Baldwin J., Paris 1200, Paris, Aubier, 2006, 471 p., index, 31 illustrations noir et blanc, 28,5 €

Le dernier livre de John Baldwin est aussi original que l’itinéraire intellectuel dont il est l’aboutissement : l’A. a commencé son œuvre (1959) par l’étude des théories économiques des juristes et des théologiens (en particulier celles de maître Pierre, le chantre de Notre-Dame), l’a poursuivie avec celle de l’administration de Philippe Auguste, puis celle de l’amour et de la culture nobiliaire à travers la littérature courtoise (2000). Les dénominateurs communs à ces enquêtes sont la période (le XIIe siècle finissant), le souci de restituer le réel, même à partir de sources « littéraires », et enfin un lieu, Paris. Ce livre est donc une relecture de son œuvre à partir de ce lieu pour tenter d’en reconstituer rigoureusement et concrètement le portrait quotidien en 1200. Le fil conducteur en est la réflexion de Pierre le Chantre et ses élèves, dont les questions scolastiques sur le monde qui les entourent sont un excellent révélateur des transformations à l’œuvre dans la ville où ils enseignent : pour ou contre les grands édifices religieux ? Les prostituées peuvent-elles offrir un vitrail à Notre-Dame comme les autres artisans ? Les clercs doivent-ils être tenus au célibat ? Peuvent-ils travailler dans des chancelleries séculières ? Un roi est-il meilleur s’il est élu ? etc. Par conséquent le titre est un peu trompeur et devrait plutôt être « Le Paris des années 1200 vu par Pierre le Chantre et ses disciples ».

Paris est alors un immense chantier (pavage des rues, clôture des Saints-Innocents, construction des Halles, des enceintes, du Louvre, de la cathédrale, des églises Saint-Gervais, Saint-Merri, Sainte-Opportune), ce qui est indice et facteur d’une grande expansion économique et démographique. Ce grand chantier contribue, avec les écoles, à masculiniser la population et à développer la prostitution, mais aussi à enrichir les commerçants de la ville qui en assurent le ravitaillement, en particulier par la Seine. Se développent aussi des industries de luxe du livre, du drap, de la confection, de la mercerie. La bourgeoisie accède alors à l’aisance et à la notabilité, tandis que la participation financière de la collectivité à ces grands travaux commence à lui faire prendre conscience de son unité (chap. 1). Des Parisiens de l’époque on ne peut guère cerner que deux grandes figures : celle du chantre de Notre-Dame qui était le principal théologien de Paris et dont le témoignage est précieux parce qu’il avait mis son savoir au service de l’observation du monde qui l’entourait pour mieux le réformer, et aussi parce qu’il ne mâchait pas ses mots, et celle de Philippe Auguste dont les frasques conjugales avaient entraîné la mise sous interdit du royaume en 1200. Des autres, on ne sait rien, mais l’A. tente néanmoins de cerner la place des femmes à travers le programme des sculptures de la cathédrale qui offrait « un îlot de féminité dans un océan masculin ». Cependant les femmes que proposent les clercs à la rêverie des passants sont chastes ou tentatrices, fertiles ou stériles, mais ne travaillent jamais, c’est-à-dire qu’elles sont considérées exclusivement pour leur sexe (chap. 2). Avec Philippe Auguste, la royauté tend à cesser d’être champêtre et spartiate pour devenir de plus en plus urbaine et centralisée : Louis VI passait 26% de ses actes à Paris, Louis VII 35%, tandis que Philippe en passe 32% dans les années 1190 et 39% dans les années 1200, alors même que le développement de son administration devrait rendre sa présence moins nécessaire. Avant 1200, il fixe les archives dans la Cité et bureaucratise sa chancellerie qui enregistre désormais tous les actes qu’elle produit, crée au Temple un bureau centralisant les comptes domaniaux, et nomme de nouveaux officiers de justice, les baillis. Paris prend donc une place nouvelle dans le système politique capétien sur le plan administratif, mais les villes du domaine ne rapportent encore que 20% du revenu royal en 1202 (chap. 3). Suit une reconstitution très vivante de la vie religieuse, dominée par la personnalité du seigneur évêque, dont le pouvoir prend aussi une dimension administrative à cette époque avec l’apparition des premiers inventaires des ressources et des paroisses. Mais l’évêque doit compter avec les dignitaires du chapitre (le doyen, le chantre, l’archidiacre et le chancelier) qui l’assistent en théorie mais le gênent souvent en pratique et dont il exige un hommage lige. Il partage également sa juridiction avec les abbayes exemptes de Saint-Germain-des-Prés, Sainte-Geneviève et Saint-Denis. On retiendra surtout la description sensible de la liturgie en vigueur à Notre-Dame : un office fait par et pour des chanoines isolés par le jubé, mais dont les processions avec reliques et les chants ravissent les laïcs. Paris est en 1200 un laboratoire d’expériences pastorales et liturgiques : invention de la polyphonie (toujours a capella) qui rompt la monotonie du plain-chant traditionnel, monstration de l’hostie consacrée aux fidèles dont la dévotion est de plus en plus eucharistique, souci de prédication et de contrôle de la formation et des mœurs des prêtres par des synodes réguliers dont les résolutions sont mises par écrit (chap. 4). Si beaucoup d’expériences religieuses ont ensuite été étendues à la Chrétienté par Innocent III, c’est que l’importance de ses écoles en fait le principal centre de formation des élites cléricales d’Occident : c’est là que le pape et ses cardinaux se sont formés. En 1200, l’université est en germe : l’enseignement dépasse le cadre traditionnel des clercs bénéficiés (au sein de la cathédrale et des monastères) pour être pris en charge par des maître à qui le chancelier a donné licence d’enseigner mais qui exercent en dehors de tout cadre institutionnel et doivent donc vivre des rétributions de leurs élèves. Ces maîtres recrutent des auditeurs, qui deviennent leurs familiers en suivant régulièrement leur enseignement avant de devenir des disciples : ce qui définit un étudiant, c’est son affiliation à un maître. Outre la question de la vénalité du savoir ou du prix excessif des logements, le développement des écoles pose celui de la juridiction sur les étudiants qui bénéficient du privilège des clercs et du fors, alors qu’ils sont simplement tonsurés, rarement sobres et souvent turbulents, d’où des rixes sans fin avec les bourgeois. Le maîtres, marqués par le meurtre de Thomas Becket en 1170, obligent le roi à renoncer à toute juridiction sur eux en 1200, ce qui n’était pas tenable, d’où une renégociation de l’accord en sa faveur dès 1205. On enseigne déjà à Paris les disciplines que l’on trouvera ensuite à l’université, plus le droit romain, de même que la philosophie naturelle d’Aristote, en dépit des interdictions pontificales. Les maîtres forment des étudiants appelés à peupler non seulement le haut clergé, mais aussi les administrations royales, celle de Philippe Auguste (une douzaine de conseillers réguliers sont dits « maîtres ») comme celle du roi d’Angleterre (chap. 5). Les théologiens parisiens s’intéressent aussi aux joies et aux peines des laïcs, ce qui les conduit à prendre position sur l’honorabilité du métier des jongleurs, dont les mimes et la musique sont nécessaires à la réussite d’une fête aristocratique, mais qui font un usage honteux de leur corps comme les prostituées. Ils sont finalement sauvés de l’opprobre pour leurs qualités musicales s’ils se mettent au service de causes honnêtes. La musique prend en effet une grande importance aussi dans les divertissements profanes avec l’apparition en langue d’oïl du grand chant courtois ou de chansons dans les romans vernaculaires. Mais les théologiens se penchent aussi sur les torrents de blasphèmes proférés quotidiennement par les laïcs, les Arts d’aimer inspirés d’Ovide, ou encore les théories médicales sur la reproduction qui définissent le rapport de force des amants dans leur intimité sexuelle. Néanmoins l’hérésie amauricienne prend aussi pied chez les théologiens parisiens à cette époque, ce qui conduit certains d’entre eux au bûcher en 1210 (chap. 6).

On ne peut que souligner la modestie de l’A. qui le conduit à offrir au public un livre plaisant mais qui ne cède en rien à la rigueur scientifique : pas d’anachronisme (en dehors de quelques taquineries à l’usage des Français p. 23 et 150), pas d’argument sans justification (hormis le chiffre de la population, fixé à 50.000), beaucoup de notes, peu d’erreurs (le Parloir au bourgeois ne s’installe pas place de Grève avant 1357), pas de généralités vagues, soit tout l’inverse certaines synthèses sur l’histoire de Paris. Le principal intérêt de l’ouvrage est de tenter une histoire urbaine à partir de sources intellectuelles et culturelles, plutôt que des chartes traditionnelles, ce qui renouvelle le champ d’investigation en faisant dialoguer des champs d’études en général étanches, le tout permettant de brosser le portrait d’une capitale en gestation. Partir de la vision du monde d’un théologien aboutit à faire une histoire urbaine originale, mais qui a aussi les défauts de ses qualités, en l’occurrence une tendance à perdre de vue le phénomène urbain au profit de questions générales contextuelles, car pour le chantre de Notre-Dame, Paris n’est pas un objet, mais un cadre. Paris flotte un peu dans des habits trop grands pour lui. à l’inverse, ce biais conduit à laisser quelques angles morts : le poids considérable des seigneurs ecclésiastiques sur la ville et ses conséquences matérielles, économiques, sociales ou psychologiques, sont peu mis en valeur. Par ailleurs, la coutume aurait fourni un précieux complément sur la condition des personnes, l’activité économique, les rapports de sexe. Curieusement, la présence de la noblesse en ville est rapidement évacuée alors que l’A. s’intéresse par ailleurs à la vie aristocratique : que sont devenus les chevaliers qui habitaient, ou tout au moins possédaient des biens en ville au XIIe siècle ? Comment concilier le rôle de la cour comme moteur économique et centre politique (p. 71) et l’absence de grands en ville (p. 402), tout en notant que certains princes ou chevaliers du roi y louent des maisons parce qu’ils se rendent régulièrement dans la capitale (p. 53) ? Mais ces biais étaient probablement le prix à payer pour renouveler l’historiographie un peu surannée du Paris de cette époque.

 

Boris Bove

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *