Compte rendu: Ezéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud S., Judicaël Petrowiste, Johan Picot (sous la direction de), Le bazar de l’hôtel de ville. Les attributs matériels du gouvernement urbain dans le midi médiéval (XIIe-XVe siècle), Ausonius éditions, Bordeaux, 2016. (Boris Bove)

Ezéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud S., Judicaël Petrowiste, Johan Picot (sous la direction de), Le bazar de l’hôtel de ville. Les attributs matériels du gouvernement urbain dans le midi médiéval (XIIe-XVe siècle), Ausonius éditions, Bordeaux, 2016, 284 p. (Boris Bove)

 

Ce livre résulte de la publication de deux journées d’études consacrées aux attributs matériels des municipalités du Midi français entre XIIIe et XVe siècle. Il s’agit d’observer les instruments du gouvernement (sceau, cloche, maison commune, etc.) qui prennent valeur de signe. Signe de quoi ? Signe « de ce qui fait la ville », comme l’avancent les directeurs en introduction (p. 11) ou plutôt signe de l’existence d’une communauté, avec des droits spécifiques ? Certes, Guilhem Ferrand rappelle que les habitants d’Espalion revendiquent dans un procès, en 1448, le droit d’avoir une livrée municipale parce que les autres villes comparables des environs en ont une. Leur seigneur a beau jeu de rappeler qu’ils n’en ont jamais eu le droit, et le Parlement donne raison à ce dernier, preuve en l’occurrence que ce n’est pas une question d’urbanité, mais de droit. De plus on trouve de petites villes, comme Najac (étudiée par Lionel Germain et Judicaël Petrowiste), qui possèdent toute la panoplie des attributs urbains, tandis que de grosses villes comme Clermont en Auvergne n’en possèdent presque aucun. Emmanuel Grélois souligne au passage que ces attributs sont en fait et avant tout ceux du pouvoir seigneurial. Ceux-ci manifestent donc des droits et une capacité à faire commune… ou des prétentions à ces droits, comme à Marseille où l’apparition progressive après 1348 d’un certain nombre de realia municipales dans une ville dominée par le comte de Provence, révèle la construction subreptice de libertés municipales (François Otchakovsky-Laurens). On conviendra néanmoins que la possession de clés est un indice d’urbanité plus signifiant, dans la mesure où les villages sont moins susceptibles de posséder des enceintes, une maison commune ou un coffre à archives (Sandrine Lavaud).

Les 53 inventaires de Najac permettent de cerner avec précisions le contenu hétéroclite du bazar de l’hôtel de ville. Il y a d’abord toute sorte d’objets liés à l’exercice de la magistrature urbaine : gages laissés par des contribuables impécunieux, biens des citadins intestats conservés pendant un an avant d’être versés au profit de la communauté civique, legs pieux, pièces de procédure en cours ou encore des chapels de fer, épées et arbalètes des sergents qu’on envoie participer aux guerres de Philippe le Bel. Mais il y a aussi des biens non solubles qui forment le cœur du trésor municipal : une cloche, deux trompes et une trompette à pennons, un grand et un petit sceau (plusieurs fois perdu, preuve de son usage quotidien), des bannières à usage militaire et civil (pour les cris publics), des étalons de poids et mesures et enfin des archives dans divers coffres entreposés dans la salle du conseil municipal et dans une petite salle attenante. L’usage précoce (XIIe siècle) et systématique du sceau ne doit pas étonner dans un Midi où le notariat est pourtant développé, car c’est l’instrument normal d’authentification des actes et surtout de la reconnaissance d’une universitas. Le recensement des sceaux des villes du Midi tel qu’établi par Myriam Bedos-Rezak est donc biaisé car lié à la structure des fonds des Archives nationales qui survalorisent les grandes assemblées du règne de Philippe le Bel auxquelles un grand nombre de villes du royaume ont participé (Jean-Luc Chassel). Comme beaucoup de sceaux des villes, ceux du Midi sont de type monumental, délibératif ou parlant, bref auto-référentiels, avec un rappel fréquent de l’emblématique du seigneur dont la municipalité tire ses droits par délégation (Laurent Macé). Seule originalité des sceaux méridionaux : la figuration de la Vierge à l’enfant et l’usage du plomb, sur le modèle italien. Curieusement, on ne trouve mention des clés que dans 50% des inventaires de Najac, alors qu’on sait grâce à Sandrine Lavaud qu’elles étaient au cœur de la vie municipale : clés de l’enceinte, clés de l’hôtel de ville, clés des divers coffres, grandes clés, petites clés, pour des serrures ou des portes à simple ou double clés, bref une centaine au total pour Bordeaux ! Cette relative indifférence est d’autant plus étonnante que les clés ont une forte valeur politique : les clés des portes sont au cœur des rituels de soumission lors de l’entrée d’un souverain et celles de l’hôtel de ville sont le support de la passation de pouvoir entre les magistrats municipaux, dont elles définissent la hiérarchie. Les clés des portes de la ville sont, en revanche, confiées à Agen et Bergerac à des officiers municipaux, les clavaires, qui restent en charge bien plus longtemps que les élus.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser de ce jeu de poupées russes (le sceau est dans le coffre, qui est lui-même dans l’hôtel de ville), la moins nécessaire de ces realia est certainement la maison commune, qui apparaît toujours avec un temps de retard sur le sceau ou le coffre… quand elle apparaît. À Arles, les réunions du conseil ont lieu chez des particuliers ou dans des églises urbaines jusqu’à l’arrivée du podestat : la ville se dote alors d’un palais de la commune, probablement rendu nécessaire par l’arrivée de ce magistrat extérieur à la ville plus que pour faire fonctionner l’universitas, puisque le lieu est trop exigu pour accueillir les grandes réunions qui ont lieu au palais épiscopal voisin. La municipalité possède souvent d’autres bâtiments dans la ville, comme à Avignon où l’on trouve une maison du conseil, une maison des poids et mesures et une tour d’enceinte, manifestant un certain polycentrisme municipal (Simone Balossino). On retrouve un phénomène analogue dans les petites villes de Provence (Laure Verdon), à Clermont (Emmanuel Grélois) comme à Bordeaux où 80 % des réunions ont lieu dans la maison commune, accrochée au rempart et à l’église Saint-éloi, mais aussi à la Mairerie (cour de justice tenue par le maire nommé par le duc), chez des particuliers ou dans un couvent mendiant, même si aucune n’a lieu hors de l’enceinte (Ezéchiel Jean-Courret). Mais certaines villes n’ont même pas de lieu fixe, ainsi à Montferrand en Auvergne où le coffre municipal est abrité au XIIIe et XIVe siècle dans une maison louée à un bourgeois de la ville, pour son plus grand profit et honneur, donc avec l’approbation des grandes familles locales. Son déménagement régulier reflète d’ailleurs une conception holiste de l’espace urbain. À partir de 1409, le coffre est installé dans une armoire maçonnée dans la collégiale Notre-Dame, qui achève de le sanctuariser – le coffre abritait depuis le début les reliques de la léproserie d’Issoire dont la commune était collateur (Johan Picot). L’arche devient alors un trésor selon un processus qui n’est pas sans rappeler celui du Trésor des chartes. Cette situation est proche de celle de Marseille où les conseillers ont une partie des archives municipales chez eux, où la municipalité se réunit dans l’hôpital du Saint-Esprit, et où elle gère les reliques des saints patrons de la ville à travers la possession des clés de leur châsse ainsi que leur répartition chez les conseillers lors des crises politico-militaires – il est vrai cependant qu’il s’agit d’une municipalité de fait, et non de droit (François Otchakovsky-Laurens).

Ces signes forment assurément un système par leur agencement et les usages qu’on en fait, mais Vincent Challet souligne à juste titre qu’ils ne forment pas un système qui fonctionne dans l’absolu : l’absence de mention de clés dans un certain nombre de cas cités dans le recueil montre bien que les municipalités n’ont pas investi toutes les realia avec la même force – et qu’il faut compter avec les destructions documentaires. De même, l’absence de représentation figurée des conseillers à Montpellier avant 1619 alors que ceux de Toulouse en ont une depuis 1352 n’implique pas une hiérarchie dans l’urbanité ou l’émancipation municipale entre les deux villes. C’est encore plus vrai pour les palais communaux dont on a vu qu’ils étaient les moins signifiants de ces realia et qu’on a paradoxalement tendance à placer sur une hiérarchie dont le sommet serait ceux des cités-état italiennes, comme s’il existait un unique modèle de développement urbain.

Ce recueil d’articles bien centrés sur les attributs municipaux permet de les constituer en objets historiques et la réduction du champ de l’analyse à un « Midi » ne réduit en rien sa portée tant il est divers, de l’Atlantique au Rhône, de Bordeaux à Najac, des communes aux consulats, de la langue d’oc au franco-provençal : le cas méridional paraît au contraire par sa diversité un bon laboratoire d’étude du phénomène urbain en général et les conclusions qu’on peut tirer de ce recueil intéressent toutes les villes médiévales.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *