Compte rendu: Antoine Le Bas, Architectures de brique en Île-de-France, 1850-1950, Paris, Somogy, 2014 (Valérie Nègre)

Antoine Le Bas, Architectures de brique en Île-de-France, 1850-1950, Paris, Somogy, 2014. 304 p. (Valérie Nègre)

 

Plusieurs livres abordant l’histoire de l’architecture par ses matériaux ont vu le jour ces dernières années, qu’ils portent sur des matériaux anciens (Marbres, de carrière en palais, 2012 ; Marbres de roi, 2013 ; Histoire urbaine de la pierre à bâtir, 2014) ou « modernes » (Concerte and Culture, 2012 ; Histoire du béton armé, 2013 ; Concrete from archeology to invention, 2013). Quoi qu’il n’y fasse pas référence, l’ouvrage que nous présentons s’inscrit dans ce mouvement que l’espace de cette recension ne permet pas de décrire. Par rapport à ces études, Architectures de brique en Île-de-France, publié dans la collection des « Cahiers du patrimoine », lie étroitement l’histoire urbaine à l’histoire des techniques. Le livre est l’aboutissement d’enquêtes menées dans le cadre de l’Inventaire général sur l’habitat de banlieue. Ses sources principales sont les édifices existants, repérés, décrits et photographiés in-situ. L’étude s’appuie au total sur près de 2 000 dossiers constitués à partir de repérages effectués entre 1986 et 2000 (900 dossiers pour les Hauts-de-Seine, 600 pour le Val-de-Marne, 200 pour la Seine-Saint-Denis). À ces sources s’ajoutent des documents imprimés et manuscrits (annuaires professionnels Sageret, journaux professionnels et manuels techniques essentiellement).

Peu d’études ont été consacrées à ce jour à la brique de la région parisienne, bien que l’intérêt du sujet ait été révélé, il y a longtemps déjà, par l’exposition La brique à Paris (1991). C’est en réalité une petite révolution qui se déroule pendant la période choisie. Les années 1850-1950 correspondent à une expansion sans précédent de la céramique dans les départements proches de la capitale. En effet, le Paris d’avant 1860 ignore, pour ainsi dire, la brique. Mise à part une brève période entre 1600 et 1630 environ, où la brique fut à la mode – à la cour comme en ville (voir le château de Versailles et la place des Vosges par exemple) – il n’était pas d’usage de faire apparaître la brique en façade. Le matériau servait à la réalisation des ouvrages de second œuvre, notamment à la construction des cloisons et des conduits de cheminée.

Contrairement à ce qu’annonce le titre, le livre ne porte pas uniquement sur l’architecture ; il vise, comme nous l’avons dit, à corréler l’histoire du matériau à l’histoire de la ville : « cerner la portée de l’invention de la brique moderne sur l’édification des communes de banlieue ». L’expansion de la brique est donc observée à la fois à l’échelle de l’édifice et à l’échelle urbaine. Son ambition est aussi de suivre le matériau depuis sa production jusqu’à sa mise en œuvre. Les titres des quatre parties (« Bâtir la banlieue », « L’art et la manière de construire », « Construction de brique et typologie fonctionnelle », « Architecture de brique et variations stylistiques ») reflètent cette approche ambitieuse.

Il ressort de la première partie que la construction en brique fut massivement employée dans les départements proches de Paris et que les phases chronologiques et géographiques d’expansion du matériau suivent le développement urbain de la capitale. De 1850 à 1880, la croissance est contenue dans les limites des fortifications puis, de 1880 à 1930, elle outrepasse ces limites. L’auteur observe qu’à mesure que s’urbanisent les territoires, l’industrie céramique, d’abord concentrée dans Paris, s’éloigne du cœur de la ville vers les arrondissements périphériques (brique de Vaugirard) ; puis de la petite couronne vers la grande. C’est finalement le bassin parisien qui fournit la brique à la fin de la période.

La deuxième partie porte sur la mise en œuvre de la brique et son évolution technique. L’abondance des exemples permet de mettre en évidence la richesse des « jeux de façades » et des « jeux de matériaux », en particulier la manière dont la brique est tantôt combinée avec la pierre ou la meulière, tantôt avec l’enduit, tantôt encore avec le béton. Du point de vue technique, un double mouvement (bien connu) est observé. D’un côté les produits de terre cuite se diversifient (briques creuses, perforées, réfractaires, de laitier, de ciment, tuiles mécaniques, etc.) ; de l’autre ils se standardisent (dimensions, qualités). La brique des années 1860 se présente ainsi comme un matériau « moderne » porteur de nouvelles valeurs esthétiques et sociales. Antoine Le Bas insiste tout au long de l’ouvrage sur les raisons de son emploi (économiques, sociales, esthétique, politiques) et surtout dans ce chapitre sur le goût de la polychromie ; la couleur étant « le ressort décoratif élémentaire et primordial ».

Suit une étude typologique de l’architecture de brique en proche banlieue. L’auteur remarque que le développement de la brique est concomitant d’une « conception typologique de la production architecturale ». La brique apparaît « dans la quasi-totalité du champ architectural ». Les différentes sortes de constructions sont donc tour à tour examinées : religieuses, publiques, industrielles et privées. Pour Antoine Le Bas, l’idée commune selon laquelle les matériaux céramiques auraient massivement servi à édifier les bâtiments industriels est discutable ou du moins à vérifier. Dans l’habitat « populaire » en revanche, la production briquetière va de pair avec « l’émergence de la question du logement ». Le chapitre retrace le passage du logement ouvrier au logement social à bon marché ; de la maîtrise d’ouvrage privée à la maîtrise d’ouvrage publique, en particulier les « vingt glorieuses du logement social et de la brique (1919-1939) ». La brique traduit parfois les convictions républicaines des chefs d’entreprise engagés dans une action réformiste (celles d’un Meunier à Noisiel par exemple), parfois le « volontarisme public » de l’État.

La dernière partie (« variations stylistiques ») décrit le mouvement qui voit la brique, d’abord cantonnée aux logements ouvriers et aux édifices utilitaires, gagner progressivement tous les genres de construction. Le matériau perd sa connotation, économique, industrielle et prolétaire et s’élève au rang de matériau noble. Les chapitres portent sur son emploi dans le « courant historiciste », l’architecture « Henri IV » ou « Louis XIII », le régionalisme, le « normandisme francilien », l’« exotisme méditerranéen », l’« art nouveau » et l’« art déco ».

Ce qui fait la force de l’ouvrage, son approche large, mêlant histoire économique, technique et artistique, constitue aussi sa faiblesse. Une certaine confusion se dégage de l’ensemble. Une question aussi essentielle que celle de la valeur de la brique est éclatée en plusieurs endroits. Il en va de même de la composition des façades traitée dans plusieurs chapitres ou encore des recueils de modèles évoqués d’abord dans la première partie puis dans la quatrième. C’est probablement la mise en relation systématique de sources aussi précises que les édifices existants et de sources imprimées générales (journaux et manuels) qui est la plus problématique. L’étude aurait gagné à exploiter les archives des édifices cités. On peut aussi reprocher à l’auteur quelques imprécisions (Rondelet ne fut pas ingénieur à notre connaissance) et regretter que les sources imprimées n’aient pas été distinguées, en fin de volume, de la bibliographie.

Si le livre manque de clarté, reconnaissons néanmoins qu’il atteint largement son but : constituer une « défense et illustration » de l’architecture ordinaire en brique. La qualité des photographies et des descriptions conduit à regarder autrement le paysage bâti de la proche banlieue et le corpus inédit qu’il rassemble, invite à des études ultérieures.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *