Roi René, 1409-2009. Aix-en-Provence, livre et CD-Rom éd. par la ville d’Aix, pas d’ISBN, Aix-en-Provence, 2009 (compte-rendu par Florian Mazel).

Cet ouvrage au titre ambigu évoque en fait le destin monumental et les implications urbanistiques d’un édifice majeur, bien qu’oublié, de la ville d’Aix-en-Provence : l’ancien palais des comtes de Provence, élevé au cours du Moyen Âge autour de la principale porte de la cité romaine (la porte d’Italie), située au débouché de la via Aurelia, et d’un mausolée de la fin du IIe siècle qui s’élevait à proximité – un palais qui fut détruit à la fin du XVIIIe siècle pour faire place au nouveau palais de justice conçu par l’architecte Ledoux. Il s’agit d’un petit volume élaboré à l’initiative de l’office de tourisme de la ville avec l’aide et la collaboration d’historiens universitaires et chercheurs, d’archéologues, de conservateurs et d’architectes des monuments historiques, à l’occasion de 600e anniversaire de la naissance du roi René, comte d’Anjou et de Provence de 1434 à 1480, et nominativement roi de Naples à partir de 1435. Ce contexte éditorial explique que l’accent soit mis sur la dimension pédagogique et la diffusion de la recherche auprès du grand public, plusieurs enquêtes archéologiques, iconographiques et archivistiques ayant récemment renouvelé notre connaissance de l’édifice, de ses abords et de son impact sur la fabrique parcellaire de la cité dans la longue durée. Dans ce cadre, l’ancien palais comtal est présenté dans sa double dimension monumentale (M. Fraisset) et urbanistique (P. Duverger et reconstitution en 3-D dans le CD-Rom joint[1]). Les sources iconographiques anciennes, conservées à la Médiathèque Méjanes, sont présentées par Ph. Ferrand. Trois autres contributions portent sur la présence de René à Aix (N. Coulet), la morphogenèse de la ville de sa fondation antique au XIXe siècle (S. Claude et N. Nin), enfin les résidences royales fondées ou réaménagées par René dans la campagne aixoise (C. Roux). Les exposés sont concis, surtout descriptifs et dépourvus d’apparat critique, mais l’information est précise et le propos abondamment illustré par de nombreux plans et images fort bien conçus ou sélectionnées. On regrettera toutefois, outre le titre et une couverture peu engageante, l’absence de bibliographie, même succincte, et le caractère limité du CD-Rom, dans lequel on aurait aimé voir repris, comme c’est souvent l’usage désormais, l’ensemble des documents cartographiques et iconographiques du livret, voire quelques autres.

Logiquement, le propos insiste sur le « moment XVe siècle » et l’action personnelle du roi René dans l’histoire du palais et l’histoire de la ville. Comme le montre l’évocation chronologique de la morphogenèse urbaine[2], le Moyen Âge se caractérise par un fort rétrécissement de l’espace habité et un éclatement en trois noyaux distincts, chacun polarisé par un édifice antique : le théâtre pour la « ville des tours », le pôle épiscopal pour le « bourg Saint-Sauveur », la porte d’Italie pour la « ville comtale ». Si la présence comtale n’est formellement attestée qu’à partir de 1153 et ne devient régulière qu’avec l’avènement d’Aix comme capitale du comté sous les règnes d’Alphonse II (1196-1209) et Raimond Bérenger V (1209-1245), elle est probablement antérieure et les trois grosses tours antiques (les deux tours de la porte et celle du mausolée, chacune haute de 24 m environ) sont sans doute depuis longtemps déjà intégrées au sein d’un même complexe monumental à la fois résidentiel et fortifié. Le palais constitue alors encore une partie de l’enceinte. Les principaux agrandissements interviennent au début du XIVe siècle (ajouts de deux ailes sous le règne de Charles II), puis sous le gouvernement du roi René qui, entre 1447 et 1469, fait élever sur le côté oriental une nouvelle aile monumentale, la plus grande, dotée d’une loggia et décorée, en 1474, de médaillons héraldiques en majolique florentine et de peintures à fresque des « bêtes étranges d’Alexandrie ». Cette extension, qui s’inscrit dans le contexte créé par l’érection d’une nouvelle enceinte urbaine intégrant la résidence royale au cœur de la ville et la privant de toute fonction défensive, accentue la « palatialisation » de l’ancienne forteresse. L’effet de façade est clairement recherché, puisqu’au devant de la nouvelle aile est ouverte une large place prolongeant au sud la place du couvent des frères prêcheurs et permettant d’atteindre facilement, à l’est, la porte de l’enceinte conduisant, par un chemin ombragé, au « Jardin du roi » et à sa vaste résidence de plaisance, édifiés en 1447 autour d’un petit cours d’eau aujourd’hui disparu. La transformation du palais s’inscrit ainsi dans un réaménagement profond du quartier et de ses abords, lié à des enjeux de scénographie d’un pouvoir princier soucieux de s’exhiber à la fois dans et hors la ville et de présenter René en prince humaniste et en roi-chevalier, maître de la cité et amateur de la nature. L’ouvrage a d’ailleurs l’intelligence d’associer à l’évocation de cette entreprise urbaine (et suburbaine) celle des chantiers des diverses résidences rurales créées à l’initiative de René, avec lesquelles elle entre en résonnance. Pour Aix-en-Provence, ces transformations constituent la première opération urbanistique civile depuis l’époque romaine. L’importance de ce moment dans le tissage de la trame urbaine se ressent du reste encore aujourd’hui, la déchirure imposée par l’action de Ledoux (ou plutôt de ses commanditaires, car l’architecte avait plaidé pour une implantation du nouveau palais de justice à l’extérieur de la vieille ville, à l’ouest, à proximité de l’actuelle place de la Rotonde, ou bien à l’est, au-delà de la place Bellegarde) n’étant pas parvenue à créer un nouvel espace urbain aux alentours immédiats de monuments (le palais de justice et l’ancienne prison) qui continuent d’apparaître enkystés dans un paysage antérieur. Les nombreux plans et la reconstitution en 3-D présentée dans le CD-Rom permettent de prendre pleinement la mesure de ces différents éléments. En dépit de quelques handicaps formels, il s’agit donc d’une belle réalisation de vulgarisation scientifique.

Florian MAZEL


[1] Configuration minimale requise : processeur 1,5 GHZ / 1Go RAM / Carte graphique 128 Mo.

[2] Rappelons que le moment antique de cette morphogenèse a été récemment renouvelé par la publication du volume aixois de l’Atlas topographique des villes de Gaule méridionale (J. Guyon, N. Nin, L. Rive, S. Saulnier, Atlas topographique des villes de Gaule méridionale, t. 1, Aix-en-Provence, Montpellier, 1998) et la découverte (en 2004) du théâtre romain sur le site de l’ancienne « ville des tours ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *