Peter Clark, European cities and towns, 400-2000, Oxford, New York, Oxford University Press, 2009, XIII-412 p. (Jean-Luc Pinol)

Peter Clark dont les travaux sur les sociabilités urbaines et sur les petites villes de l’Époque moderne sont bien connus, propose avec son ouvrage European Cities and Towns, 400-2000, un essai de synthèse particulièrement ambitieux dont il avait présenté les premiers éléments lors de la 8e conférence internationale d’histoire urbaine, en 2008, à Lyon dans le cadre d’un atelier sur les approches comparatives en histoire urbaine, atelier organisé par Andrew Lees. Son essai est d’autant plus ambitieux que l’ouvrage ne fait que quelques 400 pages ce qui, somme toute, n’est pas excessif pour aborder les villes d’Europe du Ve siècle à l’aube du XXIe siècle…

L’objectif est de mener une démarche comparative de manière systématique. Pour ce faire, l’Europe est divisée en quatre grandes régions (l’Europe du nord avec Suède, Finlande, Danemark, Ecosse, Irlande ; l’Europe de l’Est ; l’Europe méditerranéenne et l’Europe de l’Ouest avec France, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Angleterre).  Le plan de l’ouvrage est rigoureusement identique pour les trois périodes retenues (400-1500 ; 1500-1800 et 1800-2000) et l’auteur aborde successivement le trend de l’urbanisation, l’économie, la vie sociale, la culture et le paysage, et, enfin, la gouvernance. Le caractère systématique saute aux yeux à l’énoncé de ces découpages mais l’auteur pourrait répondre qu’il s’agit de la loi du genre… L’ouvrage se lit bien et Peter Clark choisit ses exemples dans toutes les régions européennes, ne fondant pas sa démonstration sur des biographies urbaines exemplifiées comme l’avait fait Mark Girouard dans son ouvrage Cities and People.

Cherchant à comprendre les processus à l’œuvre dans les différentes phases de l’urbanisation de l’Europe, Peter Clark explore la manière – de façon sans doute trop statique car précisément les systèmes urbains régionaux n’ont cessé de se reconfigurer – dont les différentes régions qu’il a définies sont concernées par l’urbanisation depuis le Ve siècle. L’une des dimensions que l’ouvrage explore particulièrement bien est l’approche fonctionnelle des villes, s’interrogeant tour à tour sur les villes de résidence et les centres administratifs, sur les villes industrielles et les villes de garnisons, sur les villes d’eau et les stations balnéaires. Peter Clark n’oublie pas – ses recherches antérieures le laissaient présager – l’importance de la taille dans le devenir des cités et il se montre très attentif aux processus de reconversion, soulignant les atouts des villes multifonctionnelles. Il explore aussi, dans le cadre des politiques urbaines, les contextes économiques et sociaux les plus favorables à l’innovation, soulignant que l’attitude vis-à-vis des migrants est souvent un bon critère pour mesurer le dynamisme urbain. Les divers acteurs des politiques urbaines sont pris en compte. L’auteur souligne les mutations enregistrées pendant les années 1970-1980 lorsque les gouvernements se sont efforcés de réduire les dépenses des programmes urbains (en Italie, les crédits municipaux ont chuté de plus de 13% au début des années 1980 et Margaret Thatcher a, non seulement, réduit les subventions aux municipalités mais elle a, de plus, interdit toute augmentation des ressources locales). Ces politiques ont été les signes avant-coureurs d’une nouvelle configuration des relations entre pouvoirs locaux et pouvoirs nationaux et, dans de nombreux cas, l’amorce d’un processus de privatisation de services qui, jusque là, avaient été gérés par les municipalités.

L’ouvrage montre que si les rivalités interurbaines sont réelles, les exemples de solidarités ne doivent pas être sous-estimés. On aurait cependant aimé que tout ce qui concerne les échanges d’expériences entre villes soit plus développé, mais les recherches sur ces thématiques sont souvent trop récentes pour que l’ouvrage de Peter Clark ait pu en tenir compte. Tel quel, fondé sur une excellente connaissance de la littérature disponible, ce livre souligne les avancées de l’histoire urbaine.  Il donne à lire, de manière concise, la genèse des villes européennes et souligne l’importance de la réflexion de longue durée dans la compréhension des processus urbains.

 Jean-Luc Pinol

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *