Compte rendu; Nicolas Tran, Les membres des associations romaines, Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, École française de Rome, Collection de l’ÉFR (n°367), 2006 (Cyril Courrier)

Nicolas Tran, Les membres des associations romaines, Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, École française de Rome, Collection de l’ÉFR (n°367), 2006, 577 pages.

 

Si les techniques de déchiffrement des inscriptions donnent l’impression de ne pas avoir beaucoup progressé depuis le XIXe siècle, les méthodes interprétatives de l’épigraphie ont, elles, grandement évolué, notamment grâce à l’utilisation de concepts et d’outils fournis par la sociologie, qui ont permis de renouveler profondément l’approche de la société romaine, notamment de ses couches inférieures[1]. Dans cet ouvrage massif de près de 600 pages (auxquelles s’ajoutent quatre indices, des sources, des lieux, des noms et des notions), N. Tran s’inscrit pleinement dans ce mouvement en utilisant les méthodes élaborées par deux courants de la sociologie, d’une part celle de la sociabilité et d’autre part celle dite des organisations[2]. Si le premier courant n’est pas à proprement parler une nouveauté pour la discipline historique[3], le second l’est bien davantage, le croisement des données recueillies conduisant l’auteur à une nouvelle approche du collège. Il est défini non plus seulement comme une association de « droit privé » entre particuliers, mais bien plutôt comme un lieu de sociabilité où ses membres, les collegiati, agissaient en fonction de buts communs, pleinement conscients d’appartenir à un groupe partageant une même communauté de valeurs, circonscrit de manière claire pour eux comme pour le reste de la société. Du coup, sur un sujet qui pouvait à bien des égards apparaître comme épuisé en raison d’une historiographie extrêmement foisonnante, ce chercheur a su, dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, raviver l’approche de ce trait si caractéristique de la société du Haut-Empire que constitue le « phénomène associatif » (De Robertis).

S’intéressant plus particulièrement aux membres des collèges, et notamment aux milieux sociaux qui y étaient représentés, son étude vise à mettre en évidence ce qu’il appelle « l’identité sociale » des collegiati, c’est-à-dire l’analyse des interactions entre l’appartenance à un collège et le rang des collegiati dans les hiérarchies sociales de l’Occident romain, dans l’optique de mieux cerner à la fois le recrutement des associations et l’influence du collège et de la vie collégiale sur le rang social des membres. De fait, le fondement de sa démarche est prosopographique, N. Tran se concentrant avant tout sur les documents citant nommément des collegiati. D’un point de vue méthodologique, il se démarque donc nettement des strates historiographiques précédentes, qui n’avaient jamais entrepris une telle prosopographie des collèges de l’Occident romain, si ce n’est, peut-être, H.L. Royden[4], dans le sillage duquel le présent ouvrage s’insère. En effet, l’étude des milieux collégiaux n’est pas celle des collèges et, en cela, l’angle d’approche proposé ici se trouve considérablement décalé par rapport aux grands travaux qu’avaient pu être ceux de J.-P. Waltzing, F.M. de Robertis ou même J.-M. Flambard, tous s’étant attachés de manière quasi exclusive à l’organisation, au fonctionnement et au statut du collège, délaissant de fait le collegiatus lui-même.

Afin de combler ce vide, N. Tran est parti du postulat selon lequel appartenir à une association, quel qu’en fût le type (professionnel, funéraire, religieux, vicinal), n’était pas anodin, cette appartenance constituant même un élément de prestige et de sélectivité au sein du « petit peuple de Rome », permettant, comme il le montre dans la première partie de l’ouvrage, aux collegiati d’atteindre dans la sphère collégiale, une dignité et des pouvoirs qui leur étaient ordinairement refusés par les élites dans le cadre de la cité. C’est la raison pour laquelle ils reprenaient des titres qui s’appliquaient ordinairement aux élites municipales (splendidissimus, honestissimus). Cependant, N. Tran ne tombe pas dans le piège tendu par ce « prisme rhétorique » mais analyse au contraire le discours tenu par les collegiati sur leur propre rang social. Il montre comment ceux-ci construisaient et affichaient grâce au collège l’image la plus favorable d’eux-mêmes, au moyen d’un discours et de pratiques calquées sur les valeurs et les stéréotypes aristocratiques. Car il ne faut pas s’y tromper : les collèges n’étaient pas des lieux plébéiens « d’entre-soi », mais bien des espaces d’intériorisation de normes, notamment civiques. Les relations en leur sein entre l’élite du collège et la base étaient strictement fixées par des rapports hiérarchiques tout à fait semblables à ceux qui assuraient la domination de l’aristocratie sénatoriale sur la plèbe. Cela n’empêchait pas pour autant des esclaves et des affranchis de parvenir à des postes de responsabilité et d’apparaître comme des dignitaires et des donateurs. Les collegiati se livraient ainsi à des pratiques d’inversion des rôles sociaux à la fonction régulatrice. « Se plier, de son gré et à son propre avantage, aux règles et à la hiérarchie du collège favorise l’acceptation, par l’esclave, de son infériorité et de sa subordination » (p. 63). Le collège les conduisait donc à accepter des normes de type civique qui leur imposaient de sévères formes d’exclusion. De fait, ce dernier n’était pas une structure communautaire tournée sur elle-même mais, bien au contraire, « une collectivité pleinement intégrée au monde civique » (p. 207) dans lequel évoluaient ses membres, qui en acceptaient les règles.

La deuxième partie montre ainsi que le collège était une fraction organique de la cité, d’où, par exemple, la mention, sur les décrets pris par l’assemblée générale (conventus) de l’association, de sénatus-consultes rappelant la réglementation qui s’appliquait à elle, comme pour présenter la communauté de la manière la plus officielle possible. De même, la quête des honneurs, telle qu’elle apparaît dans les épitaphes de collegiati, témoigne de la façon dont ceux-ci concevaient leur relation au pouvoir, une quête calquée sur celle qui conduisait les aristocrates à briguer les honneurs civiques. C’est aussi la raison pour laquelle les membres les plus importants reproduisaient des comportements élitistes marqués par l’adoption de pratiques évergétiques sous forme de dons faits au collège, qu’ils présentaient comme des bienfaits civiques. Les sommes en jeu étaient certes sans commune mesure avec celles de leurs homologues aristocrates, mais elles permettaient tout de même à certains collegiati de se distinguer du rang de simples membres. Enfin, l’inscription du lieu de réunion (schola) dans l’espace urbain manifestait la même volonté de s’intégrer à la cité. Cherchant à s’installer le long d’axes importants, les membres d’une association semblaient vouloir assurer un maximum de visibilité à la communauté et montrer que le collège détenait une part du territoire civique. C’est sans doute ce qui explique l’importance que certains collegiati accordaient aux biens immobiliers de l’association. Ainsi, et de manière quasi générale, l’ensemble des collèges et de leurs membres adoptait une terminologie et une organisation calquées sur celle de l’État romain, dans une attitude qui ne relevait pas d’un faux mimétisme mais bien d’un système de représentations qui conduisaient les collegiati à concevoir leur association sur le modèle de la cité.

Enfin, la troisième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse des liens interpersonnels que le collegiatus était à même de tisser dans son collège mais aussi en dehors de celui-ci, le fil directeur étant que les structures collégiales constituaient un vecteur d’autonomie pour leurs membres. Les affranchis pouvaient en particulier se construire une vie sociale plus ou moins indépendante du lien qui les unissait à leur ancien maître ; dans les milieux négociants d’Ostie, le recrutement de patrons parmi des personnages enrichis par les activités portuaires, participait de l’indépendance dont ces milieux commerçants semblaient profiter. Pour un certain nombre de collegiati, la sphère collégiale était également un vecteur de mobilité sociale. Cela permettait aux membres les plus prestigieux, au terme d’une ascension intergénérationnelle, de tisser des liens de clientèle et de s’ériger, par le biais de stratégies familiales, au-dessus du rang de corporatus ordinaire, voire, pour certains, d’entrer en contact avec les élites et d’intégrer les milieux équestres. Autrement dit, appartenir à un collège était ressenti comme une dignité. Il s’agissait d’un espace de construction du prestige individuel, dans l’esprit des collegiati comme dans celui des citoyens qui les entouraient. De fait, s’il est vrai que l’optique délibérément prosopographique adoptée par cet ouvrage conduit N. Tran à privilégier l’analyse des milieux d’Ostie et plus largement de centres économiques importants du IIe et IIIe siècle ap. J.-C. comme Lyon, la portée de son travail s’avère bien plus importante : il constitue, par delà l’étude des collèges comme phénomène urbain, une avancée décisive sur le plan historiographique pour la connaissance des « cultures populaires ». Il présente également un intérêt majeur pour des historiens d’autres sociétés préindustrielles ou d’autres disciplines, montrant par exemple de manière nouvelle les différences structurelles qui existaient entre les associations romaines et les corporations médiévales, ou même renseignant en géographie et en sociologie sur le rapport des « classes populaires romaines » à l’espace urbain et sur leur pratique de la ville. On l’aura compris, la lecture de cet ouvrage fera date, N. Tran s’inscrivant grâce à lui dans les courants les plus innovants de l’épigraphie française.

Cyril Courrier

[1] Voir notamment les travaux de Richard P. Saller et Brent D. Shaw. Par exemple : « Tombstones and Roman family relations in the Principate : civilians, soldiers and slaves », JRS, 74, 1984, p. 124-156 ; en dernier lieu, Kinuko Hasegawa, The Familia Urbana during the Early Empire. A study of Columbaria Inscriptions, Oxford, BAR International Series (n°1440), 2005.

[2] Voir par exemple un ouvrage sur lequel s’appuient souvent les analyses de N. Tran : Jean-Louis Laville, Renaud Sainsaulieu (sous la direction de), Sociologie de l’association. Des organisations à l’épreuve du changement social, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

[3] Voir notamment les différents colloques publiés sous la direction de Françoise Thélamon, Sociabilité, pouvoirs et société, Actes du colloque de Rouen (24-26 novembre 1983), Mont-Saint-Aignan, PUR (n°110), 1987 ; Aux sources de la puissance : sociabilité et parenté, Actes du colloque de Rouen (12-13 novembre 1987), Mont-Saint-Aignan, PUR (n°148), 1989 ; avec Martin Aurell et Olivier Dumoulin, La sociabilité à table : commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du colloque de Rouen (14-17 novembre 1990), Mont-Saint-Aignan, PUR, 1992 ; avec Olivier Dumoulin, Autour des morts : mémoire et identité, Actes du colloque de Rouen (19-21 novembre 1998), Mont-Saint-Aignan, PUR (n°296), 2001. Dans la même série, voir également Alain Leménorel (éd.), La rue, lieu de sociabilité ? Rencontres de la rue, actes du colloque de Rouen (16-19 novembre 1994), Mont-Saint-Aignan, PUR (n°214), 1997.

[4] Hasley L. Royden, The magistrates of the Roman professional collegia in Italy, Pise, Giardini, 1988.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *