Gilles Ragot, Le Corbusier à Firminy-Vert. Manifeste pour un urbanisme moderne, Paris, Centre des Monuments nationaux, 2011, 352 p., 411 fig. (Sylvain Schoonbaert)

Gilles Ragot, historien de l’art professeur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, vient d’écrire un ouvrage remarquable sur l’œuvre de Le Corbusier à Firminy-Vert. Les éditions du Patrimoine servent largement ce beau volume bien relié et richement illustré de plans d’archives, de photographies anciennes et actuelles, de témoignages qui révèlent une recherche minutieuse parmi une documentation considérable, parfaitement maîtrisée. Les onze chapitres, très concis, occupent de 15 à 20 pages chacun, à l’exception de l’avant-dernier qui en compte 80, très illustrées, sur 350, sans pour autant troubler la cohérence du récit. Ils offrent au lecteur un confort qu’il convient de souligner.

De quoi s’agit-il ? Les conditions de cette « commande », qui n’en est pas vraiment une, de l’ancien ministre de la Reconstruction Eugène Claudius-Petit devenu maire de Firminy, ont de quoi faire rougir, pour ne pas dire réduire en cendres, notre actuel code des marchés publics. On y découvre comment Le Corbusier, s’il n’a jamais été officiellement choisi pour établir le plan masse de ce grand ensemble, a usé de son charisme, de ses relations interpersonnelles et surtout des hasards de l’opération, pour imposer seulement certaines de ses vues à ce projet, de façon parfaitement empirique.

L’opération « Experton » (p. 40-49), montre comment s’imbriquent les premières commandes, expérimentales, tandis qu’aucun projet ni aucune stratégie d’ensemble ne sont encore au point. Les rôles de Charles Delfante, Paul La Mache, André Sive et Marcel Roux, sont ici clairement rétablis, mettant en évidence la mauvaise réputation que le vieux maître suisse avait acquise, à la fin de sa carrière, pour profiter de toute « consultation » afin d’emporter des commandes (p. 52-53). On peut ici reprocher à l’ouvrage de ne pas aborder la question des émoluments versés à l’architecte ou à l’atelier de la rue de Sèvres, ce qui aurait permis d’éclairer au moins une part certes matérielle mais non négligeable, de la réalité de cette commande. Les archives permettent une telle investigation mais les choix éditoriaux en ont décidé autrement. Dans cette commande d’un plan d’ensemble, il faut surtout mentionner l’attachement que Claudius-Petit témoigne à l’égard de l’Institut d’urbanisme de Paris, seule école qui trouve grâce à ses yeux,  dont Delfante est issu, et qu’il préfère à la réformatrice Chartes d’Athènes.

Arrive ce premier voyage de Le Corbusier et de Wogenscky à Firminy, en juin 1954, dont le carnet de croquis, minutieusement analysé, permet de conclure que : « … à Firminy, comme à Saint-Étienne, pas davantage qu’à Antony en 1947, Le Corbusier n’eut l’occasion de réaliser cette unité double » (p. 61). Il s’agit de cette unité d’habitation dont le long chapitre mentionné plus haut retrace justement la genèse hantée par la réalisation si difficile à Marseille. On peut se demander si Le Corbusier n’est pas plutôt intéressé par la réalisation de cette unité d’habitation, comme aussi des équipements publics qui l’accompagnent, que par celle d’un plan masse idéal pour cette ville nouvelle, et qu’il ne parvient pas à imposer.

Je ne commenterai guère ici les remarquables chapitres consacrés à la Maison de la culture et de la jeunesse, au théâtre, au stade et à l’église construite après la mort de Le Corbusier ; ils offrent une brillante démonstration de la qualité et de la complexité des réflexions programmatrices qui accompagnent la création de ces équipements publics garants du succès urbanistique de l’opération dans son ensemble. Je préfèrerai m’en tenir au fait que les nombreuses photographies actuelles et anciennes du site montrent à quel point ce projet s’est remarquablement lové dans son environnement, faisant fi de la table rase si chère à « l’urbanisme moderne » de cette époque. On peut ainsi regretter qu’à l’exception de quelques réflexions d’ordre topographique ou conjoncturel, administratif, peu de commentaires ne soient consacrés à la façon dont le paysage de ce grand ensemble s’est inscrit, volontairement ou non d’ailleurs, en dialogue avec les quartiers de petites maisons et d’immeubles, des rues préexistantes qui composaient la proche périphérie de Firminy avant cette intervention et dont témoignent les belles photographies des pages 106, 112, 164, 253, par exemple. Non qu’il soit fait abstraction de ce contexte urbain et historique de la ville ; on aurait cependant souhaité en savoir plus sur les limites foncières de l’opération nouvelle et son articulation avec la ville ancienne.

En somme, le dernier chapitre : « La nouvelle Acropole », rétablit avec distinction les nuances qu’il convient de souligner dans la genèse de Firminy-Vert où Le Corbusier n’a pas eu le rôle de démiurge auquel on réduit trop souvent et à tort son œuvre.

Seule une analyse fine des processus de création et de genèse de cet ensemble, telle que l’a remarquablement menée ici Gilles Ragot, permet de la mettre en évidence. C’est ainsi que se transmet la part de l’héritage corbuséen faite en majeure partie de réalisations posthumes, sous la direction de ses collaborateurs, voire d’autres maîtres d’œuvre, décorateurs aussi, sur lesquels il n’eut qu’une influence limitée. Limitée mais oh combien importante si l’on considère qu’une « pure création de l’esprit » valait mieux qu’un dirigisme intempestif.

  Sylvain Schoonbaert


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *