionner l’architecture du recueil et notamment le fait de ne pas avoir consacré une partie à la problématique du « droit à la ville », alors que plusieurs articles traitent de cette question. Les regrouper aurait peut-être permis de mieux mettre en valeur leurs conclusions et notamment leur intéressante déconstruction critique des discours urbanistiques des élites.

Si cet ouvrage atteint son but en dégageant une vision concrète, par l’épaisseur des études de cas,  des spécificités de la ville du sous-continent – habilement reprises dans la conclusion de D.G. Heuzé –, il dépasse aussi parfois cet objectif en proposant une véritable réflexion sur les méthodes et les concepts pour aborder le phénomène urbain. La perspective comparative aurait peut-être gagné, dans une visée de décloisonnement plus large, à intégrer de plus nombreux parallèles avec les villes de ce que l’on a coutume d’appeler le « Nord ». Enfin, si la plupart des études ont le souci de replacer leur objet sur la longue durée, il est à déplorer qu’aucune d’entre elles ne soit consacrée spécifiquement à la période coloniale, qui semble – au travers des articles – avoir joué un rôle crucial dans le façonnement de ces mégapoles.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *