Damien COULON, « Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge ». Mémoire d’habilitation inédit à diriger des recherches, soutenu le 25 novembre 2011 à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jury : Laurent FELLER, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président, Christian GUILLERE, professeur à l’Université de Savoie-Chambéry, Christophe PICARD, promoteur, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Kathryn REYERSON, professeure à l’Université du Minnesota (Minneapolis), Denis MENJOT, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, Flocel SABATE, professeur à l’Université de Lleida

Alors que l’historiographie récente souligne de plus en plus clairement que la Catalogne n’est pas affectée aussi durablement que d’autres régions européennes par la crise du bas Moyen Âge et que plusieurs de ses centres économiques témoignent alors d’un réel dynamisme, la ville de Perpignan ne paraît guère avoir attiré l’attention des chercheurs, malgré l’essor de son industrie textile. Si cette activité a certes fait l’objet d’études, on ne peut en dire autant de ses marchands, qui étaient pourtant parvenus à étendre leurs réseaux à travers la Méditerranée, dans des conditions il est vrai particulières, qui méritent précisément d’être étudiées. La capitale du Roussillon dispose pourtant d’abondantes archives, que complète en outre une documentation pléthorique, mais encore largement sous-exploitée : celle de la puissante compagnie Datini de Prato en Toscane, au tournant des XIVe et XVe siècles. L’une et l’autre jettent ainsi un double éclairage qui permet d’étudier le rayonnement de ce centre urbain qui s’étendit très au-delà d’une aire régionale, donnant de lui une image bien éloignée de celle d’une ville de garnison aux confins de la couronne d’Aragon, qui s’est imposée trop facilement dans l’historiographie.

Afin de comprendre ces phénomènes, il est tout d’abord nécessaire de refaire la genèse du processus d’essor commercial de la ville. Il repose avant tout sur son industrie textile, qui se développa à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, faisant de Perpignan un des premiers centres drapiers du Principat de Catalogne. Forts de cette production de qualité supérieure par rapport aux autres foyers catalans, des pareurs qui intervenaient dans le la fabrication des draps, se livrèrent bientôt à leur commercialisation aux côtés de marchands, diffusant progressivement dans tout le nord-ouest de la Méditerranée les fameux cadis de Perpignan. Mais un facteur externe joua également un rôle décisif après le retour de la ville et de l’ensemble du royaume de Majorque dont elle était capitale, à la couronne d’Aragon en 1343, et malgré la crise sévère entraînée par le déclenchement de l’épidémie de peste en 1348 : le vigoureux essor du grand commerce du Levant organisé par les négociants de Barcelone, à partir des années 1370. Désireux de s’y approvisionner en précieuses épices qu’ils pouvaient ensuite redistribuer dans le reste de l’Europe, ils s’appuyèrent principalement sur les exportations de draps catalans pour développer ces échanges. Une collaboration étroite se noua ainsi entre négociants des deux centres urbains : les Barcelonais mettaient à la disposition des Perpignanais leur réseau de consulats et de funduks à travers la Méditerranée, tandis que ces derniers ajoutaient leurs draps de qualité aux flux d’exportations textiles nourries vers le Levant. Ces importants débouchés sur les marchés plus ou moins lointains de Méditerranée stimulèrent puissamment la production textile à Perpignan ainsi que dans tout le Principat de Catalogne, dont les capacités dépassèrent largement le cadre d’un simple approvisionnement régional. Les Perpignanais furent ainsi bientôt en mesure de développer leurs propres relations avec le Levant, à partir du port de Collioure, dans des proportions certes nettement plus réduites que les Barcelonais, mais toujours en concertation avec eux.

Attirées entre autres par les importants profits réalisés dans le cadre de ces échanges, de puissantes compagnies marchandes étrangères, notamment celle de l’homme d’affaires Francesco Datini de Prato en Toscane, y participèrent et les accrurent même, s’appuyant sur un correspondant permanent et ses collaborateurs à Perpignan. A leur tour des compagnies allemandes, qui se livraient à la commercialisation d’autres articles, s’intéressèrent à ce foyer commercial en y déployant leurs réseaux et leur mode d’organisation quelque peu différents.

La richesse générée par ces activités entraîna bien sûr un rôle plus influent des négociants les plus dynamiques, qui connurent une promotion sociale, accédant pour certains jusqu’au poste de consul de la ville, tandis que de leur côté, certains bourgeois rentiers engageaient une partie de leurs revenus dans ce lucratif commerce. Dans le contexte des ambitieux et coûteux projets de conquêtes du roi Alphonse le Magnanime (1416-1458) en Méditerranée, que les Barcelonais finirent par juger menaçants pour leur négoce, quelques hommes d’affaires perpignanais furent quant à eux amenés à accorder des prêts colossaux au monarque. Incapable de les rembourser, celui-ci les gratifia du revenu d’impôts et de droits qui consacraient leur ascension sociale et leur rôle de financiers. Ce n’est pas un hasard si l’on trouve parmi ces créanciers, le grand argentier du roi de France Charles VII, Jacques Cœur, dont les galères mouillaient d’ailleurs dans le port de Collioure. Mais à la mort du souverain, les hommes d’affaires de Perpignan perdirent leur principal soutien et source d’enrichissement. Peu de temps après, s’ouvrait un conflit entre le roi de France Louis XI et le successeur d’Alphonse, Jean II, dont Perpignan devint l’un des enjeux les plus âpres, tandis qu’une guerre civile ravageait la Catalogne, clôturant ainsi un long cycle de circonstances favorables pour la capitale du Roussillon et ses négociants.

Toutefois, l’ampleur de la documentation laissée par la compagnie Datini est telle, au tournant des XIVe et XVe siècles, en raison surtout du très grand nombre de lettres échangées entre marchands qui nous sont parvenues, qu’elle invite à présenter différemment ces données classiquement centrées sur différents groupes urbains. La répartition de la correspondance échangée par le représentant de cette compagnie à Perpignan, Pere Tequi ou Piero Tecchini, s’étalant sur environ 25 années, permet en effet une approche individuelle de ses activités, assez fine. Près de 170 de ses lettres étant autographes, elles invitent à mener plus loin l’enquête et à mieux cerner ce personnage, au-delà des informations évidemment à vocation surtout commerciale échangées. Ces ego-documents apportent en particulier d’intéressants renseignements sur ses relations avec ses correspondants, la perception de son insertion dans le réseau Datini, voire sa façon d’envisager le rapport à soi. Rappelons que, de manière significative, au même moment, les premiers portraits individuels de marchands commencent en effet à être dressés, témoignant d’un nouveau regard porté sur eux-mêmes dans un contexte de pré-modernité revalorisant leur rôle dans la société. Or, bien que le processus d’individuation ait fait l’objet d’études, elles se sont généralement attachées à des figures de clercs intellectuels pour la période médiévale, qui ont il est vrai exprimé plus volontiers que d’autres ce rapport à eux-mêmes. Et si cette démarche rencontre bien des obstacles eux aussi significatifs, dans le cas de Pere Tequi, elle permet tout de même d’envisager l’analyse méthodique d’un certain nombre de marqueurs individuels, tels que son écriture, sa signature, ses habitudes épistolaires, qui nous renseignent notamment sur sa formation, sa culture et sa profonde intégration dans le milieu roussillonnais, alors qu’il était lui-même de lointaine origine toscane. En outre, il est parfois amené à exprimer des émotions – également mises en scène, bien sûr – voire à se démarquer de certains membres du réseau Datini lors de conflits ou de projets dont il cherche à se réserver l’exclusivité, se livrant ainsi davantage. Si cette démarche à hauteur d’homme ne fournit bien souvent que des réponses partielles, elle n’en apporte pas moins un éclairage original et tout à fait complémentaire des phénomènes observés à l’échelle de l’ensemble de la ville ou des groupes qui animent ses activités marchandes. Elle confirme bien en tout cas que Perpignan constituait un centre économique essentiel jusqu’au milieu du XVe siècle, qui offrait de remarquables possibilités de promotion sociale dont surent pleinement profiter les descendants de Pere Tequi.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *