Pascale Ballet, Nadine Dieudonné-Glad, Catherine Saliou (dir.), La rue dans l’Antiquité : définition, aménagement et devenir, de l’Orient méditerranéen à la Gaule. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 361 p. (Lorraine Garnier)

Les 37 contributions de ce colloque, organisé à Poitiers par l’équipe HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), se proposent d’étudier la rue antique, afin de comprendre cet élément essentiel de l’espace urbain, les modalités de sa mise en place, de son aménagement, de son utilisation et de son évolution. La recherche récente, depuis le début des années 1990, témoigne de l’intérêt porté à la rue antique et à ses composantes ; cet intérêt s’est focalisé notamment sur les rues et les aménagements viaires de Pompéi, des trottoirs aux châteaux d’eau de quartier en passant par les banquettes de façade et les autels de carrefour1, tandis qu’hors de l’Italie, les rues sont finalement assez peu l’objet d’études spécifiques. Il s’agit ici de proposer une analyse du phénomène viaire dans l’Antiquité et de son rôle dans les schémas urbains, avec un éclairage particulier sur la Gaule et le Proche-Orient. À l’inverse du colloque « Rencontres de la rue » organisé à Rouen en 19942, qui envisageait la rue, de l’Antiquité à nos jours, comme lieu de sociabilité, la rue est ici étudiée avant tout « comme espace concret et comme espace construit » (p.7). La diversité des approches proposées permet de multiplier les points de vue et de croiser les regards sur la rue et ses aménagements : les sources littéraires et juridiques, l’archéologie dans ses différentes dimensions, les travaux sur l’architecture et la topographie urbaines sont sollicités pour participer à l’élaboration d’une réflexion sur le fait viaire. Les périodes hellénistique et impériale constituent le cadre chronologique de départ, mais c’est l’Antiquité dans son ensemble et même les périodes postérieures qui sont prises en compte, afin de saisir les évolutions de la rue sur le long terme. Après quelques pages d’introduction présentant les enjeux et les axes de réflexion du colloque, les communications se répartissent en deux ensembles : une partie « Approches », qui se veut plus méthodologique et une partie « Études de cas », qui présente des exemples concrets permettant d’illustrer et d’enrichir la réflexion3.

On ne peut éluder dans une telle étude les questions de définition et de vocabulaire, qui sont essentielles et figurent ici en bonne place. Cela nécessite d’étudier et d’analyser les mots euxmêmes : c’est l’objet de la communication de J. Du Bouchet sur les noms de la rue en grec ancien et leur signification (il aurait d’ailleurs été intéressant de disposer d’une étude équivalente pour les noms latins). Il faut également s’interroger sur la pertinence et la validité du vocabulaire et des notions utilisés dans les études sur la rue. Plusieurs communications soulignent ainsi l’inadaptation du vocabulaire utilisé  traditionnellement dans les études du schéma viaire des villes de l’Occident romain pour décrire celui des villes d’Orient. P. Ballet souligne ainsi le fait que les larges rues bordées de colonnades ou de portiques des villes d’Égypte, comme Antinoopolis par exemple, appartiennent à la catégorie des plateiai et ne correspondent pas au schéma cardo / decumanus habituellement utilisé pour les villes d’Occident. Le recours à un tel vocabulaire, qui renvoie à un modèle occidental, occulte les spécificités du réseau viaire des villes orientales, dont l’étude a longtemps été subordonnée à la comparaison avec les voies romaines. Les notions de « public » et de « privé », souvent utilisées dans l’étude des rues et de leurs relations avec les espaces environnants, sont également à employer avec précaution, dans la mesure où elles n’ont pas exactement, dans les sources antiques, qu’elles soient grecques ou latines, le sens qu’on leur donne aujourd’hui. D’où l’importance, plusieurs fois rappelée, d’une réflexion sur les termes utilisés et sur leur adéquation aux réalités archéologiques observables.

S’y ajoutent également des analyses des conceptions et des représentations de la rue, non seulement dans les textes antiques, grecs et latins, mais également dans l’histoire des études modernes et contemporaines. P.-A. Broder, à propos de la rue dans les sources grecques anciennes, montre ainsi qu’avant l’époque hellénistique, celle-ci apparaît rarement pour elle-même dans les sources, elle reste avant tout un interstice ; c’est à partir de l’époque hellénistique que la rue est véritablement pensée comme un espace vécu. H. Dessales revient, à travers le cas pompéien, sur la constitution progressive de la rue comme objet d’étude et de connaissance. Quasiment absente des premiers rapports de fouilles, la rue est peu à peu placée au premier plan de l’archéologie urbaine.

À partir du début du XIXe siècle, elle est envisagée comme élément constitutif d’un paysage urbain qui commence à faire l’objet d’études scientifiques par des architectes-topographes. La deuxième moitié du XIXe et le début du XXe siècle, sous l’impulsion notamment des Surintendants G. Fiorelli et V. Spinazzola, voient croître l’intérêt pour la rue en elle-même : celle-ci acquiert dès lors une fonction active et devient une clé de lecture de la ville entière, un élément essentiel des études sur l’architecture et l’urbanisme antiques.

L’histoire et l’évolution de la rue sont au coeur de ce colloque. Les communications sur les villes de Lycie, sur les sites de Lyon, Autun, Annecy ou Javols s’attachent à montrer l’évolution du système viaire de ces cités durant l’Antiquité. D’autres sortent du cadre chronologique de départ afin d’envisager l’espace de la rue dans la (très) longue durée. Si l’on manque de données permettant d’analyser véritablement la genèse de la rue, l’étude des premières rues connues, celles du IVe millénaire, au Moyen-Orient, présentée par J.-C. Margueron et B. Muller, montre que la rue joue un rôle essentiel dans la formation de la ville. L’élaboration d’un réseau viaire organisé, la définition des espaces, précèdent la construction effective de la ville. La rue est un élément créateur, organisateur de l’espace urbain, et elle permet son fonctionnement. À l’autre bout de l’échelle chronologique se trouve la question de la survivance du tracé des rues antiques dans les villes aux époques postérieures. Cette question fait dans l’ouvrage l’objet à la fois d’une réflexion générale (dans les contributions de P. Pinon et B. Gauthiez) et d’illustrations par des exemples particuliers qui permettent d’envisager la diversité des situations, à travers les cas d’Orléans,  Bourges, Chartres, Angers, Sagalassos ou encore des agglomérations secondaires de la région Centre. Si la « loi de persistance du plan » énoncée par P. Lavedan en 1926 continue de faire débat, il apparaît que le niveau de perduration des rues antiques est très variable, de la permanence de certains tracés (ce qui reste néanmoins l’exception) à l’effacement complet, en passant par l’assouplissement du tracé. Les facteurs qui peuvent être invoqués pour expliquer la permanence ou la disparition des rues sont nombreux, mais il est parfois difficile de les identifier précisément pour chaque cas particulier. Dans un contexte général de désurbanisation, il semble que la fonction et le statut d’une ville à la fin de l’Antiquité jouent un rôle décisif pour sa conservation : à Orléans par exemple, la présence précoce d’un évêque (vers 350) pourrait être une piste pertinente pour expliquer le maintien des axes majeurs mis en place à l’époque romaine, le nouveau pouvoir s’appuyant sur le schéma viaire existant et le « fixant » au travers de ses différentes constructions.

L’implication de l’autorité publique dans l’élaboration, la construction et la préservation ou la modification du réseau viaire est à n’en pas douter très forte, comme le soulignent de nombreuses contributions portant aussi bien sur les grandes villes du Proche-Orient que sur les chefs-lieux des cités gallo-romaines. L’élaboration du réseau viaire et de ses aménagements nécessite une autorité qui décide et qui gère les questions liées à l’infrastructure urbaine. Cette question de l’initiative de la construction des rues, de l’intervention publique en ce domaine, est indissociable de celle du statut de la rue et de ses aménagements, question essentielle sur laquelle les sources ne sont pas toujours très claires. Un grand nombre de communications s’attachent ainsi à une réflexion sur le statut de la rue, qui est l’un des thèmes majeurs de ce colloque. Cette question est envisagée aussi bien à travers les sources écrites qu’à travers les vestiges archéologiques. Si les sources grecques classiques, analysées par P.-A. Broder, laissent apparaître qu’au IVe siècle avant J.-C. les rues d’Athènes sont des voies publiques, elles témoignent aussi et surtout du fait que la rue grecque, finalement peu présente dans les textes, n’est pas une catégorie juridique en tant que telle : les sources font la distinction entre les voies de l’asty et celles de la chôra, car ce sont là les catégories intellectuelles et juridiques dominantes. L’étude menée par C. Saliou de la rue dans le droit romain classique montre que des textes juridiques, ou plutôt jurisprudentiels, romains se dégagent deux définitions complémentaires de la rue : celle-ci apparaît à la fois comme lieu de passage et comme catégorie spécifique d’espace public. Mais la définition du statut juridique d’une rue romaine est complexe ; l’identification de l’aménageur ou du propriétaire du sol y joue un rôle essentiel. Ainsi, des inscriptions retrouvées à Rome mentionnant des chemins appartenant à M. Agrippa ou à Flavius Sabinus conduisent à s’interroger sur l’existence, même en ville, de chemins privés, question que les sources ne permettent pas de trancher. Dans la même perspective, G. Marouard s’interroge sur les passages d’accès ménagés au sein des îlots d’habitations dans les villages du Fayoum : le statut de ce réseau de ruelles en impasse, privatif ou collectif, reste très incertain, à la jonction entre espace public et espace domestique. Ces réflexions sur le statut de la rue englobent ainsi un certain nombre d’interrogations.

Parmi ces questions figure celle de l’identification du caractère individuel ou collectif d’un projet, de sa réalisation, de son entretien et de ses usages, de l’identification, en fait, des acteurs qui entrent en jeu. Si, comme de nombreuses contributions le soulignent, la puissance publique décide de l’organisation du réseau viaire, il existe peut-être néanmoins, même en contexte urbain, des chemins privés. L’aménagement des rues, réalisé de manière continue ou fractionnée, sur une durée plus ou moins longue et avec un financement public ou évergétique, peut se faire selon les cas en suivant des normes strictes fixées à l’avance, comme le montre M. Tabaczek à propos des rues à colonnades au Proche-Orient, ou en laissant une marge de liberté plus ou moins importante à ceux qui sont chargés de la réalisation concrète du projet, comme le souligne G. Alberti dans son étude des portiques de façade dans quelques agglomérations de Gaule Belgique et des Germanies. L’entretien semble être, dans le droit romain, à la charge des riverains, ce qui laisse envisager une certaine dépendance de la rue par rapport aux parcelles riveraines. Pour G. Le Cloirec, dans les chefs-lieux de la péninsule armoricaine, les riverains doivent en effet avoir des obligations concernant l’entretien des espaces situés entre la chaussée et les façades des maisons, ce qui peut d’ailleurs aboutir à la récupération de ces surfaces au profit des propriétaires particuliers. Quant aux usages qui sont faits de la rue et surtout de ses aménagements, ils sont à l’image de cette  interaction des acteurs et des interventions. Espace de circulation accessible à tous, les trottoirs peuvent aussi servir d’« annexe » aux édifices qui les bordent ou être utilisés pour l’aménagement de constructions domestiques à vocation utilitaire, comme dans les villages du Fayoum où ils sont partiellement occupés par des installations de protection des façades des maisons contre l’érosion et l’ensablement. De la même manière, G. Alberti montre que les portiques de façade, espace piéton rattaché à la rue, peuvent être utilisés par les riverains comme espace de vente ou de travail élargi ou comme support à la construction d’un étage. Les rues à colonnades, caractéristiques du Proche-Orient, peuvent être un lieu d’affichage du prestige de tel évergète ayant participé à leur financement ou être un élément de promotion de la cité aux yeux de ses visiteurs ou de ses habitants, comme à Sagalassos. La question du rapport entre l’individuel et le collectif, entre le « privé » et le « public » est ainsi une constante des études sur la rue et l’on saisit à travers les différentes communications de cet ouvrage l’interaction qui s’établit autour de cet espace, selon des modalités et à des degrés divers en fonction des lieux et des moments.

Enfin, ce colloque nous montre la rue comme espace concret et vécu, à travers ses aménagements et ses fonctions. La rue a une importance vitale pour la ville, pour l’espace urbain, dont elle permet en quelque sorte le fonctionnement. Elle rend possible la circulation des hommes et des produits (c’est d’ailleurs cette exigence qui semble avoir guidé en premier lieu l’ordonnancement des rues du bourg byzantin de Kfar Samir), l’écoulement et l’évacuation des eaux de pluie et des eaux usées (par le biais de l’aménagement de caniveaux ou de « chaussées absorbantes » comme à Mari et à Emar), l’apport de lumière et d’air aux habitations, l’approvisionnement en eau potable (via les fontaines et les réseaux de canalisations)… Elle assure également la liaison entre les différents espaces de la ville, à l’image de celle qui, franchissant le Rhône, relie le quartier de Saint-Romain-en-Gal au coeur de la Vienne antique. À ces aspects pratiques s’ajoutent de multiples fonctions, assumées par les axes principaux des cités. Une part importante de la vie publique de la cité se déroule dans la rue : des processions et fêtes religieuses dans les villes romaines à la cérémonie du triomphe à Rome, la rue est le théâtre d’événements majeurs impliquant l’ensemble de la cité et qui ont une incidence sur son aménagement même, comme en témoigne la présence de gradins le long de certaines rues, interprétés comme des aménagements destinés au public de ces événements. Elle est aussi le lieu d’activités sociales (promenade, rencontre…) et commerciales multiples. La rue est un élément essentiel du paysage urbain : que ses aménagements aient un caractère plutôt fonctionnel (comme les lacus de Pompéi ou les portiques des cités armoricaines) ou décoratif et symbolique (comme les nymphées de Sagalassos, les colonnades des rues de Gerasa, les groupes statuaires associés aux portiques ou aux fontaines), ils participent, à des degrés divers, à la scénographie et au décor urbain, à la mise en scène de la cité dans la rue. Les rues jouent en effet un rôle essentiel dans la formation de l’image de la ville, non seulement au niveau du paysage urbain mais également au niveau de la construction de l’identité urbaine. La rue à colonnade de Petra par exemple, simple axe de circulation à fonction utilitaire à la période nabatéenne, est monumentalisée et devient l’un des espaces principaux de la cité à l’époque romaine : cela symbolise le nouveau statut de métropole romaine de la ville et l’accès au prestige qu’il représente. La question de la hiérarchisation est également mise en avant et les études de cas font apparaître différents critères permettant de classer les rues. La hiérarchie des rues au sein d’un réseau viaire n’est pas uniquement une question de largeur de chaussée et bien d’autres critères entrent en jeu : la fonction de la rue dans la trame urbaine, son importance dans le quartier qu’elle traverse, son niveau d’équipement, la qualité de ses aménagements, sa pérennité et sa résistance aux empiètements au cours du temps sont autant d’indices permettant de hiérarchiser un réseau urbain et proposer une classification des rues. L’étude de l’aménagement des rues et de leur parure monumentale éventuelle peut par ailleurs conduire à réévaluer l’importance de certains axes au sein d’une agglomération, voire de certains sites dans leur ensemble. C’est le cas par exemple de Rauranum : malgré le caractère apparemment secondaire de l’agglomération, sur la route de Poitiers à Saintes, les fouilles ont montré l’existence d’un réseau viaire bien développé et d’aménagements importants le long des rues principales. La question de la hiérarchie ne concerne pas seulement les réseaux de rues propres à chaque cité : les contributions permettent également d’envisager, au sein des régions étudiées, une hiérarchie des agglomérations, en fonction des réseaux viaires et de leurs équipements.

Il faut pour terminer souligner les apports méthodologiques de ce colloque qui, à travers la diversité des approches qu’il propose, favorise la confrontation des données et des situations. L’insistance sur les méthodes, qu’il s’agisse des questions de vocabulaire ou de l’analyse des données archéologiques, concourt à l’élaboration de critères d’analyse du fait viaire dans l’Antiquité. Elle conduit également à la remise en question d’interprétations qui s’avèrent (en partie)inexactes – en ce qui concerne les rues de Gerasa par exemple, dont J. Seigne montre que l’unité supposée n’est en réalité qu’apparente – ou à la réévaluation de l’importance de certains sites – comme celui de Barzan en Charente-Maritime, où les prospections géophysiques et les sondages archéologiques ont révélé l’existence d’un réseau viaire d’une complexité non soupçonnée auparavant. La rue est un espace à géométrie variable, que les différentes contributions et la variété des approches nous permettent de saisir à travers de multiples facettes. Elle est aussi un reflet de l’évolution du site dont elle dépend et à ce titre permet de mieux en connaître l’histoire. Ainsi, à Lyon, les modifications que connaît le réseau viaire entre la fondation de la colonie et le début du IIe siècle renvoient-elles à des programmes d’urbanisme visant au réaménagement de l’espace urbain et à la mise en place d’un nouvel équipement, plus développé. Il faut par ailleurs mettre en avant la richesse de la documentation graphique, des photographies aux restitutions en passant par les plans et les dessins, qui vient éclairer et enrichir les propos. On peut regretter la rareté, voire l’absence, d’exemples issus de certaines provinces, comme l’Afrique du Nord ou la péninsule Ibérique et le traitement parfois rapide de certaines vastes questions, imposé par le « format » du colloque. Mais la réunion de toutes ces communications dans un ouvrage, outre l’intérêt propre des réflexions proposées et des connaissances apportées sur les villes de la Gaule et du Proche-Orient, présente aussi celui d’offrir des possibilités de mise en parallèle pour confronter les situations, dégager des ressemblances ou des différences, susciter des interrogations à vocation comparatiste. On pourrait ainsi envisager des questionnements sur des phénomènes de compétition et d’émulation entre cités qui feraient entrer en jeu les réseaux viaires, sur des phénomènes d’imitation ou d’innovation d’une ville à l’autre, sur la place et le rôle de l’équipement viaire dans les relations et la rivalité éventuelle entre agglomérations, sur l’existence possible, à différentes échelles, de modèles et de références ; autant de réflexions faisant apparaître, comme il nous a été donné à voir dans les actes de ce colloque, l’importance de la rue dans les schémas urbains.

1 Outre la synthèse de B. Gesemann sur l’organisation viaire de Pompéi (Björn Gesemann, Die Strassen der antiken Stadt Pompeji : Entwicklung und Gestaltung, Frankfurt am Main / New York, Lang, 1996), on peut citer plusieurs articles témoignant de l’intérêt pour la rue et les éléments qui lui sont associés : Sumiyo Tsujimura, « Ruts in Pompeii : the traffic system in the Roman city », Opuscula Pompeiana, 1, 1991, pp.58-86 ; Catherine Saliou, « Les trottoirs de Pompéi : une première approche », Babesch, 74, 1999, pp.161-218 ; William Van Andringa, « Autels de carrefours, organisation vicinale et rapports de voisinage à Pompéi », Rivista di Studi Pompeiani, 11, 2000, pp.46-86 ; Rick Jones, Astrid Schoonhoven, « The Story of a Street : the Vicolo di Narciso and the urban development of Pompeii », dans Pete Wilson, Archaeology of Roman Towns. Studies in honour of Professor John Wacher, Oxford, Oxbow Books, 2003, pp.128-136 ; Hélène Dessales, « Castella privata : water towers and tanks in Roman dwellings », dans Gilbert Wiplinger (éd.), Cura aquarum in Ephesus. Proceedings of the twelfth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the  Mediterranean Region, Babesch, Suppl. 12, 2006, pp.363-370 ; Jeremy Hartnett, « Si quis hic sederit : Streetside Benches and Urban Society in Pompeii », American Journal of Archaeology, 112, 1, january 2008, pp.91-119 ; Henrik Boman, « The interaction between street and houses in the North-West corner of Insula V 1 », dans Pietro Guzzo, Maria Paola Guidobaldi (dir.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006) (Atti del convegno internazionale, Roma 1-3 febbraio 2007), Roma, « L’Erma » di Bretschneider, 2008, pp.87-92.

2 A. Leménorel (éd.), La rue, lieu de sociabilité ? Rencontres de la rue : actes du colloque de Rouen, 16-19 novembre 1999, Mont-Saint-Aignan : Publications de l’Université de Rouen, 1997.

3 Table des matières : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1220455438_doc.pdf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *