Stefano Simiz (éd.), La parole publique en ville des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, PU Septentrion, 2012, 25 euros.

Longtemps négligée du fait du triomphe de l’imprimé à qui parfois, paresseusement, on l’opposait, l’étude des expressions orales fait actuellement l’objet d’une réévaluation historiographique. Or, quel meilleur terrain pour redécouvrir cette réalité que le monde urbain, véritable univers de la parole constituée au sein duquel des pouvoirs solidement institués se font face, abondamment éclairée par la multiplicité et la variété de sources émanant tant des commanditaires des discours, des orateurs mêmes que des auditoires, ces horizons d’attente qu’on essaie de ne pas ignorer. L’éloquence règne partout en ville. Elle s’appréhende à travers les institutions de nature politique, judiciaire ou religieuse. Loin de s’ignorer, ces différents pouvoirs se font d’ailleurs face, s’évaluent les uns par rapport aux autres, enfin s’empruntent mutuellement les normes qui font le succès de la plupart des discours, les meilleurs étant souvent livrés à l’imprimeur afin de servir de modèle aux générations suivantes. C’est l’histoire de cette parole contrôlée, extrêmement codifiée et bien vivante, inscrite dans le calendrier comme dans l’espace et la société urbains, qui est ici abordée de façon transdisciplinaire par des spécialistes historiens et historiens de la littérature.r

Contributions de Benoist Pierre, Isabelle Brian, Fabienne Henryot, Philippe Martin, Laurent Jalabert, François Lormant, Alain Cullière, Julien Léonard, Penny Roberts, Philippe Lefebvre, Aurélie Prévost, Jérémie Foa, Cécile Huchard, Stefano Simiz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *