Compte rendu : Anne Bonzon, Philippe Guignet, Marc Venard (sous la direction de), La paroisse urbaine. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Cerf – α, 2014, « Histoire religieuse de la France », 503 p. (Anne Massoni-Hubert)

Anne Bonzon, Philippe Guignet, Marc Venard (sous la direction de), La paroisse urbaine. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Cerf – α, 2014, « Histoire religieuse de la France », 503 p. (Anne Massoni-Hubert)

 

Ce livre est un recueil de vingt-quatre articles, six sur le Moyen Âge, sept sur l’époque moderne, sept autres sur l’époque contemporaine et quatre enfin qui touchent à la période actuelle, mis à part sous ce titre : « Doutes et recompositions ». Il se signale donc d’emblée par son ampleur chronologique, disciplinaire (les auteurs sont des historiens mais on compte aussi une sociologue) et géographique. Les contributions portent sur la France, avec des exemples davantage approfondis sur certaines régions (Provence, France du Nord et France de l’Ouest) mais aussi sur l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie. On note une légère surreprésentation de l’exemple parisien dont on doit avoir conscience pour les conclusions d’ensemble, car en ce domaine comme dans d’autres, Paris n’est pas comparable au reste de la France.

L’objet historique traité par l’ouvrage appartient, selon les termes de ses éditeurs scientifiques, à un « angle mort » de l’historiographie, puisque la paroisse urbaine a été bien moins étudiée que la paroisse rurale, plus facile à appréhender, ne serait-ce que territorialement puisqu’elle se confond souvent avec le village ou la seigneurie. Ici, la question de la paroisse croise continuellement celle de la ville, en termes de compatibilité, de spécificité, de contraintes particulières et c’est cette dialectique qui est examinée sur plusieurs siècles. La thématique pourrait sembler restreinte mais elle permet de mener de vraies comparaisons et de pointer de nettes évolutions. En fait, il s’agit d’une très vaste question qui sollicite beaucoup d’angles d’études : la définition et les mutations du cadre territorial, celles du cadre monumental, du clergé desservant, des paroissiens, de leurs pratiques, et l’interaction de toutes ces données avec l’« extérieur », formulée comme complémentarité et surtout comme concurrence. En respectant l’infinité des situations sur le territoire paroissial, le statut des desservants, la puissance des collateurs, la richesse des paroissiens, l’ingérence des autorités municipales, la première partie du livre sur l’époque médiévale porte une thèse nouvelle contre l’idée que la paroisse fut le cadre contraignant de la vie religieuse défini par le concile de Latran IV en 1215 (confession et communion annuelles doivent s’y dérouler) et partant, une structure plutôt porteuse d’atonie que de dynamisme. Se trouve reconsidérée la thématique du polycentrisme religieux qui reprend la légitime interrogation, valable à toutes les époques, du degré de liberté des fidèles par rapport à ce cadre, mais qui conclut que la paroisse « résiste » bien à ses concurrents encore à l’Époque moderne, notamment dans l’ouest et le nord de la France, moins en Provence ou dans le cas de Ratisbonne.

Se dessine ensuite une très nette évolution chronologique à propos de deux facteurs : la circonscription paroissiale et les rapports entretenus entre paroissiens et ministres du culte. Contre l’idée que tout est territorialement fixé dans le courant de l’Époque moderne, on aboutit au constat qu’en fait les remaniements spatiaux ont été permanents, notamment lors de grands moments d’inflexions comme les reconfigurations de l’Église constitutionnelle, les adaptations à l’explosion démographique urbaine au XIXe siècle (ce qui conduit même les Églises protestantes à s’organiser en paroisses contre les fondements de leur ecclésiologie), les regroupements des dernières décennies qui visent à faire coïncider territoires paroissiaux et nombre de prêtres valides. Il apparaît ensuite clairement que la période médiévale fut celle où les fidèles ont bénéficié de la plus grande marge de manœuvre par rapport à leur clergé. Le livre attire l’attention à plusieurs reprises (et souhaite des dépouillements de sources plus approfondis, à l’aune de l’historiographie anglaise) sur les institutions essentielles représentées par les fabriques et les confréries, encore tout au long du XIXe siècle, qui créèrent des stratifications sociales pas forcément calquées sur celles de la société civile et qui furent des structures où les élites laïques apprirent le gouvernement collégial et la gestion des finances publiques. Les contributions consacrées à l’Époque moderne examinent avec finesse l’évolution des liens entre confrères et surtout marguilliers avec leurs curés, mais aussi avec les évêques, les conseils de ville, les administrateurs paroissiaux exerçant un contrôle de plus en plus contraignant. Á l’exception de certaines villes comme Tournai où les magistrats municipaux exerçaient une tutelle à peu près totale sur les paroisses, empêchant l’application des canons du concile de Trente sur les prérogatives du clergé.

À partir des années 1870, la force d’une spiritualité passant par les œuvres s’exprima, à la fin du siècle et au XXe, dans le cadre paroissial surtout en direction de la jeunesse (patronages) et de la classe ouvrière, mais s’en émancipa, pour permettre aux laïcs de s’organiser à une échelle bien plus efficace, au niveau des mouvements nationaux de l’Action catholique spécialisée (surtout JOC et ACO). Il est étonnant de lire que le concile de Vatican II n’a pas du tout abordé le thème de la paroisse alors que l’idéal de la mission n’avait pas perdu de son actualité, mais que l’expérience des prêtres ouvriers qui manifestait la vigueur des questionnements sociaux au sein de l’Église et qui concurrençait directement la paroisse (devait-on évangéliser dans un cadre spatial ou dans un cadre social ?) avait été freinée par la hiérarchie ecclésiastique au cours des années 1950. Actuellement, les rapports entretenus par les laïcs avec les prêtres ne sont pas forcément plus apaisés, alors que le monopole de l’exercice du culte de ces derniers n’est pas remis en cause et que la cléricalisation récente des diacres ne propose pas de voie alternative. On peut regretter le peu d’éléments rassemblés dans les études sur les simples paroissiens en dehors des élites, mais ils sont évidemment moins présents dans les sources, surtout pour les périodes anciennes et on les retrouve par le biais du souci de leur instruction religieuse, notamment avec la Contre-Réforme, passant par la prédication et le catéchisme. Les paroisses milanaises furent par exemple le lieu des efforts remarquables d’archevêques comme Charles Borromée.

Autre caractéristique enfin de la paroisse urbaine, cette fois davantage dans le registre des permanences, les services qu’elle a offerts pour l’encadrement de la mort, qui restent encore aujourd’hui ceux qui rattachent le plus solidement les paroissiens à leur église et à leur curé. Ce rapport à la mort se décline dans la paroisse par les pratiques des inhumations ad sanctos, déjà repérables et fondamentales au haut Moyen Âge jusqu’au déménagement obligatoire des cimetières hors des villes à partir des années 1770. Le choix d’une sépulture en dehors du cimetière paroissial apparaît comme la pratique la plus révélatrice de l’affranchissement des paroissiens pendant l’Ancien Régime, ce qui entraîne pendant des siècles des querelles avec les instances ecclésiastiques au sujet des droits de sépulture.

En définitive, c’est à l’époque actuelle que la paroisse urbaine a le plus perdu de sa spécificité par rapport à la paroisse rurale. S’y retrouvent les mêmes problématiques : le redécoupage des territoires, la rareté des prêtres, l’extension massive du phénomène de la paroisse d’élection. Néanmoins, après un XXe siècle qui l’a en grande partie sous-estimée et malgré les difficultés qui marquent le passage des chrétiens, catholiques et protestants, à un statut de minorité, la paroisse est la structure d’encadrement qui semble la plus pérenne au fil du temps.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *