Compte rendu: Antoine Brès, Figures discrètes de l’urbain. Métis Presses, coll. vuesDensembleEssais, 2015. (Antoine Le Blanc)

Antoine Brès, Figures discrètes de l’urbain. Métis Presses, coll. vuesDensembleEssais, 2015, 172 p. (Antoine Le Blanc)

Disons-le d’emblée, ce livre peut susciter des réserves sur divers plans, à commencer par son style, mais aussi sur le fond. C’est peut-être parce que l’auteur propose une approche multidisciplinaire, au croisement de l’aménagement, de la géographie, et de la philosophie, tout en ayant une visée opérationnelle. C’est peut-être aussi parce que l’auteur assume un vocabulaire et un positionnement relativement novateurs, et donc peu habituels. On pourrait d’ailleurs s’étonner un peu du contraste, à première lecture, entre le titre et le contenu de l’ouvrage : titre poétique et humble, ouvrage difficile et ambitieux. Mais l’auteur prend parti, définit l’ensemble de ses expressions et choix de vocabulaire, et on ne peut que souligner la cohérence méthodologique de cette approche.

Dans cet ouvrage, Antoine Brès cherche à attirer l’attention sur des espaces souvent considérés en négatif, mal définis, et partant mal gérés, mal aménagés, le plus souvent uniquement par contraste, ou par proximité, avec des espaces mieux définis, plus valorisés, plus centraux. On appréciera la définition et l’usage du terme « discret » pour désigner une urbanisation parsemée et diversifiée, qui ne se limite pas au périurbain habituellement désigné comme espace dominé : l’auteur indique qu’il préfère ce terme à « ceux de diffus, dispersé, éclaté, étalé, fragmenté et a fortiori émietté, qui [lui] semblent illustrer de manière encore implicite le point de vue de la ville ». Le mot discret est employé ici comme résultat de la discrétisation, comme catégorisation de la diversité des territoires urbains : l’auteur propose d’appréhender « l’occupation humaine et construite d’un territoire en s’intéressant en premier lieu à ses figures discrètes, au sens géométrique et topologique du terme ». Ces territoires sont des « agrégats » construits de diverses tailles, avec des vides et des pleins, des fonctions et des circulations très variées, tous intéressants et spécifiques, à observer pour eux-mêmes, grâce à une « accommodation [d’un] regard » habituellement centré sur les centres urbains. On notera toutefois que l’auteur insiste particulièrement sur le « bourg », comme « figure renouvelée du développement des campagnes », basant son analyse sur des études de cas en Picardie, Limousin et Île-de-France.

Le livre est à la fois une promenade philosophique et un guide, proposant des clés de lecture et d’aménagement de ces espaces le plus souvent vus comme des marges, devenant pour l’auteur des lieux en soi, identitaires, forts, et divers. L’ouvrage est intéressant à de nombreux titres, parce qu’il propose un cheminement inattendu. Une fois dépassé l’écran conceptuel, une réflexion structurée se fait jour sur les valeurs et les enjeux des espaces urbains « discrets ». Le livre se détache aussi par la place qu’il attribue aux mobilités et aux circulations, à échelle fine, ainsi qu’à tous les corollaires de ces circulations : en particulier les « haltes », définies et analysées avec grande finesse, comme « points d’adhérence du mouvement », « conditions de la riveraineté d’une voie ». L’auteur attache une importance considérable à ces échelles du quotidien et à leur inscription dans des échelles plus petites, bref il prend à bras le corps la complexité des espaces vécus dans le contexte actuel de réseaux et d’entrelacs d’échelles toujours plus intense. Il est convaincant lorsqu’il propose d’aménager ces espaces en tenant compte des choix et non-choix des habitants, des « bouquets de mobilités » intermodaux, au moyen de comparaisons – parfois trop peu développées, au profit de l’approche théorique – entre différents cas d’étude. Pour Antoine Brès, « l’objectif à atteindre n’est donc pas la ville piétonnière, ou cyclable, mais l’urbain de toutes les alternatives de déplacement qui articule logique de proximité des grappes et logique de grands systèmes régionaux, en remontant les barreaux des échelles d’accessibilité et en faisant monter ainsi le local dans la culture métropolitaine ».

L’ouvrage est parsemé de petits schémas, parfois très simples, parfois plus complexes ; parfois des modèles à vocation explicative, parfois des plans à vocation illustrative, et quelques photographies bienvenues. L’ensemble est inégal, aère le texte et souligne l’approche opérationnelle de l’auteur, mais peine parfois à convaincre, car l’auteur reprend des sémiologies graphiques conventionnelles mais invente son propre langage descriptif, et le lecteur a parfois du mal à s’y retrouver.

Le livre se divise en six chapitres qui construisent une progression régulière de l’argumentation et dessinent peu à peu la théorie de ces espaces discrets. Le premier chapitre explique les cadres théoriques de la démarche de l’auteur, puis la réflexion porte sur la dialectique mouvement – établissement : l’auteur, qui s’adresse aussi à des aménageurs, souhaite que l’on parte du mouvement pour expliquer l’urbain, plutôt que l’inverse. Cette perspective conduit Antoine Brès à présenter, dans le chapitre 3, divers types d’espaces discrets, même si l’écriture demeure assez théorique ; il manque peut-être une typologie de ces espaces, ou quelques photographies supplémentaires, une accroche qui s’extraie un peu de cette construction conceptuelle et lexicale complexe pour permettre de revenir à des lectures plus classiques, et s’inscrire plus clairement dans une épistémologie de la géographie et de l’aménagement urbain. L’auteur poursuit avec les chapitres 4 et 5, axés principalement sur les circulations et les moyens de transport, avec la question centrale de « l’équation des mobilités alternatives au tout-automobile ». Le dernier chapitre pose diverses questions sur les potentiels et les moyens de valoriser les espaces urbains discrets, les discontinuités comme atouts, les vides comme porteurs de sens. Mais, malgré un grand renfort de citations, ce chapitre se révèle moins convaincant, ne parvenant pas réellement à proposer des orientations aussi novatrices que l’auteur voudrait le suggérer : comment réagencer ces territoires ? Comment faire dialoguer et faire vivre les différentes échelles de ces espaces ? Comment parvenir à identifier et à valoriser chacun de ces espaces urbains discrets, sans les diluer dans la « tache urbaine » ? Ces questions, au terme de cette lecture, demeurent très ouvertes – et comment en serait-il autrement, compte tenu de la diversité de ces espaces, mise en avant précisément par Antoine Brès.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *