Matteo Annibaletto et Francesca Ghedini (a cura di), Intra illa moenia domus ac penates (Liv. 2, 40, 7). Il tessuto abitativo nelle città romane della Cisalpina. Atti delle giornate di studio (Padova, 10-11 aprile 2008), Roma, Quasar, « Quaderni di Antenor », n° 14, 2009, 342 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

Matteo Annibaletto et Francesca Ghedini (a cura di), Intra illa moenia domus ac penates (Liv. 2, 40, 7). Il tessuto abitativo nelle città romane della Cisalpina. Atti delle giornate di studio (Padova, 10-11 aprile 2008), Roma, Quasar, « Quaderni di Antenor », n° 14, 2009, 342 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

La collection des cahiers d’Antenor contenait déjà plusieurs volumes particulièrement intéressants sur l’architecture domestique romaine, comme nous avons eu l’occasion d’en rendre compte ici même (HU, n° 27, 2010, p. 143-145). Ce troisième ouvrage de « l’école de Padoue » concerne, après l’Afrique proconsulaire et la Grèce, les villes de la Cisalpine. L’épigraphe (« à l’intérieur de ces murailles sont ma maison et mes pénates », propos extraits du discours prêté à la mère de Coriolan pour dissuader ce dernier de marcher contre sa patrie) et le titre lui-même insistent sur les rapports entre constructions domestiques et tissu urbain, entre données urbanistiques et approches typologico-structurelles – sans exclure cependant l’analyse de bâtiments hors les murs. Il faut préciser d’emblée que cette livraison ne constitue que la première étape d’un projet plus vaste et qu’elle n’a pas la cohérence et le caractère synthétique qui faisaient tout le prix des deux premières de la série, entreprise collective ou recherche doctorale. Issu d’un colloque tenu en 2008, le présent livre juxtapose, sans ordre apparent ou justifié, sans carte d’ensemble, des études monographiques précédées d’une bien trop rapide présentation par Francesca Ghedini – d’autant plus que cette dernière propose surtout un bilan et une prospective des recherches de son équipe – et c’est au fond la quatrième de couverture, dense mais brève, qui est la plus explicite sur l’objet, la problématique et les résultats de la rencontre. Le lecteur ne peut que regretter l’absence de conclusions qui lui auraient permis de retenir aisément quelques idées générales un tant soit peu circonstanciées et contextualisées – probablement la rançon d’une publication rapide des actes.

En effet, l’enquête menée l’aurait amplement mérité, car elle s’attache, grâce à de fructueux contacts avec les responsables des circonscriptions archéologiques, à rassembler toute l’information disponible sur toutes les maisons d’un certain niveau identifiées dans la région étudiée. Elle s’appuie à la fois sur les acquis de récents chantiers (comme celui de San Salvatore-Santa Giulia à Brescia, point de mire de l’archéologie de l’Italie du nord durant les dernières décennies) et sur un travail, que l’on devine considérable, dans les archives des surintendances locales. Elle propose donc une masse importante d’informations inédites et / ou peu accessibles. Chacune des monographies, selon un dosage variable entre description, problématisation et comparatisme, s’efforce d’étudier les relations entre constructions privées et lieux de convergence publics (forum, sanctuaires, monuments de spectacles), ces rapports pouvant déboucher sur des logiques de développement à l’échelle du quartier. Elles tentent de restituer, dans toute la mesure du possible, l’insertion des maisons dans le tissu urbain et dans ses différents réseaux (notamment d’approvisionnement en eau, ce qui peut permettre la mise en place de fontaines et de nymphées domestiques). Elles sont aussi vigilantes aux possibles liaisons entre fonction résidentielle et activités productives et commerciales, ainsi qu’aux corrélations entre les constructions domestiques cisalpines et le modèle « centro-italique », sous toutes ses facettes (planimétrie axiale, techniques de construction, matériaux, décors) : elles se fixent donc pour objectif l’appréhension des dynamiques sociales. Au total, vingt-cinq sites urbains sont traités, auxquels il faut ajouter des considérations plus globales sur des agglomérations mineures et des formes d’habitat plus modestes (l’« architecture pauvre ») de quelques vici (dont le plus célèbre est assurément Bédriac, doté d’une planification « à mailles larges »). C’est dire que le lecteur reste quelque peu sur sa faim, à l’issue d’un parcours analytique quelque peu ingrat, et qu’il aurait aimé que les éditeurs fassent le point au minimum sur certaines questions importantes et récurrentes, dans des communications dont l’échelle d’observation varie de l’édifice unique à l’entité micro-régionale : les densités d’occupation ; les formes d’adaptation aux conditions climatiques, orographiques ou littorales ; le repérage de normes urbanistiques (et leur possible transgression au fil du temps, par empiètement sur les axes viaires) ; la prégnance des traditions préromaines et l’impact différencié de l’implantation romaine ; les éventuelles corrélations avec le statut juridique de la ville ; les nuances, les faciès et les hiérarchies décelables à l’intérieur de la Cisalpine.

Le volume toutefois ne manque pas d’intérêt. Certes, bien des sites sont marqués par une forte fragmentation lacunaire et une grande hétérogénéité des données archéologiques, qui ne permettent que rarement un bilan sociologique de la répartition des habitations : l’expression disjecta membra est un leitmotiv de l’ouvrage, les fouilles étant en général liées à des chantiers ponctuels, souvent au cœur des îlots, et les datations reposant fréquemment sur la seule base possible, l’étude stylistique des pavements. Mais quelques cas privilégiés (Aquilée, Brescia, Ravenne, Rimini ou même Veleia) autorisent une première esquisse diachronique. On relèvera ainsi, au fil des pages, la coutume padouane de l’enfouissement des cippes de délimitation (p. 29), la réaffirmation, classique mais jamais superflue, de la valeur « non défensive » des murailles (p. 117, 143), la diversité du positionnement des résidences de prestige par rapport au forum (ce dernier constituant – p. 98, 169, 254, 260, 336 – ou non – p. 217 – un pôle attractif), la problématique de l’identification sur le terrain de probables expropriations (p. 165 et 217-218, voire p. 252 ou 259 ?), les cas, parfois spectaculaires, de scénographie urbaine (à Suse, à Pula et, surtout, à Veleia, avec un véritable effet de pendant entre espace public du forum et zone résidentielle), la notion de « maisons diachroniques » utilisée pour décrire des habitations urbaines dont la longévité séculaire, à tout le moins celle de leurs pavements, est tout à fait frappante (p. 289).

Ainsi le dynamisme et le savoir-faire de l’équipe de Padoue (précision de l’information, importance et variété de l’apparat graphique, richesse de la bibliographie, souci de l’interprétation économique et socio-politique) ne sont certes pas en cause (sauf pour l’absence d’échelle et d’orientation sur de trop nombreux plans !), mais ce volume, pourtant placé sous le patronage de Tite-Live, nécessitera un important travail de synthèse historique avant de pouvoir pleinement s’intégrer dans la bibliographie « opérationnelle » de l’architecture domestique romaine. On attend donc avec d’autant plus d’impatience les deux suivants, annoncés dans le cadre du « Progetto Cisalpina » qui, eux, fourniront les fiches normalisées et les essais thématiques dont la qualité a fait, par exemple, le succès de la publication sur l’Afrique romaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *