Compte Rendu des Journées de la Société Française d’Histoire Urbaine Musées Gadagne, Lyon, vendredi 20 janvier 2012 « Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine » Résumés des interventions de la journée par les étudiants du Master 1 « Histoire urbaine » de l’université Lyon 2 (séminaire de Natacha Coquery et Stéphane Frioux, 1er semestre 2011-2012).

Ce colloque organisé par la Société française d’Histoire Urbaine (SFHU) s’interroge sur la question de l’extension de la ville. Il a mobilisé aussi bien des spécialistes de l’époque contemporaine, moderne, médiévale que de l’Antiquité, afin d’étudier la façon dont les autorités et les citadins ont tenté d’organiser la croissance urbaine.

En prenant acte de l’évolution de l’enjeu de la gestion urbaine selon les siècles et les cas particuliers, les organisateurs ont voulu questionner le rapport des administrateurs locaux et des pouvoirs centraux au phénomène urbain. La ville, loin d’être inerte, est une réalité en constante mutation et redéfinition qui requiert l’intérêt des pouvoirs publics quand elle ne les inquiète pas. C’est en particulier la croissance urbaine, quand elle s’opère de façon anarchique ou incontrôlée, qui suscite le plus d’inquiétudes, que ce soit durant l’Antiquité romaine ou au moment de la révolution industrielle. Cependant la politique urbaine ne se limite pas à la gestion de masses démographiques en augmentation ; ses acteurs sont également porteurs d’intérêts financiers, de représentations et de projets de ce que doit être ou devrait être la ville.

À l’occasion du centenaire de la création par la ville de Lyon de la « Commission du plan d’extension » (1912) qui a été un des actes fondateurs de l’urbanisme français au XXe siècle, la SFHU propose une réflexion sur la longue durée de l’appréhension politique du phénomène urbain. Il s’agit ainsi de replacer les questionnements actuels autour de la densification des centres après deux siècles d’étalement, dans la perspective d’une histoire pluriséculaire des grandes villes occidentales.

1. Présentation de l’exposition virtuelle 1860 : agrandir Paris

Florence Bourillon, Université de Paris-Est Créteil Annie Fourcaut, Université Paris I

Cette première contribution, consacrée à l’agrandissement de la capitale française, s’inscrit dans le cadre d’une exposition virtuelle à venir et couvre une période allant de 1860 et des travaux haussmanniens aux lendemains de la seconde guerre mondiale.

Rapidement une opposition entre le centre et la banlieue est exposée : ainsi, les zones périphériques connaissent un processus autonome d’agrandissement alors que le centre est sujet à des projets d’urbanisation. Une seconde opposition est également relevée au sein des banlieues entre l’est et l’ouest. Ainsi, tandis que l’ouest connaît un développement résidentiel maîtrisé, confié aux entrepreneurs privés, l’est parisien souffre d’un manque d’infrastructures publiques tels que des hôpitaux, des écoles ou même des mairies. La nécessité de relier Paris à ses banlieues est manifestée par les votes de prolongement du métro, effectués à quinze reprises. Ces projets furent néanmoins interrompus par la crise économique de 1929.

L’annexion administrative s’est faite en deux temps, en 1860 puis en 1919 avec la destruction des fortifications ; elle se caractérise par une croissance de l’ensemble de l’espace périphérique. De son côté, le développement économique s’est organisé autour de grands axes. On assiste donc à une double croissance de la ville, à la fois concentrique et linéaire.

La volonté d’anticiper la croissance urbaine et les annexions successives donnèrent l’image d’une ville qui « flotte dans ses vêtements », que sont ces nouveaux territoires. On assiste donc à un processus d’anticipation de la croissance en urbanisant les zones qui ne l’étaient pas entre Paris et sa ceinture. La comparaison avec les autres métropoles européennes comme Berlin ou Londres montre la spécificité parisienne. Si Berlin est souvent cité comme un exemple, c’est de Londres que Napoléon III s’inspira en voulant ceinturer Paris de grands parcs.

Compte rendu de Tullio Ottolini

2. De la colonie de Plancus à la capitale des Gaules : l’évolution urbanistique de Lugdunum

Armand Desbat, chercheur au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Lugdunum, fondée en 43 avant J.-C. par Plancus, le gouverneur de la Gaule chevelue, n’était pas destinée à devenir la capitale des Gaules. Le contexte des conflits politiques liés à la mort de César explique en partie ce retournement de situation. La ville était, aux yeux du Sénat romain, un simple camp militaire réservé à accueillir les vétérans chassés de Vienne par les Allobroges, qui trouvaient ces colons trop favorisés. Ainsi, Lugdunum, à 30 km au nord de cette première colonie, était la concrétisation d’un plan de construction de cités établi afin de pacifier et de mieux contrôler les territoires conquis, comme c’était le cas pour d’autres cités de la Suisse actuelle. Le relief pentu ne favorisait pas l’expansion d’une cité de grande taille. Néanmoins, lorsque la ville devient capitale sous Auguste en 27 avant J.-C., elle déborde de son site initial pour s’étendre d’abord sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse, puis plus tard, sur la Presqu’île.

Depuis trente ans, les archéologues trouvent des vestiges de cette colonie sur le plateau de Fourvière, comparables à ceux découverts lors de recherches au sein de cités situées en Suisse. Ainsi, dès les années 1980, des fouilles ont été réalisées sur le plateau de Fourvière. Les fouilles du Verbe Incarné ont donné lieu à une découverte, celle d’un sanctuaire dédié à la déesse Cybèle. Sa construction légère, de terre et de bois, le faisait passer inaperçu sur un sol en terre battue. Son architecture est composée de faux-marbres, issus du deuxième style pompéien. Peu de choses sont connues sur cette période, excepté que Lyon est une agglomération modeste de 25 à 30 hectares maximum.

Les fouilles ont révélé une deuxième phase d’urbanisme datant de 20 et 15 avant J.-C, c’est-à- dire après que la ville est élevée au rang de capitale par Auguste. Agrippa, qui est alors gouverneur de la ville, fait construire des rues sur les îlots carrés qui forment la ville ainsi que des fondations maçonnées où la brique crue domine afin de garantir davantage de stabilité pour les habitations. Lugdunum est à ce moment-là un carrefour commercial majeur, grâce aux cinq voies qui y concourent, à savoir la voie d’Aquitaine, du Rhin, de l’Océan, la voie Narbonnaise et la voie d’Italie. La construction des aqueducs daterait de cette période d’aménagements privés.

De nouvelles découvertes peuvent être datées de 20 avant J.-C à 10 après J.-C. Les fouilles dévoilent l’existence d’une maison à atrium et d’une maison palatiale d’environ 200 m2, toutes deux constituées d’élévations maçonnées en briques crues. Au-dessus du théâtre, on trouve, datant de la même période, la maison d’un haut fonctionnaire richement décorée, peut-être celle du gouverneur. Celle-ci, en effet, domine la cité et offre une vue très étendue, jusqu’au Mont Blanc. Ses fondations puissantes tiennent à l’aide de caissons, qui sont faits pour soutenir une terrasse. La trouvaille d’instruments pour l’écriture associe également une fonction administrative au monument. Ainsi, ce prétoire serait à la fois la résidence et le lieu de travail du gouverneur Agrippa.

L’importance de la ville s’accroît avec la construction de bâtiments publics, d’un atelier de monnaie et la présence permanente d’une garnison romaine. Le théâtre daterait de la même période,mais l’emprise actuelle sur la partie basse n’est pas d’origine. Auguste l’aurait placé ici suivant une volonté d’agrandissement, en le reliant à l’îlotage primitif après avoir supprimé des ruelles pour gagner de l’espace. Auguste mène donc une politique de reconstruction des premiers îlots. Les façades sont frappées d’alignement, les rues sont élargies et les édifices publics prennent le pas sur les habitations dont l’architecture paraît plus médiocre. Ces îlots créent des problèmes de circulation à cause du nombre trop élevé de rues piétonnes et de l’emplacement gênant de quelques fontaines, rendant les boutiques inaccessibles aux marchands itinérants. Les fouilles font apparaître le raccordement de deux îlots, mais l’aménagement postérieur de terrasses a causé beaucoup de destructions, cachant en grande partie les aménagements des premiers temps de la cité romaine.

La troisième phase d’urbanisation décelée par les archéologues est liée à la construction, vers 10 après J.-.C., du cryptoportique le plus grand de Gaule, dans le quartier actuel de la Croix-Rousse. C’est peut-être un sanctuaire municipal du culte impérial. Ce temple a été bâti au détriment de quatre îlots d’habitations. Ainsi, les habitats disparaissent au profit des grands bâtiments. De même, de nombreuses rues sont supprimées suite à la construction de l’édifice. Le processus marquant le Ier siècle après J.-C. est en effet la densification. Par exemple, la rue des Farges au sud de la ville comportait des lotissements sous Auguste, mais ceux-ci se réduisent progressivement. Au contraire, les terrasses inoccupées sont dotées de bâtiments atypiques en pente avec des étages. Les bâtiments publics sont construits en grand nombre. Dans la partie basse sont érigés des thermes municipaux. Les propriétaires achètent des parties de l’îlot afin d’accroître la superficie de leurs propriétés, ce qui satisfait les colons militaires qui veulent revendre leurs parcelles pour déserter et rentrer dans leur terre natale. L’Odéon, lui, date de la fin du Ier siècle et du début du IIe siècle après J.-C. Il a été construit dès l’origine en bordure d’une place, au détriment de l’habitat. Il interrompt d’ailleurs le tracé d’une voie piétonne, ce qui entraîne l’obligation de le contourner pour se rendre sur la colline. Certaines rues deviennent impraticables, obstruant ainsi l’accès aux boutiques qui les bordent. La circulation difficile révèle la prépondérance du bâtiment public au détriment de l’habitat privé. Une politique d’expropriation est menée, elle est même parfois forcée. Des zones entières d’habitats sont supprimées, ainsi que certains axes et des portions de rue.

La ville de Plancus, confinée par la topographie, est donc modifiée en profondeur par les refondations, qui ne se limitent pas à l’extension sur les pentes. L’espace public, qui n’était pas prévu de manière suffisante à l’origine, affirme ensuite sa supériorité face à l’espace privé. La fondation de la ville était effectivement programmée pour accueillir une population peu nombreuse, non préparée à une telle extension, ni destinée à être une capitale. L’avantage géographique, lié au croisement des fleuves et des voies, a pris le dessus face à la contrainte topographique ; le choix de nouveaux espaces porte ainsi exclusivement sur le public, de manière à valoriser la capitale des Gaules.

Enfin, une phase d’urbanisation se prépare car les IIe et IIIe siècles après J.-C. voient le développement de la Presqu’île, la ville nouvelle. Celle-ci accueille de riches villas dont une partie des luxueuses mosaïques qui les décoraient nous sont parvenues. L’extension se détourne du nord pour s’amplifier vers le sud. La ville est donc multipolaire géographiquement : le plateau de Fourvière avec la ville officielle monumentale, l’habitat luxueux grâce au commerce fluvial de la Presqu’île, et le sanctuaire fédéral de la Croix-Rousse. La consolidation des berges est nécessaire lors du développement de la Presqu’île à cause des crues. Le rôle de Claude, empereur né à Lyon, est alors primordial.

Les archéologues doivent faire face à de nombreux obstacles qui rendent difficile une connaissance exacte des aménagements romains. Les aménagements de terrasses, mais aussi l’incendie de 65 après J.-C. qui a fait disparaître le cirque et de nombreuses habitations de la Croix- Rousse compliquent les recherches. C’est pourquoi les vestiges les plus importants sont ceux des édifices publics qui datent presque tous de la fin du Ier siècle après J.-C, alors que Fourvière devient déjà la vieille ville.

Le patrimoine local continue d’être exploré, notamment en cherchant des indices dans certains textes d’auteurs latins. C’est le cas pour le sanctuaire des trois Gaules qui a été totalement détruit. Cependant, la découverte à cet endroit de la Table Claudienne – le discours prononcé par Claude au Sénat de Rome en 48 après J.-C. gravé sur une plaque de bronze – confirmerait l’hypothèse de son existence.

Le poids de la ville antique de Lyon s’inspire donc d’une volonté politique qui, dès Auguste, déjoue les problèmes du relief. L’espace public, prévu de façon soudaine, prend d’abord toute sa splendeur au détriment de l’habitat privé. Mais de riches villas se développent à nouveau au IIe siècle sur la Presqu’île, ce qui montre bien une évolution urbanistique originale de la capitale des Gaules.

Compte rendu de Lucie Mailhot

3. La croissance urbaine extra-muros aux XIIIeXIVe siècles : évolution programmé ou développement spontané ? Exemples de Reims et Strasbourg

Catherine Xandry, Université de Strasbourg

Quels peuvent être les outils d’études permettant aux historiens de remarquer et révéler l’évolution et l’extension des villes à l’époque médiévale ? Dans ce cadre, les remparts offrent certaines facilités. Ils établissent en effet un clivage perceptible entre dehors et dedans. Lorsque l’enceinte est trop petite, apparaissent les faubourgs, qui sont autant d’éléments caractéristiques d’une ville qui s’étend. C’est pourquoi Catherine Xandry se focalise sur deux quartiers que sont le Krutenau à Strasbourg et la Couture à Reims, quartiers qui furent tous deux intégrés aux remparts entre la fin du XIVe et le début du Xve siècle. Reste à savoir si cette extension fut gérée ou subie par la ville.

Strasbourg, ville fondée par les Romains, est au 13e siècle une cité épiscopale, dépendante du Saint Empire romain germanique jusqu’en 1262, date à laquelle fut chassé l’archevêque. Elle accéda ainsi au statut de ville libre quelques décennies plus tard. Le quartier du Krutenau vit d’abord s’installer des couvents. Quatre couvents dominicains furent bâtis, successivement en 1231, 1245, 1252, 1298. Cette concentration s’explique par un édit qui, en 1249, interdit la construction de couvents intra muros. Dès lors on assiste à la densification de l’habitat dans ce quartier : en 1279 l’existence d’une boulangerie est avérée ; un siècle plus tard, c’est un hôpital qui fait son apparition. L’existence de ce type de bâtiments prouve la présence d’une population résidente.

Catherine Xandry s’attache à caractériser cet ensemble en le définissant comme étant à 39% rural, à 41% urbain ; restent 20% ne pouvant être clairement identifiés. La non-organisation des rues et le développement le long du cours d’eau ainsi que l’absence d’église paroissiale laissent à penser que ce développement ne fut pas organisé par la ville. Il faut attendre 1401 pour que le faubourg soit englobé par les murailles.

À l’inverse, la Couture à Reims est un ancien oppidum gaulois, protégé dès le IIIe siècle par une enceinte. Il fut l’objet d’un développement programmé par l’archevêque Guillaume Blanches-Mains à la fin du XIIesiècle et va se développer au XIIIe autour d’abbayes. Ainsi, on remarque que la rue de la Couture fut prévue plus large que les autres afin de pouvoir accueillir foires et marchés.

Dès 1209 la ville projeta d’agrandir l’enceinte pour absorber le faubourg, projet qui fut achevé en 1359. Les registres de la taille de 1328 offrent une description des parcelles, les noms des propriétaires et les impôts relatifs. Il est alors possible de qualifier le quartier et d’en voir sa composition. Il apparaît ainsi comme un quartier cher, abritant notamment les métiers à privilèges du bois. Les habitations étaient plutôt des petites structures particulières avec peu de jardins. Le quartier de la Couture est donc plus homogène que le Krutenau à Strasbourg, se caractérisant comme étant à 81% urbain, 16% rural et 13% non défini.

Pour conclure, le Krutenau et la Couture ont connu un développement opposé, le projet semblant être bien mieux défini pour le second, en témoigne l’ambition de l’inclure dans les enceintes dès 1209. Cependant, on ne peut parler ni d’une évolution programmée sur l’ensemble du territoire urbain ni d’un développement totalement spontané. Néanmoins, il semblerait que les autorités urbaines s’impliquent dans la croissance des villes lorsqu’il s’agit d’un terrain stratégique pour la défense de la cité. Mais les villes avaient-elles tout simplement les moyens de gérer leur croissance ? Cette étude met en tout cas en évidence le rôle des couvents et monastères dans la structure du développement péri-urbain.

Compte rendu d’Alexandre Vella

4. État et municipalité face à la croissance urbaine, à Naples, à l’époque moderne

Brigitte Marin, Université d’Aix-Marseille, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Entre le début du XVe siècle et la fin du XVIIIe siècle, Naples, comme la plupart des grandes villes d’Europe à l’époque moderne, connaît une croissance spectaculaire. Sa population est quasiment multipliée par dix, passant de 45 000 à 400 000 habitants. Face à une telle croissance, dont les conséquences ne peuvent se mesurer uniquement en termes démographiques, les autorités politiques en place ont dû arbitrer, administrer et contrôler face à un ensemble d’enjeux sanitaires, sécuritaires et édilitaires. C’est l’objet de la communication de Brigitte Marin sur la croissance de Naples à l’époque moderne, qui s’attache d’ailleurs moins à décrire le phénomène d’expansion urbaine qu’à interroger les actions, réactions et interactions des deux principaux acteurs politiques et administrateurs de la ville, l’État et la municipalité de Naples. Loin d’être linéaire et homogène, cette croissance connaît ses propres rythmes, ses périodes d’envolée et ses ruptures comme la peste de 1656 durant laquelle la ville perd presque un tiers de sa population. Autour de cette date, l’historienne distingue deux périodes de croissance qu’elle s’efforce de confronter dans son étude, celle du XVIe siècle sous la domination étrangère des Habsbourg, et celle du XVIIIe siècle sous la dynastie des Bourbons.

Dans un premier temps, la croissance de Naples est profondément liée au développement de l’État monarchique aux XVe et XVIe siècles. « La présence des nobles dans une ville la fait rayonner », écrit Giovanni Botero dans Des causes de la grandeur des villes1. Sa remarque prend la double valeur d’une théorie du développement des villes et d’une idéologie monarchique. La richesse, les dépenses, le faste d’une aristocratie urbaine participent en effet à son rayonnement ; mais c’est également sur son caractère royal qu’insiste G. Botero. La ville bénéficie surtout de l’aura du prince chrétien qui fait sa supériorité dans la civilisation en général, et face aux villes des républiques du nord en particulier. Aussi, tout est signe de cette croissance : la concentration nobiliaire, les faubourgs vantés comme autant de villes dans la ville, la hauteur des immeubles atteignant cinq à six étages, la densité de sa population, même dans sa dimension populeuse, car la foule des mendiants est encore un signe de richesse et de prospérité.

Pensée de l’État monarchique et pensée de la ville convergent. Et en effet la croissance démographique de la ville est étroitement liée à une stratégie de la couronne espagnole. D’une part, les politiques royales en matière de fiscalité, à travers exemptions et franchises, permettent de favoriser l’extension urbaine et d’attirer les populations des environs. D’autre part, Naples exerce une puissante attraction grâce aux avantages d’une juridiction royale directe et d’une organisation annonaire qui garantit des conditions de vie et d’alimentation plus sûre que dans les campagnes. La ville se développe également grâce à ses centres culturels et son université. Naples devient ainsi un instrument du pouvoir monarchique dans une stratégie d’attractivité et de rayonnement en Europe. À la fin du XVIe siècle, deux fois plus peuplée que Venise, trois fois plus que Rome, elle est la seule ville d’Europe à pouvoir se mesurer à Paris. Modernisation de l’État monarchique et croissance urbaine s’alimentent pour faire de Naples une véritable capitale et la fierté des Habsbourg.

En termes de réalisations urbaines concrètes, la couronne joue alors un rôle croissant. Le roi publie un plan d’extension de la ville où il est question notamment de la réfection des défenses et d’une réorganisation de la trame viaire. Cette politique est menée de concert avec l’administration municipale qui distribue les permis de construire. Celle-ci était partagée entre le patriciat napolitain et une organisation dirigée par la cittadinanze (la bourgeoisie) et il popolo (le petit peuple). Si toute la gestion urbaine était en principe prérogative de la municipalité, le roi cherche à accroître son contrôle notamment en se rapprochant de la piazza del popolo. Il introduit également des officiers qui sont chargés de l’approvisionnement de la ville en grain et du contrôle des élus.

Cependant la croissance urbaine ne va pas sans susciter des inquiétudes car elle menace de briser les équilibres censés garantir la paix dans la ville. Dans sa lettre au roi d’Espagne, en 1560, le duc d’Alcalá, vice-roi de Naples, montre une certaine conscience de ces risques en matière de salut et d’ordre public, en particulier autour de deux problèmes endémiques : l’approvisionnement en grains (dans une ville aussi peuplée il pouvait avoir des conséquences considérables) ; la pauvreté et son corollaire, le vagabondage. Cependant, les tentatives pour limiter la croissance soit échouèrent, soit s’avérèrent très limitées. Agir sur le droit en restreignant l’accès à la bourgeoisie et l’autorisation de résider dans la ville revenait à priver Naples de l’affluence des commerçants étrangers et à refouler la pauvreté dans les campagnes. Restait à agir sur l’espace, en interdisant la construction pour limiter les faubourgs.

Une nouvelle période de croissance s’ouvre pour la ville après la peste de 1656. Naples perd environ 60% de sa population qu’elle ne rattrape que dans les années 1730. Avec la reprise démographique, c’est la nature de la croissance urbaine qui change. On assiste à une plus forte concentration de la population dans le centre urbain, et le peuplement se prolonge au-delà des faubourgs vers les bourgades périphériques.

La croissance a également changé d’image. En 1734, Naples retrouve son autonomie sous la dynastie des Bourbons. La police et la régulation de la taille de la ville sont au cœur des débats. Naples est désormais vue comme une aberration, une monstruosité. La taille de la capitale est jugée cause de désordre : elle empêche d’organiser, de changer la forme urbaine par manque de commodité. Les observateurs et administrateurs français la regardent comme un amas chaotique de population et de maisons mêlées, gonflé par la lie de l’humanité. Le changement dynastique s’accompagne d’un changement de l’orientation des politiques urbaines. Dans le courant des idées du XVIIIe siècle, il s’agit d’essayer d’aérer la ville et de favoriser la circulation. On procède alors à un progressif abattement des murailles et la construction de la via marina. Mais la nouvelle politique urbaine monarchique se heurte à l’hostilité des élites municipales. Désormais beaucoup plus nombreux, les officiers royaux tentent de défendre les intérêts du prince et un véritable conflit de juridiction éclate entre l’État et la municipalité. Le divorce entre la ville et son souverain est véritablement consommé lorsque le roi cesse de résider à Naples. Il cesse alors d’incarner le père protecteur de la population. En parcourant ces trois siècles d’histoire de Naples, Brigitte Marin parvient à lier les différents aspects de la croissance urbaine, qu’ils soient démographiques, politiques, juridictionnels, sociaux ou culturels. Dans cette traversée synthétique, l’historienne répond aux questionnements de l’histoire urbaine en s’attachant à étudier les spécificités du phénomène de croissance urbaine à Naples dans une approche qui ne sépare jamais l’action publique et politique à différentes échelles, les formes spatiales qui dessinent la trame et le bâti urbain, et les façons dont la ville est tour à tour envisagée, pensée, représentée ou idéalisée.

Compte rendu de Benoit Saint-Cast

5. La planification suburbaine dans la France du XVIIIe siècle ou comment contrôler l’extension du territoire de la ville au-delà des remparts

Yannick Jambon, Université de Lyon

La question de l’extension urbaine et de son contrôle anime les historiens et les urbanistes depuis longtemps. L’aménagement urbain sous l’Ancien Régime procède d’un discours d’autocélébration d’une cité. Il a deux visées : ventiler l’espace urbain et faciliter la circulation. L’accroissement urbain suscite l’inquiétude de l’État. En province, certaines municipalités tentent de contrôler cet accroissement avec un succès variable. Le développement urbain est, selon les cas, spontané ou planifié. Dans le cadre d’une planification, les pouvoirs publics ont en tête une ambition plus complexe que celle de stimuler la croissance urbaine. Les bâtisseurs du XVIIIe siècle appartiennent aux élites urbaines.

Après ces quelques éléments d’introduction, Yannick Jambon s’attache à ébaucher une synthèse comparative de la planification dans les villes de province à travers la question suivante : comment se sont opérées les opérations de planification suburbaine au XVIIIe siècle ? Il les classe en deux catégories. Dans un premier temps, il traite des plans de conquête suburbaine en partie réussis et aboutis comme ceux de Lyon et de Nantes mais aussi de Rouen, Nîmes, Montpellier et Bordeaux. Dans un second temps, il étudie les cas d’ambitions anéanties comme dans les villes de Marseille et de Toulouse.

À Lyon, le quartier des Brotteaux est redessiné par l’architecte Jean-Etienne Morand. Il produit un plan circulaire de la ville de Lyon et de ses faubourgs qu’il voit comme une ville ronde organisée autour de l’église Saint-Nizier au cœur de la presqu’île. Influencé par le concept de « géométrie idéale », il souhaite que les futurs lotissements forment une trame géométrique. Son projet est présenté en 1764 et en 1766 devant les prévôts. Construire aux Brotteaux n’est pas tâche aisée. Ce quartier bordant le Rhône est en effet une zone particulièrement humide, sujette aux crues. Le consulat lyonnais, après avoir rejeté le projet, finit par le soutenir. C’est l’argument économique qui l’emporte sur la réserve des débuts. Quinze ans plus tard, le projet arrive à terme et se révèle être une réussite. Cependant, les Lyonnais ne sont pas très enclins à s’y installer étant donné le risque de crue. Les autorités municipales entreprennent de rendre le quartier plus attractif avec l’installation de la Compagnie du pont du Rhône et l’organisation de spectacles. Or en 1793, le siège révolutionnaire conduit à la destruction du quartier et à l’interruption de son développement mais celui-ci reprend de plus belle avec l’arrivée de la grande bourgeoisie lyonnaise au XIXème siècle.

À Nantes, l’île de la Saulzaie est l’objet d’un aménagement à partir de 1726. Le maire de Nantes, Gérard Melié, est à l’origine du projet. Il est soutenu par des mécènes fortunés qui y voient l’occasion de valoriser la ville. L’objectif est de rattacher la ville au faubourg situé sur l’île renommée île Feydeau, de créer du lien. Les opérations de lotissements menées par Paul Esprit Feydeau de Brou durent jusqu’à la Révolution car les terrains sont instables et inondables. Dès lors, le quartier attire les négociants et armateurs nantais. Ce plan est une réussite.

À Rouen, le faubourg Cauchoise est réaménagé. En 1749, le projet est lancé par les échevins qui le présentent au roi Louis XV ; celui-ci leur accorde un soutien important. Mathieu Le Carpentier est l’architecte en charge du plan. Il fait reconstruire l’hôtel de ville à l’intérieur des remparts devant la place du Vieux-Marché sur un axe reliant la cathédrale à l’Hôtel-Dieu. Toute la partie ouest de la ville a vocation à être transformée en comptant sur la disparition prochaine des fortifications. Les travaux débutent en 1758 mais sont interrompus faute de moyens. Pendant 50 ans, les expropriations s’enchaînent jusqu’à l’achèvement du nouveau faubourg. Une avenue reliant le faubourg et la ville est percée. La réussite du plan de Le Carpentier n’est pas totale.

La ville de Nîmes connaît également une grande transformation au XVIIIe siècle. Le premier projet de transformation de la ville date de 1747. Confié à l’architecte Maréchal, il prévoit la construction de nouveaux quartiers, la percée d’une vaste avenue, la disparition des remparts, le comblement des fossés. Trop ambitieux, le projet n’aboutit pas. Or certaines idées sont reprises par le plan Raymond en 1785. Avec la création de places, cours et promenades, ce plan fait preuve d’une véritable cohérence urbanistique.

À Montpellier, la place du Peyrou, construite au nord de l’écusson en dehors des remparts médiévaux et achevée en 1791, fait le lien entre le faubourg Saint-Jacques et le faubourg Saint- Guilhem. L’ensemble (promenade, porte et aqueduc) forme une extension spatiale qui déplace la sociabilité urbaine en dehors du centre originel.

Dans la ville de Bordeaux, les projets d’aménagement sont menés par l’intendant de Guyenne Tourny. Ce dernier cherche à relier la ville intra et extra muros. Les financements, comme dans de nombreuses autres villes, sont difficiles à trouver. Cela dit, l’intendant est fort de l’appui financier de l’archevêque de Bordeaux. Ce plan a réalisé la jonction entre la ville et le quartier des Chartrons, zone de marécages, et a favorisé le bien-être économique de cette ville en plein essor.

À Nantes, le projet de Jean-Joseph-Louis Graslin vise à une mise en valeur de l’espace urbain notamment autour de l’église Saint-Nicolas. Receveur général des fermes du roi, Graslin est un homme d’esprit doublé d’un chef d’entreprise, spéculateur hors pair. En 1779, il achète des terrains à l’ouest de la ville, s’associe à deux architectes, Ceineray et Crucy, et en 1795 un nouveau quartier, le quartier Graslin, émerge.

Dans la deuxième partie de son exposé, Yannick Jambon se concentre sur les cas de planification qui ont échoué à l’instar de Toulouse et Marseille. Sous l’Ancien Régime, les faubourgs marseillais sont peu nombreux. Le projet dont il est question ici concerne une zone voisine de la porte d’Aix. Le promoteur, Bénavan, propose un projet de faubourg au nom de Louis XV qui nécessite 5 millions de livres. Le peu de retombées économique du projet, le lobbying douteux du promoteur, ses promesses inconsidérées et surtout l’absence de planification conduisent le contrôleur général à l’enterrer en 1772. C’est l’exemple même de la nécessité d’une démarche urbanistique dans un projet d’aménagement urbain.

À Toulouse, en 1752, le projet de Villemendran destiné au quartier Saint-Etienne ne finit pas mieux. L’idée principale est de faire rayonner cinq grandes promenades autour d’une place ovale. Dans les faits, très peu de lotissements sont réalisés.

À Grenoble, le projet de l’île verte de Martin Bouchère n’aboutit pas.

Enfin, à Lyon, le projet du quartier Perrache imaginé par l’architecte Guillaume-Maire Delorme et repris par Antoine-Michel Perrache (ingénieur et architecte) en 1766 ambitionne d’étendre la ville par le sud en détruisant les remparts et en étendant la superficie de la presqu’île qui sera raccordée à des îles voisines. Après l’opposition du consulat et de l’épiscopat, Perrache crée sa propre société, la compagnie Perrache, en 1771. Les travaux débutent en 1772 avec le détournement du lit du Rhône mais ils s’arrêtent à sa mort peu de temps après. Sa sœur reprend le flambeau et le quartier Perrache est achevé en 1840.

L’étude de ses différents cas de planification, aboutis ou non, réussis ou non permet de prendre connaissance des frémissements de la planification moderne. Yannick Jambon dégage les caractéristiques communes des divers projets. Il met en exergue la multiplicité des acteurs, représentants du roi, architectes et ingénieurs et la diversité des intérêts et objectifs qui s’opposent parfois… Il souligne les difficultés majeures que rencontrent les acteurs pour financer leurs projets : la réticence des classes supérieures à quitter le centre ville, la méfiance des municipalités à l’égard des promoteurs privés, l’ampleur de la production écrite à soumettre pour soutenir un projet. Yannick Jambon observe le rôle privilégié dont bénéficient les architectes car ils ont une véritable vision urbanistique. Il note que l’action des intendants est plus ou moins importante selon les régions et que la trame choisie pour l’organisation des faubourgs est radio-concentrique. Au XVIIIe siècle, des espaces atypiques au point de vue architectural voient le jour. Il est certain que la planification urbaine ne se résume pas à un simple mitage des gaines pénétrantes. Le contexte de production urbanistique de cette période a posé les bases des grands aménagements urbains du XIXe et du XXe siècles et pas seulement parisiens.

Compte rendu de Sabine Eynon

6. Gérer la croissance de l’agglomération lyonnaise au début du XVIIIe siècle

Stéphane Frioux, Thibault Bechini et Boris de Rogalski Landrot, Université de Lyon

S’il ne convient certes plus de nos jours de parler d’accroissement d’une agglomération, les problématiques urbaines contemporaines ayant posé l’ère de la notion de densification, c’est bien la première idée qui fut au centre des attentions au début du XXe siècle. C’est aussi ce que s’attache à démontrer cette intervention, divisée en trois parties du fait de ses trois auteurs, Stéphane Frioux, Thibault Bechini et Boris de Rogalski Landrot. Sont ainsi traités successivement les tentatives d’annexions par Lyon des communes voisines telles Villeurbanne, Bron ou encore Vénissieux (1901-1909), les divers problèmes rencontrés par chaque projet de ce début de siècle ainsi que la problématique sanitaire à travers le cas de Villeurbanne.

Le début du XXe siècle, cette époque de naissance de l’urbanisme, est un moment où de nombreuses questions se posent, notamment dans le cas de Lyon. La ville de Lyon est en effet un remarquable sujet d’étude concernant l’histoire de la gestion de l’espace, et pas seulement la ville, puisque la rivale et voisine Villeurbanne est aussi impliquée à l’échelle communale. On retrouve les deux villes au cœur d’un projet, ou plutôt d’une réelle tentative, d’annexion des communes de l’est de Lyon (dont Villeurbanne fait partie) de 1901 à 1909, initiée par le maire Jean-Victor Augagneur. En 1901, l’octroi vient d’être supprimé à Lyon, et la disparition de la taxe aide à expliquer en partie la nécessité d’expansion éprouvée dans ce contexte par le conseil municipal. La disparition de l’octroi, qui était depuis bien longtemps une ressource fondamentale pour la commune, encourage le maire Augagneur à lancer un tel projet communal avec pour enjeu de trouver un revenu de substitution pour la municipalité.

Un rapport dénonçant un régime de faveur engendre la proposition d’établissement d’un régime transitoire, dont l’idée première serait d’exonérer provisoirement les banlieues. Par ce rapport, Augagneur semble préparer l’éventuelle entrée de banlieues dans l’agglomération lyonnaise. Son projet est lié à la suppression de l’octroi. Il s’agirait ici de permettre en effet une augmentation conséquente de l’espace de la ville (30%) accompagnée d’une augmentation tout aussi significative du nombre d’habitants (33%). Les revenus de la ville en profiteraient à leur tour, d’autant que les territoires concernés demeurent très attractifs, notamment dans le cas de Villeurbanne.

Mais ce projet qui devait entraîner la dissolution de Villeurbanne, avalée par Lyon, engendra une vive réaction des Villeurbannais. Ceux-ci ne souhaitent nullement appartenir à une « colonie suburbaine » au service de la ville-mère qu’est Lyon. Cependant, le projet est en marche et le député Francis de Pressensé met en place une stratégie de tractation. Le projet d’annexion est en bonne voie pour aboutir, malgré le climat de mécontentement des Villeurbannais, qui voit même apparaître un premier récit historique de Villeurbanne. Ce même récit est soutenu par un autre député, et la tractation se fait à l’échelle du Parlement. L’exemple démontre l’impact de la question, et son prolongement à l’échelle nationale. Le projet supposé s’appliquer à une localité dépasse très largement le cadre communal.

Le projet est mis en attente lorsqu’Augagneur est nommé ambassadeur à Madagascar, puis abandonné par son successeur Édouard Herriot en 1906. Ce dernier eut beau réunir une commission intercommunale en 1909, ce ne fut là qu’un nouvel échec.

Mais la problématique de la gestion de la croissance de l’agglomération lyonnaise perdure. En 1912, le maire convoque la réunion d’une commission de plus de 70 membres, créée dans le cadre d’un projet de gestion de l’extension. Les architectes locaux débattent de leurs projets dans un vaste travail collaboratif et participatif. Il y est principalement question du tracé des rues, de leur possible élargissement, tandis que d’autres sujets ne sont pas abordés (du moins pas encore en 1912), tel le zonage.

Même la Grande Guerre ne saura arrêter le projet, qui comprend une fois de plus une partie où il s’agit d’annexer les territoires voisins. La nouvelle tentative est cette fois-ci repoussée par Vénissieux. Les divergences de vues entre les ambitions municipales et la vision des ponts et chaussées n’aident pas le projet à aboutir, et en 1924, celui-ci est même critiqué par un architecte parisien.

Il serait cependant injuste, devant les difficultés évidentes que rencontre chaque projet, de penser que rien n’a pu être fait. L’assainissement de l’espace urbain et la création de parcs, entre autres, font l’objet de collaborations entre Lyon et les communes voisines (Villeurbanne, Bron). De même, en 1931, a lieu une commission d’étude sur la pollution atmosphérique. Toutes ces commissions et tous ces débats montrent le souci constant de prévision de la croissance de l’agglomération lyonnaise.

Après la Première guerre mondiale, la croissance démographique de Villeurbanne est rapide. La vocation industrielle de la commune s’est affirmée entre les deux guerres. Mais cela n’est pas sans causer un problème de déficit des logements. Les faibles salaires liés aux activités professionnelles (comme dans l’industrie textile) ne permettent que rarement aux ouvriers d’habiter sur place. Dans ce cadre, des sanctions sont prises contre les bâtiments insalubres, et cela passe par la constitution d’un casier sanitaire. Le contrôle sanitaire des immeubles n’est cependant pas nouveau dans l’entre-deux-guerres, la municipalité ayant édicté des sanctions à ce sujet dès 1904 envers les bâtiments insalubres.

Les constructions nouvelles nécessitent dorénavant un permis, et cette pratique tend à se généraliser malgré la persistance de nombreux problèmes, comme l’absence de demande préalable par les propriétaires, etc. La constitution d’un casier sanitaire implique une collecte permanente de documents sur les bâtiments, afin de se renseigner sur leur état, les conditions de vie des habitants, la salubrité, ou non, du bâtiment, entre autres. Mais dans le quartier du Tonkin, faute de moyens, les habitations demeurent souvent exiguës. Rue Margueritte, les sondages montrent que les chalets sont souvent fichés par le casier sanitaire. Cela dit, entrepôts et vieux hangars sont loin devant, au regard du nombre des sanctions dont ils sont l’objet.

Certaines constructions sont dans un si mauvais état que la l’adduction d’eau potable est rendue impossible. Malgré les efforts de la municipalité pour tenter de régler ces questions, le début du XXe siècle demeure une période de tensions entre la gestion de la croissance urbaine et les considérations hygiénistes. En conclusion, le projet des Gratte-Ciel de Villeurbanne, achevé en 1934, apparaît comme

une double réponse, à la fois aux problèmes d’insalubrité, et au déficit de logement de la commune. Par la création de la place Albert-Thomas, Villeurbanne se dote même d’attributs typiquement urbains, ce qui peut aussi servir à défendre l’identité de la ville devant les projets d’annexion venant de Lyon.

Gérer la croissance de l’agglomération lyonnaise au début du XXe siècle ne fut pas chose évidente. Si la question semble avoir grandement préoccupé les divers pouvoirs publics qui allèrent jusqu’à devancer la loi Cornudet (1919), les différents projets ont tous été confrontés à de longues successions d’obstacles en tous genres. Néanmoins, ceux qui ont abouti ont dépassé le cadre communal et ont fait montre d’une capacité assez exceptionnelle à mobiliser à une plus grande échelle. Le département lui-même joue un rôle primordial et débloque parfois la situation. La suppression de l’octroi invite à une redéfinition des limites de Lyon, posant l’anticipation et la gestion de cette croissance urbaine comme une nécessité, en dépit des difficultés rencontrées et de la complexification des questionnements par les considérations hygiénistes de la période étudiée.

Compte rendu de Thibault Reynaud

7. Strasbourg 1870 – 1940 – Une croissance urbaine entre France et Allemagne

Marie Pottecher, université de Strasbourg

La constitution d’une métropole transfrontalière sur les deux rives du Rhin apparaît aujourd’hui comme le principal projet urbanistique de l’agglomération strasbourgeoise. Outre l’aspect architectural, il pose la question des adéquations urbanistiques et administratives entre France et Allemagne. Si le projet de métropole transfrontalière n’est pas unique, il n’est guère d’autres exemples où cette réflexion peut se nourrir aussi directement de l’acquis de l’histoire.

En effet, les projets d’extensions urbaines à Strasbourg dans le second 19e et le premier 20e siècles ont été conçus et mis en œuvre dans le contexte des changements géopolitiques consécutifs à la guerre de 1870 et aux deux conflits mondiaux. Leur analyse à travers plusieurs aspects du développement urbain, l’extension et la planification de l’espace bâti, la règlementation de la construction et l’aménagement et l’organisation administrative du territoire municipal, pourrait permettre d’éclairer d’un jour intéressant les projets actuels.

Le plan d’extension de Strasbourg de 1878-1880 conçu au lendemain de l’annexion, peut à juste titre apparaître comme une initiative des nouvelles autorités. Néanmoins, une étude fine des projets soumis et des discussions qui eurent cours lors de l’élaboration du plan définitif permet de mettre en évidence, à côté des préceptes allemands, la prégnance des modèles français et, en premier lieu, de Paris. Comment toutefois envisager cette référence ? Ne témoigne-t-elle pas tout simplement de l’aura des transformations haussmanniennes dont d’autres villes allemandes portent également la trace ? Quels ont été les vecteurs de cette influence et quel a été le rôle des théoriciens de l’époque dans les choix formels de cette extension ? Néanmoins, lorsqu’on franchit la date charnière de 1918, force est de reconnaître la pérennité, sous la Troisième République, des projets impulsés sous l’Empire wilhelmien.

La croissance urbaine de Strasbourg a été encadrée par plusieurs lois et règlements destinés à en assurer la cohérence et la réussite. Celles-ci s’inscrivent dans la logique germanique d’aménagement urbain et traduisent des évolutions de la réflexion en cours en Allemagne sur la gestion de la ville. La mise en place de ces outils et leur maintien après le retour dans le giron français ne se sont pas faits sans heurts; et les oppositions, parfois virulentes, témoignent d’une conception divergente entre France et Allemagne des relations et des préséances entre intérêts publics et du respect de la propriété privée.

Enfin, l’extension urbaine appelle une réflexion sur la pertinence des limites du territoire d’intervention. Celle-ci est engagée dès les années 1890 par les autorités municipales confrontées à l’importante croissance démographie, économique et industrielle de Strasbourg. Si les plans d’aménagement des faubourgs et la mise en place d’une réflexion d’aménagement globale à l’échelle de l’ensemble du territoire communal esquissent des tendances qui se retrouveront dans le projet du plan directeur de Strasbourg engagé dans l’entre deux guerres, il n’en va pas de même lorsque se posent les questions des limites administratives et de la gouvernance des projets. On assiste alors à des oppositions fortes qui conduisirent à l’échec de projets tels que la création d’un Grand Strasbourg puis à celui du plan directeur qui restera dans les limbes à la veille de la seconde Guerre mondiale.

Résumé de Marie Pottecher



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/03/2014

    […] • Avec Stéphane Frioux, Thibault Becchini, « Gérer la croissance de l’agglomération lyonnaise au début du XXème siècle », lors de la journée d’études organisée par la Société Française d’Histoire Urbaine avec le soutien des Musée Gadagne, du LARHRA (UMR 5190) et du CIAM (UMR 5648), le 20 janvier 2012 Compte-rendu du colloque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *