Laurence Jean-Marie (dir.), La notabilité urbaine, Xe-XVIIIe siècle, CRHQ, Caen, 2007, 205 p., 25 € (Boris Bove)

Les douze articles réunis par Laurence Jean-Marie s’attachent à cerner, au Moyen Âge et à l’époque moderne, la difficile notion de « notabilité urbaine », entendue comme la distinction attachée aux classes moyennes urbaines, aussi éloignée de l’évidence de la supériorité sociale de la noblesse que de l’anonymat de la plèbe urbaine.

Le volume s’ouvre sur deux communications problématiques, d’un médiéviste et d’une moderniste, qui font office d’introduction à l’ouvrage. Thierry Dutour s’attache d’abord à souligner le changement de regard des historiens sur la notabilité urbaine, qu’on ne définit plus comme « la bourgeoisie », classe sociale aux contours juridiques dominant économiquement et politiquement la ville, mais comme une distinction relative qui puise sa force dans tous les champs de la vie sociale, notamment l’ancienneté du lignage. En ce sens, elle est relative et a des degrés. Laurence Crocq insiste aussi sur la nécessité de dépasser les clivages sociaux et professionnels pour appréhender d’un seul regard ceux que leur position sociale pose en notable. Pour cela, elle recommande de scruter, outre leur carrière d’officier, leur investissement réel dans la ville, à travers l’exercice d’offices paroissiaux (fabrique, confréries) et municipaux (Ville, hôpitaux, Monts de piété) ou de pratiques sociales telles de la distribution d’aumônes ou la publication de faire-part de décès. La notabilité se construit en effet dans le consensus social, donc dans l’action autant que dans les titres.

Suivent six communications portant sur la période médiévale. Christine Mazzoli-Guintard interroge la notion de notabilité à Cordoue aux Xe et XIe siècles, où il n’y a pas d’équivalent aux « bourgeois » des villes de France, puisque tous les habitants ont le même statut juridique et politique. Dans ce contexte, le savoir a une place décisive dans la construction de la notabilité, même si les notables développent par ailleurs des stratégies de distinction classiques, par des mariages endogamiques et un mode de vie spécifique. Les fabliaux français étudiés par Catherine Bougy véhiculent une taxinomie sociale bien normée, avec ses chevaliers, ses bourgeois, ses artisans, ses prêtres et ses vilains, preuve que les « bourgeois » sont un type social bien identifié par les gens du Moyen Âge. En revanche ils se distinguent moins par leurs épithètes (sire, prudhomme, qui n’ont pas de sens social) que par leur mode de vie. À l’inverse, dans les actes de la pratique de Clermont du XIIe au XIVe siècle explorés par Alexis Grélois, le terme « bourgeois » n’a pas de valeur sociale et désigne la grosse minorité de ceux qui possèdent une tenure dans le territoire de la cité. Les familles laïques, urbaines et non noble les plus visibles s’affirment surtout par la possession de fiefs et d’épithètes d’honneur empruntés au monde des clercs ou des nobles, car les clés de l’ascension sociale chez les bourgeois de Clermont sont la cléricature et les offices royaux. Le cas clermontois rejoint en cela celui des bourgeois de Caen décrit par Laurence Jean-Marie qui observe que le titre de « bourgeois de Caen » est, aux XIIIe et XIVe siècles, aléatoire, lié à la résidence plutôt qu’au droit et surtout n’exprime pas le degré supérieur de la notabilité urbaine, puisque les familles les plus anciennes et les plus notables sont aussi celles qui sont le moins fréquemment qualifiées de « bourgeois ». Le terme désigne un ensemble large de propriétaires dont une minorité se distingue par son nom (ancien), des épithètes d’honneur et des pratiques sociales spécifiques (donations pieuses). Les actes de la pratique de la ville de Soissons des XIIe et XIIIe siècles étudiés par Ghislain Brunel permettent d’établir que les cives Suessionensis apparaissent vers 1200, possèdent un patrimoine urbain important, pratiquent des mariages endogames, fournissent l’essentiel des maires de la ville, mais, chose curieuse au regard du critère d’ancienneté mis en avant par Thierry Dutour en introduction, portent souvent des patronymes faisant référence à des localités des environs, ce qui laisse supposer une immigration récente accompagnée d’une ascension sociale. Dans son analyse du vocabulaire de la notabilité à la fin du Moyen Âge, Thierry Dutour note enfin qu’au-delà de la diversité des sources, un vocabulaire commun se dessine, et que celui-ci, dans sa variété et ses nuances, met en évidence la pluralité des formes de la supériorité sociale, ainsi que la finesse de ses degrés, du « bon ouvrier » aux « gens d’honneur » en passant par les « maîtres » qui forment la classe moyenne des artisans. Mais il ne faudrait pas croire que ces catégories existent pour elles-mêmes : elles sont au contraire toujours en construction, car sujettes à une négociation sociale permanente. Il souligne aussi l’articulation étroite entre dénomination et renommée, et entre renommée et moralité, faisant l’hypothèse de la dimension morale de la supériorité sociale.

Les quatre dernières communications portent sur l’époque moderne. Nicolas Lyon-Caen et Laurence Crocq analysent la notabilité à Paris à partir des listes de notables désignés pour définir l’assiette de l’impôt des boues et lanternes en 1744, tels que définis par le lieutenant de police, le prévôt des marchands, les commissaires de quartier et les quartiniers. Les parties s’accordent pour choisir des membres de corps, qui s’investissent en outre dans la gestion de leur quartier comme marguillier ou magistrat au tribunal de commerce. Le critère économique intervient seulement dans un second temps. Il y a ensuite des divergences entre les responsables de la définition de la liste pour opérer un tri parmi les gens répondant à ces critères, mais cette première liste est la preuve qu’il existe des critères de notabilité consensuels, fondés sur la fortune et l’appartenance à un corps. Le cas des petites villes du bas Languedoc à la même époque offre un contre-point intéressant, mis en avant par Stéphane Durand, car dans ces petites villes de 2 000 habitants, il n’y a pas toujours de droit de bourgeoisie, la société urbaine est mal différenciée de celle de la campagne et la poly-activité est forte. Dans ce contexte, si on définit la notabilité par ses marqueurs, on peut conclure qu’elle résulte d’une combinaison de critères et que c’est leur accumulation sur une même personne qui fait le notable. La gradation ainsi dessinée permet de distinguer des véritables notables, qui cumulent tous les marqueurs, les notables de second rang (la « notabilité seconde », par analogie avec la « noblesse seconde ») qui ne bénéficient que de quelques uns d’entre eux. Mais seules les recherches portant sur les réseaux interpersonnels permettent de cerner la cohésion interne de la société des notables, alors que les marqueurs ne permettent que de définir des boîtes de classement pour ranger les individus. La recherche des liens personnels est plus difficile, mais finalement plus pertinente que celle des marqueurs extérieurs de la notabilité, car elle permet de cerner la dynamique des relations sociales dans ses dimensions d’agrégation et d’exclusion. Yann Lignereux s’interroge sur la notabilité des membres du consulat lyonnais au XVIIe siècle, qui fondent leur supériorité sociale sur l’exercice délégué du pouvoir royal, mais qui se trouvent en butte aux humiliations, sinon aux voies de fait, de la noblesse, preuve que la notabilité est une construction sociale fragile qui dépend du rapport de force entre les protagonistes. En l’occurrence, elle est fondée sur l’exercice d’un pouvoir et donc sensible aux positions d’autorité des uns ou des autres, et à la conjoncture politique. Alain Hugon étudie les révoltes de Naples et de Séville au XVIIe siècle, villes comparables en ce sens qu’il s’agit de villes capitales dont la société apparaît aux contemporains comme fortement clivée entre aristocratie et plèbe urbaine.

Il faut souligner la forte la cohérence des contributions à ce volume, centré sur la France et les dénominations des citadins, qui lui donne tout son intérêt. On en retiendra l’intérêt de parler de notables plutôt que de bourgeois pour évoquer les citadins qui se distinguent des autres, bourgeois renvoyant à une conception datée et hiérarchique de la société de classe. Par rapport à celui d’élite, le terme de notable offre aussi l’avantage de ne pas entretenir l’illusion d’une homogénéité sociale et élargir la population d’étude à des citadins se distinguant à peine des autres, ce qui permet de saisir les degrés infinis de cette notabilité dont l’épaisseur dépend de l’accumulation de marqueurs de distinction. Dans ce contexte, les « bourgeois » qu’on trouve dans les textes sont le plus souvent des propriétaires qui forment certes une grosse minorité de la population, mais certainement pas le sommet de la société urbaine. Reste toutefois la question de la dimension culturelle de l’expression écrite de la notabilité dans les actes de la pratique en particulier. Autrement dit, la diversification croissante du vocabulaire de la notabilité après 1300, au moment où la documentation en français se développe, est-elle l’effet d’une complexification sociale ou la révélation documentaire de sa complexité comme le laisse entendre Thierry Dutour ? Mais, dès lors, comment comprendre l’enrichissement diachronique de ce vocabulaire de la distinction à l’époque moderne, bien au-delà de cette rupture documentaire ? Cette question, pourtant posée par plusieurs auteurs, reste sans réponse[1]. Si on peut aussi regretter l’absence de conclusion, on ne peut cependant que recommander à la lecture ce volume, qui se distingue, pour l’essentiel, par l’excellente tenue de ses contributions.

Boris BOVE


[1] On en trouvera cependant une, sociale, dans les contributions de Robert Descimon et Laurence Crocq dans Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, EHESS, Paris, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *