Compte rendu: Geneviève Michel, Pierre-Jacques Derainne, Aux Courtillières. Histoires singulières et exemplaires, Editions Creaphis, 2005 (Thibault Tellier)

Geneviève Michel, Pierre-Jacques Derainne, Aux Courtillières. Histoires singulières et exemplaires, Editions Creaphis, 2005, 248 pages, illustrations (Thibault Tellier)

 

À l’occasion de la mise en œuvre du Grand Projet de Ville dans le quartier des Courtillières à Pantin en Seine-Saint-Denis, un projet de collecte de mémoire a été engagé avec les habitants. Au fil des récits de vie qui constituent ce volume, édité par les éditions Creaphis dont la production s’avère de plus en plus affirmée dans le domaine de la connaissance de l’histoire urbaine contemporaine, c’est toute la vie d’une cité populaire que l’on découvre depuis sa création à la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui.

La cité des Courtillières est l’œuvre de l’architecte émile Aillaud qui la réalise entre 1956 et 1964. Issu de l’École des Beaux Arts, il a, à cette date, déjà à son actif la construction de plusieurs cités d’habitations. Ce projet s’intercale entre la cité de l’Abreuvoir à Bobigny qui lui a permis d’expérimenter ses théories d’urbanisme paysager et surtout le projet de la Grande Borne à Grigny dans l’Essonne, qu’il engagera ensuite, et qui demeure, aujourd’hui encore, un projet controversé. Familièrement surnommé l’architecte des « nouilles » en raison des formes courbes qu’il donne à certaines de ses réalisations, Aillaud entend en fait rompre avec la répétition architecturale qui caractérise la production sur un mode industriel des grands ensembles des années 1955-1965. L’objectif est que la monotonie des formes urbaines ne se traduise pas par une atonie progressive de la vie sociale. Les Courtillières sont effectivement emblématiques du type de réalisation que le nouveau ministre de la Construction en 1958, Pierre Sudreau, entend valoriser. Ce dernier vient d’ailleurs en personne visiter le chantier en juin de la même année afin d’y accueillir les premiers locataires. La presse elle-même ne se montre pas insensible à ce nouveau projet urbain. Le Figaro évoque « Manhattan à Pantin » tandis que Le Parisien y voit « une nouille de 1.060 mètres de long (…) plus long bâtiment du monde ». La nouvelle cité doit en réalité réconcilier la construction de masse avec le libre épanouissement en son sein d’une vie sociale authentique. Celle-ci, racontée par les premiers habitants et par ceux qui n’étaient encore dans les premières années d’installation que des enfants, fut effectivement riche.

Au fil de la lecture de ces témoignages souvent emprunts d’une certaine nostalgie, on découvre effectivement des couples, des familles, qui ont là leur premier rendez vous avec le monde moderne. Venus pour la plupart d’habitats précaires de la région parisienne, ils découvrent non sans un certain émerveillement leur première cuisine, leur première salle d’eau, leur première chambre. Progressivement, la vie en communauté s’organise, non parfois sans mal. On est en particulier surpris par l’extrême sévérité des règlements imposés alors aux locataires. Il est ainsi interdit de marcher sur les pelouses, y compris pour les enfants, et ceci, sous peine d’amende infligée par le gardien de l’immeuble.  Mais au-delà, on découvre aussi et surtout les différents maillages de ce qui constitue la vie en collectivité. On perçoit alors une autre vision que celle que l’on a généralement des grands ensembles à l’heure du renouvellement urbain. La solidarité entre les habitants, les animations dans les quartiers mêmes caractérisent pour une large part cette vie collective. Pour autant, l’équilibre demeure extrêmement fragile. Il suffit par exemple d’une bousculade entre les jeunes et le maire pour que la fête du quartier organisée à l’occasion du 14 juillet n’ait plus lieu. C’est sans doute là le principal enseignement de l’ouvrage : l’originalité initiale de la forme urbaine n’empêche pas une dégradation des relations sociales en son sein. Les 1.200 logements ont beau avoir été installés au milieu de plusieurs dizaines d’hectares de verdure, les formes architecturales être les plus inédites, il n’en reste pas moins que certaines données sociales telles que la surreprésentation des jeunes de moins de 14 ans dans les premières années d’installation (43%), ou le départ précoce des classes moyennes de la cité vont jouer un rôle essentiel au cours des décennies suivantes. Comme pour la plupart des ensembles urbains de ce type, la crise économique va venir saper des territoires, déjà, il faut le dire, fragilisés par des éléments internes à ce type d’organisation sociale. Curieusement, les témoignages restent très discrets, tout comme les auteurs de la présentation générale de l’ouvrage, sur ces années 1970-1980 qui s’avèrent pourtant déterminantes sur la situation qui est celle des grands ensembles encore aujourd’hui. Des opérations de rénovation urbaine ont-elles été engagées dès cette période ? Le rôle et la place qu’ont tenus les pouvoirs publics dans cette aventure urbaine sont, il est vrai, des plus restreints, et c’est sans doute là que l’on atteint les limites de ce travail. Comme la trentaine de témoignages retenus sont livrés d’un seul tenant, on ne connaît guère les questionnements qui ont accompagné la collecte. Il est expliqué dans la partie « approche méthodologique », singulièrement placée en fin de volume, que les questions  de l’enquêteur ont été volontairement supprimées pour renforcer la forme narrative du témoignage et accroître « la complicité entre le témoin et l’auteur ». Cela peut toutefois venir troubler quelque peu la lecture de ces témoignages dans la mesure où l’on distingue mal, pour ne pas dire pas du tout, la part du caractère « spontané » des témoignages recueillis avec celle qui relève de l’orientation des questions posées. Il n’en reste pas moins que ce volume sur les Courtillières constitue une pièce supplémentaire à l’histoire encore en chantier des grands ensembles. Il conviendrait désormais d’historiciser la période suivante, celle qui conduit aux dispositifs de la Politique de la Ville dont le présent Grand projet de Ville constitue en soi pour les Courtillières un aboutissement.

 

Thibault Tellier


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *