Arlette Auduc, Quand les monuments construisaient la nation. Le service des monuments historiques de 1830 à 1940, Paris, Comité d'histoire du ministère de la culture, 2008, 640 p. (collection travaux et documents, n° 25) (Christian Hottin).

En janvier 1900, alors que la Chambre discute d'instaurer un droit d'entrée pour les monuments, Dujardin-Beaumetz, lâche, solennel, « on ne peut pas faire payer les gens pour entrer chez eux !». L'anecdote prolonge le titre du livre d'Arlette Auduc : le monument appartient à la nation toute entière.

Loin des symboles, il s'agit ici d'une étude d'histoire administrative, et des plus sérieuses. De celles nécessaires pour comprendre comment s'est construit cet imaginaire incarné de la nation que sont ses monuments. Agrégée d'histoire, conservateur à la tête de l'Inventaire d'Ile de France, l'auteur est bien placé pour traiter la question. Il faut se réjouir de voir que, en dépit de lourdes charges administratives, des conservateurs parviennent à produire des travaux scientifiques aussi amples.

Il y a là une tradition : l'ouvrage est préfacé par Jean-Michel Leniaud, ancien des MH, qui a fait s'épanouir à l’EPHE un courant de recherche en histoire du patrimoine dont il a jeté les bases, avec ses thèses sur l'histoire des cathédrales et du service des cultes. La thèse d'Arlette Auduc se situe dans cette lignée et apporte un éclairage indispensable : monuments historiques et cultes furent deux services longtemps concurrents, et la suppression du second fit entrer définitivement les cathédrales dans le périmètre des « MH ». Reste que cette tradition d'écriture au sein de l'institution est plus ancienne, et cet ouvrage trouve également sa place dans un ensemble de travaux qui, depuis ceux de Françoise Bercé, peuvent remonter dans le temps aux textes de Pariset en passant par Paul Verdier, Lucien Paté et, bien entendu, Paul Léon.

Divisé en quatre parties de longueur équilibrée, l'ouvrage décrit les étapes de la mise en place du service des monuments historiques. La première partie couvre les années 1830-1870 : c'est le temps des fortes individualités, des grandes ambitions mais des faibles moyens humains ou matériels. C'est aussi durant cette période que la commission des monuments historiques joue un rôle prépondérant. C'est enfin le temps pendant lequel, érudits et sociétés savantes sont encore présents dans la sauvegarde des monuments, même si l'action de l’État tend à les marginaliser.

Des années 1880 à 1905 se met en place un véritable service, avec une administration dotée d'une expérience déjà longue. Elle compte des fonctionnaires dépositaires d'un savoir-faire et d'une expertise que ne peuvent plus leur disputer antiquaires et érudits, définitivement tenus à distance. Ce renforcement de l'administration tend en outre à transformer le rôle de la commission, dans la mesure où les fonctionnaires y sont de plus en plus présents. Les ambitions initiales se concrétisent en 1887, grâce à une première loi, dédiée aux seuls monuments d'intérêt national, mais qui dote les monuments historiques de l'outil régalien qui leur faisait jusqu'alors défaut. Ce bilan positif est à nuancer en raison de la situation budgétaire : après de belles années, 1885-1900 est le temps de la pénurie.

Brève mais cruciale est la période 1905-1913. La loi de séparation de l’Église et de l’État entraine la suppression de l'administration des cultes et l'absorption de ses missions architecturales par les monuments historiques. Le budget augmente, le personnel aussi, mais les charges qui pèsent sur lui également. La transformation n'est pas seulement administrative : la notion de monument évolue profondément. Est désormais reconnue la valeur architecturale de petits bâtiments, l'intérêt pour les objets mobiliers s'affirme, d'où la mise en place de l'inventaire ; en même temps, on se mobilise pour les sites et paysages (loi de 1906). Avec la loi du 31 décembre 1913, qui constitue encore la base de la législation actuelle, la protection des monuments historiques rompt avec le critère de l'importance nationale, qui prévalait jusqu'alors.

Entre les destructions de 1914-1918, la crise et de nouveaux périls, la période suivante est plus que troublée. La reconstruction pose nombre de problèmes déontologiques et scientifiques dans les choix à opérer, les ressources demeurent structurellement insuffisantes, même en tenant compte des crédits extraordinaires, et la pénurie budgétaire sévit après 1933. Toutefois, les monuments historiques sont désormais une institution solidement établie, au personnel relativement important. L'armature de cette politique est renforcée (loi de 1927 sur l'Inventaire supplémentaire et loi de 1930 sur les sites), tandis que la notion de monument historique va toujours s'élargissant, allant jusqu'à prendre désormais en compte l'intérêt ethnologique.

En 110 ans, une politique et l'administration qui la porte, sont nées. Elles ont triomphé des résistances (notamment en raison du respect de la propriété privée). Les MH ont absorbé un service plus ancien et plus prestigieux et imposé leur légitimité face à la puissance des Bâtiments civils. Une très importante œuvre de sauvegarde matérielle a été accomplie. Tableaux, pièces éditées, encadrés biographiques et illustrations viennent appuyer cette démonstration.

André Chastel, dans La notion de patrimoine, critique volontiers les monuments historiques. Ils seraient le temps du « fait administratif », celui des protections dans l'urgence, sans vision globale, et de l'expertise sans réflexion méthodologique préalable. Il leur oppose le temps du « fait scientifique », celui de l'Inventaire général – auquel Michel Melot vient de consacrer un bel essai, Mirabilia. Quand les monuments construisaient la nation  et rend au contraire hommage à l’opiniâtreté d'un travail collectif qui a petit à petit conduit à une conception très large et ouverte du patrimoine, incluant la valeur ethnologique du monument.

Le livre de Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, est lui aussi largement consacré à l'Inventaire général. Elle y étudie les étapes de la chaine patrimoniale et détaille les critères des experts pour qualifier ou non un objet comme patrimoine. Mais son analyse se limite au travail de l'Inventaire, pour lequel il n'y a ni inscription dans le droit, ni intervention matérielle.

Reste à voir, face à l'œuvre de l’État, comment la sauvegarde fut perçue en situation, par ceux qui la vivaient, parfois contre leur gré : dans La chartreuse de Villeneuve : métamorphoses d'un monument, l'ethnologue Jean-Pierre Piniès a relaté deux siècles de vie d'un lieu, et de sa patrimonialisation entre tensions locales et luttes Paris/province. L'histoire d'un monument historique vue d'en bas, en quelque sorte, qui fournit un contrepoint pertinent à la vision surplombante d'Arlette Auduc.

A ces exemples, on voit que cette étude offre l'occasion de relire ou de critiquer nombre de travaux d'histoire ou de sociologie du patrimoine. On pourrait en ajouter d'autres, car ce champ est aujourd'hui vaste et interdisciplinaire. Avec la rigueur qui le caractérise, Quand les monuments construisaient la nation, y trouve sa place, une place de référence.

Se profile le centenaire de la loi de 1913, alors qu'on parle de nouveau au ministère de décentralisation (après 1983 et  2004) : deux raisons supplémentaires de pratiquer ce livre.

 

Christian HOTTIN

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">