Compte rendu: Mickey Abel (ed.), Medieval Urban Planning. The Monastery and beyond, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2017. (Anne Massoni-Hubert)

Mickey Abel (ed.), Medieval Urban Planning. The Monastery and beyond, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2017, 248 p. (Anne Massoni-Hubert)

 

Ce volume est un recueil de huit communications d’historiens de l’art américains et d’une historienne de l’art espagnole, données lors de la session de la Société des Historiens de l’Architecture de 2014. L’introduction en expose la problématique : le concept de planification urbaine est évidemment reçu dans la littérature grise pour l’étude des villes mésopotamiennes ou romaines mais bien moins pour les villes médiévales, en se fondant sur l’idée que jusqu’au XIIIe s, aucune carte, aucun dessin, aucune règlementation ne montrerait un projet pensé en train de se réaliser. Ce postulat est revu à l’aune de la géographie culturelle (David Nichols, Growth in Medieval City, 1997), ce qui rejoint les travaux d’historiens du monachisme et d’historiens de l’art ayant montré à partir du plan de Saint-Gall que les monastères sont bien concernés par l’idée de la planification. La question est posée de savoir si la capacité à construire l’espace monastique comme un espace raisonné et planifié s’est étendue ou non à l’espace de la ville dans la société médiévale. Les articles sont fondés sur plusieurs exemples de monastères (les abbayes de Maillezais, Samos, Glastonbury, les couvents mendiants de plusieurs villes de Toscane), de villes (les premières bastides du comté de Toulouse, la cité ombrienne de Todi), de protagonistes (les écrits du franciscain Francesch Eiximenis dans la couronne d’Aragon, les sculptures de maçons « ymagiers »).

Le préambule du propos prend également soin de se demander quelles agglomérations peuvent être légitimement retenues comme villes notamment avant le XIIIe siècle. Il qualifie les critères d’urbanité définis par Henri Pirenne de trop rigides et propose de les assouplir par de nouveaux modèles théoriques qui intègrent le concept d’une « gestion urbaine de l’espace », entendue comme application de principes cosmologiques ordonnant l’espace. Mais cela conduit à retenir dans le développement des exemples de localités qui, à force de ne pas entrer dans les critères rigides d’Henri Pirenne (par exemple, la présence d’un marché avec la pratique d’un commerce à longue distance ou l’émergence d’une catégorie de marchands), ou de ne considérer que des critères architecturaux et absolument pas sociaux (le droit de bourgeoisie), ne sont résolument pas des villes : Maillezais au Xe siècle, Glastonbury aux XIe et XIIe siècles, Samos du Xe au XIIe siècle.

La plupart des articles sont éloignés de la problématique posée (en particulier celui sur les premières bastides). On lit plutôt une succession de monographies contenant une question propre à chacune, notamment celle sur les Mendiants dans la Toscane médiévale qui s’interroge à nouveau sur la corrélation entre présence des Mendiants et critères d’urbanité, à juste titre définis comme densité de population, facteurs économiques (marchés, réseaux de commerce), institutions politiques (droits communaux) et présence d’une classe marchande et intellectuelle et qui vise à prouver que seuls les Dominicains, les Carmes et les Servites ont eu une vraie prédilection pour la ville, mais qui n’examine pas dans quelle mesure ils y ont eu une influence dans le cadre défini. De même, la démonstration est convaincante qui vise à montrer une forme de planification ayant présidé à l’agrandissement de la ville de Todi par des statuts édictés par les édiles à partir du XIIIe siècle, et donc bien avant la Renaissance et le De architettura d’Alberti de 1452, en mobilisant les principes de la centralité, de la symétrie, des proportions fixes, mais on peine à y voir l’influence des moines, à part peut-être dans le développement d’un faubourg, ce qui n’est pas même assuré.

Pour consolider la problématique générale, il aurait fallu mettre en évidence des liens entre autorités urbaines et penseurs monastiques, ce qui n’est pas fait. Surtout, le mélange qui est fait entre monastères bénédictins et couvents mendiants n’est pas justifié, alors qu’ils n’interviennent dans l’histoire urbaine ni au même moment, ni dans le même esprit. Les Mendiants s’insèrent dans des tissus urbains déjà constitués au XIIIe siècle sans créer autour d’eux de bourgs monastiques comme le firent les monastères des ordres plus anciens.

Les trois contributions les plus pertinentes se fondent sur des abbayes bénédictines. À Maillezais, la question est posée de savoir si le réseau des dépendants de l’abbaye est un complexe urbain : quand les terres qui l’entourent sont inondées, le monastère est perçu comme une île, relié aux composantes par un système de canaux, ponts et aqueducs. Ce système permet l’organisation du commerce et l’approvisionnement en eau comme le ferait un projet urbain. De même à Glastonbury, la création d’un espace urbanisé par les autorités ecclésiastiques du lieu est fondée sur un réseau de chemins ou de canaux convergeant vers l’abbaye, située sur un promontoire rocheux, faisant d’elle une péninsule. Elle commanderait aussi un réseau plus vaste constitué par ses possessions ou villae dont les donateurs que l’on rencontre dans le cartulaire de l’abbaye, auraient une image mentale très claire. L’article mène par ailleurs une étude parallèle du programme architectural et sculptural du monastère qui culminerait dans la réalisation de la chapelle Notre-Dame en 1186, cœur d’un corps dont l’abbaye serait la tête, la métaphore corporelle étant aussi le principe organisateur de l’abbaye et de son environnement proche dont le système circulatoire serait les canaux. Ces idées sont intéressantes, mais les éléments retenus comme donnant un caractère urbain au bourg monastique censés apparaître au début du XIe s. datent tous en fait de la fin du XIVe et du XVe siècles. L’ancien monastère de Samos au pied des montagnes galiciennes fut entouré d’une très vaste seigneurie valorisée par les moines entre le Xe et le XIIe siècle, selon deux types de contrats engageant leurs tenanciers: le foro et l’arriendo, qui sont contraignants en terme de développement de l’habitat (hauteur des bâtiments, matériaux employés), surtout dans le périmètre le plus proche de l’abbaye, dans le but de préserver la tranquillité à l’intérieur de la clôture. Mais là encore, les exemples les plus probants d’une organisation urbaine déterminée par les moines sont bien plus tardifs, tous datés du XVIe siècle.

Formellement, les références aux titres en français sont toutes fautives dans leur citation et l’assise bibliographique aurait pu tirer grand profit des récents travaux d’Hélène Noizet sur l’impact différent d’un établissement monastique ou canonial sur le développement du tissu urbain. Car la structuration des groupes épiscopaux, des églises suburbaines et de leur claustrum sont bien plus des éléments matriciels dans le développement des villes, au moins celles qui ont une origine gallo-romaine, que les monastères ruraux. D’autre part, la contribution des « ymagiers » à la prospérité économique et au développement architectural des villes, évoquée à propos d’exemples monastiques et canoniaux, ne dit rien non plus de leur participation à une planification urbaine.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *