Laurence Jean-Marie et Christophe Maneuvrier (dir.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Age et époque moderne), publication du CRAHM, Caen, 2010 (Cécile Becchia).

Laurence Jean-Marie et Christophe Maneuvrier (dir.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Age et époque moderne), publication du CRAHM, Caen, 2010 (Cécile Becchia).

C’est une quinzaine de contributions, encadrée par une introduction des deux directeurs de publication et par une réflexion conclusive de Thierry Dutour, que donnent à lire les actes du colloque tenu à Cerisy-la-Salle du 27 au 30 septembre 2010 sur la distinction et la supériorité sociale au Moyen Age et à l’époque moderne.

Laurence Jean-Marie et Christophe Maneuvrier, qui inscrivent le sujet dans une approche résolument sociologique, définissent dès les premières lignes la notion de « distinction » comme « un ensemble de signes et de pratiques de différenciation en relation ou non avec un discours sur lequel elle peut s’appuyer » (p. 1). Le travail sur ce concept de distinction démarque immédiatement ce colloque des travaux qui se sont déjà penchés sur la supériorité sociale et ses expressions en ce qu’il dépasse la simple observation des élites et les considère au contraire dans la relation qu’elles entretiennent avec le corps social dans son ensemble – la distinction étant avant tout une forme de relation qui implique l’expression d’une différence qualitative. Il intègre en cela les avancées récentes de l’histoire sociale, et refuse dans leur sillage de considérer la société comme « système hiérarchique figé » ou d’étudier des « catégories prédéfinies » (p. 2) distinguées a priori, pour préférer se concentrer sur le lien social.

Réparties en trois axes (Normes et discours, Se distinguer ici-bas et dans l’au-delà, Formes et manifestations de la supériorité sociale), les communications qui suivent interrogent, en respectant plus ou moins, pour certaines d’entre elles, les intentions introductives, le concept de distinction et les liens qu’il entretient avec l’affirmation de la supériorité sociale dans un champ chronologique vaste (du Xe au XVIIIe, bien que l’essentiel des communications (11) porte sur le Moyen Age), un espace géographique majoritairement centré sur le royaume de France (13 communications), et un espace social très diversifié, rural comme urbain.

Le premier axe d’investigation rassemble trois communications qui analysent avec bonheur la question fondamentale des normes et du vocabulaire – notamment lorsqu’il permet l’identification des hommes et des groupes  – et, à travers elle, le discours que tient la société sur elle-même, ou plutôt celui qu’imposent des groupes doués d’une légitimité discursive dont ils usent pour justifier la place qu’ils s’attribuent. C’est le sens des communications d’Isabelle Rosé sur l’utilisation du binôme potentes et pauperes dans les écrits d’Odon de Cluny, ou de celle de Xavier Masson, qui analyse la manière dont les sermons du dominicain Nicoluccio di Ascoli affirment la place du prédicateur dans la société. Laurence Jean-Marie s’intéresse pour sa part aux coutumes normandes du XIIIe siècle, véritables discours sur la société là encore, et aux critères de la distinction qui les traversent.

Les auteurs des communications suivantes s’intéressent aux pratiques davantage qu’aux mots. Le choix des espaces et des modes de sépulture (Christophe Maneuvrier) ou encore les évolutions significatives de la distribution des fidèles au sein des églises (Laurence Croq) soulignent l’importance des logiques spatiales dans la distinction sociale, tandis que l’élaboration de normes comportementales et de styles de vie spécifiques permettent aux ciudadanos de Saragosse (Jean-Pierre Barraqué) comme aux avocats de Rennes (Gauthier Aubert) de se distinguer du reste de la société. L’affirmation d’un groupe et de sa singularité sociale peut également passer par la spécificité des systèmes de transmission patrimoniale : la noblesse normande s’attache ainsi au début de l’époque moderne à réserver autant que possible un fief – principal signe de distinction nobiliaire – à chacun de ses enfants (Jérôme Luther Viret).

Les trois premières communications de la section suivante, qui combinent étude des pratiques comportementales et étude des pratiques discursives, s’attachent aux glissements de la distinction sociale provoquée par l’affirmation des mondes urbains et l’émergence de la bourgeoisie : la surenchère chevaleresque des années 1100 peut ainsi être analysée avec Dominique Barthélémy comme une réaction de la noblesse confrontée à cette nouvelle élite de laquelle il importe de se distinguer. Les désignations collectives et individuelles sont également affectées de dynamiques qui traduisent ces évolutions : dans les listes de témoins soissonnaises, le couple chevalier/bourgeois remplace à partir de la même césure chronologique le couple clercs/laïcs (Ghislain Brunel), tandis qu’à Clermont les désignations collectives suivent dans un mouvement d’incessants reclassements et surenchères l’affinement de la stratification sociale en ville (Emmanuel Grelois).

Les élites urbaines sont ainsi progressivement distinguées par le vocabulaire, bien que ses règles d’application et les réalités sociales qu’il recouvre échappent souvent, comme c’est le cas à Rouen où l’utilisation des termes bourgeois ou marchand pose problème (Claire Haquet). Ces élites construisent leur identité et leur cohérence interne par l’adoption de modèles comportementaux qui peuvent passer par la fabrique d’une certaine urbanité pour les capitouls de Toulouse à la fin du Moyen Age (Véronique Lamazou-Duplan) ou l’affirmation d’un mode de vie distinctif à Honfleur (Nathalie Pallu de la Barrière). Une dernière étude sur les Dagoumer de Louviers à l’époque moderne souligne les voies d’affirmation sociale plurielles qui sont explorées sur la longue durée par une famille de notables urbains (Bernard Bodinier).

Thierry Dutour, qui rend compte des apports du colloque et des interrogations méthodologiques qu’il a pu soulever, replace celui-ci dans un cadre historiographique plus large, en soulignant l’intérêt tardif qu’ont suscité ces notions auprès des chercheurs et en reliant l’attention dont elles bénéficient désormais à une évolution générale de l’appréhension des sociétés, l’étude des relations interpersonnelles ayant remplacé les anciens modèles explicatifs qui niaient la complexité des sociétés médiévales et modernes.

La variété des approches choisies par les participants, qui fondent leur réflexion sur des questions de vocabulaire comme sur l’usage de l’espace ou l’élaboration de codes comportementaux et s’intéressent aux trajectoires individuelles autant qu’à l’élaboration de consensus collectifs, renvoie à cette prise de conscience, également soulignée par l’approche dynamique qu’ils ont tous retenu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *