Marc Boone, À la recherche d’une modernité civique : la société urbaine des anciens Pays-Bas au bas Moyen Âge, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2010, 191p (Laurence Jean-Marie)

Marc Boone questionne l’histoire des villes des Pays-Bas pour y définir l’émergence d’une « modernité civique », processus chaotique et multidimensionnel qui tient à une histoire politique (« d’en haut » et « d’en bas »), socio-économique et culturelle. Il livre ainsi des éléments de ses recherches dont certains aspects ne sont pas disponibles en langue française. L’ouvrage est construit à partir de cours qui témoignent de la richesse de l’activité d’enseignement de l’auteur et de communications lors de rencontres scientifiques. Il ne s’agit pas d’un véritable ouvrage de synthèse mais plutôt d’éclairages successifs portés sur une histoire sociale des pouvoirs (ou une histoire politique de la société) des villes des anciens Pays-Bas. L’attention accordée aux sciences sociales et aux apports de leurs méthodes d’analyse, à l’historiographie (avec l’intérêt que représente pour nombre de chercheurs français les références aux travaux en langue néerlandaise), un retour et des interrogations sur le métier d’historien caractérisent l’ouvrage.

Les prolégomènes ancrent résolument l’ouvrage dans l’historiographie en mettant en scène Henri Pirenne et Johan Huizinga. L’auteur évoque ces deux figures d’historiens dans leurs rapports à la période perturbée des premières décennies du XXe siècle, leurs échanges, la réception de leurs idées. Les thèses de Pirenne sur les villes, d’abord accueillies très favorablement, ont ensuite fait l’objet des critiques que l’on connaît alors que la postérité des idées d’Huizinga suivait le chemin inverse.

L’entame du premier chapitre revient sur les théories de Pirenne à propos de la place des corps de métiers dans le gouvernement des villes – véritables « démocraties urbaines » selon lui – et dans l’essor économique ; ces métiers constituant une force de renouvellement avant de devenir un carcan. Le modèle de Pirenne, inscrit dans son temps, fut trop facilement réutilisé dans l’historiographie postérieure. Une histoire dynamique, à la suite de Jean-Pierre Sosson et Wim Blockmans par exemple, a mis en avant la réalité de la vie socio-économique des villes qui est celle de la flexibilité. L’exercice d’un pouvoir de type oligarchique n’empêche pas que s’installent une sociabilité politique, une cogestion faisant place aux groupes sociaux médians. Se forme ainsi une culture politique urbaine où espace et littérature sont vecteurs d’expression des pouvoirs et d’affirmation d’une identité urbaine.

Dans le deuxième chapitre, l’auteur montre que le foisonnement de la vie politique urbaine et la situation politique plus large sont propices aux contestations et rébellions. Les Pays Bas sont une terre de rivalités entre pouvoirs supérieurs conduisant à la multiplication des acteurs, ce à quoi il faut ajouter le contexte européen d’affrontement France/Angleterre sur fonds d’intérêts économiques (laine, draperie). Le patriciat urbain classique – Marc Boone fait de ce terme le sien -, au pouvoir à la fin du XIIIe siècle, doit faire face à des mouvements sociaux qui n’ont pas de caractère révolutionnaire. L’étude est alors centrée sur les tensions du XIVe siècle. La « modernité civique » naît de sociétés urbaines en ébullition (on pourrait ici esquisser une comparaison avec l’Italie) dans un territoire aux dimensions restreintes, dominé par le phénomène urbain. Au XVe siècle, les révoltes sont de nature différente, caractérisées par des tentatives de résistance au renforcement de l’État central.

Marc Boone entame le chapitre IV, consacré à l’espace urbain, par une réflexion sur la notion d’histoire comparée. Son discours regarde ici du côté de l’Italie centro-septentrionnale et des travaux d’Elisabeth Crouzet-Pavan. En mettant l’accent sur les pratiques de l’espace et l’inscription des pouvoirs au sein de la ville, l’auteur établit des parallèles entre les deux régions (aménagement d’espaces publics) mais souligne aussi les différences (construction de défenses, équipement et infrastructures, magistratures spécialisées caractérisent l’Italie). Il montre, pour les anciens Pays-Bas, la multiplication des manifestations temporaires des pouvoirs dans l’espace urbain. C’est l’occasion de revenir sur un thème qui traverse tout le livre : le territoire restreint des Pays-Bas ne donne pas place à la formation de cités-États d’autant que le pouvoir princier est plus proche et plus déterminé à intervenir qu’en Italie. Même si les autorités urbaines ont cherché à inscrire leurs prérogatives dans un espace permanent (hôtel de ville) ou temporaire (bannières corporatives), les villes, malgré leur puissance économique, ne se sont pas véritablement imposées aux pouvoirs princiers par l’architecture alors que les princes ont su, sous les Bourguignons et les Habsbourg, marquer l’espace des villes de leurs résidences.

Le dernier chapitre est consacré aux rapports entre société urbaine et formation de l’État bourguignon, formation d’un état princier qui prend en compte de façon évidente l’élément urbain. Ceci s’inscrit dans les recherches sur la formation de « l’État moderne » et la réflexion de l’auteur sur la genèse d’une « modernité civique ». Fiscalité et donc économie urbaine, d’une part, et  justice et fixation de normes, d’autre part, constituent les champs principaux d’interaction. Opposition – parfois violente -, négociation et dialogue caractérisent les relations entre princes et villes, les premiers cherchant à imposer leur fiscalité à des villes dont la puissance financière constitue une manne pour un prince à la recherche de nouvelles recettes, extraordinaires en théorie. En matière de justice, sujet déjà abordé dans les chapitres précédents, l’auteur constate une pression des officiers ducaux sur les villes, officiers de plus en plus souvent issus des élites urbaines. L’établissement du « Transport » de Flandre au début du XIVe siècle puis, sous les ducs de Bourgogne, du « Conseil de Flandre » marquent la volonté princière de se placer au-dessus des villes. Toutefois, ces dernières, au nom du Bien Commun, entendent affirmer leurs prérogatives et être garantes du principe d’utilité publique, au besoin en usant, au tournant des XIVe et XVe siècles, de la « grève juridictionnelle ». C’est le moment de rappeler que les villes peuvent en appeler au roi de France au milieu du XVe siècle, à rebours de la situation du siècle précédent. Enfin, l’évolution de la fin du XVe siècle, caractérisée par une nette affirmation du pouvoir princier mais aussi par l’alliance entre les villes et une noblesse de plus en plus urbanisée, est porteuse de dangers et annonce l’avenir.

L’association de textes correspondant à des moments différents de la production historique de Marc Boone, conduit à évoquer certains thèmes à plusieurs reprises ce qui provoque quelques redondances. La riche matière de l’ouvrage aurait mérité d’être appuyée par une conclusion d’ensemble reprenant les perspectives ouvertes. On peut également regretter l’absence de cartes. Il reste avant tout que l’auteur livre ici certains aspects majeurs de sa pensée historique et que le chercheur intéressé par les problématiques de rapports entre villes et pouvoirs supérieurs, d’utilité publique, de construction de l’État, de culture politique, etc, trouvera dans l’ouvrage matière historiographique, bibliographique, mises au point et pistes de réflexion essentielles.

 Laurence Jean-Marie



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *