Line Teisseyre-Sallmann, Métamorphoses d’une ville. Nîmes de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2009, 379 p. (Natacha Coquery)

Line Teisseyre-Sallmann, archiviste-paloégraphe puis maîtresse de conférences à l’université de Paris 8, récemment disparue, était une spécialiste d’histoire urbaine, d’histoire économique et d’histoire des techniques reconnue pour ses travaux sur la ville de Nîmes et sur la soierie du Bas-Languedoc à l’époque moderne. Historienne de l’urbain, sa spécificité a été de s’attacher à la forme urbaine et au bâti, autrement dit, à la relation primordiale qui lie le groupe humain au milieu dans lequel il vit. Comme Jean-Claude Perrot puis Bernard Lepetit, elle était sensible à l’ambiguïté de la composition urbaine, due à son rapport au temps : la forme et la société n’évoluent pas au même rythme, les hommes doivent apprendre à composer avec l’enveloppe dans laquelle ils vivent. Miroir de la ville, lieu de pouvoir et de prestige, l’urbanisme a une dimension politique et sociale : l’espace urbain est un enjeu majeur dans les rivalités qui opposent les institutions susceptibles d’exercer un contrôle sur la population, en témoignent l’évolution du nombre, de la localisation, de la taille des édifices publics ; de même, les stratégies d’appropriation de la ville se modifient en fonction des groupes sociaux. La confrontation entre les éléments qui bougent (les habitants et leurs activités) et les éléments matériels statiques (les pierres), entre présent et passé, entre évolutions et permanences, entre les forces de conservation et celles du changement est incessante. D’où la volonté de l’historienne d’observer la ville – son tissu urbain, ses acteurs, son image – dans la longue durée, du premier XVIe siècle au milieu des années 1780. À travers l’histoire de l’urbanisme nîmois d’ancien régime, partie inédite d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches dont manquera à jamais la soutenance, Line Teisseyre-Sallmann offre une très belle étude des contradictions urbaines, notamment l’incompatibilité matérielle entre le cadre de vie et une population de plus en plus nombreuse : une ville qui explose sans pour autant remettre en cause les structures médiévales. Le manque d’espace reste la donnée fondamentale de la ville moderne. Quatre éléments indissociables ont joué un rôle déterminant sur le devenir de la forme urbaine nîmoise : le double legs du passé – les monuments romains (Maison Carrée, porte d’Auguste…) et la muraille de 1194, qui ne fut remise en cause qu’en 1774 –, le double choix du protestantisme au XVIe siècle et d’une activité manufacturière envahissante au siècle suivant. L’objet du livre est de montrer la marque que chacun d’entre eux a inscrit dans le tissu urbain et la façon dont leurs effets conjugués ont transformé le cadre de la vie citadine et modifié les représentations que les contemporains donnaient de leur ville jusqu’à l’ouverture de 1785, point de départ d’une nouvelle image. Le cas nîmois permet à l’auteure d’analyser une des réponses apportées par les microcosmes urbains à l’inadaptation de la forme des villes devant les changements de l’époque moderne (réalisations de prestige, organisation d’une place royale, plans d’alignement des rues, démolition des remparts…).

Le discours, qui s’appuie sur une fine connaissance de l’historiographie urbaine et sur des archives nombreuses, tant manuscrites qu’imprimées, s’organise en trois grandes parties (11 chapitres). La question de fond est celle de la dialectique du dedans et du dehors, du centre élitiste et de la périphérie ouvrière, de la place des faubourgs, points névralgiques du développement. L’auteure commence par un état des lieux, première appréhension politique, économique et culturelle du territoire ; elle poursuit par l’entité enceinte-faubourgs, espaces complémentaires au XVIIe siècle et finit sur les faubourgs, des quartiers neufs (fin XVIIe-XVIIIe siècle).

Construite sous Auguste, l’enceinte romaine délimitait un territoire très vaste (plus de 200 hectares). De nombreux monuments romains construits pendant la paix romaine sont détruits entre le Ve siècle et le début du VIIIe siècle mais les vestiges, par leur statut symbolique, vont peser sur le devenir urbain. Au Moyen Âge, le legs se résume au sanctuaire de la Fontaine, à la Maison Carrée (seul témoin du forum), à l’amphithéâtre, aux portes d’Auguste et d’Espagne, et à un château d’eau (le pont du Gard reliait la source, près d’Uzès, au bassin enfoui). L’axe de la voie domitienne reste lisible dans la trame de la ville médiévale et moderne. L’espace urbain rétrécit dès le Ve siècle : les habitants se replient sur l’amphithéâtre, transformé en forteresse ; l’arène se hérisse de maisons. Le castrum, château des Arènes, occupé jusqu’au XIIIe siècle par les soldats, siège du tribunal depuis la fin du IXe siècle et du consulat depuis 1144, représente à la fois un reste de la cité romaine et le centre stratégique de la ville médiévale. Forme et fonction continuent de s’accorder. L’arène est le point à partir duquel la ville va renaître et se redéployer au XIe siècle ; près de l’amphithéâtre, la cathédrale Sainte-Marie est implantée dès ses origines au milieu de la cité. À la fin du XIIe siècle, l’édification de la muraille médiévale (enclos de 30 hectares) englobe la porte d’Auguste et le château qui, perdant son caractère monumental et son usage politique, se transforme au XIIIe siècle en un simple quartier d’habitations, abandonné aux plus démunis. L’essor de la bourgeoisie et la victoire du roi ont pour effet d’exclure l’amphithéâtre antique de la nouvelle scénographie urbaine. L’édifice ancien, privé de sens, subsiste à l’état de « trace » (B. Lepetit). L’identité communale se forge autour de la muraille, inchangée de 1194 à la fin du XVIIe siècle. La légitimation de la collectivité trouve son essence, non dans le droit de bourgeoisie, comme dans les communes du nord, mais dans l’appartenance à ce périmètre originel, ce qui justifie sa pérennité.

Par comparaison avec Paris, Caen ou Tours, le quadrillage administratif, homogène, paraît moderne dès la fin du Moyen Âge : le quartier est la seule unité de référence (au nombre de 4, 5, puis 6) ; le système fiscal (taille réelle) uniformise la gestion de l’espace. La muraille détermine le centre politique sans marquer de limite juridique et exclure la périphérie, bien qu’en réalité, elle génère la ségrégation (visible durant les guerres de religion). Le développement des faubourgs s’est inséré dans une logique d’unité urbaine, entretenue jusqu’au XVIIIe siècle.

La construction d’édifices ostentatoires constitue la face la plus visible de la concurrence et de la complémentarité des trois autorités urbaines, l’Église, le roi et la commune, qui ont élaboré, chacune à sa manière, des formes particulières de contrôle de l’espace urbain (églises, couvents, prison, palais comtal, monnaie, hôtel de ville, tour de l’horloge…).

Le centre commerçant est à la fois objet de conflit et élément structurant du marché immobilier. Dès la fin du Moyen Âge, la mainmise sur les marchés est l’enjeu de la lutte que mène la municipalité face aux autorités royale et ecclésiastique pour l’affirmation de son pouvoir dans la ville. Les premières actions consulaires sur l’urbanisme portent sur la police des marchés et la réglementation des lieux de vente. La place aux Herbes, proche de la cathédrale et bien reliée à la porte des Prêcheurs, ouverte sur de riches zones cultivées, cristallise les conflits. Du Moyen Âge à la Révolution, la place et le quartier marchand sont restés au sommet de la hiérarchie des emplacements, si bien que le centre commercial sert d’indice de référence de la valeur fiscale des immeubles ; l’auteure analyse en ce sens divers documents, dont le barême fiscal de 1602 qui instruit également sur les usages immobiliers (boutiques en rez-de-chaussée, ateliers dans les étages, etc.).

Deux éléments vont modifier l’usage de l’espace par les classes dirigeantes urbaines : l’effervescence culturelle et religieuse, l’étoffement des fonctions judiciaires (création du tribunal d’appel, charges municipales) qui confirment le rôle moteur joué par les juristes depuis la fin du XIVe siècle. Ceux-ci, à la tête de la société urbaine, sont au XVIe siècle à l’origine de toutes les initiatives qui entraînent des modifications profondes dans la signification du tissu urbain et la recomposition symbolique de l’espace communautaire : place royale (1533), collège (1534), présidial (1552), temple (1565), réhabilitation des monuments romains…

Pour saisir sur le vif l’insertion des particuliers et de leurs patrimoines dans le tissu urbain, Line Teisseyre-Sallmann suit la démarche de la municipalité qui, dès la fin du XVIe siècle, en pleine période de reconstruction après les guerres de religion, reprend en main le contrôle de l’espace bâti. Le souci de remise en ordre est motivé par l’urgence du calcul de l’assiette de la taille. L’entreprise dure plus de dix ans ; au plan administratif, c’est une des manifestations les plus spectaculaires de l’essor urbain, marquée par le relevé d’arpentage de 1596, les registres du compoix de 1609, complétés tout au long du siècle, le renouvellement de la matrice cadastrale en 1670, complétée jusqu’en 1790 sans refonte. L’auteure analyse l’espace cadastral au XVIIe siècle, les patrimoines, la typologie des propriétés selon les quartiers et la sociologie des propriétaires. Le profil des quartiers traduit à sa manière les grandes tendances de l’insertion des différentes branches d’activité dans le patrimoine urbain. Au cours du siècle, la noblesse, les ruraux perdent du terrain au profit d’une nouvelle bourgeoisie venue de la marchandise ou du présidial. À la fin du XVIIe siècle, Nîmes apparaît comme une ville de petits propriétaires.

Comme dans toutes les villes, l’espace des faubourgs est bien délimité, considéré par les autorités urbaines comme une entité ambivalente, du côté de la campagne malgré sa proximité. Durant les troubles religieux, les faubourgs disparurent à deux reprises (1567, 1621) mais la reconstruction fut à chaque fois immédiate, dès la paix signée. La cicatrisation du tissu urbain prit du temps, aidée par la reconquête catholique de la seconde moitié du XVIIe siècle, le climat d’apaisement qui prévaut dans les années 1660, la promiscuité du centre, les épidémies et le dynamisme de l’activité manufacturière, à l’origine d’une nouvelle phase d’urbanisation. Ainsi, par-delà le hiatus de 1620 (les guerres de Rohan), la continuité est assurée par deux forces qui s’imposent au même moment, l’Église catholique et l’industrie textile, donnant à la ville un nouveau visage.

En centre-ville, le seul domaine qui reste aux édiles locaux pour exprimer leur pouvoir face au contrôle royal est la voirie. Au cours du XVIIe siècle, la ville perd la maîtrise de l’occupation du sol, malgré une lutte farouche contre toutes les entreprises du pouvoir royal. L’enjeu de cette lutte perdue d’avance est double : d’une part, la reconstruction catholique (cathédrale, églises) et la multiplication des couvents (Dominicains, Ursulines, Jésuites, Augustins) dans une cité qui n’en avait jamais connu ; d’autre part, la propriété des monuments antiques (château royal, porte d’Auguste, Maison Carrée). Dans les deux cas, la légitimité et l’autorité des consuls en matière d’aménagement de l’espace urbain furent brisées. L’aspect spectaculaire des affrontements entre la municipalité et le pouvoir royal ne doit pas faire oublier que la gestion quotidienne de l’espace urbain engendre elle aussi des tensions, les particuliers considérant le réseau viaire davantage comme une annexe de leurs propres habitations que relevant du domaine public. Les consuls ont tenté d’œuvrer dans trois domaines : la praticabilité et la propreté des rues, la lutte contre la pollution des eaux, l’entretien des égouts.

Dans le même temps, de multiples réaménagements individuels, disséminés dans l’espace, désordonnés dans le temps, modifient en permanence le bâti urbain. Malgré la difficulté à les saisir, l’auteure refuse de négliger ces transformations qui, pour être la plupart discrètes, contribuent néanmoins à la plasticité de la structure urbaine. Grâce à une plongée dans les registres du compoix et les actes notariés, elle brosse un tableau suggestif du remplissage ou du regroupement des parcelles, des enchevêtrements de servitudes, du désordre des lots pour faire comprendre, de manière très concrète, les méandres de la forme urbaine et ses variations ainsi que les pratiques immobilières (types de baux, droit de lods, recours aux experts, clauses de réserve, endettement, ventes fictives, etc.). La gestion du notaire Étienne Borrelli, qui a rédigé un livre de raison, permet à Line Teisseyre-Sallmann d’expliciter les comportements d’un propriétaire urbain.

À la fin du XVIIe siècle, l’espace des faubourgs est écartelé entre les diverses fonctions que la société urbaine lui impose : villégiature, zone d’exploitation intensive, habitat et lieu de travail. L’extension du bâti modifie la configuration d’ensemble : les ouvriers de la soie et de la bonneterie sont repoussés dans les faubourgs, à tel point qu’un déséquilibre se fait progressivement. Il est jalonné par deux étapes majeures, qui restèrent sans réponse directe : dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l’un des faubourgs (les Prêcheurs) atteint la taille des plus gros quartiers du centre ; dans la première moitié du XVIIIe siècle, la périphérie dépasse le centre. Seule la construction de la citadelle en 1687-1688 sur l’ordre de l’intendant du Languedoc (pour contrôler la ville) permit le déplacement de l’enceinte et l’intégration du vieux faubourg à la ville murée, même si l’assimilation ne fut pas immédiate. Cette construction fut à l’origine de la première transformation profonde opérée sur la forme urbaine depuis l’édification des murailles au XIIe siècle : la disparition de pans de murs médiévaux, l’intégration d’un faubourg dans la ville et sa prise en compte comme quartier à part entière. La trace de la muraille rasée persista sous la forme d’un boulevard.

Au XVIIIe siècle, les fabriques de soie envahissent la ville ; l’essor du textile contraste avec l’exiguïté de l’enceinte. De 1720 à 1780, la ville est confrontée à une immigration et à une pression démographique sans commune mesure avec ses capacités d’accueil ; la population double, passant de 18 000 habitants en 1720 à 40 000 dans la décennie 1780. Or le centre-ville n’est pas le domaine de l’industrie, mais le haut lieu de la Réforme catholique. Les deux forces partagent un même besoin d’espace sans être en concurrence : l’une renforce ses positions à l’intérieur des murs (exemple des Carmes), aux détrimens de l’habitat, l’autre s’étend dans les faubourgs. Dévoreuse d’espace, l’activité textile n’a pas bouleversé le modèle traditionnel d’urbanisation. L’urbanisation des faubourgs a suivi le rythme du développement des fabriques de soierie et de bonneterie. Contrairement à Marseille (Marcel Roncayolo), au plan social, les quartiers neufs n’ont pas attiré les élites (sauf exceptions) mais ont été laissés à la petite bourgeoisie des fabricants et à la population ouvrière. Le poids de la mono-industrie aboutit à mettre l’accent sur les rapports de complémentarité qui unissent le centre et les faubourgs et à contourner la barrière matérielle que constitue la muraille. Contrairement à Caen (Jean-Claude Perrot), l’impulsion a été donnée par les particuliers et l’épreuve de force s’est jouée autour de l’habitat, à la fois moteur et enjeu des transformations. L’auteure analyse les étapes de la formation de plusieurs lotissements, répartis dans les nouveaux quartiers. L’étude du compoix montre que, dans la plupart des cas, les transferts de propriété et le changement d’affectation des parcelles se sont négociés entre particuliers, au détriment de la superficie cultivée. Les terres agricoles sont transformées en lotissements, découpées en parcelles aliénées comme terrains à bâtir. Ce changement de vocation s’est inscrit dans un processus d’urbanisation qui était, dans l’évolution du tissu urbain nîmois, tout à fait nouveau.

Le souci d’aménagement de l’espace s’est déployé à Nîmes sous la pression conjuguée du développement industriel et de l’urbanisation accélérée. Le partage des tâches était clair : comme ailleurs, les représentants du pouvoir royal se sont imposés comme les concepteurs et les protagonistes de la politique royale, saisissant l’opportunité de quelques opérations de prestige aux marges de la ville (comme la création du jardin de la Fontaine, 1738-1757), et laissant les consuls se consacrer dans l’urgence à l’application d’un urbanisme utilitaire et réglementaire dans les nouveaux quartiers. L’élaboration du plan Maréchal (1747, destiné à créer une vaste avenue dans la perspective de la Fontaine) marque cependant une étape importante dans les relations à l’échelle locale entre les différents pouvoirs et scelle l’alliance entre la municipalité et les représentants du pouvoir royal au détriment des autorités religieuses et des particuliers, au nom de l’ordre et du bien public. Après deux siècles de lutte, la ville et le roi ont désormais des intérêts convergents et retrouvent un terrain d’entente, l’exaltation et l’instrumentalisation du cadre urbain. De 1771 à 1785, le problème matériel de la démolition des murailles agite le conseil municipal et fait surgir au grand jour la question sociale posée par l’intégration de faubourgs peuplés en majorité d’ouvriers immigrés. L’architecte royal prévoit la disparition des murs, le comblement des fossés et lève un plan d’urbanisme accepté par la ville en 1785 (plan Raymond) et rapidement mis en chantier.

Le manque d’espace est resté la donnée essentielle de la ville moderne. La conception d’une entité urbaine à double visage apportait la réponse et l’étalement des faubourgs a autorisé la poursuite du processus d’urbanisation, sans remettre en cause la muraille. Le maintien des murs et la construction de quartiers neufs à l’extérieur a accentué la dialectique du dedans et du dehors. Malgré un aspect archaïque, le centre est resté le pôle d’attraction des classes dirigeantes, reléguant les ouvriers des fabriques à la périphérie. L’enceinte était intouchable car elle symbolisait une protection, des pouvoirs, un prestige, des privilèges et une distinction. L’intérêt des faubourgs était avant tout utilitaire : espaces agricoles, champêtres, d’urbanisation, de représentation et de sociabilité, de transition entre ville et campagne. Dans la représentation que les élites nîmoises ont proposée de la ville, les faubourgs étaient considérés comme le lieu de l’exclusion ou de la ségrégation. Aucune voix avant 1774 ne s’élève pour réclamer la démolition de l’enceinte. Le XVIIIe siècle se clôt sur la rupture du face à face, qui a accompagné la croissance de la ville industrielle, entre une société en complète mutation et une forme urbaine dépassée. Nîmes fait l’effet d’une ville qui explose, sans pour autant éprouver la nécessité de remettre en cause les structures médiévales. L’impuissance des soyeux à supprimer l’obstacle que représentaient les murailles pour leur commerce illustre la résistance de repères spatiaux surannés.

Ainsi, l’étude du cas nîmois fournit une belle contribution à l’analyse de la diversité des réponses apportées par les microcosmes urbains à l’inadaptation de la forme des villes face aux changements de l’époque moderne.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">