Beatriz Arízaga Bolumburu y Jesús Ángel Solórzano Telechea, Alimentar la ciudad en la Edad Media. Nájera. Encuentros Internacionales del Medievo 2008, Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2009, 577 p. (Pablo Ortego Rico. Traduit par Léonard Courbon).

Le rendez-vous annuel qui depuis 2004 réunit chaque été à Nájera des médiévistes renommés, espagnols et étrangers, constitue aujourd’hui l’un des plus remarquables forums internationaux de discussion scientifique autour de la question du développement urbain à l’époque médiévale, tant pour la nouveauté de ses propositions thématiques et méthodologiques que pour la qualité des différents travaux dont les actes ont été publiés jusqu’ici. Le thème choisi par les organisateurs des Rencontres internationales du Moyen Âge de 2008 impliquait une recherche ambitieuse, interdisciplinaire, et capable de dépasser les cadres d’analyse traditionnels, autour de la problématique de l’alimentation de la ville dans un contexte médiéval. Il s’agissait d’articuler des points de vue, classiques mais non moins signifiants, juridiques et socio-économiques – production, formes de distribution, réglementation légale du marché urbain, modèles de demande et de consommation -, et des analyses socio-politiques – politiques urbaines d’approvisionnement et de protection du marché adoptées par les villes et les autres pouvoirs « publics » – et socio-culturelles – imaginaires associés aux différents aliments, diététique et modèle de consommation –, plus innovantes et plus en phase avec l’historiographie récente, (sans renoncer pour autant à l’intégration des différentes modèles d’analyse dans un discours unique).

Les éditeurs de l’ouvrage, structuré autour de trois axes thématiques relatifs aux ressources alimentaires urbaines, aux formes d’approvisionnement et aux pratiques marchandes associées à la commercialisation, et enfin au régime médiéval, ont su, très intelligemment, organiser les vingt-quatre contributions qui recouvrent en majorité l’arc chronologique compris entre les XIIIe et XVe siècles, conjurant ainsi le danger d’un manque d’unité interne inhérent à tout livre de mélanges. En ce sens, la diversité des approches thématiques, heuristiques et épistémologiques ne nuit pas à la cohérence d’un ensemble d’analyses et de problématiques communes, où l’on trouve l’écho des orientations historiographiques par lesquelles la recherche investit aujourd’hui ce sujet.

Tout d’abord, un bon nombre de travaux tend à analyser, dans des cadres territoriaux ou urbains déterminés, à quel point l’approvisionnement de la ville médiévale dépend du rendement des espaces ruraux qu’elle contrôle, aussi bien que de sa capacité à entrer en contact avec des réseaux marchands régionaux, supra-régionaux ou internationaux, susceptibles de faciliter l’acheminement des denrées dont la production locale est déficitaire, comme le montrent R. A. Banegas López pour le cas de la viande à Barcelone, J. A. Westrade pour la vallée du Rhin, ou encore G. Pinto pour Florence, archétype d’une grande ville dépendante des importations, notamment de céréales et de viande, liées aux réseaux économiques de grande ampleur que tissent les hommes d’affaires florentins. Le cas des villes alpines analysées par F. Mouthon, pratiquement autosuffisantes pour leur approvisionnement, s’avère un phénomène exceptionnel dans le contexte global En ce sens, l’analyse des difficultés d’approvisionnement de la ville, liées à des circonstances malheureuses qui altèrent le fonctionnement normal des mécanismes de production et de consommation, famines et crises de subsistance, ou des voies de distribution, chertés, phénomènes d’accaparement et de réduction préméditée de l’offre, est particulièrement importante, comme le rappellent dans leurs communications A. Riera Melis et surtout P. Benito i Monclús qui définit un cadre conceptuel spécifique pour les cas de famine et de cherté. Les mêmes difficultés d’approvisionnement mobilisent d’autres modèles d’analyse historique, liés à des épisodes de guerre ponctuels, comme celui évoqué par M. Gomes Martins pour le cas de Lisbonne, encerclée par l’armée castillane en 1384, ou à des facteurs sociopolitiques, comme l’étude de J. J. Cobos Rodríguez sur les problèmes d’approvisionnement de la place d’Antequera, à la suite de la conquête chrétienne de 1410, à la domination politique des Narváez et aux conditions particulières du peuplement qu’impose la situation frontalière de la ville.

Dans leur volonté de garantir l’approvisionnement, les villes de l’Occident médiéval comme le pouvoir royal lui-même, comme l’explique Ma M. Matilla Tascón pour la Castille des XIIIe-XVe siècles, durent mettre en place un cadre économique protectionniste articulé autour de mesures concrètes destinées à assurer la « paix sociale » dans un contexte valorisant le « bien commun » et permettant de soutenir et de légitimer l’action gouvernementale des oligarchies dirigeantes urbaines ou de la Monarchie. Dans cette perspective, des exemples aussi variés que ceux de Barcelone (A. Riera Melis, R. A. Banegas López), Orihuela (J. A. Barrio Barrio), Madrid (T. Puñal Fernández), Castro Urdiales (J. Añíbarro Rodríguez), Murcie (J. Quinteros Cortés), Florence (G. Pinto), Paris (B. Descamps) ou les villes hongroises (I. Rákóczi), fournissent des modèles qui, même s’ils peuvent différer sur quelques points, permettent d’apprécier l’existence de stratégies et de moyens communs, destinés à faciliter l’approvisionnement de la ville, tout en tâchant de satisfaire les espoirs d’enrichissement des groupes impliqués dans l’approvisionnement, comme le révèle également l’exemple des Génois établis à Murcie, étudiés par J. Quinteros Navarro.

C’est dans ce cadre qu’il faudrait situer les mesures interventionnistes très répandues comme la taxation des produits de première nécessité, les céréales, le vin, la viande et le poisson, essentiellement, prises par les autorités municipales ou monarchiques, en Castille, par exemple, via les Ordenamientos comme ceux de 1369 ou 1462, comme un moyen d’en garantir l’accès aux consommateurs. Il faudrait également mentionner l’interdiction, ou, à tout le moins, la régulation, des pratiques spéculatives et d’accaparement comme la regatería ; la stimulation et la protection des productions locales excédentaires grâce auxquelles il était possible d’équilibrer la balance commerciale, – tel était le cas du vin à Castro Urdiales ou des céréales à Orihuela – ; ou les restrictions et le contrôle pesant, d’une part, sur l’importation des produits dont la demande devait être satisfaite par la production locale afin de préserver l’activité économique – toujours le vin, dans la ville hongroise de Kassa, ou à Madrid -, et, d’autre part, sur la sortie des produits alimentaires en dehors du territoire urbain dans des périodes particulièrement difficiles. Cependant, et c’est ce que met en lumière J. A. Barrios pour Orihuela, le contrôle des exportations et des importations de céréales par les oligarchies urbaines dans des zones de production excédentaire, pouvait donner naissance à un modèle différent de celui décrit précédemment, fondé sur les bénéfices provenant de la vente des céréales locales par des exportateurs, ce qui allait à l’encontre des intérêts de Valence, ville déficitaire en grain et qui essayait de contrôler le marché des céréales dans le cadre de sa politique d’approvisionnement.

Parallèlement sont mis sur pied, en particulier aux XIVe et XVe siècles, différents systèmes de gestion de l’approvisionnement urbain et de la redistribution de certains produits, comme la viande et le poisson, qui obéissent à un modèle monopolistique en Europe occidentale. Plusieurs exemples sont significatifs de ces pratiques : Paris qui, sous l’impulsion de la Monarchie, s’est dotée depuis 1392 d’un corps de vendeurs de bétail, comme l’explique B. Descamps ; le poisson dans les villes d’Aragon, étudié par M. L. Rodrigo Estevan ; la viande et le poisson à Madrid avec un système d’« obligés » à l’approvisionnement décrit avec force détails par T. Puñal Fernández et qui est similaire à celui de nombreuses autres villes castillanes. De la même façon, l’exemple de Bordeaux, étudié par K. Porter, permet d’explorer les circuits d’approvisionnement d’une grande seigneurie ecclésiastique aussi bien que les routes qu’empruntaient les céréales et le vin jusqu’à la distribution des excédents sur le marché urbain ou leur exportation. Outre l’instauration de différents systèmes de gestion et de circuits de redistribution, les gouvernements urbains entendaient étendre leur contrôle à la commercialisation de produits comme les céréales ou le poisson, par à la centralisation des ventes en gros dans des établissements spécifiques où pouvait s’exercer un contrôle efficace aussi bien sur les quantités stockées et mises en circulation que sur les charges fiscales que devaient acquitter ces produits et sur lesquelles reposaient de nombreux systèmes d’imposition établis aux XIVe et XVe siècles comme le rappelle M. P. Martins Viana pour le Portugal.

Il faut enfin évoquer la dépendance observée entre les comportements alimentaires et certains facteurs culturels, au premier rang desquels figurent les croyances religieuses, même si la distance entre la théorie et la pratique fut souvent significative, comme le signale J. Aparici pour la viande vendue par des bouchers musulmans et consommée par une partie de la population chrétienne dans le royaume de Valence, ou I. Reklaytite qui rappelle l’importance de la consommation de vin en al-Andalus. De la même manière, le rôle de l’alimentation dans les théories diététiques dominantes au Moyen Âge, évoqué par M. Santo Tomás Pérez, put dépasser le simple cadre théorique pour régler les habitudes alimentaires des classes dirigeantes. Leur analyse peut aussi se faire par le biais des traités culinaires, étudiés par B. Laurioux qui s’intéresse à l’alimentation de la cour pontificale et à l’introduction à Rome d’un régime diversifié, fruit de l’importation, par des étrangers, du savoir culinaire, ou par les textes littéraires comme les fabliaux analysés par J. López Alcaraz, dans lesquels apparaissent très clairement les imaginaires associés à l’alimentation qui diffèrent en fonction de paramètres socio-économiques.

Toutes ces raisons rendent la lecture de cet ouvrage indispensable pour tous ceux qui voudraient connaître précisément, non seulement les circonstances dans lesquelles se développa l’approvisionnement des villes européennes au Moyen Âge, mais aussi les perspectives d’analyse que ce thème offre à l’historien. Tout au plus pourrait-on regretter l’absence de considérations finales qui auraient rassemblé de façon synthétique les principales conclusions auxquelles chacun des auteurs est parvenu.

Pablo Ortego Rico (traduction Léonard Courbon)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *