Compte rendu: Claire Andrieu, Michel Margairaz, Pierre Sudreau. 1919-2012. Engagé, technocrate, homme d’influence, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. (Danièle Voldman).

Claire Andrieu, Michel Margairaz, Pierre Sudreau. 1919-2012. Engagé, technocrate, homme d’influence, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 222 p., (Danièle Voldman).

Cet ouvrage collectif, né d’un colloque tenu à Paris en mai 2014, se place dans la tradition des biographies politiques, développée par Sciences Po depuis le colloque sur Léon Blum en 1965 jusqu’à ceux des années 2000, consacrés notamment à André Philip et Jacques Chaban-Delmas. Les contributions – douze auteurs au total — s’appuient sur l’ouverture récente des archives privées de Pierre Sudreau, qui ont permis d’éclairer des zones méconnues de l’activité d’un personnage situé à la frontière entre la société civile et le monde politique. Ce faisant, l’ensemble de l’ouvrage est tout entier traversé par la question que soulève le parcours de Pierre Sudreau, éclectique, discontinu et segmenté. Peut-on faire un lien entre les trois moments de sa vie, déclinés par les trois parties de l’ouvrage : le résistant et le déporté, le politique, l’homme d’influence ? Si les responsables de la publication, Claire Andrieu et Michel Margairaz, assument de donner « un portrait décomposé en treize Pierre Sudreau différents, qui constituent ensemble une forme de collage, d’art à la fois abstrait et figuratif, à perspectives multiples », c’est malgré tout la cohérence de ses choix et de ses actions qui ressort du kaléidoscope.

Alors qu’il a beaucoup écrit pour défendre ses idées, les renseignements sont minces sur ses années de formation et sur les tâches précises accomplies dans la Résistance avant qu’il ne devienne en avril 1943 responsable pour la zone nord du réseau de renseignements Brutus (Bruno Leroux). De même, résultat de la discrétion du personnage jusque dans les années 1970, il n’apparaît dans l’historiographie de la résistance qu’avec l’affaire du détournement de fonds présumé du colonel Passy. Son rôle dans l’enquête menée au printemps 1946, concluant à la culpabilité de l’accusé, éclaire l’un de ses traits essentiels, le dévouement au service public et la rigueur morale (Sébastien Albertelli). Car la fidélité aux compagnons des mauvais jours, qui l’amènera à défendre Marcel Paul, déporté comme lui au camp de concentration de Buchenwald et accusé d’avoir privilégié les prisonniers communistes, en est un bon témoignage (Olivier Lalieu). Pour Pierre Sudreau, l’appartenance politique était moins importante que les engagements concrets. Il prit ainsi le risque d’accuser d’irrégularités financières et d’enrichissement personnel un gaulliste de la première heure tandis qu’il soutint un communiste avec qui il avait partagé l’expérience de la déportation. Ainsi voulait-il « dépasser les clivages politiques pour défendre les idéaux de la Résistance et de la déportation ».

Promu préfet hors classe à son retour du camp au printemps 1945, il entame une carrière de haut fonctionnaire et d’homme politique (Claire Andrieu). Celle-ci se confond avec l’histoire générale du pays : retour à la légalité républicaine, transition entre la IVe et la Ve République, élection du président au suffrage universel qui entrainera sa démission de ministre de l’Éducation nationale, installation du bipartisme ainsi que, sur un autre plan, croissance économique durable. Foncièrement centriste et libéral, il fut souvent en porte-à-faux avec la polarisation de la vie politique et les rigidités du monde de l’entreprise.

Outre ses fonctions de Commissaire à la construction et à l’urbanisme pour la région parisienne (1955-1958), ses deux passages ministériels, à la Construction (1955-1958) et à l’Éducation (avril-septembre 1962) montrent combien il a perçu le changement d’échelle que vivait la France après 1945. Du point de vue de la politique urbaine, il s’est montré particulièrement « habile à traduire la croissance en problème » (Loïc Vadelorge). Selon cet auteur, « Sudreau fut sans doute le premier ministre de la Construction à assumer la nécessité de produire massivement des grands ensembles d’habitation ou plus exactement d’assumer que la résolution de la crise structurelle des logements passerait par les grands ensembles ». Ce qui ne l’empêcha pas, par pragmatisme et recherche du consensus, de critiquer les ZUP en tant que maire de Blois et de tenter des opérations mixtes d’immeubles collectifs et de maisons individuelles dans l’agglomération (Cécile Godeau).

Pragmatisme et efficacité furent de même à l’honneur lors de son bref passage à l’Éducation. Alors qu’il avait quitté la Construction, en partie à cause du scandale immobilier du Point du Jour, pour lequel il parvint à disculper son administration de l’accusation de corruption, sa nomination à l’Éducation avait surpris (Antoine Prost) : « On s’était demandé ce qu’un ministre de la Construction venait faire à l’Éducation nationale. La réponse était pourtant simple : il venait construire ». C’est qu’il fallait accueillir les 150 000 élèves venus d’Algérie, dont le retour n’avait nullement été prévu. Pour bâtir en urgence les classes nécessaires, Sudreau, contre les habitudes de son administration, s’attacha à alléger les procédures, raccourcir les délais entre les décisions et le début des chantiers et simplifier les montages financiers longs et complexes. La brièveté de son maroquin empêche de savoir s’il aurait été autre chose qu’un ministre bâtisseur.

Un autre engagement, celui en faveur de l’Europe, témoigne tout autant d’un pragmatisme allié à des convictions fortes : quand, en mai 1968, Pierre Sudreau devient président du Conseil français du Mouvement européen, il met en avant les questions de l’énergie, de la lutte contre le chômage et de l’innovation technologique. Que ces dossiers n’aient finalement pas beaucoup avancé permet à Bertrand Vayssière de conclure qu’il ne fut « peut-être pas le plus engagé des européistes, mais sûrement un de nos hommes politiques les plus constants dans ses préoccupations pour l’Europe à construire : une nouvelle illustration de sa façon de s’impliquer, sans se départir de lui-même ».

Il fut, en tout cas, « lui-même », comme préfet du Loir-et-Cher et maire de Blois. Actif certes pour lutter contre la pénurie de logements et la persistance des taudis, il s’impliqua surtout dans l’organisation du spectacle son et lumière de Chambord, démontrant de façon pionnière qu’il avait compris l’évolution d’un tourisme adapté à l’ère des masses (Pierre Allorant). Il le fut ensuite comme « homme d’influence » lors des deux présidences qu’il assura après sa démission en 1962, quand il entama une nouvelle vie publique et professionnelle (Michel Margairaz). Au moment de la réorganisation de la Fédération des industries ferroviaires en 1963, il fut choisi comme président à la fois parce qu’il était à la fois une personnalité politique et qu’il avait une connaissance concrète de la haute administration (Danièle Fraboulet). Il y resta trente ans sans toujours réussir à imposer ses vues, notamment lors de la promotion du train à grande vitesse, ou à trouver des parades à la concurrence nationale et internationale.

La même réussite en demi-teinte concerne sa présidence à la tête du Comité d’étude pour la réforme de l’entreprise, créé en juillet 1974 à l’initiative de Valéry Giscard d’Estaing. Le rapport qui en fut issu était fondé non sur l’idée de cogestion mais sur celle de concertation. Loin des traditions françaises, syndicales comme patronales, le rapport, pourtant édité par la Documentation française et vendu à 200 000 exemplaires, resta lettre morte.

Sur cette vaine tentative se referme le kaléidoscope. Si Pierre Sudreau figure parmi les grands commis de l’État qui ont tenté de moderniser la France après la refondation de la République, l’originalité de son parcours est d’avoir multiplié les appartenances et les prises de position, ce dont cet ouvrage nous convainc aisément.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *