Évelyne Bukowiecki, Hélène Dessales et Julien Dubouloz, Ostie, l’eau dans la ville. Châteaux d’eau et réseau d’adduction, Paris-Rome, Ecole Française de Rome, 2008, 260 p. (Charles Davoine)

Évelyne Bukowiecki, Hélène Dessales et Julien Dubouloz, Ostie, l’eau dans la ville. Châteaux d’eau et réseau d’adduction, Paris-Rome, Ecole Française de Rome, 2008, 260 p. (Charles Davoine)

 L’ouvrage d’É. Bukowiecki, H. Dessales et J. Dubouloz présente les résultats de trois campagnes de fouilles successives à Ostie, entre 2003 et 2005. Le principal objet d’étude des auteurs est le château d’eau (castellum aquae) près de la Porta Romana, un édifice mis au jour en 1985-86, mais jusque-là très peu étudié. Ce travail s’appuie principalement sur les méthodes et les problématiques de l’archéologie de la construction, un champ de recherches récent et fécond, qui « élargit le point de vue de l’édifice à la parcelle et à l’îlot » (p. 196). Mais leur démarche fait également appel à des sciences auxiliaires de l’archéologie – géologie, informatique pour la reconstitution tridimensionnelle – et tente de croiser ces données avec la documentation épigraphique et juridique. Il s’agit de sortir de l’analyse architecturale classique fondée sur les écrits de Vitruve et de Frontin pour les monuments de l’eau. Cet authentique travail d’équipe met donc à profit les différentes spécialités de ses auteurs : l’archéologie de la construction à Ostie pour É. Bukowiecki, les structures hydrauliques – dans une perspective socio-économique – pour H. Dessales et enfin le droit des patrimoines privés et publics pour J. Dubouloz. Ainsi, bien que l’ouvrage regorge d’indications extrêmement techniques – les auteurs sont en mesure de fournir de nouvelles propositions de datation relative à partir d’une analyse précise des briques – il s’agit moins d’un rapport de fouilles que d’une véritable étude d’histoire urbaine. Le château d’eau étudié est envisagé comme un élément du réseau d’adduction d’eau d’Ostie, en lien avec les différentes phases de l’urbanisation de la colonie romaine.

L’ouvrage n’a pas vocation à être une monographie. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer son titre, on n’y trouvera pas une synthèse sur l’approvisionnement en eau d’Ostie à l’époque impériale. Cette étude vaut davantage pour la méthode mise en oeuvre et les hypothèses formulées, qui sont autant de pistes pour la recherche future sur le port de Rome. L’ouvrage suit une progression chronologique, qui s’impose non seulement par les résultats des excavations mais aussi, et surtout, par les scansions de l’histoire urbaine d’Ostie. Chacun des chapitres part d’une description rigoureuse des vestiges archéologiques pour tenter ensuite de proposer une interprétation à plusieurs niveaux : une interrogation sur les caractéristiques propres des structures hydrauliques – architecturales, techniques ou juridiques – et un essai de réflexion sur les liens entre le réseau d’adduction d’eau et l’urbanisation de la colonie. Le premier des apports de ce travail consiste dans l’étude approfondie du château d’eau de la Porta Romana comme élément du réseau d’adduction d’eau de la ville. Les briques estampillées permettent de dater précisément la construction du règne de Domitien (81-96). Il s’insère ainsi dans un réseau hydraulique préexistant, datant de la première moitié du Ier siècle. Bien qu’adossé à la muraille républicaine, il n’était pas le bassin répartiteur principal au débouché de l’aqueduc, lequel se situait vraisemblablement hors les murs. Ce château d’eau connaît quelques aménagements complémentaires, destinés à en améliorer l’efficacité au IIe siècle. Un nouvel aqueduc est ensuite construit, qui vient jusqu’à la Porta Romana et qui alimente peut-être directement ce castellum aquae, lequel continue de fonctionner au moins jusqu’au IVe siècle. L’abandon du château d’eau précède largement celui du reste du réseau, puisqu’on trouve des traces d’entretien par la suite. Le réseau hydraulique au sein de l’agglomération doit donc être envisagé moins comme un projet d’ensemble que comme une série d’améliorations quotidiennes.

Toutefois, ce réseau ne peut être compris sans le rapporter à l’évolution du tissu urbain d’Ostie. La construction du castellum aquae de la Porta Romana s’inscrit probablement dans l’aménagement d’un nouveau quartier au nord du Decumanus Maximus, à la fin du Ier siècle, sans que l’on puisse toutefois affirmer l’existence d’un projet unitaire. Ce château d’eau, quoique de grande taille et relativement isolé, n’est donc pas un élément majeur du réseau : c’est plutôt un édifice de stockage et de répartition d’eau pour le nouveau quartier, qui est venu se greffer sur le réseau de canalisations existantes de la colonie. Bien qu’en marge du remaniement complet du centre de la ville, suite à l’aménagement du bassin portuaire d’Ostie par Trajan, le château d’eau gagne peut-être en importance sous Hadrien lors de la monumentalisation du quartier qu’il alimente. Mais les fouilles mettent également en évidence l’hétérogénéité du développement d’Ostie : si le château d’eau alimente peut-être des quartiers dynamiques, les abords immédiats du bâtiment sont une zone de décharge. Cette hétérogénéité de la morphologie urbaine semble s’accentuer à l’époque tardive, même si les vestiges archéologiques sont plus difficilement exploitables. Certains quartiers paraissent laissés à l’abandon, tandis que d’autres sont le théâtre d’une grande activité édilitaire. Les infrastructures hydrauliques continuent de jouer un rôle important dans la cité, comme en témoigne la construction, sur le Piazzale della Vittoria, d’une fontaine monumentale, dont on aimerait penser qu’elle était alimentée par le château d’eau de la Porta Romana, à proximité, bien qu’aucun vestige ne puisse le prouver.

La chronologie du réseau hydraulique d’Ostie s’accompagne de réflexions très intéressantes sur les chantiers de l’eau. Combien de temps durait la construction d’un tel réservoir ? Quelles instances étaient responsables de la maîtrise d’ouvrage et de la tutelle du réseau ? À ces questions difficiles, les auteurs proposent des réponses, en combinant les résultats des fouilles et des considérations ethnologiques, ou par l’étude de documents épigraphiques. Ils émettent l’hypothèse qu’une saison a peut-être suffi pour l’élévation du château d’eau, mais probablement pas pour sa mise en service. Quant à la tutelle juridique du réseau, elle était le fruit d’une articulation entre les institutions municipales et les services impériaux. D’autres pistes de travail, issues d’observations archéologiques, sont évoquées pour la recherche future, sans être approfondies, comme le lien étroit entre l’aqueduc et la muraille de la ville, qui supporte une partie des canalisations.

Enfin, il faut souligner que la lecture de l’ouvrage est facilitée par l’abondance et la clarté des illustrations. Outre les habituelles coupes et photos, notons en particulier la reconstitution tridimensionnelle des états successifs du château d’eau, qui contribue beaucoup à l’intelligibilité du propos pour qui n’est pas familier des données archéologiques. En replaçant le bâti dans son contexte paysager, économique et juridique, l’archéologie de la construction apporte ici sa contribution à un secteur de recherches qui tente d’écrire l’histoire urbaine à partir des structures hydrauliques1.

 1 Voir, par exemple, Vincent Lemire, « Écrire une histoire hydraulique de Jérusalem », Vingtième Siècle, n° 92, septembre 2006, p. 159-169.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *