Compte rendu: Florence Bourillon, Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine et Loïc Vadelorge (sous la direction de), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016. Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine (sous la direction de), Construire l’université : Architectures universitaires à Paris et en Ile-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016. (Janoé Vulbeau)

Florence Bourillon, Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine et Loïc Vadelorge (sous la direction de), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016. Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine (sous la direction de), Construire l’université : Architectures universitaires à Paris et en Ile-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016. (Janoé Vulbeau)

 

 

Au tournant des années soixante, un professeur installé dans la récente université de Jussieu compare son environnement de travail à un « Sarcelles de l’Éducation nationale ». Comprendre cette formule nécessite de se plonger dans cette histoire urbaine et universitaire des Trente glorieuses entre espoir d’une refondation harmonieuse de l’Université de Paris, et stigmatisation précoce des premières réalisations, permettant d’expliquer que l’un de ses membres puisse comparer son lieu de travail à une ville de banlieue, incarnant toutes les pathologies urbaines associées aux grands ensembles.

C’est à cela que nous invite les trois journées d’étude et le colloque tenus entre 2011 et 2014 dont sont issus les deux ouvrages recensés ici. Ils font suite à une initiative de la Chancellerie de Paris, en association avec plusieurs universités franciliennes[1], de valorisation des archives universitaires[2]. Si ce type d’initiative n’échappe pas à une certaine visée commémorative, c’est également une manière pour l’historien de la ville de se saisir de cet objet pour lui appliquer ses propres questionnements. Disons-le d’emblée, le champ est nouveau en histoire urbaine et ses contours sont encore incertains, comme en témoigne la diversité des contributions des chercheurs. Dès lors, il ne s’agit pas pour nous de faire une recension classique mais plutôt d’interroger les différentes approches présentées dans ces deux ouvrages et tenter d’en dessiner les contours épistémologiques communs, en vue de futures recherches. Notre plan se déclinera en quatre parties. Les trois premières, plutôt classiques pour les historiens, seront consacrées aux archives, aux questions de chronologie et d’échelles de la recherche. Notre quatrième point reviendra plus spécifiquement sur la place que peut avoir l’université dans l’étude de la société urbaine des Trente Glorieuses.

Les sources pour l’histoire universitaire, des archives éparses

 

Une attention particulière a été portée lors des différentes journées d’étude à la question des archives, et les participants ont souhaité exposer les fonds utilisés pour leurs recherches. Dans le livre, Construire l’Université, un chapitre, rédigé par un archiviste et un conservateur du patrimoine, est d’ailleurs spécifiquement consacré à la question des sources pour l’histoire universitaire. On consultera avec profit les archives du ministère de l’Instruction publique et de l’Éducation nationale, en particulier la sous-série F17, ainsi que les archives du rectorat et de l’université de Paris, du ministère de l’Intérieur, de la Culture et des services déconcentrés de l’État. Les archives des architectes sont situées pour une grande part au Centre d’archives d’architecture du XXe siècle avec toutefois des fonds lacunaires concernant les périodes les plus récentes. Le chercheur souhaitant lier la question universitaire et l’aménagement urbain consultera plus spécifiquement les archives du District de la région parisienne. Enfin d’autres fonds nécessitent une prospection approfondie à l’image des archives personnelles mobilisées pour l’article sur Pierre Bartoli, secrétaire général des recteurs successifs de l’académie de Paris entre 1947 et 1980.

Si l’on s’intéresse aux étudiants et aux émeutes qui ont émaillé les années 1960-1970, l’article consacré à l’« effervescence militante » à l’antenne de Tolbiac offre ici de précieuses informations. L’auteure souligne d’emblée la difficulté d’obtenir des archives concernant ces thématiques. Toutefois le service des archives de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne possède un fonds de tracts collectés pour la plupart pendant les premières années d’existence du centre universitaire en 1973. La Cité des mémoires étudiantes conserve également des fonds d’archives d’associations et de militants. Elle souligne enfin que d’autres sources pourraient apporter de précieux renseignements notamment les archives des renseignements généraux. On croisera ainsi l’analyse avec les études du Groupe d’Etude et de Recherche sur les Mouvements Etudiants (GERME).

Il est à souligner qu’une des journées d’étude a été spécifiquement consacrée à la question des sources orales, aspect parfois négligé dans l’histoire urbaine contemporaine. Un travail d’enquête a également été mené avec des étudiants, posant la question du dépôt et de l’accès à ce type d’entretien. Á ce titre, l’étude menée par deux géographes, reposant sur 59 entretiens oraux, peut être une source d’inspiration certaine pour l’historien.

 

Faire varier la chronologie, temps court temps long

Un des points soulevé par de nombreuses contributions est celui de la chronologie et de la remise en perspective des évènements de Mai 68. Si la loi d’orientation de l’enseignement supérieur (LOES), dite aussi loi Faure, votée le 13 novembre 1968, semble bien être un point de bascule pour l’université française, il serait faux de penser que celle-ci réagit en urgence aux événements de Mai 68. En effet, elle ne fait qu’entériner des réflexions débutées au milieu des années cinquante, concernant notamment la massification universitaire et le besoin de déconcentration de l’université parisienne. Une étude de l’université à cette période nécessite ainsi pour l’historien de se replonger dans le temps moyen des Trente glorieuses.

La loi Faure peut également être appréhendée dans ses effets immédiats et dans son évolution précoce. Elle entérine trois principes sensés répondre aux maux de l’université : la pluridisciplinarité, l’autonomie et la participation. Pourtant, ces principes sont vite relégués au rang d’utopies soixante-huitardes, notamment sous le secrétariat d’État aux universités d’Alice Saunier-Seïté en 1976 qui signe la volonté d’un retour à l’ordre avec la mise en place d’un budget d’austérité, la reconfiguration autour des disciplines classiques, et la fin de l’expérience vincennoise, déplacée à Saint-Denis, quelques années plus tard.

Ce retour à l’ordre marque un temps de stagnation pour l’évolution de l’université française. Elle ne reprendra qu’à partir du milieu des années 1980 au profit de l’installation d’autres universités au sein des villes nouvelles. Néanmoins, certaines caractéristiques étaient déjà en germe dès les premières années de création des universités. C’est le cas par exemple des centres expérimentaux de Dauphine et de Vincennes en 1968. Conçues selon un schéma similaire, ces deux universités « pilotes » sont supposées être le fer de lance des nouvelles réformes universitaires. Pourtant, le traitement différent qui leur sera appliqué va rapidement imprimer à ces universités une marque très différente : Dauphine profite de locaux qui sont les bâtiments de l’OTAN dans le XVIe arrondissement tandis que Vincennes doit se contenter de préfabriqués dans le bois (qui appartient à la ville de Paris). Le partage disciplinaire et les partis pris pédagogiques vont accentuer encore les distinctions, entre sciences économiques, gestion et droit à Dauphine tandis que Vincennes est tourné vers les langues et les sciences humaines. Enfin, le recrutement très différent des professeurs et des étudiants dans les deux universités, sépare ces deux ensembles à la fois socialement et politiquement.

 

L’échelle, du District de la région parisienne à l’organisation disciplinaire

La question des échelles d’analyse révèle encore une fois la diversité des approches présentes dans ces ouvrages et leur intérêt pour mieux répondre aux questions posées. Il s’agit par exemple de relier les schémas d’aménagement de l’Île-de-France et la place dévolue aux universités avec l’expérience subjective des étudiants afin de comprendre si ces derniers sont enclins à quitter Paris pour la banlieue ou plus exactement à trouver près de chez eux un équipement universitaire.

On peut également approcher l’université par l’étude des projets d’architecte et de ce qui en a résulté. On peut analyser par exemple la manière dont ceux-ci ont répondu à la consigne de Paul Delouvrier de ne pas réaliser de campus à l’américaine, mais au contraire que l’université puisse se marier harmonieusement avec son espace urbain. Le contraste entre Nanterre, qui fut d’abord une faculté de l’université de Paris, et ce qui devait représenter son exact opposé, Villetaneuse, par des paysagistes, est sur ce point tout à fait éclairante. Mais l’exemple de Paris-XII à Créteil montre que l’université peut surgir en même temps que la nouvelle ville qui l’entoure. L’aménagement de l’espace révèle aussi les rapports de pouvoir et de coercition qui traversent l’université à l’image du bâtiment de Tolbiac conçu pour empêcher tout regroupement contestataire d’étudiants.

Un thème de recherche tout à fait pertinent pour l’histoire urbaine pourrait être également de lier l’espace symbolique conféré aux différentes disciplines avec celui de leur emplacement  géographique. Pour des disciplines prestigieuses comme les sciences et en particulier la physique se pose la question, au tournant des années cinquante, de trouver des locaux assez spacieux pour permettre le développement de la recherche. Plusieurs scénarii sont imaginés et notamment le déplacement de l’université sur le site de la Halle aux vins dans le Ve arrondissement de Paris. Il faudra toute la pression du couple Joliot-Curie pour que soit également choisi le site d’Orsay au sud de Paris. L’enjeu est alors de convaincre que le déplacement en banlieue ne correspond pas à une déqualification de la discipline. L’accent va alors être mis sur la continuité que constitue le site d’Orsay avec une radiale universitaire s’étendant vers la banlieue Sud. On imagine le nouveau site comme une prolongation naturelle du Quartier latin, soulignant ainsi l’absence de coupure entre Paris et sa banlieue afin de conserver le prestige associé à cette discipline. A l’inverse, des disciplines moins prestigieuses, voire considérées comme politiquement orientées vont être affectées à des espaces plus périphériques dans des banlieues populaires comme Vincennes ou Nanterre.

L’université dans la société urbaine des Trente glorieuses, entre recherche d’un nouveau prestige et espoirs déçus

 

L’un des points centraux de l’analyse de l’université en histoire urbaine consiste à s’interroger sur les projections et les attentes qui sont liées à la création des bâtiments, autant qu’aux multiples réalités qu’ils représentent pour les usagers. La refondation de l’Université de Paris est à ce titre indissociable de l’étude des espaces urbains dans la France des Trente Glorieuses. Né des préoccupations graviéristes, le projet d’éclatement de la Sorbonne doit ainsi se comprendre dans une volonté de déconcentration des étudiants parisiens. Pointons ici une des limites des deux ouvrages. En concentrant la focale uniquement sur les universités d’Île-de-France, on oublie la construction dans les mêmes années de nombreuses universités de province, qui sont prévues pour désengorger de la région parisienne, en conservant les étudiants provinciaux, voire en absorbant ceux de l’Île-de-France.

L’histoire de l’Université de Paris se confond également avec l’histoire de la banlieue. L’éclatement de la prestigieuse Sorbonne se fait au nom de la nouvelle société qu’on érige alors dans la banlieue parisienne où l’architecture des HLM, pensée comme démocratique et moderne, doit amener l’harmonie urbaine[3] et des « conditions de vie plus saines ». Ce rêve n’anime pas seulement les aménageurs, comme en témoigne l’étude consacrée à Paul Ricoeur, professeur de philosophie (1964-1970) puis doyen de l’université de Nanterre (1969-1970). Ce dernier fuit volontairement la Sorbonne, espérant trouver à Nanterre une université moins guindée, permettant d’instaurer un nouveau rapport entre élèves et enseignants. Pourtant, là encore, l’histoire de l’université suit de près celle des grands ensembles. Les fortes attentes n’empêchent pas la création d’université dans des délais extrêmement courts, usant de procédés de préfabrication et laissant peu de place à une architecture véritablement qualitative. Ainsi, Nanterre est construite dans l’urgence et le rêve d’un palais universitaire pour le peuple semble vite s’estomper. De même, la dénonciation de l’absence d’équipements, comme c’est le cas à Tolbiac où les étudiants protestent en 1973 contre le manque d’espaces verts ou de restaurants universitaires, rappelle la critique faite aux grands ensembles dans les années 1960-1970. Enfin, la volonté de fondre l’université de Paris-XII dans le paysage de la « nouvelle ville » par des passerelles, échoue devant les discontinuités spatiales, dues à la construction sur dalle.

La désillusion qui frappe les universités franciliennes est contemporaine de celle qui touche la banlieue. Á ce titre, une étude plus approfondie pourrait être menée concernant la circulation du personnel politique et administratif entre le domaine de l’instruction publique et celui de l’aménagement urbain. Le rôle par exemple d’Olivier Guichard, ministre du Plan (1968), de l’Éducation Nationale (1969-1972), puis ministre de l’Équipement (1972-1974) est à élucider. Il est en effet l’un des acteurs de l’éclatement de l’université et il est aussi celui qui met fin aux grands ensembles et renonce au développement des universités de la première couronne, comme la faculté des Lettres et de Sciences économiques de Boissy-Saint-Léger en lien avec Paris-XII.

Les études monographiques concernant l’université et la banlieue présentes dans ces ouvrages sont également tout à fait éclairantes. Ainsi, dès l’origine de l’université de Nanterre, il s’agit devant les incertitudes des réalisations futures (RER, cité administrative) de protéger l’université d’un univers jugé délétère, celui des bidonvilles environnants. Les étudiants de la gauche prolétarienne ne s’y trompent pas lorsqu’ils font venir les Algériens, occupant les bidonvilles, au coeur de l’université pour organiser des cours du soir[4]. La création de l’université de Villetaneuse et son évolution est également riche d’enseignement. L’université est fondée à l’origine comme un « anti-Nanterre », devant relier les villes aux alentours, faisant de l’université un véritable centre intercommunal. Pourtant ce projet ambitieux de ville universitaire est abandonné au milieu des années 1970, au profit d’un investissement universitaire plus important à Compiègne. Dès lors, L’université de Villetaneuse va se caractériser par une coupure avec son environnement urbain et en particulier avec la cité avoisinante pourtant conçue au départ pour le personnel universitaire. Ces deux monographies appellent ainsi à réfléchir de manière interdisciplinaire notamment sur les questions de ségrégation universitaire et urbaine comme cela est fait notamment par deux géographes qui se sont intéressées aux représentations mais également aux parcours d’étudiants dans l’espace francilien.

Dans les années 1990, le schéma Université 2000 débouche sur la création de quatre nouvelles universités dans les villes nouvelles de la région parisienne (Evry, Cergy, Saint-Quentin-en-Yvelines et Marne-La-Vallée). Elles peuvent apparaître comme la poursuite de la déconcentration parisienne née dans les années 1960. Pourtant, la filiation ne semble pas évidente et c’est plutôt la volonté de rompre avec cette période qui a dominé lors de la création de ces espaces universitaires. Á ce titre, l’éclatement de l’université de Paris parait aujourd’hui subir un double échec : mettant ainsi à mal les efforts de déconcentration, 21% des étudiants français sont toujours dans l’agglomération parisienne ; au début des années 2000, le nombre d’étudiants inscrits dans l’ensemble des universités de banlieue reste bien inférieur à celui que totalisent les sept universités de Paris intra-muros. Toutefois, ce constat demanderait à être nuancé et remis en perspective avec des études concernant les universités provinciales. Pensons par exemple à la création du grand campus « Lille Est » qui dès le milieu des années 1960 est imaginé pour être l’un des plus gros centres universitaires de la région, et qui deviendra la composante centrale de la ville nouvelle de Villeneuve-d’Ascq[5]. L’emprunte universitaire de cette époque semble également se poursuivre jusqu’à nos jours. Ainsi le déménagement autoritaire de l’université de Vincennes vers Saint-Denis[6] n’a pas mis fin à la protestation étudiante, et cet espace est demeuré jusqu’à nos jours un haut lieu de la contestation étudiante.

En conclusion, on pourrait ainsi préciser que si les contours de l’histoire de l’université en histoire urbaine sont encore incertains ces deux livres ouvrent la voie à des recherches stimulantes qui peuvent tout à fait résonner avec la situation contemporaine. Ainsi, en 2008, le projet du campus Condorcet à Aubervilliers est présenté au grand public. Cet ensemble universitaire de 180 000 m2 à la lisière entre Paris, Aubervilliers, Saint-Ouen et Saint-Denis, accueillant environ 20 000 étudiants, et regroupant universités et écoles doit devenir l’un des fleurons du Grand Paris ou le « Quartier latin du XXIe siècle ». Au même moment, une fronde universitaire naît contre ce projet de la part de professeurs de l’EHESS et de la Sorbonne pour qui ce déplacement équivaut à un véritable déclassement universitaire[7]. Si ces tensions semblent aujourd’hui apaisées, elles font étrangement écho à cette université des années 1960, ballotée entre espoirs et stigmatisation

[1] Jacques Giraud, Jean-Claude Lescure, Loïc Vadelorge (sous la direction de) Paris XIII. Histoire d’une université en banlieue (1970-2010), préface de Jean-Loup Salzmann, Berg International, 2012 ; Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, Claire Blandin, Nicolas Bertrand, Anece Oubaïdourahaman, Les Origines de l’UPEC, Créteil, 2011, http://www.u-pec.fr/pratiques/universite/presentation/livre-aux-origines-de-l-upec–479334.kjsp .

[2] Jean-Noël Luc, Stéphanie Méchine, Emmanuelle Picard, Les archives universitaires, de nouvelles sources pour l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche, Actes de la journée d’étude organisée à la Sorbonne, le 8 juin 2011, par la Chancellerie des universités de Paris et l’Université Paris-Sorbonne, http://www.univ-paris1.fr/centres-de-recherche/crhxix/bibliotheque-virtuelle/

[3] Thibault Tellier, Le temps des HLM 1945-1975. La saga urbaine des Trente Glorieuses, Paris, Editions Autrement, 2007.

[4] Daniel Gordon, « « A Nanterre, ça bouge ! » : immigrés et gauchistes en banlieue, 1968 à 1971 », Historiens & géographes, 2004, n° 384-385, p. 75‐86.

[5] Voir sur ce point le récent ouvrage Thierry Baert (sous la direction de), Les Lieux du savoir – le patrimoine universitaire de la métropole lilloise, Le Passage – Paris, New York, novembre 2014

[6] Expérience traumatisante qu’a bien mis en lumière le documentaire de Virginie Linhart, Vincennes l’université perdue, Arte, 2016.

[7] Zappi Sylvia, « Le quartier latin ou Aubervilliers, grand dilemme des universitaires parisiens », Le Monde, 12/03/2013.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *