Compte rendu: Adelaide Millán da Costa, Amélia Aguiar Andrade y Catarina Tente (dirs.) O papel das pequenas cidades na construção da Europa medieval, Lisbonne, Instituto de Estudos Medievais, 2017 (Denis Menjot)

Adelaide Millán da Costa, Amélia Aguiar Andrade y Catarina Tente (dirs.) O papel das pequenas cidades na construção da Europa medieval, Lisbonne, Instituto de Estudos Medievais, 2017 (Denis Menjot)

          Ce volumineux ouvrage de près de 600 pages contient les actes des premières journées internationales du Moyen Âge organisées en 2016 dans la petite ville portugaise de Castelo de Vide sur le thème du rôle des petites villes dans la construction de l’Europe médiévale. Il  rassemble vingt-six travaux, en quatre langues : douze en espagnol, sept en portugais, quatre en français et deux en anglais, exception qui mérite d’être soulignée alors que les éditeurs exigent trop souvent de traduire tous les articles dans la langue nationale, et exemple à suivre pour lutter contre les nationalismes.

      Durant longtemps, les historiens se sont intéressés aux grandes villes, capitales de royaumes ou de principautés, à la population dense qui centralisaient les fonctions économiques, culturelles et politiques. Ils ont progressivement pris conscience que celles-ci étaient des exceptions dans un espace européen où le tissu urbain était constitué essentiellement de moyennes et petites villes qui par conséquent jouent le rôle principal dans la construction et l’organisation de l’espace européen à l’époque médiévale. Si de nombreuses petites villes ont fait l’objet d’une monographie, cet ouvrage est le premier consacré entièrement aux petites villes sur cette thématique concrète.

      Les articles couvrent toute la période médiévale, mais, sans surprise à cause de la quantité et de la diversité des sources, la moitié d’entre eux (13) se situent dans les derniers siècles de celle-ci sans oublier ceux qui transcendent les périodes (2) et ceux (2) qui traitent de méthodologie, d’heuristique et de théorie. Le cadre spatial est aussi très vaste puisqu’il s’étend du Portugal au Saint Empire (1), en passant par la Toscane, la Provence (1) et la France du Nord et du centre (3).

      Une vingtaine de travaux est constituée de monographies sur une localité ou un ensemble de villes de la Pénínsule Ibérique parmi lesquelles dix traitent de la couronne de Castille, de la Galice à l’Andalousie, huit du Portugal et deux d’Al-Andalus, ce qui permet d’utiles et instructives comparaisons entre les villes de ces différentes zones géographiques. Ils sont l’œuvre de chercheurs de différentes disciplines : historiens, historiens de l’art, archéologues, urbanistes et géographes qui ont exploité tous les types de sources, écrites, archéologiques et iconographiques.

      L’ouvrage est structuré en sept parties, bien équilibrées puisqu’elles contiennent chacune entre trois et cinq chapitres. La première partie est un état de l’art et présente un bilan historiographique, méthodologique et théorique. L’historiographie allemande avait pris une certaine avance que Jean-Luc Fray explique par l’importance du fait fédéral et du patriotisme local, mais les autres historiographies ont rattrapé leur retard à commencer par celles l’Italie du nord et de Castille où les études ont fleuri, respectivement sur les borghi nuovi et les communautés de villa y tierra. L’évolution historiographique des travaux sur ces petites villes a suivi la même trajectoire que celle sur les grandes villes. Les chercheurs ont souvent voulu faire une « histoire totale » avant d’orienter leurs réflexions sur les relations entre les villes et leurs campagnes proches et lointaines et sur la place et le rôle des villes dans les réseaux urbains. Plus récemment, ils se sont intéressés à la « fabrique de ville», entendue comme produit ou résultat de l’interaction permanente entre société et espace, entre acteurs et espace. Ils se tournent maintenant vers l’étude des marges et des zones périphériques.

      Logiquement, la seconde partie traite de la matérialité des petites villes avec quatre articles qui se fondent prioritairement sur les témoignages archéologiques fournis par la céramique et les vestiges du bâti.

      L’organisation de l’espace est le thème de la troisième partie avec quatre travaux qui traitent des processus d’évolution urbaine en fonction, soit de la situation politico-juridique, c’est-à-dire selon qu’il s’agit d’une ville du domaine royal comme Cáceres ou d’une seigneurie d’un ordre militaire, comme Valencia de Alcántara, soit de la situation frontalière. Le cas de Niebla est un contre-exemple révélateur de l’échec du développement puisque, reconquise en 1262, elle reste une localité rurale. Ils posent aussi la question des capacités de certains édifices comme les églises paroissiales à structurer le tissu urbain.

        Les trois articles qui traitent des fonctions économiques concernent tous des villes portuaires de la façade atlantique, de la Cantabrie et du Pays Basque à la ville de Cascais au Portugal et sur la même période de la fin du Moyen Âge. Ils font apparaître des ressemblances attendues dans la nature et l’importance des fonctions commerciales et des échanges maritimes, mais révèlent que le circuit commercial du poisson irlandais contribua non seulement au développement de ces ports mais aussi d’autres petites villes de l’intérieur de la côte cantabrique alors que dès la fin du XIIIe siècle, le port de Orio constituait le principal centre exportateur du fer du Guipuzcoa.

      Le pouvoir royal ou seigneurial sur les petites villes est le thème de la cinquième partie. Les cinq travaux abordent surtout les conflits entre les différents pouvoirs, roi ou seigneurs laïcs ou ecclésiastiques pour le contrôle de la ville et l’exploitation des habitants. Mais l’analyse de la gestion d’un patrimoine urbain, celui de Setúbal, par un ordre militaire, celui de Santiago montre comment, à partir de ce petit centre, l’ordre chercha à contrôler la région.

      Le titre de la sixième partie, « élites et représentations politiques » ne correspond pas exactement au contenu des trois articles. Si le premier aborde la structure de pouvoir des élites andalouses et montre le rôle des réseaux de solidarités citadines, le second traite de l’essor culturel et de ses conséquences sur les transformations du paysage urbain des petites villes du Saint Empire romain et le dernier pose le problème du rôle politique des cultes locaux dans les villes de second rang à travers ceux de Marthe et Marguerite en Provence et Toscane.

          L’ouvrage se clôt par une dernière partie sur les petites villes en réseaux.  Sont étudiées leur place dans les réseaux urbains régionaux et leurs relations avec le centre du territoire ainsi qu’avec les autres villes au niveau administratif, économique et religieux, ainsi que la façon dont elles encadrent, dominent et exploitent les localités rurales voisines par des règlements, le crédit et l’emprise foncière des citadins. Utilisant la méthodologie de la centralité, un article reconstruit le réseau urbain portuaire de l’Algarve et un autre le fonctionnement du réseau de la région parisienne au XVe siècle et les relations des bourgades avec la capitale qui les satellisent. Enfin, les textes posent la question de la part d’autonomie que les petites villes conservent et utilisent pour défendre leurs intérêts tout en étant sous le contrôle économique et politique du centre.

      Ces études de cas, souvent très détaillées, mettent bien en évidence la diversité des petites villes par leur taille, leur densité urbanistique, leur niveau de peuplement, leurs fonctions, les ramifications de leurs réseaux, l’extension du territoire qu’elles contrôlent et qui les nourrit. Cette diversité explique en partie leur rôle différencié dans la construction de l’Europe et permet de comprendre les variétés régionales au sein des pays européens, mais aussi entre l’Europe et le reste du monde. Les sources exploitables pour l’étude des petites villes, aussi bien écrites qu’archéologiques, sont bien souvent trop chichement comptées pour nous permettre de définir un modèle de petite ville.

      Ces vingt-six travaux contiennent aussi de stimulantes réflexions épistémologiques et méthodologiques. Jean-Luc Fray propose ainsi un modèle de répertoire des localités du Massif Central fondée sur la théorie de la centralité et Avelino Gutiérrez une méthode pour l’étude du processus de formation des villes du haut Moyen Âge. Mathieu Lejeune, Eduard Antaluca, Fabien Lamarque et Jean-Louis Batoz, présente, à travers l’exemple de Senlis, les techniques numériques actuelles utilisables pour la reconstruction en 3D d’une ville médiévale, techniques qui s’ajoutent au SIG et la chrono-chorématique.

Ces travaux n’épuisent pas la thématique et ouvrent de nouvelles perspectives de recherches. Il conviendrait d’en approfondir quelques aspects peu ou pas abordés dans l’ouvrage comme la représentation politique des « pecheros », le rôle des fonctions artisanales, l’organisation des zones hors les murs et leur rôle dans la fabrique de la ville, les relations entre les bourgs et les centres urbains ainsi que la place de l’Eglise, grand propriétaire urbain. Il faudrait aussi élargir l’espace européen aux petites villes d’Angleterre, d’Europe centrale et orientale et élargir la thématique aux aspects culturels, notamment au rôle des petites villes dans la diffusion de la culture des grandes villes et des cours.

      Une conclusion aurait été bienvenue pour synthétiser les apports de toutes ces études de cas et les mettre en perspective, mais le temps a probablement manqué aux éditrices pour publier l’ensemble des textes en une année comme elles s’y étaient engagées. Cet ouvrage d’une grande richesse scientifique et d’une grande qualité formelle, enrichi de nombreux plans, cartes et illustrations dont de nombreuses photos en couleur est appelé à se transformer très vite en un livre de référence sur les petites villes européennes au Moyen Âge.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *