Appel à communication : Perceptions et réalités urbaines : les villes d’Europe méditerranéenne à travers les récits de voyageurs XIVe-XVIe s.

Perceptions et réalités urbaines : les villes d’Europe méditerranéenne à travers les récits de voyageurs XIVe-XVIe s.

Journée d’étude le 12 janvier 2012 STRASBOURG

Contact : Damien COULON, Université de Strasbourg

Par leur rôle polarisant, les villes constituent des points de contacts et de brassage, des centres d’échanges et des lieux d’interface qui interpellent, ou même laissent une impression saisissante sur nombre de visiteurs dans les sociétés d’Ancien Régime. Il en va ainsi plus particulièrement des centres urbains du Sud de l’Europe où s’exercent des influences méditerranéennes ignorées ou méconnues dans le reste du continent. Si ces villes peuvent aussi être durement affectées par des crises, elles se révèlent également en mesure d’opérer de profondes mutations et adaptations. Elles constituent ainsi des points d’observation privilégiés des dynamiques de changement à une époque marquée, entre autres, d’abord par l’expansion de la peste, puis par la mise en valeur de nouvelles routes atlantiques, incitant – trop ? – souvent les historiens à souligner les crises et les difficultés. Quels regards portent plus particulièrement sur les cités du sud de l’Europe les voyageurs, pèlerins, ambassadeurs ou espions du reste du continent amenés à y faire étape ou s’y destinant ? Si leur position d’étrangers rend leur jugement souvent plus objectif, la durée nécessairement limitée de leur séjour les empêche inversement de bien saisir les multiples facettes qui les caractérisent. Il importe en tout cas de bien prendre la mesure de leur dépaysement, de considérer leurs réactions d’étonnement, voire d’émerveillement, mais aussi de rejet et d’étrangeté, et bien sûr de les confronter à d’autres sources pour mieux relativiser ces points de vue personnels. De fait, c’est en Europe méridionale que vivent en particulier des populations inconnues dans le reste du continent, tels les musulmans, qui abandonnent leur pouvoir, mais tout en restant nombreux en péninsule Ibérique ; ils ne manquent pas de frapper l’humaniste nurembergeois Hieronymus Münzer. Dans les Balkans, au contraire, leur constante progression est jugée si menaçante, que le puissant duc de Bourgogne y envoie des espions dont certains rapports détaillés nous sont parvenus. C’est aussi dans cette frange méridionale que continue de s’affirmer le caractère si particulier d’une Italie, profondément marquée par son développement urbain, cadre fécond qui voit précisément éclore un regard nouveau sur l’Homme, qui se révèle décisif pour l’Europe tout entière au cours de l’époque considérée. Dans ce contexte, comment les voyageurs rendent-ils compte du rôle essentiel d’interface – ou de « connectivité », pour reprendre le concept défini par P. Horden et N. Purcell – que jouent les villes à la charnière entre l’espace européen et le bassin méditerranéen ? Ces fonctions expliquent-elles le maintien d’un certain rayonnement urbain, malgré un contexte final marqué par la lutte contre les Ottomans et la concurrence de plus en plus vive des routes atlantiques ? Ou les voyageurs perçoivent-ils au contraire les prémices d’un essoufflement économique et d’une marginalisation progressive des cités de la frange méridionale de l’Europe ? Enfin, dans quelle mesure les voyageurs restent-ils conditionnés par des connaissances, voire des préjugés, liés à leur contrée ou leur culture d’origine, dessinant ainsi les contours de frontières mentales avec les pays visités ? Cette journée d’études, organisée par l’EA 3400 ARCHE, équipe de recherche en sciences historiques de l’université de Strasbourg et par la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA), s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche et de publication de sources inédites sur les représentations des régions bordières de l’Europe. Elle a principalement pour but de mettre en lumière les regards de voyageurs qui jalonnent et délimitent peu à peu cette partie de l’Europe, à une époque où la notion de Chrétienté sert bien plus souvent de référence, et apportent ainsi leur contribution à la définition très progressive de son identité.

Date : jeudi 12 janvier 2012, à la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace. La durée des communications est fixée à 40 minutes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *