Compte rendu: Christiane Raynaud (dir.), Armes et outils, Paris, le Léopard d’or, 2012 (Maxime L’Héritier)

Christiane Raynaud (sous la direction de),  Armes et outils, Paris, le Léopard d’or, 2012 (Maxime L’Héritier)

 

Les aléas n’ont pas épargné l’élaboration de cet ouvrage, débuté à la fin des années 1980, aussi ne peut-on que se réjouir qu’un tel projet ait su être mené à son terme, même dans les conditions les plus difficiles. In fine, la direction d’Armes et Outils a été confiée à Christiane Raynaud, dont les travaux novateurs sur la question faisaient une candidate idéale pour le renouvellement des problématiques dans un domaine de recherche déjà fort riche en littérature. L’ouvrage est d’ailleurs bien marqué de la touche de la directrice de la publication, qui signe avec ses étudiants près de la moitié des contributions.

L’ambition de la publication est affichée dès la préface : proposer une « histoire globale et dynamique des armes et des outils » émancipée des typologies archéologiques trop descriptives et dépassant les considérations sur les pratiques et les usages. L’introduction (C. Raynaud) délimite le cadre choisi, le royaume de France et ses abords à la fin du Moyen Âge et propose une définition quelque peu élargie des armes afin d’y inclure gibets, potences et instruments de siège à l’habituel triptyque médiéval, « armures », « bâtons » et « artillerie ». Elle fait ensuite un point historiographique très complet sur le monde des armes et un guère plus succinct sur les outils. L’absence de notices bibliographiques – la moitié des contributions dont l’introduction se contentant de notes infrapaginales – laisse malheureusement un peu sur sa faim le lecteur désireux d’approfondir ses recherches. Au-delà de ces considérations pratiques, cette introduction offre une réflexion très stimulante, brisant la césure conventionnelle entre armes et outils pour favoriser des problématiques communes et proposer un grand nombre de pistes à explorer, touchant entre autres à la polyvalence des objets, leur caractère individuel ou collectif ou encore aux aptitudes des hommes, soldats et artisans, qui les utilisent, les fabriquent et assurent leur entretien.

Le corps du texte comprend onze contributions regroupées en trois chapitres : « Définir, classer et promouvoir l’outil et l’arme » (4), « Pratiquer les armes, le rôle de la littérature et des images » (3) et « Fabriquer, conserver, entretenir » (4), choix dont on peut regretter l’absence de justification en introduction.

La première partie s’ouvre avec un essai convaincant sur la symbolique d’un outil méconnu, le rabot, détournée en véritable usage politique dans les armes de Jean Sans Peur (M. Pastoureau). L. Helbling examine les pratiques de la pendaison médiévale, brossant un tableau essentiellement typologique et descriptif des potences et gibets à partir d’un corpus de 108 miniatures. M. Suardini reconstitue avec justesse la place de l’échelage dans la guerre de siège d’après l’iconographie, instrument injustement oublié dans la plupart des publications sur les machines de guerre. Elle s’appuie également sur le journal du siège d’Orléans (1428-1429), entraînant ponctuellement le lecteur dans l’ambiance d’une ville assiégée, en évoquant les recours des défenseurs contre ces pratiques. Son travail n’oublie pas la question de la fabrication de ce matériel lourd et encombrant sur le lieu même du conflit par des maîtres charpentiers. Échelles, potences et gibets auraient toutefois mérité une vision plus technique du travail du bois, approche certes dénoncée dans la préface, mais qui aurait ici probablement enrichi la réflexion sur la mise en œuvre de ces ouvrages de charpenterie. Un inventaire des armes et outils présents dans l’œuvre d’Eustache Deschamps, gorgé de métaphores plaisantes, mais conscient des limites de ce type d’approche vient clore la disparité de ce premier chapitre (C. Raynaud).

La deuxième partie, plus cohérente, se concentre sur l’étude des livres d’armes et de la dague. P.-A. Chaize construit une approche typologique originale des livres de tradition martiale pour distinguer les textes à vocation utilitaire, littéraire et de prestige. C. Raynaud propose un vaste panorama sur la place de la dague dans le monde médiéval à travers ses mentions dans la littérature, de son intégration au costume masculin à son association à la criminalité urbaine et sa symbolique ambiguë. G. Martinez examine enfin la place de la lutte à main nues dans le combat à la dague en s’appuyant sur les livres de combat de Fiore dei Liberi et de Filippo Valdi.

Le dernier chapitre consacre une plus grande place au monde urbain. Après une contribution sur l’évolution de la représentation des gantelets militaires dans l’iconographie (A. Barral), les trois suivantes plongent le lecteur de manière très concrète dans la gestion individuelle et collective de l’organisation de la défense des villes et des villages.

  1. Butaud reconstitue l’équipement militaire des citadins et des villageois à la fin du Moyen Âge en Provence et dans le Comtat Venaissin, à travers l’étude de 44 inventaires notariés et d’un recensement réalisé en 1408 par les pouvoirs publics dans la petite localité de Vence. Cet abondant corpus révèle que les exigences politiques s’accompagnent d’une omniprésence des armes chez les civils dans toutes les couches sociales, une corrélation entre richesse et qualité des armes restant notable. L’auteur brise ainsi un cliché sur l’armement des paysans, qui diffère en réalité peu de celui des citadins. Au contraire, ces inventaires rendent compte d’une forme de standardisation, avec une nette prédominance des armes blanches, excepté la dague, et surtout de la diffusion de l’arbalète comme arme de défense urbaine dans toutes les couches de la société.

Cette thématique se poursuit par une nouvelle édition commentée de l’inventaire de l’artillerie de Nîmes (1488) qui aborde l’intrigante question de l’implication des pouvoirs publics dans l’armement de la population de la ville (F. Roucole). Derrière la volonté affichée du roi et des consuls responsables de la défense urbaine de disposer d’un équipement collectif important, le recensement des armes stockées, pour beaucoup vieilles et endommagées, dévoile la faiblesse des finances de la ville. La place de l’arbalète, arme la plus représentée dans l’inventaire, doit à nouveau être signalée et l’auteur souligne fort à propos que l’importance des armes de trait et des pièces d’artillerie conjuguée à la faiblesse des armes défensives révèle que la vocation de cet armement était plus d’assurer la défense des remparts de la ville que de pacifier les campagnes avoisinantes.

Enfin, V. Serdon signe un texte séduisant sur le parc d’artillerie du Duc de Lorraine à travers l’étude des archives de l’administration financière ducale, dont 37 registres des comptes du receveur général de Lorraine (1463-1526). Au-delà des aspects techniques, ces sources lui permettent de suivre l’organisation, l’aménagement mais surtout l’évolution du parc d’artillerie et de son personnel à une période d’essor intense dans la production et l’acquisition d’armes.

La conclusion (C. Raynaud) se borne à reprendre succinctement les différentes contributions et l’on regrette la vivacité des multiples pistes de recherches évoquées en introduction, comme la question du détournement des outils en armes, qui semble plutôt rare d’après les inventaires et ne pas être l’apanage du monde rural. Pourtant, et limitons-nous à la thématique de la défense urbaine, la place de l’arbalète, la correspondance entre l’armement individuel porté sur l’arme blanche et l’armement collectif favorisant armes de trait et pièces d’artillerie, le rôle et la symbolique de la dague, décrite comme élément du costume masculin mais étonnamment absente des inventaires alors même que les couteaux sont parfois mentionnés, sont autant de thèmes qui auraient mérité d’être remis en perspective. Passé l’introduction, la difficile genèse de l’ouvrage resurgit dans une première section très décousue et construite pour intégrer les outils, dont les trop rares apparitions dans la suite du texte révèlent la difficulté de bâtir des ponts entre ces deux mondes. Cette place diminuée de l’outil, certes annoncée dès la préface, décevra le lecteur non averti. On peut donc légitimement déplorer le choix d’un titre qui ne tient pas toutes ses promesses, en dépit de la qualité des contributions qui offrent plusieurs éclairages novateurs sur le monde des armes plus que des outils à la fin du Moyen Age.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *