Nacéra Benseddik, Thagaste, Souk Ahras, Patrie de saint Augustin, éditions Inas, Alger, 2004, 79 p., 30 illustrations (Noëlle Géroudet)

Nacéra Benseddik, Thagaste, Souk Ahras, Patrie de saint Augustin, éditions Inas, Alger, 2004, 79 p., 30 illustrations (Noëlle Géroudet)

 Nacéra Benseddik est professeure à l’École Supérieure des Beaux-Arts à Alger. Elle est connue pour ses travaux sur la période romaine en Afrique du Nord, en Algérie principalement1 et pour ses combats inlassables, dans des conditions difficiles, pour préserver les vestiges de l’époque antique, développer les fouilles et porter à la connaissance d’un vaste public la nécessité de préserver ce patrimoine.

Souk Ahras, qui tient son nom de l’emplacement d’un marché et de la présence de lions, fut fondé en 1853 par un corps du Génie français, dans un bassin versant de la Medjerda, au sud d’Annaba à proximité d’un champ de ruines, l’ancienne Thagaste, que cette implantation a sans doute contribué à faire disparaître. On connaît la ville antique, berceau d’Augustin, surtout par l’archéologie (p. 40) et l’épigraphie, le saint l’ayant assez peu évoquée dans ses oeuvres (p. 75). La ville paraît d’origine libyenne, très vite en contact avec les Puniques. À l’époque romaine, elle devient municipe au cours du IIe siècle (p. 29) ; elle a toujours le même statut au IVe s. ap. J.-C.. Elle devait se situer au coeur d’un territoire agricole densément peuplé dont l’inventaire des ruines reste à effectuer. Sa structure politico-sociale s’insère dans les cadres de la romanité avec un ordo (sénat local), des magistrats appartenant à une élite capable de pratiquer l’évergétisme tels les amis d’Augustin : Romanianus et Alypius. Les différentes religions se côtoient pacifiquement y compris lors des débuts du christianisme : le futur évêque d’Hippone est né dans une famille « mixte » formé d’un païen et d’une chrétienne. L’ouvrage se termine par une présentation du musée de Souk Ahras entre « un passé agité et un présent affligeant » (p. 59-61).

Destiné à un très grand public, le petit ouvrage de N. Benseddik ne fait donc pas oeuvre d’érudition, mais il mérite d’être connu non seulement par les documents qu’il met à disposition de tous2, mais aussi pour soutenir les recherches archéologiques et historiques concernant l’Antiquité en Algérie.

 

1 Par exemple : N. Benseddik, « Autels votifs de la région de Sétif : paiens et chrétien », Monuments funéraires, institutions autochtones, VIe Colloque international sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord, Pau 1993, Paris, 1995 , p. 179-186 ; « Lambèse (Algérie) ou l’archéologie du bulldozer », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 135, 2001, p. 287-295 ; « Esculape et Hygie. Les cultes guérisseurs en Afrique », Pallas, 68, 2005, p. 271-288.

2 L’ouvrage en France n’est diffusé que par la Procure.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *