Résumé de thèse : Julia Conesa Soriano Entre l’Église et la ville : le chapitre et les chanoines à Barcelone au sortir de la guerre civile catalane (1472-1500)

Julia Conesa Soriano

Entre l’Église et la ville : le chapitre et les chanoines à Barcelone au sortir de la guerre civile catalane (1472-1500)

Thèse de doctorat en Histoire du Moyen Âge (label européen), dirigée par Mme le Professeur Élisabeth Crouzet-Pavan (Paris IV) et M. le Professeur Denis Menjot (Lyon II). Soutenue en Sorbonne le 23 juin 2017 devant un jury composé de : Patrick Boucheron (Collège de France) – Président, Mme Béatrice Perez (Université Paris-Sorbonne),Pere Verdés Pijuan (CSIC-Institución Milà i Fontanals, Barcelone), Mme Hermínia Vasconcelos Vilar (Université d’Evora)

 

Cette thèse s’est donné pour objectif l’étude du chapitre cathédral de Barcelone, envisagé comme un acteur urbain au sein de la principale cité du Principat de Catalogne, à la fin du XVe siècle.

Au-delà de leurs attributions religieuses, évêques et chanoines sont en effet étroitement impliqués dans la destinée de la cité. Formé par le groupe des chanoines qui entourent et secondent l’évêque, le chapitre se pose comme l’administrateur au quotidien de la cathédrale, comme le gestionnaire de ses biens. En tant que tel, il dispose d’une juridiction spirituelle et disciplinaire (sur la ville et sur le diocèse) mais aussi seigneuriale (sur les domaines de son temporel). Le chapitre se trouve alors au contact de la société urbaine par le biais de ses fonctions religieuses, de l’encadrement des fidèles, de son activité caritative, ainsi que par son rôle de riche seigneur foncier.

Néanmoins, le chapitre ne doit pas être considéré uniquement comme une institution. Il doit aussi être compris comme un groupe d’individus. Ses membres font pleinement partie de l’élite dirigeante barcelonaise mais y occupent une place bien spécifique, du fait de leur appartenance à l’Église. Cette situation les place à la jonction de réseaux de pouvoir, quelquefois antagonistes, qui s’étendent à des échelles géographiques différentes (échelle locale de la ville, échelle régionale où se déploient leurs carrières ecclésiastiques, échelle supra-régionale de la hiérarchie ecclésiastique). Les chanoines disposent ainsi d’un pouvoir qui ne saurait être étudié uniquement à travers la question de leurs fonctions dans la cathédrale ou de leur richesse, mais qu’il faut appréhender en interrogeant leur intégration individuelle dans les réseaux interpersonnels qui structurent l’oligarchie barcelonaise et sous-tendent la pratique du pouvoir politique municipal. Le groupe canonial doit alors être envisagé dans ses réalités concrètes : un ensemble d’individus partageant un statut particulier, une charge et des origines sociales prestigieuses ; un groupe, enfin, qui s’avère être l’un des acteurs de la vie publique barcelonaise.

Plusieurs questions ont alors structuré cette recherche. Quelles sont, dans la pratique, la nature et les expressions de ce pouvoir canonial, dans la cathédrale mais surtout en dehors ? Quel impact les liens entretenus par les chanoines avec l’oligarchie locale et les institutions de pouvoir ont-ils sur leurs carrières, sur leur prise de décision à la cathédrale et sur la société urbaine ? Comment le plus haut échelon de la hiérarchie ecclésiastique au niveau local s’insère-t-il dans le jeu des pouvoirs qui structurent la cité et son élite ?

La démarche a eu pour but d’articuler cet objet d’étude – le chapitre cathédral – à l’histoire urbaine en tant que telle. Il s’est agi d’éclairer un acteur méconnu de Barcelone dans une période peu traitée par l’historiographie, afin de mettre en lumière l’implication du haut clergé dans les dynamiques et les événements du temps. Le deuxième objectif était d’aborder l’histoire des chapitres cathédraux de Catalogne, largement délaissée par les historiens. Enfin, l’approche a permis d’analyser, à travers l’exemple barcelonais, l’insertion d’un chapitre cathédral dans les rouages du pouvoir municipal et son impact sur la société urbaine et en particulier sur ses élites.

Un large corpus documentaire a sous-tendu l’analyse. La richesse et l’abondance de la documentation catalane au bas Moyen Âge font en effet figure de lieu commun dans l’historiographie médiévale. Grâce à elles, la question de l’insertion des chanoines dans la société urbaine a pu être menée en croisant les sources ecclésiastiques et les sources laïques émanant des autorités municipales. Quatre fonds principaux ont alors été mobilisés : les archives capitulaires, diocésaines, notariées et municipales de Barcelone, avec, en complément, les Archives de la Couronne d’Aragon, les Archives Secrètes du Vatican et les principales chroniques centrées sur Barcelone dans la période étudiée.

Le propos de la thèse est structuré en huit chapitres, réunis en quatre parties. Les deux premières considèrent le chapitre comme une institution dans la ville en tant qu’entité politique puis en tant qu’espace urbain ; les deux parties suivantes l’envisagent comme un groupe d’individus, les chanoines, d’abord collectivement puis individuellement, dans la cité définie comme un corps social.

La première partie interroge la place de l’institution capitulaire dans la ville conçue comme entité politique. L’autorité spirituelle des chanoines et leur position de supérieurs hiérarchiques du diocèse, en tant que délégués d’un évêque presque totalement absent entre les années 1460 et la décennie 1490, leur donnent juridiction sur la cité : le chapitre a autorité sur son clergé, sur ses fidèles. Les chanoines s’érigent alors en interlocuteurs directs du gouvernement municipal barcelonais qui, depuis le XIVe siècle au moins, tente de se présenter comme le protecteur des églises de la ville. Les chanoines, pour leur part, échappent à cette tutelle et prennent soin de maintenir leur autonomie tout en protégeant avec ardeur leurs intérêts. Chanoines et membres du gouvernement municipal se voient pourtant obligés de travailler ensemble au quotidien pour la gestion commune des affaires religieuses de la ville. Dans ce cadre, en retrait la plupart du temps, les chanoines prennent toutefois la plume aux côtés du gouvernement municipal pour défendre l’autonomie de la ville face à l’ingérence de l’Inquisition royale. Parallèlement à cette action commune, le chapitre refuse toute remise en cause de son exemption fiscale, alors que la ville requiert sa participation à l’impôt indirect sur la viande (imposicions de la carn). En fin de comptes, le chapitre cathédral dispose bel et bien d’un véritable poids dans la politique municipale, mais un poids qu’il ne fait jouer que pour défendre ses intérêts.

La deuxième partie de cette thèse s’intéresse à l’insertion du chapitre dans le tissu urbain et les structures économiques de la ville. Rentes foncières dans la ville et revenus ecclésiastiques prélevés sur le clergé du diocèse forment le socle des assises économiques du chapitre, qui n’investit que très peu dans le crédit et aucunement dans toute autre entreprise. La gestion de l’établissement est organisée par une structure hiérarchique ancienne, peu dynamique et souvent peu efficace. À la fin du XVe siècle, le temporel est présenté par les chanoines comme étant en difficulté ; mais cet affaiblissement reste superficiel et l’institution est peu affectée par les séquelles de la guerre civile catalane (1462-1472). Une partie des chanoines, néanmoins, tente d’y remédier : une vaste opération d’assainissement des pratiques gestionnaires de l’établissement se double d’une reprise en main de la discipline du clergé du diocèse.

La troisième partie envisage alors le chapitre comme un groupe d’individus, pour interroger la place, bien particulière, des chanoines dans la société urbaine. Ces derniers ont pour fonction sociale d’assurer la cohésion de l’Église de la cité (ils encadrent les processions et cérémonies religieuses de la ville). Ils constituent, de facto, le plus haut échelon de l’Église que peuvent prétendre contrôler les familles de l’oligarchie barcelonaise. De ce fait, ces dernières placent certains de leurs membres au chapitre et le gouvernement municipal lui-même tente d’interférer dans les nominations. Il échoue. Le chapitre barcelonais ne peut en réalité pas être considéré comme la chasse-gardée de certaines familles et les pouvoirs, locaux, royaux ou pontificaux ne parviennent pas à l’instrumentaliser. Les carrières canoniales y sont éminemment régionales, le cumul des canonicats s’observant presque exclusivement entre les chapitres de Catalogne. Par leur mode de vie, les chanoines font bien partie des élites urbaines de Barcelone, mais ils constituent un groupe bien spécifique en son sein, un « intergroupe » (T. Dutour) aux contours flous, traversé par des intérêts et des forces variés : les solidarités familiales avec l’élite sociale de la ville, la volonté des membres du chapitre, qui pratiquent la cooptation, mais également les nominations pontificales et l’action personnelle des clercs qui manœuvrent habilement pour obtenir du pape leur accès au chapitre.

La quatrième partie du travail se centre donc sur les chanoines, envisagés non plus en tant que groupe, mais en tant qu’individus. Elle s’attache à observer leur intégration personnelle aux structures de pouvoir qui sous-tendent l’élite urbaine : les réseaux de l’oligarchie et la sphère du pouvoir informel à l’échelle municipale. Les parents des grandes familles patriciennes de ciutadans honrats sont bien représentés au chapitre, ainsi que, de façon plus limitée, l’élite marchande, en cours de fusion avec les patriciens en cette fin de XVe siècle. Le chapitre ne doit cependant pas être considéré comme un simple reflet des élites urbaines. Il est aussi une antichambre d’accès à cette élite pour certains individus et leurs familles, non-originaires de Barcelone. Ce rôle de levier social s’explique par l’étroite connexion du groupe des chanoines actifs à la cathédrale avec les milieux dirigeants de la ville. En effet, les chanoines, du fait de leur canonicat, sont potentiellement investis, à titre personnel, de fonctions politiques : ils peuvent siéger aux Corts de Catalogne et à la Diputació del General. À ce titre, certains d’entre eux disposent d’un rayonnement personnel dans la ville ou se distinguent par leur carrière à la cour. Dans la pratique, cette participation des chanoines à la sphère politique urbaine se traduit par leur mobilisation, par le gouvernement municipal, pour intercéder en faveur de la ville auprès d’un grand personnage dans certaines affaires. Les chanoines s’érigent alors en acteurs, discrets mais très présents, de la vie politique de la cité.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *