Jean-Marie LE GALL (dir.), Les capitales de la Renaissance, Rennes, PUR, 2011, 192 p. (Boris Bove)

Jean-Marie Le Gall se propose, à travers les actes d’un colloque bien construit et bien édité, de cerner la spécificité de la métropolité à la Renaissance, entre le paradigme de la capitale médiévale, définie par la présence de l’administration centrale, sinon de la cour, et celui de la capitale contemporaine qui cumule toutes les fonctions et domine le pays par son poids démographique et économique, avec, en toile de fond, le modèle de « Paris et le désert français ». Pour se défaire du discours essentialiste qui préside souvent aux analyses sur le phénomène métropolitain – on privilégie toujours l’étude des capitales qui ont réussi –, Jean-Marie Le Gall a choisi de mettre en valeur les capitales moins stables des constructions politiques qui échappent à l’État nation, c’est-à-dire les principautés ou les espaces ibériques, italiens, germaniques et slaves, pour mieux interroger nos représentations du phénomène.

La première partie est consacrée aux « espaces sans capitale », avec un bel article de synthèse d’Olivier Chaline sur l’Empire qui connaît des « villes de résidence », parfois élevées au rang de capitale lorsque leur prince est élu empereur, mais qui ne le restent jamais. Cette instabilité structurelle, effet de la structure politique fédérale, hétérogène et élective de l’Empire, explique que de nombreuses villes aient pu prétendre à devenir capitale, qu’elles soient liées à la dignité (élection à Francfort, insignes impériaux à Nuremberg, souvenir de Charlemagne à Aix) ou aux institutions impériales (Reichskammergericht à Spire, Diète à Ratisbonne, conseil aulique à Vienne), sans jamais parvenir à s’imposer. D’ailleurs, personne ne semble s’en plaindre, hormis quelques humanistes idéalistes. Trop de capitales tuent la capitale, en Empire comme dans la péninsule italienne étudiée par Giovanni Ricci à travers le classement établi à la fin du XVIe siècle par le géographe bolonais Giovanni Antonio Magini. Cependant son classement, tout comme celui du Theatrum mundi urbium praecipuarum de Braun et Hogenberg, évoqué en introduction, renseigne plus sur la culture de l’époque que sur la réalité du phénomène métropolitain. À chaque fois on constate la difficulté d’articuler les représentations d’époque à l’analyse historique de ce qui fait une capitale.

La seconde partie (« capitales en question »), vise à souligner la spécificité des capitales de la Renaissance par rapport au modèle contemporain. Jean-Marie Le Gall pointe ainsi, dans un gros article sur Paris, les limites de la domination de Paris sur le royaume. Est-ce vraiment une capitale, avec un roi qui n’y passe qu’entre 12 et 40 % de son temps (même si leurs séjours ne cessent de s’allonger de François Ier à Henri IV) ? avec un Parlement au ressort limité par l’essor des cours souveraine dans les provinces (même s’il exerce son autorité sur la moitié de la population) ? avec une place financière d’un médiocre rendement ? et qui n’a pas le monopole de la production intellectuelle (même si 90 % des livres y sont imprimés) ? La littérature montre que Paris ne s’impose comme capitale écrasant la province (et non les provinces) de sa supériorité qu’à partir du XVIIe siècle. La charge a le mérite d’être héroïque au regard du poids de l’historiographie qui tend à faire de Paris la capitale éternelle de la France, mais il paraît un peu excessif de lui dénier le statut de capitale au XVIe siècle. Ce n’est pas parce que la ville n’a pas encore accumulé la supériorité dans tous les domaines qu’elle aura à l’ère industrielle qu’elle n’est pas déjà capitale du royaume : l’administration centrale ne cesse de s’y développer à partir du XIIIe siècle, les rois investissent dans l’embellissement et la protection de la ville, les princes s’y pressent et les contemporains lui reconnaissent la prééminence symbolique sur les autres villes, que le roi y séjourne ou non. Au regard d’une définition politique médiévale – donc non téléologique – de la capitalité, Paris est une capitale digne de ce nom au XVIe siècle, même s’il faut noter avec Jean-Marie Le Gall un reflux de son aire de domination avec la décentralisation entraînée par la guerre de Cent Ans. Le cas des capitales bretonnes étudié par Philippe Hamon montre l’importance du facteur historique dans le processus de sélection des villes capitales du duché. Dans la principauté indépendante, Nantes accueille la résidence et le tombeau des ducs, le conseil et la chancellerie, ainsi que l’université ; Vannes la chambre des comptes et le parlement ; Rennes le couronnement. Il ne faut pas négliger la force des représentations, car si pour les historiens, la capitale c’est Nantes, pour les contemporains, c’est Rennes. Le rattachement au royaume fait disparaître la cour ducale et redistribue les fonctions administratives au profit de Nantes et Rennes. La création d’une cour souveraine de parlement mi-XVIe siècle suscite une bataille de mémoires entre Nantais et Rennais pour attirer l’institution. Rennes finit par l’emporter, au nom de son statut d’ancienne capitale, réconciliant ainsi les historiens avec les représentations des contemporains. Le cas florentin étudié par Olivier Rouchon est l’occasion de mettre en valeur le phénomène des « villes principales », cad des villes dominantes sans être capitales, qui caractérise la moitié septentrionale de l’Italie. Florence domine son contado et un certain nombre de cités voisines (comme Pistoia, Voltera, Arrezo, Pise ou Cortona) à partir du XIVe siècle, mais cette domination n’est ni homogène, ni centralisée, car il s’agit plutôt d’un conglomérat de sujétions négociées. L’accession au principat des Médicis à la Renaissance ne change rien à la nature fédérale de l’État florentin. Au contraire, ce dernier s’enrichit par union personnelle du duché de Sienne qui reste une entité politique autonome. En revanche, les Médicis dotent Florence des signes de la métropolité pour affirmer le caractère irrémédiable du principat : ils s’installent dans le palais de la Seigneurie pour montrer qu’ils parachèvent l’évolution institutionnelle de la ville et construisent une forteresse pour s’assurer la maîtrise réelle de la cité.

La troisième partie aborde la question du choix de la capitale, soulignant ainsi l’importance du contexte et de la décision politique dans le processus. Przemyslaw Mrozowski rappelle comment Varsovie devint la capitale de l’état polono-lituanien au détriment du tandem Cracovie-Vilnius dans la seconde moitié du XVIe siècle. Cette bicéphalie était le produit de l’union personnelle qui attachait le duché de Lituanie au royaume de Pologne. Rois et aristocrates s’en accommodaient parfaitement jusqu’à ce que l’absence d’héritier mâle contraigne le dernier représentant de la dynastie Jagellon à un édit d’union des deux entités en 1569. Comme Sigismond Auguste détestait Cracovie (250 000 habitants) et ne pouvait imposer Vilnius (15 000 hab.) comme capitale de la Pologne, il choisit Varsovie (8 000 hab.) qui offrait un bon potentiel de développement, et se situait à mi-chemin entre les deux états. Varsovie devint la capitale officielle et se développa, mais Cracovie resta la capitale de fait du pays sous l’effet du poids de l’histoire et de la démographie. L’article de Pierre Ragon montre que la continuité de site entre le Mexico espagnol et le Tenochtitlan aztèque ne doit pas faire illusion : Cortès fonde la capitale d’un pays neuf qui entretient avec le pays des rapports très différents de son prédécesseur. Tenochtitlan était une énorme ville de 175 000 habitants qui vivait du tribut imposé à une constellation de communautés qui conservaient leur autonomie dans la sujétion, tandis que les Espagnols furent incapables de restaurer le système du tribut et la richesse des anciens flux commerciaux qui convergeaient vers la ville, dont la population ne dépasse pas 30 000 habitants sous leur férule. Par ailleurs, cette capitale ne dominait pas toute la Nouvelle Espagne, car son influence réelle butait sur l’immensité du pays et la capacité des autres gouvernements d’en référer directement à la métropole espagnole. La continuité se situe donc plutôt dans les représentations, car la filiation avec Tenochtitlan est affirmée et son souvenir entretenu jusqu’à nos jours. C’est aussi la question de la légitimation par l’histoire qui domine l’histoire des capitales successives de la Russie étudiées par Marie-Karine Schaub. Moscou remplace Kiev suite à l’invasion mongole et à l’essor des principautés – en particulier la Moscovie – qui l’a accompagné : Moscou devient capitale religieuse en 1326, puis capitale politique en 1480, par une double translatio : dans les faits, de Kiev à Moscou, dans les représentations, de Byzance à Moscou, dès lors que le grand prince se prétend césar (tsar), introduit l’étiquette byzantine qui l’isole du reste des mortels, est sacré (au XVIe siècle), et se pose en dernier rempart de l’orthodoxie contre les Latins et les musulmans. Le changement de capitale au profit de Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle manifeste une rupture de la politique des tsars à l’égard de l’occident, mais s’inscrit dans la continuité idéologique propre à la Russie, à savoir la filiation avec Byzance qui y est réaffirmée.

La quatrième partie aborde la question des déplacements de capitale et permet de souligner les effets matériels du statut métropolitain sur la ville. Ainsi, lorsque la monarchie espagnole se fixe à Madrid en 1561, la population quadruple en 40 ans, mais la municipalité a dû s’endetter pour assumer l’équipement nécessaire et la population de la ville semble croître au détriment de celle des environs, ou tout au moins attire nombre de mendiants. La décision de Philippe III de déplacer la capitale à Valladolid entre 1601 et 1606, peut-être sous l’influence d’un conseiller intéressé, suscite l’inquiétude des Madrilènes qui chiffrent le préjudice économique à 21 millions de ducats et menacent de n’être plus en mesure de payer les impôts (Maria José Del Rio Barredo). La fonction capitale entraîne une transformation de la ville, car l’installation de la cour et de l’administration suppose une adaptation des infrastructures urbaines, comme le monte aussi le cas de Turin, qui bénéficie de l’exiguïté du site de Chambéry et de son éloignement des réseaux commerciaux pour capter vers 1560 la fonction métropolitaine de l’ancienne capitale des ducs de Savoie (Paolo Cozzo). La ville est alors dotée d’un palais ducal adapté aux besoins de représentation de la cour, d’une forteresse propre à garantir sa sécurité, d’un anneau de résidences champêtres et d’une grande galerie pour exposer les collections du duc. Le transfert du saint Suaire de Chambéry à Turin en 1578 et la fondation d’établissements religieux achèvent d’associer la ville aux cérémonies du pouvoir. Bien que parties d’une situation démographique comparable au Moyen Âge, Chambéry végète au XVIe siècle (4 000 habitants) tandis que Turin se développe (14 000 hab. au XVIe, 30 000 en 1630).

Y a-t-il une spécificité des capitales de la Renaissance ? Le propos de l’ouvrage va bien au-delà, et il en ressort qu’elles partagent leurs caractéristiques avec celles du Moyen Âge (primat du politique sur le démographique et l’économie) même si la référence à la mémoire du passé semble prendre une importance sans précédent dans leur légitimation.

 Boris BOVE


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *