Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009, 496 p. et 16 pl. hors-texte. (Youri Carbonnier)

S’inscrivant dans le courant d’histoire du livre et de l’écrit, marqué depuis les années 1970 par des jalons plantés par Henri-Jean Martin, Roger Chartier, François Furet ou Jean Quéniart, le propos d’Anne Béroujon dépasse toutefois cette première approche, sans pour autant la négliger, et nous entraîne sur des pistes nombreuses et souvent nouvelles. En effet, rarement le titre d’un livre aura autant correspondu à son contenu : ce sont bien les écrits – tous les écrits – qu’Anne Béroujon traque dans la capitale des Gaules, sous toutes leurs formes, dans tous les lieux possibles. Dans les inventaires après décès (plus de 600 ont été exploités) où ses prédécesseurs avaient déjà cherché les livres, elle s’attache à tous les écrits, actes notariés ou passés sous seing privé, papiers économiques ou familiaux. Emboîtant le pas à la vaste enquête sur les écrits du for privé, elle ausculte livres de raison, journaux et correspondances, d’une façon que la rareté de ces documents rend tout à fait originale. Les écrits sur l’histoire de la ville de Lyon[1] ou les guides nous ramènent dans la sphère publique qui ouvre également tout un champ de réflexion à partir des réglementations et des usages de l’écrit. Enfin, elle rassemble toutes les formes écrites (et inscrites) dans la ville de Lyon : affiches, enseignes, armoiries, textes de circonstance ou épitaphes, débusqués dans les bibliothèques, les dépôts d’archives, les musées ou les églises de la cité.

Cet ensemble documentaire foisonnant pouvait faire craindre un traitement lourd et indigeste. Il n’en est rien, bien au contraire : Anne Béroujon réussit avec brio et finesse la synthèse de tant d’éléments disparates, à travers une démarche à la fois qualitative et quantitative, soutenue par une problématique solide et souvent inventive, le tout servi par une écriture claire et élégante, qui en rend la lecture plaisante. Et c’est heureux car, pour en tirer le meilleur, il faut tout lire. En effet, le feu croisé d’analyses auquel sont soumises les sources multiples donne lieu à des lectures diverses pour chacune d’elles, dont les résultats sont répartis entre les huit chapitres de l’ouvrage, eux-mêmes distribués en trois parties qui correspondent aux trois termes du sous-titre : espaces, échanges, identités.

La première partie s’attache à la diffusion des écrits dans la ville et à leur réception par ses habitants. A. Béroujon attire l’attention du lecteur sur les placards, les enseignes et les épitaphes, témoignant d’usages mixtes : blasons, dessins ou sculptures, textes plus ou moins lisibles, à travers les choix de la taille des lettres et de la langue, des mots mis en exergue que les lecteurs potentiels utilisent pour saisir l’intérêt qu’il y a à déchiffrer plus avant le message ainsi affiché. Le XVIIe siècle est marqué par une certaine expansion des écrits dans la ville, qui donne lieu à une concurrence entre l’autorité consulaire, soucieuse de graver dans la pierre la grandeur de sa ville et de son action, et d’autres groupes urbains (la multiplication des pierres tombales bourgeoises dans certaines églises jadis aristocratiques constitue un exemple de cette concurrence épigraphique), à travers des règles de plus en plus limitatives et une contestation qui emploie des armes similaires (passionnante analyse au chapitre 3, qui se clôt avec les graffiti des murs de l’Hôtel de Ville).

La deuxième partie lit les écrits au prisme des échanges entre les Lyonnais, en commençant par la possession de papiers « ordinaires » qui se révèle à travers les inventaires après décès. À travers eux, A. Béroujon explore les différences sociales des usages de ces écrits, mais aussi l’évolution au cours du siècle, marquée par le recours de plus en plus fréquent à la preuve écrite et, par conséquent, l’augmentation des cas de vols de papiers portés devant la sénéchaussée de Lyon. Cette importance de l’écrit probatoire fournit la matière principale du chapitre 5, nous entraînant sur la piste de ces vols (concernant surtout des reconnaissances de dettes), mais aussi de faux en écriture qui entraînent le recours à des experts de l’écrit, ancêtres de nos graphologues, et la naissance d’un vocabulaire technique encore balbutiant. Cette présence croissante de l’écrit dans le domaine des échanges amène A. Béroujon à s’interroger sur la place des analphabètes dans ce monde urbain : certes affaiblis et parfois « dupés », ils savent également retourner cette faiblesse à leur avantage. La troisième partie examine la place de l’écrit dans la construction de l’identité, individuelle ou collective. Le livre est central au chapitre 7, consacré aux identités collectives : l’étude des bibliothèques y est classique, mais solide et très fouillée (nombres de livres par foyers, types d’ouvrages selon les statuts socioprofessionnels), ouvrant des pistes peu voire pas explorées jusqu’alors, comme celle des « femmes et leurs livres » ou l’étude des réseaux d’échanges qui se constituent autour des livres. L’ultime chapitre pénètre l’intimité individuelle des usagers de l’écrit, de celui que l’on range chez soi, sur des tablettes, selon un classement émergeant des inventaires (c’est le cas des livres), ou de façon moins ordonnée, au fond de tiroirs ou de coffrets, emplacements familiers pour les papiers de famille et la correspondance. A. Béroujon souligne la place singulière occupée par les livres de piété, en particulier les Vies de saints se distinguant par leur reliure colorée ou leur présence en un lieu qui dit la fréquence de leur usage, comme la cuisine. Cette forme de proximité avec l’écrit est encore plus nette quand les Lyonnais prennent la plume. Après avoir souligné l’extrême rareté des livres de raison lyonnais au XVIIe siècle, A. Béroujon s’engage dans l’étude de ces « ego-documents » à travers les témoignages des inventaires : descriptions souvent sommaires, relevés des titres ou des incipit, revendication d’identité par la mention manuscrite du nom ou par l’expression du « moi ». Deux exemples particuliers, qui pour n’être pas représentatifs n’en sont pas moins parlants, viennent clore ce dernier chapitre.

Avec cet ouvrage magistral, A. Béroujon inscrit donc un nouveau jalon dans le paysage historique français, en balisant le chemin pour les chercheurs de demain, sur des sentiers rarement exploités, mais riches d’enseignements.

Youri CARBONNIER


[1] Sur ce sujet de l’écriture de l’histoire des villes, concernant la période moderne, on pourra se reporter au dossier préparé par Clarisse Coulomb : « Des villes de papier : écrire l’histoire de la ville dans l’Europe moderne », Histoire urbaine, n° 28, août 2010, p. 5-145, accueillant notamment un article d’Anne Béroujon, sur les usages épigraphiques du consulat lyonnais et sur le rôle du P. Ménétrier dans ce domaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *