Nicolas Monteix et Nicolas Tran (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’empire romain, Naples, Centre Jean Bérard, 2011, 1 vol., 21,7 x 27,5 (Collection du Centre Jean Bérard, 37 ; Archéologie de l’artisanat antique, 5) ISSN 1590-3869 ; 37 € (Anne Daguet-Gagey).

L’histoire des techniques du monde gréco-romain est un sujet qui connaît depuis plusieurs années un profond renouvellement. Plus largement, c’est la vulgate finleyenne sur l’économie antique, et pour partie aussi la réfutation qui en a été faite, qui se trouvent remises en question, les progrès de l’archéologie, science à l’honneur dans cet ouvrage, y contribuant pour beaucoup. Ce volume témoigne aussi du double changement d’approche opéré par les historiens et archéologues contemporains, qui, d’une part, sont moins en quête du regard porté par les élites anciennes sur le monde du travail que de la vision des artisans sur eux-mêmes, et qu’une approche macro-économique de l’économie antique, d’autre part, séduit moins qu’une vision micro-économique, vue comme son nécessaire complément. Ce livre illustre, enfin, l’intérêt qu’il y a toujours à croiser les regards, ceux des historiens de l’économie et des archéologues des techniques en l’occurrence, une initiative que l’on ne peut que louer et dont on ne peut que saluer les fruits. La recherche engagée par N. Monteix et N. Tran trouve pleinement sa place dans le concert d’entreprises initiées en France et en Europe depuis quelques années, qui visent à renouveler, grâce notamment aux progrès de l’archéométrie, les études sur les métiers pratiqués dans les sociétés anciennes.

Les éditeurs et contributeurs de ce livre, issu d’une rencontre tenue à Rome en octobre 2009, ont choisi de porter leur attention sur les gens de métiers, ces artifices, issus de la plèbe des villes italiennes et provinciales, détenteurs d’un savoir (ars) mis en pratique dans le cadre d’une activité professionnelle stable et spécialisée. Plus précisément encore, ils se sont donné comme objet d’étude, les savoirs professionnels, leurs contenus, leurs modes de transmissions, leur influence sur l’organisation des entreprises et la condition de leurs détenteurs.

L’ouvrage contient sept contributions, qui portent sur différentes activités, ainsi qu’une dernière, qui fait office de conclusion et pour laquelle les éditeurs ont sollicité une moderniste et contemporanéiste, spécialiste des techniques du patrimoine industriel (A.-F. Garçon). N. Monteix ouvre la série des articles en posant les termes du débat retenu pour la rencontre de Rome : « De “l’artisanat” aux métiers. Quelques réflexions sur les savoir-faire du monde romain à partir de l’exemple pompéien » (p. 7-26). L’auteur invite à renoncer au concept d’artisanat, étant donné le flou de sa définition, et à privilégier celui d’ars (en grec tevcnh) et donc de métier, impliquant un savoir-faire ou encore un savoir technique. Ses réflexions s’appuient sur plusieurs exemples : des fouleries pompéiennes et déliennes, un atelier de plombier de Pompéi, un atelier de travail de l’os installé dans la Casa del Fabbro, des métiers à tisser retrouvés à Pompéi (dans une boutique) et à Herculanum (dans un cadre domestique). A leur sujet, l’auteur s’interroge sur le bien-fondé de la notion de koinè technique, souligne la spécialisation des activités et rappelle que le savoir technique ne se limite pas aux seuls gens de métier.

La problématique posée par N. Monteix sous-tend tous les articles du volume : C. Freu, (« Apprendre et exercer un métier dans l’Égypte romaine », p. 27-40), s’appuie avant tout sur des papyrus et, parmi eux, sur des contrats d’apprentissage et met en lumière la considération qui entourait les détenteurs de technai, la grande diversité de ceux-ci et le désir des autorités impériales de voir se perpétuer métiers et savoir-faire ; H. Dessales (« Les savoir-faire des maçons romains, entre connaissance technique et disponibilité des matériaux. Le cas pompéien », p. 41-63) tente d’identifier les pratiques professionnelles mises en œuvre par les structores, dans le choix des matériaux (roches) plus particulièrement et s’efforce d’apprécier le degré de connaissance que ces artisans pouvaient en avoir (mémorisation tactile et visuelle), avant de conclure que la transmission des connaissances et des gestes « reste largement conditionnée par la nature du chantier et du commanditaire » (p. 63). D. Esposito analyse pour sa part « Il sistema economico e produttivo della pittura romana. Esempi dall’area vesuviana » (p. 65-85), la distinction entre portraitistes et pictores parietarii, l’organisation et le fonctionnement des ateliers, le succès connu par certains, tel celui des Vettii, qui œuvra à la décoration des principaux édifices publics de Pompéi et à celle des demeures de l’élite locale. M. Flohr étudie pour sa part les fouleries d’Italie (« Exploring the limits of skilled craftmanship. The fullonicae of Roman Italy », p. 87-100) et M. Pernot les métiers des plombiers, bronziers et orfèvres (« Quels métiers les arts des plombiers, bronziers et orfèvres impliquent-ils ?», p. 101-118) et leurs techniques de travail des différents métaux connus ; une conclusion semble s’imposer : « Les savoirs techniques ne séparent certainement pas des métiers… Le concept de métier renvoie plus à des considérations sociales qu’à la maîtrise d’un ensemble précis de savoirs » (p. 118).

N. Tran achève la série des articles par des réflexions sur la notion de culture plébéienne (« Les gens de métier romains : savoirs professionnels et supériorités plébéiennes », p. 119-133) et sur la vision que les artisans romains avaient de leur propre activité. Ils se considéraient comme des experts, spécialistes d’une ars, maîtres d’une peritia (savoir faire) et d’une doctrina, qui faisaient d’eux des hommes de talent appelés à devenir des maîtres d’apprentissage. Il convient donc de nuancer fortement la vision traditionnelle d’un mépris généralisé envers le travail manuel ; ceux qui en vivaient n’hésitaient pas à le célébrer, conscients et fiers « d’appartenir à la strate supérieure des milieux populaires » (p. 133).

Cet ouvrage contribue donc utilement à renouveler le regard porté sur le monde du travail dans les sociétés antiques et sur ses membres, capables d’innover et de s’adapter aux besoins de la production. On recommandera, pour finir, les remarques et conclusions d’A.-F. Garçon (« Le savoir professionnel des métiers de l’Antiquité : constantes et spécificités. Conclusions et questions », p. 135-145), qui débordent, à l’occasion, du cadre chronologique retenu et offrent d’intéressants prolongements.

Anne Daguet-Gagey


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *