Compte rendu: Gilles Bertrand, Histoire du carnaval de Venise, XIe-XXIe siècle, Paris, Pygmalion, 2013 (Natacha Coquery)

Gilles Bertrand, Histoire du carnaval de Venise, XIe-XXIe siècle, Paris, Pygmalion, 2013, 358 p., 21 pl., glossaire, bibliographie, index (Natacha Coquery)

Gilles Bertrand, professeur d’histoire moderne à l’université de Grenoble 2 et membre de l’IUF, éminent spécialiste des voyages et des mobilités en Europe à l’époque des Lumières, s’est intéressé de près à la culture italienne, sur la longue durée. En témoigne son livre consacré au carnaval de Venise du Moyen Âge à nos jours, « rêve vieux de vingt ans », issu d’une thèse sur le masque et la fête vénitienne au XVIIIe siècle. Cherchant à relativiser la prédominance de l’image du XVIIIe siècle qui perdure – fête libératrice dominée par le plaisir et la transgression –, voire d’autres visions plus mythiques que raisonnées, l’auteur, dans un style limpide, en fin connaisseur des sources imprimées et d’une bibliographie abondante, a désiré faire comprendre les multiples variations de contenus et de significations qu’a connues le carnaval, même si les fêtes et mascarades des XVIIe et XVIIIe siècles tiennent une place de choix dans son évocation pluriséculaire ; l’auteur consacre, au cœur du livre, de fort belles pages au masque (dans la société vénitienne, dans la peinture, le théâtre (Goldoni), la littérature). L’histoire du carnaval s’inscrit dans le cadre d’une dynamique sociale et politique de longue durée, d’où le choix d’un plan chronologique pour mettre en valeur la nette différence entre les périodes. Pour G. Bertrand, chaque époque a élaboré une signification originale du carnaval. L’historien se garde cependant d’en donner une vision fragmentée et simpliste en s’appuyant sur les raisons qui en justifièrent l’existence sur le long terme, et qui s’entrecroisent : les dimensions politique (les cérémonies civiques, le Jeudi gras), festive (les jeux et les spectacles, autant d’occasions de défoulement), symbolique (fêtes pour célébrer la splendeur de la cité, pour accueillir les autorités, du futur roi Henri III en 1574 à Garibaldi et au duc d’Aoste en 1876), narrative (le récit de la ville sur elle-même), policière (la réglementation des plaisirs pour tenter d’articuler temporalités profane et sacrée), mythique (la transmission à l’Europe entière d’une image construite peu à peu comme vitrine publicitaire), commerciale (des aubergistes de l’époque moderne aux responsables d’agences de voyage d’aujourd’hui, pour s’en tenir, ici, à l’accueil des touristes), artisanale et industrielle (la fabrication des masques et des costumes), culturelle (l’exotisme des costumes, l’exhibition d’animaux d’Asie ou d’Afrique, la chasse aux taureaux, les tréteaux et théâtres, multiples ouvertures vers des mondes et des usages inconnus), utopique (l’illusion d’une fête et d’une ville immuables, images du paradis sur terre, l’invention d’un nouvel ordre politique et social, comme en 1797 ou en 1867), temporelle enfin (des 10 jours précédant le Carême à une durée plus élastique).

De la fin du XIe au XIVe siècle, la longue durée des rituels civiques a installé le carnaval comme une affaire d’Etat, propre à garantir la cohésion sociale autour de la célébration de la puissance de la ville. Le carnaval sert à mettre en scène dans l’espace urbain les solidarités politiques et sociales contre l’ennemi commun, à entretenir les citoyens dans le culte de la patrie. Au XVe siècle, Venise acquiert un statut diplomatique et politique de premier plan en Europe. La domination du patriciat (la Seigneurie) donne une coloration nouvelle au système des fêtes et provoque un déplacement urbain, des quartiers (contrade) à la place Saint-Marc, nouveau centre liturgique et politique. La noblesse au pouvoir manifeste sa volonté de contrôle et accueille les souverains étrangers avec magnificence. Au début du XVIe siècle se met en place durant l’hiver un temps fort du jeu et des spectacles. Étendu bien au delà des jours précédant le Carême, le carnaval, par la richesse des costumes et des apparats scéniques, exprime la puissance de la diplomatie, des armes et du commerce. C’est alors que s’épanouit, au XVIIe siècle surtout, une fête baroque qui semble sans fin avec ses spectacles théâtraux et musicaux parsemés tout au long de l’année, qui attire depuis l’Europe entière les princes et leurs suites. L’opéra s’impose à Venise et enflamme l’Europe musicale (Mannelli, Cavalli, Monteverdi, Gasparini, Vivaldi, Albinoni, Galuppi, Paisiello, Rossini). La ville devient un immense théâtre qui s’offre aux regards d’une foule invitée à partager les jouissances d’un spectacle brillant. Dans l’ombre, toutefois, se poursuivent les désordres populaires que le gouvernement cherche sans cesse à contrôler. Le luxe, le faste et la fête permanente marquent la Venise du XVIIIe siècle, contrastant avec le déclin économique. Le carnaval s’élargit, à la fois dans le temps (six mois par an) et les lieux : sous les masques, des plaisirs privés prolifèrent à côté des grandes fêtes publiques. Canalisé par le gouvernement, le carnaval, glorifié par des tableaux et gravures diffusés à travers le monde, devient une arme pour exorciser l’angoisse de la perte de l’hégémonie sur la scène politique et économique de l’Europe. La chute de la République, avec l’arrivée des Français puis des Autrichiens (1797-1866), met à bas son essence même, la fonction politique ; la perte de puissance des nobles qui avaient jusqu’alors tenu les rênes de l’organisation des fêtes provoque le repli. Pourtant, la perte de sens et d’aspect n’empêchèrent pas de nouveaux usages : besoins de sociabilité du peuple et de la bourgeoisie, place dans le concert des festivités en l’honneur de l’Italie unifiée, séduction des élites de l’Europe décadentiste ; le carnaval agonise pendant la période fasciste. L’héritage du XIXe siècle est morose pour son histoire. Dans la seconde moitié du XXe siècle, notamment à partir de 1980, le carnaval répond à l’économie des loisirs, façonné de manière à faire face aux attentes d’une société de l’image, du tourisme et de la consommation de masse, et continue à s’adapter à la forme de la ville.

Le lien avec la ville : voilà le fil rouge de ce livre sur les métamorphoses du carnaval vénitien, qui fait comprendre in fine la longévité du phénomène. Exerçant une fascination inépuisable, la structure labyrinthique unique de Venise, constituée d’une multitude de ruelles, places, ponts et canaux, avec ces innombrables fragments de ville (isolette, les petites îles) et ces espaces de repliement et d’intimité propices aux rencontres (parloirs des couvents, petites salles de jeu, casinos privés), se prête au jeu des masques qui tour à tour se côtoient, se cachent et s’exposent. Si Venise a perdu sa prééminence politique, sociale et économique, l’ancienne cité des doges a conservé au fil du temps un pouvoir d’attraction intact.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *