CR Gruet, Brice : La rue à Rome, miroir de la ville. Entre l’émotion et la norme (Laurent Coudroy de Lille)

Gruet, Brice : La rue à Rome, miroir de la ville. Entre l’émotion et la norme, Presses universitaires de Paris-La Sorbonne, 2006, 557 p. (Laurent Coudroy de Lille)

Il n’est pas habituel de rendre-compte ici des « beaux livres ». Or c’est ainsi que se présente l’ouvrage spectaculaire que Brice Gruet a tiré de sa thèse sur la rue à Rome. Cette magnifique base de données iconographiques n’oublie rien dans les représentations existantes : plans, photos, peintures, relevés cartographiques… Mais il s’agit aussi et surtout une enquête documentaire et d’une réflexion au long cours sur ce sujet aux aspects multiples. Intellectuellement, l’entreprise est d’une grande ambition : la rue romaine, ou plutôt ses représentations, est étudiée à travers toutes les époques de l’histoire, sous tous ses aspects, dans un jeu de miroir avec la ville elle-même et d’autres notions elles aussi utilisées pour leur dimension « représentationnelle » : le plan, la forme, le paysage etc. L’exposé est globalement chronologique, même si les temporalités longues sont très présentes. La bibliographie est foisonnante, mais aussi très diversifiée par ses époques et son caractère transdisciplinaire.
Dans cette masse parfois un peu trop abondante et proliférante, de nombreux passages sont vraiment intéressants. Ceux portant sur l’Antiquité dans les premières parties sont originaux, par les rapprochements qu’ils opèrent : l’immeuble et la rue, la forme et le plan, le monument et l’environnement, les rythmes et les usages… « La ville change comme changent les représentations que les hommes s’en font (…) la sensibilité esthétique romaine intégrait ville et campagne en un seul mouvement » (p. 161); c’est ainsi que Brice Gruet nous amène à appréhender son objet. Les considérations sémantiques ou sur la nature de la cartographie ancienne synthétisent et « dépoussièrent » vaillamment d’importants dossiers documentaires préexistants. Des études particulières portent sur certaines sources comme la forma urbis, le plan-cadastre de marbre de l’Urbs élaboré sous Auguste, ou les itinéraires ritualisés (entrées, processions, carnavals…) à l’époque baroque; et constituent des apports significatifs. On apprend beaucoup, et on adhère volontiers à la méthode généreuse consistant à multiplier les observations croisées, en jouant beaucoup sur ce que sont les représentations mentales et imagées. La seconde partie consacrée aux « usages de la rue » est sans doute la plus complexe, puisqu’elle tente d’identifier ce qui change vraiment dans un temps long allant de l’Antiquité tardive à la Renaissance. Le sujet n’est pas le Moyen-âge romain, mais les grandes continuités qui s’établissent entre le millénaire antique et le second de notre ère. Rome est bien la ville des pérennités.
La question de la norme et de la rationalité traverse tout l’ouvrage et semble avoir été l’orientation primitive de la recherche de thèse. On la retrouve ici très présente, à la fois comme cadre d’analyse des systèmes de représentations, et comme problématique dominante d’une histoire urbaine qui recherche des « régularités dans le changement »: en fabricant l’espace social, la norme et la rue constituent une des dialectiques « essentielles » de cet ouvrage. Pour le XIXe siècle, on regrette l’analyse un peu trop rapide des plans régulateurs et autres productions cartographiques contemporaines : pourquoi ne pas porter sur elles le même regard « complexe » que celui qui est porté sur les images et cartes des périodes antérieures ? Il ne suffit pas de condamner le scientisme de l’époque (p. 431) pour évacuer le sujet. L’auteur, qui emprunte certaines de ses références à l’histoire de l’art, aurait pu aller plus loin dans l’expérience de décryptage de l’imagerie contemporaine. Les historiens savent bien aussi que pour maîtriser les effets kaléidoscopiques produits par le simple jeu des représentations, il faut aussi traiter ces sources en corpus. Cela aurait amené par exemple à mettre en relations les scénographies de Rome avec d’autres de l’âge classique, ou encore les photos prises par les urbanistes « régulateurs » de la fin du XIXe siècle avec celles d’autres capitales en cours de réforme. Ce qui est dit dans ces pages-ci ne relève pas spécifiquement de la rue romaine, mais de l’imagerie occidentale de la ville. Parfois, Brice Gruet aime trop son sujet – et sa ville – pour mettre certaines de ses trouvailles à leur juste place.
Il faut noter que les morceaux de bravoure sont moins nombreux au fur et à mesure que le lecteur avance dans cette matière. Peut-être les sources de l’époque contemporaine sont-elles trop foisonnantes pour être dominées, ou du moins traitées de façon aussi intéressante. On notera aussi le ton un peu nostalgique (« Un douloureux sentiment de perte ») des derniers chapitres, tendant à réduire le XXe siècle à la question de l’irruption automobile et de la « patrimonialisation » de l’espace urbain. La rue, à Rome et dans les autres villes, reste un enjeu plus diversifié que cela, et on regrette un peu le systématisme des oppositions qui tendent à s’accuser au fil des pages. Sur le plan de l’analyse, l’enjeu esthétique prend le pas sur d’autres, plus réflexifs. Mais après tout, Le Corbusier et son « chemin des ânes » n’était-il pas cité à l’entrée de cette longue traversée ?
A cet endroit, Brice Gruet est-il dominé par son sujet ? Certes la rue romaine ne peut être traitée comme n’importe quelle autre, compte tenu de son histoire accumulée; elle est certainement l’un des palimpsestes, au sens ou l’entend André Corboz (étonnamment absent des références données), les plus intéressants de l’espace humanisé : « Quelle mémoire charrient ces rues ! » (p. 23). On s’aperçoit alors que la rue à laquelle renvoie tout cet ouvrage est précisément celle du centre de Rome, avec sans doute les grands départs des anciennes voies impériales. On comprend enfin que l’essence même de cet ouvrage est sa portée rétrospective. Son intérêt « historique » et d’oser porter un regard assumant sa contemporanéité sur la rue et sur la ville des temps anciens et des temps longs. Par moment, ce livre est un peu trop sophistiqué et dense pour pouvoir être digéré, un autre défaut étant la récurrence des questionnements « fondamentaux » : « Mais que doit-on choisir, privilégier pour décrire une ville ? » nous dit l’auteur… alors que son propos se déploie déjà sur 300 pages… Ou encore : « La définition de la ville « véritable » ou encore de la bonne et belle ville est liée à la définition, ou encore à la configuration de la rue elle-même » (p. 443)… Ces généralités s’emboîtent, et parfois se confondent, avec celles que l’on trouve souvent sur la « ville » comme objet total, permettant de tout dire. Mais les mots de la conclusion sonnent juste en ce qu’ils renvoient le sujet aux questions environnementales ou patrimoniales contemporaines.
Que trouvera l’histoire urbaine dans cet ouvrage ? Tout d’abord, une formidable matière documentaire et factuelle. Ensuite la hardiesse d’une démarche qui choisit la rue comme un invariant pour étudier la ville à travers ses représentations. Enfin, l’aventure d’une démarche très personnelle multipliant les hybridations intellectuelles et problématisations croisées. La méditation savante de Brice Gruet sur Rome s’impose comme une entreprise forte, riche et généreuse la fois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *