Compte rendu: Manuela Martini, Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle, Paris, CNRS Editions, 2016. (Philippe Verheyde)

Manuela Martini, Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle, Paris, CNRS Editions, 2016, 468 p. (Philippe Verheyde)

 

L’ouvrage rédigé par Manuela Martini est un livre triplement important. D’abord, il s’intéresse à la petite entreprise, trop peu étudiée par la recherche universitaire alors qu’elle représente un nombre considérable dans un secteur d’activité – le bâtiment – assez dispersé. Ensuite, il aborde la question des migrations, intérieures et surtout extérieures, notamment italiennes. Enfin, il pose la question du rapport au travail et des liens employeurs/employés. Evidemment, et c’est le grand intérêt de ce livre, c’est l’articulation entre ces trois approches qui est au cœur du récit ici proposé. Autrement dit, le triptyque, petite entreprise du bâtiment, trajectoires migratoires et relations de travail et familiales, forme l’ossature de ce livre qui s’appuie sur des sources diversifiées et une riche bibliographie, on regrette néanmoins l’absence d’un index.

L’ouvrage est construit en quatre grandes parties, chacune étant composée de deux chapitres. La première partie se propose d’embrasser le secteur du bâtiment. En s’appuyant sur des données statistiques, des définitions de nature juridique, économique et sociologique, l’auteur nous présente un large panorama du secteur d’activité marqué par le règne des petits entrepreneurs. Chez ces derniers, la part des émigrés de l’intérieur (Limousin) et de l’extérieur (Italie notamment), qui coexistent en région parisienne, prédomine largement. La seconde partie s’intéresse aux parcours professionnels de ces migrants maçons installés en banlieue parisienne. A travers une étude fouillée de trois communes limitrophes (Champigny-sur-Marne, Le Perreux et Nogent-sur-Marne), Manuela Martini retrace les évolutions qui permettent à certains nouveaux arrivants de démarrer « à petits pas » une carrière de petit entrepreneur, alors que d’autres se maintiennent dans différentes formes d’activité professionnelle : salariat, tâcheron, sous-traitant. Mais ce secteur connait et subit les contraintes des conjonctures économiques et politiques aboutissant à une limitation des travailleurs étrangers. Le paradoxe des mesures législatives prises entre 1930 et 1950 conduit à une hiérarchisation plus stricte des entreprises et à un renforcement du poids « des Italiens parmi les indépendants ». La troisième partie reconstruit les trajectoires qu’elles soient géographiques, professionnelles et sociales entre les montagnes italiennes (pour l’essentiel) et la banlieue parisienne. Les familles, les réseaux, voire les filières, jouent un rôle majeur dans ces trajectoires. Les métiers, en revanche, s’apprennent chemin faisant en développant des compétences acquises parfois dans d’autres secteurs (la métallurgie, le bois). Enfin la dernière partie s’intéresse à la gestion familiale et salariale des entreprises constituées. Le rôle et le poids des liens familiaux apparaissent comme une constante forte débouchant sur de véritables « dynasties familiales ». Les liens avec le territoire d’origine et une endogamie, courante dans les milieux immigrés, mais qui se poursuit assez tardivement dans le siècle sont sans doute des facteurs qui permettent d’expliquer la pérennité de certaines entreprises, la sauvegarde du patrimoine et l’accession à une certaine forme de notabilité. La gestion du personnel développe certes une forme de paternalisme favorisée en partie par l’origine géographique des salariés, dont certains effectuent toute leur carrière au sein de l’entreprise, mais il reste sans doute difficile d’en savoir davantage. Les données brutes : salaire sous toutes ses formes (primes, avantages…), évolution de carrière, durée de travail sont confrontées à quelques témoignages qui permettent de mieux cerner les conditions de travail et la durée réelle d’activité. Il en ressort à juste titre, ce que le titre du livre met en exergue, le rôle majeur de la famille dans la création, le développement et la pérennisation de l’entreprise créée.

Outre les apports de ce livre, l’intérêt de ce travail conduit également à questionner les approches de l’auteur. On est ainsi un peu surpris du choix d’un plan qui, sur une longue durée, privilégie la thématique au détriment de la chronologie. On est bien conscient de la volonté de l’auteur de retracer et d’expliquer son parcours de recherche, ce qui est intellectuellement intéressant mais qui rend la lecture parfois difficile. Pourquoi, par exemple, traiter des immigrés maçons installés dans la banlieue est de Paris au chapitre 3 et revenir aux lieux d’origine des migrants au chapitre 6 ? L’approche chronologique aurait sans doute eu également le mérite de mieux articuler l’activité de ces entreprises aux conjonctures économiques du XXe siècle. Une entreprise est certes une affaire d’hommes, de familles et de relations de travail – et l’on rejoint l’auteur sur cette triple-dimension – mais est aussi, dans son activité quotidienne, une affaire de commandes, de marchés, de trésorerie… L’entreprise, aussi petite soit-elle, est alors soumise, comme les autres aux contraintes du marché et de la conjoncture économique. La manière de gérer l’entreprise apparaît alors certainement différente que l’on se situe dans la prospérité des années 1920, la crise des années 1930, pendant la Seconde Guerre mondiale ou encore dans les Trente glorieuses.

A la très belle étude sur la gestion et les relations de travail qui semble unir les salariés à la direction ou au patron, on s’interroge sur l’absence d’oppositions hiérarchiques, voire au sein ou entre les familles, et de réflexion sur les logiques de domination. On est également tenté d’ajouter – même si par définition les données précises n’existent pas – une réflexion sur le travail dissimulé qui ne fait l’objet que d’une note de bas de page. On sait que le bâtiment est l’un des secteurs d’activités qui a le plus recours au travail non déclaré, et, bien souvent, d’ouvriers migrants. Qu’en est-il ici pour les entreprises étudiées ? Est-ce que venir de la même région d’origine garantit un travail déclaré ? Utiliserait-on alors éventuellement le travail d’autres migrants ?

Une dernière interrogation, plus générale, porte sur la spécificité de ce type de fonctionnement entrepreneurial, de ce métier et de ces territoires (d’origine et d’arrivée). Par bien des aspects, le parcours des Italiens dans le bâtiment semble correspondre à ce que montre Claire Zalc pour les Juifs polonais ou Anne-Sophie Bruno pour les immigrés tunisiens, voire pour les maçons creusois ou les porteurs d’eau et de charbon du Cantal et les cafetiers aveyronnais. Cette situation semblerait souligner que des structures puissantes, presque des invariants (mobilité, famille, travail), permettent de donner sens à des parcours individuels.

On le voit toutes ces questions traduisent la richesse d’un ouvrage qui à la fois apporte beaucoup et oblige à réfléchir sur ces mécanismes complexes.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *