Compte rendu: Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot, Denis Menjot (dir.), Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations, Paris, L’Harmattan, 2015 (Boris Bove)

Sophie Bouffier, Claude-Isabelle Brelot, Denis Menjot (sous la direction de), Aux marges de la ville. Paysages, sociétés, représentations, Paris, L’Harmattan, 2015 (Boris Bove)

L’espace périurbain est resté un impensé de la recherche, faute de trouver sa place dans une pensée binaire de l’espace entre ville et campagne : cet espace marqué par la faible densité démographique, l’absence de lieux de pouvoirs et la ruralité, n’a paradoxalement jamais été étudiée par l’histoire rurale et seulement incidemment entrevu aux marges des études urbaines[1]. La conjoncture récente de révoltes dans certaines banlieues, ainsi que l’évolution structurelle de la ville contemporaine vers l’étalement et la polycentralité qui font des marges de la ville le moteur de sa croissance démographique depuis les années 1960, ont poussé un certain nombre de chercheurs en sciences humaines, majoritairement historiens, mais aussi sociologues ou géographes, à interroger la nature et les fonctions de cet espace entre ville et campagne. Le résultat de cet effort tient en 15 contributions synthétiques ou monographiques, qui font la part belle à l’histoire et à l’axe rhodanien, précédées que 4 contributions sur le périurbain dans l’épistémologie de la sociologie (J.Y. Authier), de la géographie (L. Coudroy de Lille) et de l’histoire (S. Bouffier, D. Menjot, C.I. Brelot).

Il faut d’abord souligner la pertinence de l’entreprise, qui s’inscrit dans un front pionnier de la recherche – en histoire tout au moins, car le périurbain est au cœur des débats entre sociologues et géographes visant à interpréter le nouveau modèle de ville motorisée de la fin du XXe siècle. La difficulté vient du caractère mouvant de cette périphérie, toujours relative au centre, mais aussi caractérisée par une faible densité du bâti qui lui permet des reconversions rapides. Elle vient aussi du vocabulaire, les contributions oscillant d’ailleurs entre mots d’époque (proastion, suburbium, horti, faubourgs), que leur long emploi rend parfois polysémiques (banlieue), et néologismes issus de la géographie (périurbanisation) ou encore des termes généraux (périphérie, marges). Une harmonisation sémantique sur la base du vocabulaire de la géographie serait souhaitable, au regard des principes épistémologiques qui fondent l’histoire urbaine et que les contributions rassemblées confirment : il y a de lourdes continuités dans les caractéristiques de ces marges urbaines.

La première de ces permanences tient dans leurs fonctions : approvisionnement de la ville (en eau, produits maraîchers, matériaux de construction), délocalisation des activités encombrantes (écuries, industries), polluantes (dépotoirs, fours, tanneries, usines chimiques) ou tabou (léproseries médiévales, nécropoles antiques… auxquelles le décret de 1804 qui interdit la création de cimetière au cœur des villes vient faire écho), lieux récréatifs enfin où les citadins riches et pauvres viennent se rafraîchir, boire et danser. En somme, la périphérie fait partie du système urbain – découverte récente des sciences humaines qui était une évidence pour les contemporains, car dans les villes nouvelles grecques, les fondateurs prévoient l’aménagement de son territoire en même temps que celui de la ville, comme on le devine avec le drainage des eaux périphériques dans le Marseille antique (M. Bouiron et H. Tréziny H.), mais aussi à travers l’intégration des indigènes colonisés à travers l’adaptation du culte de Déméter, déesse de la fertilité à Sélinonte (S. Bouffier), tandis qu’on ne fonde pas de ville dans le Maghreb sans prévoir, même en zone aride comme à Marrakech, les canaux nécessaires à la constitution de la ceinture verte caractéristique de la ville musulmane (P. Cressier). À ce titre, la périphérie est un bon « baromètre du dynamisme urbain », les faubourgs des villes du Languedoc apparaissant au XIIe siècle et se rétractant pour la plupart au XIVe siècle (J.L. Abbé). C’est plutôt la périphérie des vieux centres urbains qui pose des problèmes, car elle s’est faite de façon spontanée, sans plan d’aménagement, comme dans l’Ouest lyonnais où l’imperméabilisation des sols entraîne des problèmes d’inondation (P. Namour, P. Breil, L. Schmitt, L. Grosprêtre, M. Lafont).

Les activités de la périphérie sont indispensables au bon fonctionnement de la ville, mais elles sont souvent source de dynamisme commercial grâce à une production agricole intensive – on regrettera à ce propos qu’aucun ruraliste n’ait posé la question de la place de la périphérie urbaine dans l’économie et la société des campagnes. Ce dynamisme des faubourgs est tel que s’y joue toujours l’avenir du centre, soit qu’ils s’y intègrent, souvent pour des raisons de basse police comme à Lyon au XIXe siècle (S. Frioux, F. Prieur), soit au contraire qu’il fasse sécession ainsi que menace de le faire celui de Genève en 1444, qui a une forte identité et la capacité de se fortifier lui-même (M. Caesar), voire qu’il décide de l’avenir de leur ancien centre comme ces villas aristocratiques qui se massent sur la côte pour profiter de la vue sur la mer et qui finissent par former une ville, Gaète, tandis que disparaissent de vieilles cités, comme Stabie, désertées par leurs élites (X. Lafon). L’importance des faubourgs dans l’économie du centre est particulièrement évidente pour la ville au moment de la révolution industrielle du XIXe siècle, qui transforme en or les déchets urbains – ainsi la transformation et le recyclage d’une carcasse de cheval parisien vers 1830 en cuir, crin, corne, suif, viande, fer, colle, phosphate, filtre à charbon, corde d’instruments de musique et bleu de Prusse permet de multiplier sa valeur par trente et d’exporter ses boyaux jusqu’en Espagne pour en faire des peaux de chorizo (A. Guillerme). La révolution automobile confirme cette tendance sur d’autres bases : initiée par les ménages dans les années 1960, elle est renforcée par les entreprises à partir des années 1980 qui virent fleurir de nombreuses zones commerciales et industrielles formant autant de petits centres éloignées du centre urbain – le fait que certains spécialistes leur dénient le statut de ville, alors qu’elles en ont bien des attributs, parce qu’elles seraient des non-lieux produits par des entreprises à des fins mercantiles (P. Lejoux), met en évidence l’attachement idéologique au modèle de la ville du XVIIIe-XIXe siècle : dense, close, monumentale et sous tutelle publique.

Autre permanence de la zone périurbaine, sa diversité sociologique, longtemps marquée par coexistence/concurrence des élites et de populations laborieuses. X. Lafon explique le développement des villas périubaines romaines comme le moyen pour les élites de concilier l’idéal de vie rurale avec la réalité urbaine de la vie politique, tandis que J.S. Rouveyrol met en avant le désir des bourgeois lyonnais du XIXe siècle, qui investissent dans des « campagnes » à 15-20 km de Lyon, de fuir les miasmes et les émeutes urbaines tout en mettant leurs capitaux à l’abri, mais force est de constater que le phénomène paraît quasi universel, des qasr-s et muniya-s musulmans (P. Cressier) aux villégiatures contemporaines en passant par les « maisons des champs » d’époque moderne. L’explication ne tient-elle pas plutôt dans la capacité des élites à cumuler les avantages de la vie rurale et urbaine, mêlant dans des proportions variables selon les contextes, la récréation et la production agricole. Paradoxalement c’est le libertaire Elisée Reclus qui a théorisé la synthèse idéale entre les vertus de la ville et celles de la campagne dans la maison périurbaine (J.L. Oyon, M. Serra).

Ces citadins très riches côtoient donc dans les périphéries des villes d’Ancien Régime des populations très modestes qui vivent du maraîchage ou de l’artisanat, puis de l’industrie avec laquelle ils entrent en conflit (quand elle ne leur succède pas dans les mêmes bâtiments). Là encore, la révolution des transports du XXe siècle marque une rupture, puisque les riches occupent désormais seuls les centres ville et ont des villégiatures provinciales, abandonnant les banlieues aux classes moyennes tandis que le prix du foncier relègue les pauvres dans la lointaine périphérie des villes. Deux analyses fines de la sociologie d’un village périurbain de Grenoble (J. Debroux) et d’un autre à 30 km de Bourg-en-Bresse (N. Ortar) montrent cependant que derrière la relative homogénéité des revenus et des modes de vie caractérisés par la mobilité, se cachent des disparités au sein de la classe moyenne entre ceux pour qui l’habitat en périphérie est un point de départ et ceux pour qui c’est l’aboutissement d’une vie.

[1] On rappellera cependant sous la direction de Dominique Hervier et de François Loyer, le numéro spécial : « La ville entre ruralité et urbanité », Histoire Urbaine, n°8, 2003.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *